Pectoral étrusque doré

Pectoral étrusque doré


Comment nous sommes-nous retrouvés avec des dents d'or ? L'histoire étrange des couronnes dentaires

Les couronnes dentaires & ndash ou parfois appelées coiffes dentaires & ndash sont des dispositifs prothétiques placés sur les dents cassées pour renforcer et améliorer leur apparence. Les couronnes sont utilisées pour empêcher les dents affaiblies de se fracturer, comme remplacements de dents ou pour couvrir un canal radiculaire, un implant dentaire ou une dent faible. Les couronnes aident à maintenir les dents fonctionnelles et à empêcher un mauvais alignement de l'occlusion. Comment et quand &ndash avons-nous commencé à réparer les dents cassées ou manquantes ?

Vieille Asie

Le premier exemple connu d'utilisation de couronnes dentaires remonte à 4000 ans en Asie du Sud-Est à Luzon, une île des Philippines. Les squelettes philippins ont révélé des coiffes dorées de base et des remplacements de dents en or. Les chercheurs ont découvert que la modification des dents avec de l'or était populaire parmi les chefs et la classe politique dirigeante de l'époque. L'apparition de dents en or était un symbole de richesse, de pouvoir et de statut.

Italie antique

Vers 700 av. Le luxe et la richesse étaient importants pour les Étrusques, et cela se voyait dans leurs dents. Les squelettes étrusques ont révélé l'utilisation de couronnes dentaires rudimentaires en or et posées sur les dents. Les chercheurs ont également trouvé des restes étrusques avec des dents artificielles maintenues en place en les enveloppant avec du fil d'or et en les bandant à côté des dents existantes. C'est en fait le premier exemple de bridges dentaires ! En raison de leur ingéniosité et de leur volonté d'expérimenter, les Étrusques sont crédités d'être les premiers dentistes cosmétiques.

Innovation européenne

Les Européens ont commencé à expérimenter des techniques dentaires modernes dans les 1400&rsquos. Pendant ce temps, ils sculptaient des prothèses dentaires en os ou en ivoire et remplaçaient les dents par leurs créations. Vers les années 1700, les dents humaines étaient un remplacement populaire des dents manquantes ou cassées en raison de leur apparence naturelle et de leur fonction évidente. Cependant, elles ne fonctionnaient pas bien comme dents de remplacement parce que les corps rejetteraient rapidement la dent et elles tomberaient. Vers 1770, les premières prothèses en porcelaine ont été fabriquées et, vers 1800, les prothèses en porcelaine étaient la norme pour le remplacement des dents.

Les couronnes en porcelaine entrent en scène

En 1903, le Dr Charles Land a introduit la couronne chemisée entièrement en porcelaine, une invention qu'il a brevetée en 1889 et qui est la première interprétation moderne de la couronne dentaire que nous connaissons aujourd'hui. La procédure de la jaquette en porcelaine consistait à prendre une dent cassée et à la reconstruire avec un revêtement en porcelaine (la jaquette) pour la faire paraître à nouveau neuve. La couronne à jaquette en porcelaine était très efficace à l'époque et largement utilisée jusqu'aux années 1950, lorsqu'une solution plus forte, la couronne céramo-métallique, a été introduite.

Comment nous réparons les dents cassées aujourd'hui

Aujourd'hui, les couronnes dentaires peuvent être fabriquées à partir de porcelaine, de céramique, d'alliages d'or et de métaux communs. Si votre enfant a une dent cassée, rendez-vous immédiatement à notre bureau. Une dent cassée est un problème dentaire grave qui doit être traité par une équipe de professionnels dentaires. Notre bureau sera en mesure de traiter votre enfant et de vous informer sur la façon d'éviter une urgence bucco-dentaire à l'avenir.


Bijoux étrusques.

Le peuple étrusque était un peuple sophistiqué et amoureux du luxe qui vivait dans le nord de l'Italie entre 800 et 400 av. Ils étaient des commerçants astucieux et possédaient une grande richesse.

Les riches étrusques se construisirent eux-mêmes des habitations pour l'au-delà. Ces habitations étaient très similaires à celles qu'ils avaient habitées dans la vie. Des villages et des villes entiers de ces tombes ont été construits, puis enterrés une fois occupés. Des objets utiles et précieux, y compris des bijoux, étaient enterrés avec le défunt. Ces riches chambres funéraires nous ont fourni de merveilleux exemples de parures de cette époque décadente, ainsi que de magnifiques statues et fresques du défunt qui nous montrent la manière dont les bijoux étaient portés.

Certains des bijoux étrusques les plus élaborés datent de la "période d'Orientation" (7ème siècle avant JC). Au cours de cette période, la technique de granulation est devenue populaire dans tout le monde antique et peut être vue avec un grand effet dans les pièces étrusques. Les Syro-Phéniciens ont apporté les techniques de granulation de l'or et du filigrane en Etrurie méridionale.

Un large éventail de types de bijoux étaient utilisés. Les hommes et les femmes portaient des bagues, souvent serties de pierres précieuses ou de scarabées.

Les pierres précieuses de ces bagues ont été échangées contre les Phéniciens

Les Etrusques aiment aussi l'Ambre qu'ils ont importé de la Baltique.

Les femmes portaient des pendentifs appelés Bulla, souvent ornés de figures mythiques, et c'était un style adopté par les Romains, qui les utilisaient comme amulettes protectrices pour les jeunes garçons.

À la fin de la période étrusque du IVe siècle av. J.-C., les styles de bijoux sont devenus moins détaillés et de forme plus simple. L'émail et les perles de Phénicie étaient fréquemment utilisés.

Beaucoup de belles pièces étrusques survivent.

Il y avait une mode européenne à la fin des années 1850 pour les bijoux de la renaissance étrusque.


Quelqu'un a trouvé un trésor enfoui caché dans les montagnes Rocheuses

Forrest Fenn, un collectionneur d'art du Nouveau-Mexique, a créé une chasse au trésor en 2010. Au cours du week-end, a-t-il dit, quelqu'un a trouvé le coffre qu'il avait enterré avec des pépites d'or, des pièces de monnaie, des pierres précieuses et des artefacts.

Après 10 ans, une chasse au trésor caché dans les montagnes Rocheuses a pris fin.

Forrest Fenn, un collectionneur d'art du Nouveau-Mexique qui a créé la chasse au trésor, a annoncé ce week-end que quelqu'un avait trouvé le coffre en bronze qu'il avait enterré dans les montagnes, rempli de pépites d'or, de pièces de monnaie, de saphirs, de diamants, d'artefacts précolombiens et d'autres éléments. Il a estimé que le trésor vaut 2 millions de dollars.

"C'était sous une canopée d'étoiles dans la végétation luxuriante et boisée des montagnes Rocheuses et n'avait pas bougé de l'endroit où je l'avais caché il y a plus de 10 ans", a déclaré M. Fenn, 89 ans, sur son site Internet. Il n'a pas précisé l'emplacement exact.

"Je ne connais pas la personne qui l'a trouvé, mais le poème de mon livre l'a conduit à l'endroit précis", a déclaré M. Fenn, qui vit à Santa Fe, N.M.

Un homme qui ne voulait pas être nommé a trouvé le coffre il y a quelques jours, a déclaré M. Fenn à un journal local, The Santa Fe New Mexican. M. Fenn a déclaré que la découverte du coffre avait été confirmée par une photographie que l'homme lui avait envoyée. Il avait précédemment déclaré au journal que le coffre en bronze pesait à lui seul 20 livres et son contenu 22 autres.

M. Fenn, un ancien pilote de chasse de l'Air Force qui dirige une galerie à Santa Fe, a eu l'idée de la chasse il y a des décennies, après avoir appris qu'il avait un cancer du rein. Il avait prévu de faire enterrer sa dépouille avec les richesses, mais lorsqu'il s'est remis de la maladie, il a enterré la boîte pour donner aux familles une raison de « descendre de leur canapé », a-t-il déclaré en 2016.

Il a annoncé la quête au monde dans un mémoire auto-publié de 2010, "The Thrill of the Chase", et a fourni des indices sur l'emplacement dans 24 vers cryptiques d'un poème. Il a déclaré que le trésor était caché dans les Rocheuses à 5 000 pieds au-dessus du niveau de la mer, des indices qui ont parfois conduit les chasseurs dans des étendues sauvages dangereuses et reculées. "Commencez-le là où les eaux chaudes s'arrêtent", lit un indice, "et descendez-le dans le canyon."

Des dizaines de milliers de personnes ont recherché le coffre, selon M. Fenn. Les chercheurs ont parcouru des sentiers à haute altitude dans le Colorado, dans les garrigues du Nouveau-Mexique et vers des paysages sculptés par les glaciers du Montana. M. Fenn a finalement précisé que les objets de valeur ne se trouvaient pas dans une zone qu'un octogénaire aurait du mal à atteindre.

Mais au moins deux personnes sont mortes en essayant de suivre ses indices, et certaines ont accusé M. Fenn de mettre la vie des gens en danger en proposant une aventure chimérique, voire un canular. En 2017, le chef Pete Kassetas de la police de l'État du Nouveau-Mexique a exhorté M. Fenn à arrêter la chasse, affirmant que des gens risquaient leur vie.

"Les gens viennent d'autres États et d'autres parties du monde pour trouver ce trésor insaisissable qui peut exister ou non, avec très peu d'indices", a déclaré le chef Kassetas à l'époque. "Ils sous-estiment le Nouveau-Mexique."

M. Fenn a toutefois refusé de récupérer le coffre. « Si quelqu'un se noie dans la piscine, nous ne devrions pas vider la piscine », a déclaré M. Fenn au New York Times cette année-là. « Nous devrions apprendre aux gens à nager. »

Et il y a eu des comptes rendus d'appels rapprochés et de sauvetages. En 2013, une femme du Texas à la recherche de la poitrine au Nouveau-Mexique s'est perdue près du monument national de Bandelier, une étendue de 33 000 acres remplie de canyons, de sentiers escarpés et de bois accidentés. Après avoir passé une nuit glaciale entre deux rochers, elle a été secourue le lendemain.

L'officier Dusty Francisco, porte-parole de la police de l'État du Nouveau-Mexique, a déclaré que le département était "très heureux d'apprendre que le trésor présumé de M. Forrest Fenn avait été retrouvé".

Il a ajouté: "Deux vies ont été perdues et de nombreuses autres ont été mises en danger à la suite de cette poursuite et nous sommes heureux qu'elle soit terminée."

Jenny Kile, qui a suivi la chasse pendant des années sur son site Web, Mysterious Writings, a déclaré lundi que la chasse avait attiré des milliers de personnes parce que "on croyait que peu importe qui vous étiez, cela pouvait être fait".

"Cette croyance allait à l'encontre de la prudence, que ce soit financièrement, physiquement ou émotionnellement", a-t-elle ajouté. «Mais pour la grande majorité, l'opportunité était l'aventure d'une vie. Qui ne veut pas chercher un trésor ? »

Sur son site Web ce week-end, M. Fenn a félicité tous les amateurs de sensations fortes qui avaient essayé de trouver le coffre au fil des ans.

"Je félicite les milliers de personnes qui ont participé à la recherche et j'espère qu'elles continueront d'être attirées par la promesse d'autres découvertes", a-t-il déclaré.


Un vrai coffre au trésor

Cette simple boîte en bois n'est peut-être pas un spectacle impressionnant en soi, mais ce qu'elle contenait, même brièvement, est l'un des plus grands trésors de notre temps.

En 1823, plusieurs semaines après la première rencontre de Joseph Smith avec l'ange Moroni, le frère aîné de Joseph, Alvin, tomba gravement malade. Alvin avait toujours cru et soutenu la mission et l'appel de Joseph. Sur son lit de mort, Alvin a dit à Joseph : « Sois un bon garçon et fais tout ce qui est en ton pouvoir pour obtenir les annales.1

Il est donc approprié que Joseph ait utilisé ce coffre, qui avait été celui d'Alvin, pour contenir les plaques après les avoir reçues de Moroni quatre ans après la mort d'Alvin.

Tôt le matin du 22 septembre 1827, Joseph Smith gravit une colline près de chez lui pour rencontrer l'ange Moroni. Il était venu sur cette colline chaque année pendant quatre ans pour recevoir des instructions et se préparer à traduire un livre écrit sur des plaques d'or. Cette fois, cependant, Moroni a permis à Joseph d'emporter les plaques avec lui, mais l'a mis en garde « d'en être responsable. . . [et d'] utiliser tous [ses] efforts pour les préserver.2

Ce n'était pas un avertissement inutile. Bien que les Smith aient été discrets au sujet des réunions de Joseph avec Moroni, la rumeur s'était en quelque sorte répandue que Joseph était sur le point de recevoir une « Bible en or », et la famille avait entendu des rumeurs selon lesquelles des habitants de Palmyre pourraient essayer de prendre les plaques.3 Joseph devait prendre toutes les précautions.

Lorsqu'il reçut les plaques pour la première fois, il les cacha dans une bûche creuse sur la colline où il les avait reçues, elles y restèrent plusieurs jours.4 Joseph avait peut-être espéré que l'excitation s'apaiserait un peu, mais ce n'était malheureusement pas le cas.

Lorsque Joseph apprit que plusieurs hommes avaient engagé un « conjurateur » pour trouver les plaques, il décida de les sortir de leur cachette. Il a demandé à son frère Hyrum de trouver une boîte appropriée avec une bonne serrure pour contenir les assiettes.

Plus tard dans la journée, Joseph récupéra les assiettes dans la bûche creuse et les enveloppa dans sa chemise. En rentrant chez lui, il a été agressé à trois reprises. Dans chaque cas, il a repoussé ses agresseurs, frappant le dernier si fort qu'il s'est disloqué le pouce.5

Dès que Joseph est arrivé à la maison, il a envoyé son frère Don Carlos chez Hyrum pour rappeler à Hyrum d'apporter le coffre. Il semble que Hyrum, malheureusement, ait oublié sa mission. Don Carlos arriva et trouva Hyrum en train de divertir deux des sœurs de sa femme. Dès que Don Carlos lui donna une tape sur l'épaule, Hyrum se souvint de sa tâche, laissa tomber sa tasse et attrapa ce que l'on pense être ce coffre.6 Hyrum retourna immédiatement le coffre, laissant tout son contenu se répandre sur le sol. Sans s'arrêter pour nettoyer son gâchis, Hyrum se précipita par la porte, la poitrine en remorque, pour trouver Joseph. Ses invités pensaient qu'il avait peut-être perdu la tête, mais sa femme les a rassurés en disant que son mari « venait de penser à quelque chose qu'il [avait] négligé et que c'est comme lui de s'envoler dans une tangente quand il pense à quelque chose de cette façon. "7

Ce coffre n'a probablement retenu les plaques que pendant une courte période, peut-être parce que les plaques ne rentraient pas bien dans la poitrine. Dans une déclaration ultérieure, Martin Harris a fait référence à deux autres boîtes qui servaient à contenir les assiettes : l'une était en bois de cerisier, spécialement conçue pour contenir les assiettes, et la seconde était une « vieille boîte en verre de l'Ontario » (une boîte en bois qui des plaques de verre), qui a été modifié pour s'adapter à la longueur des plaques.8

Bien sûr, une boîte seule ne suffisait pas à protéger les assiettes. Alors que les foules tentaient à plusieurs reprises de voler les plaques, Joseph a été obligé de trouver de nouveaux endroits pour les cacher. Une fois, lorsqu'il entendit une agitation à l'extérieur de la maison, Joseph tendit les assiettes, enveloppées dans un linge, à ses sœurs Katharine et Sophronia, qui les cachèrent sous leurs couvertures puis grimpèrent elles-mêmes dans le lit pour les protéger. Les plaques ont ensuite été cachées sous le foyer de la maison Smith, puis sous le sol dans le tonnelier de l'autre côté de la rue, puis dans les chevrons du magasin.

Finalement, Joseph s'est rendu compte qu'il ne pourrait jamais traduire en paix à Palmyre, et lui et Emma ont déménagé dans la ferme de ses parents à Harmony, en Pennsylvanie. Là, les circonstances lui ont permis de traduire une partie substantielle du Livre de Mormon.

Cette simple boîte en bois n'est peut-être pas un spectacle impressionnant en soi, mais ce qu'elle contenait, même brièvement, est l'un des plus grands trésors de notre temps.


La Noche Triste

En mai 1520, Cortes dut retourner sur la côte pour vaincre l'armée conquistador de Panfilo de Narvaez. En son absence de Tenochtitlan, son impétueux lieutenant Pedro de Alvarado a ordonné le massacre de milliers de nobles aztèques désarmés assistant au festival de Toxcatl. Lorsque Cortés revint en juillet, il trouva ses hommes assiégés. Le 30 juin, ils ont décidé qu'ils ne pouvaient pas tenir la ville et ont décidé de partir. Mais que faire du trésor ? À ce stade, on estime que les Espagnols avaient amassé quelque huit mille livres d'or et d'argent, sans parler de beaucoup de plumes, de coton, de bijoux et plus encore.

Cortes ordonna de charger le cinquième du roi et son propre cinquième sur des chevaux et des porteurs tlaxcalans et dit aux autres de prendre ce qu'ils voulaient. Les conquistadors insensés se chargeaient d'or : les intelligents n'emportaient qu'une poignée de bijoux. Cette nuit-là, les Espagnols ont été repérés alors qu'ils tentaient de fuir la ville : les guerriers mexicains enragés ont attaqué, massacrant des centaines d'Espagnols sur la chaussée de Tacuba hors de la ville. Les Espagnols l'appelèrent plus tard la "Noche Triste" ou "Nuit des Douleurs". La plupart des grands trésors de Montezuma ont été irrévocablement perdus cette nuit-là.


Pectoral étrusque d'or - Histoire

Cadeaux d'ornements étonnants L'histoire des créateurs de bijoux fantaisie américains et européens et fabricants, y compris les bijoux modernistes américains. Au fur et à mesure que nous découvrons des faits supplémentaires et recueillons des caractéristiques supplémentaires sur le concepteur ou le fabricant, nous les ajouterons. Nous ajouterons des concepteurs supplémentaires si le temps le permet et mettrons régulièrement à jour ces pages. Tous les poinçons, marques de fabricant et marques de contenu en or ou en argent sur cette page proviennent de bijoux en vente ou déjà vendus sur notre boutique en ligne.

Ceci est un travail en cours de réalisation!

Fin des années 1920 à la fin des années 1990. De jolies épingles figuratives avec des pierres.
Retour au sommet

Connu pour ses fabuleux pin's d'arbre de Noël fabriqués avec des strass et des cristaux Swarovski combinés. Retour au sommet

Pensé pour être Nina Ricci pour Avon. On m'a dit que cela pourrait être Avon de Belleville et non Nina Ricci. Je ne peux pas dire à ce stade. Mise à jour 2/2010 : Le NR n'est probablement pas pour Nina Ricci.

Cette marque a été trouvée sur KJL pour les boucles d'oreilles Avon. Les boucles d'oreilles sont également dans une boîte Avon. Poinçon plus récent [2000]

"Mark." pour Avon - Une nouvelle ligne

Elizabeth Taylor pour Avon 1993-1997

Jose Barerra pour Avon 1989 - Milieu des années 1990

1945 - 1993 ? Cincinnati Ohio -B. La société David était une petite entreprise qui produisait des costumes et des bijoux raffinés. Leur production était limitée. Cette société a produit une célèbre épingle de couronne qui est un favori des collectionneurs. Suivez le lien ci-dessus pour visiter la galerie B David et voir la couronne. Conceptions emblématiques : Jolies combinaisons de strass de haute qualité, bijoux délicats. Retour au sommet

Fondateurs : Alvin Rice, Robert Rice et Louis Mark-1946 -1957, Providence RI-Ce n'était pas des bijoux produits par McClelland Barclay qui sont très chers et auront la signature complète comme poinçon. Barclay a utilisé un poinçon pour la première fois en 1948.Conceptions emblématiques : Strass aux couleurs [très souvent bleu] sertis dans du métal doré. Retour au sommet

Fondateur(s) : McClelland Barclay 1935 - 1943 -De nombreux détectives de bijoux ont passé du temps à essayer de déchiffrer le lien, le cas échéant, entre ce fabricant et Barclay. la confusion commence avec la société Rice-Weiner. Rice-Weiner fabriquait et stockait des bijoux fantaisie pour McClelland Barclay et d'autres, dont Korda. L'un des anciens propriétaires après avoir quitté Rice-Weiner a fondé Barclay. Cette confusion s'est poursuivie avec ce que certains appellent l'estampage délibéré de poinçons similaires sur les bijoux des deux sociétés. McClelland Barclay était plus qu'un créateur de bijoux. Il était un peintre et un illustrateur estimé. Il est né à St. Louis, Missouri à la fin des années 1800. Il a étudié dans plusieurs écoles d'art et a ensuite publié son travail dans plusieurs magazines. Au cours des années 1920 et 1930, il est devenu mondialement célèbre pour ses bijoux Art déco. En 1943, alors qu'il était à bord d'un navire pendant la Seconde Guerre mondiale, il a perdu la vie. Ses belles créations vivent ! Les bijoux sont rares. Il a travaillé en sterling en 1942 et 1943. Le poinçon n'est jamais apparu sur une plaque en relief. Techniques/Signatures : Bijoux sculpturaux Art Déco, en argent sterling. Retour au sommet

Présent. A un site Web actuel. Connu pour être aussi mignon que possible, les bijoux sculpturaux fabriqués à partir de cristaux à facettes colorés et transparents haut de gamme. Son père possédait une bijouterie et bien qu'elle souhaitait devenir sculpteur, elle a ouvert sa première bijouterie en 1981. Avant cela, elle vendait des bijoux en verre soufflé à la main. Ses pièces sont pour la plupart fabriquées à la main. Retour au sommet


Ligne privée - Pas pour la cible

Cette entreprise est bien connue pour les bijoux de vacances. Ils l'ont créé pour d'autres sociétés, dont Walt Disney, ainsi que pour eux-mêmes. Au cours des années 1960, la société a été vendue au directeur, Leonard Mandell. M. Mandell l'a vendu à une autre société en 1975. La marque BJ a été utilisée pour la première fois à cette époque. L'entreprise a fermé en 1983. Haut de page

Années 1950 - 1970 ? -C'est un peu sommaire. j'ai lu que le nom Beaux Bijoux a été utilisé par Bowman Foster. Cette marque ne doit pas être confondue avec les pièces marquées Beau Sterling/Beaucraft. Beau Jewels n'a signé les boucles d'oreilles que lorsqu'elles faisaient partie d'un ensemble. Conceptions emblématiques : Jolies combinaisons de couleurs, grandes broches, construction en filigrane et rivet. Retour au sommet

1944-? Providence RI. En 2004, ils étaient toujours en activité. J'ai regardé leur site web et leur domaine n'est plus enregistré. Je crois qu'ils ne sont pas en affaires en ce moment et j'ai lu qu'ils vendaient leurs moules ! Marque déposée- BEAU-Producteurs de bijoux en argent sterling. Conceptions emblématiques : Bijoux en argent sterling de qualité. Retour au sommet

A un site Web actuel montrant des cadres et des objets très élaborés pour la maison. Concentré sur les bijoux jusqu'au début des années 2000. Les bijoux plus anciens n'étaient pas marqués. Certains peuvent être trouvés avec des autocollants en papier comme étiquettes. Retour au sommet

Fondateur(s) : Herbert & Pohs, Inc., New York. En opération de 1946 à 1979 - L'entreprise avait un bureau Providence R.I.. Leurs bijoux fantaisie de moyenne à haute qualité sont vendus dans des magasins tels que Lord & Taylor. Conceptions emblématiques : Connus pour leurs bijoux fantaisie à l'allure "réelle". Bijoux fantaisie de moyenne à haute qualité. Retour au sommet

Fondateur [s]/Propriétaire [s] : Bernard Shapiro et Lester Joy

Début des années 1960-1996 -La marque Les Bernard est une combinaison des noms des fondateurs. Bernard Shapiro est le fils d'un autre fabricant de bijoux fantaisie bien connu, Harold Shapiro fondateur de Société de bijoux Vogue. Leurs pièces étaient innovantes, utilisant des techniques jamais vues auparavant dans les bijoux de fantaisie. Les Bernard fabriquaient des bijoux pour les autres. Matériaux et techniques inclus: Des pièces de qualité utilisant des techniques inédites comme le sertissage de marcassites à dos plat et de strass dans un même article. Combinaison de différentes formes et pierres. Sterling. L'utilisation du tissu, du cristal et de l'émail. Retour au sommet

Fondateur(s) : Chicago Illinois, États-Unis

Années 1930 - Années 1950 - Comme vous pouvez le voir par les dates ci-dessus, l'entreprise n'a pas été en activité depuis longtemps. Une salle d'exposition a été ouverte à Chicago au début des années 1940 au deuxième étage du Merchandise Mart selon une annonce présentée dans le livre Un hommage à l'Amérique par Carla et Roberto Brunialti. Au moins un bijou Block a été conçu par Sandor Goldberger. Conceptions/techniques de signature : Des pièces de qualité fabriquées avec des strass haut de gamme. Pièces d'émail, plastique. Retour au sommet

Fondateur(s) : Henry et Yvette Bogoff ont fondé la Spear Novelty Company, Chicago, IL dans les années 1920. Ils produisaient des boutons et d'autres objets. Les bijoux de Bogoff ont commencé entre 1946 et les années 1960. Ensemble, Henry et Yvette dirigeaient une entreprise de joaillerie prospère qui était en mesure de rivaliser avec les autres grandes entreprises de joaillerie de l'époque. Après la mort d'Henry, l'entreprise a été transférée à New York. Les symboles de copyright ne ne pas apparaissent sur les bijoux Bogoff. Conceptions emblématiques : Chaîne distinctive, métal fini rhodium, métal argenté, petits strass, pavés de pierres, motifs de feuilles. Retour au sommet

Fondateur(s) : Marcel Boucher 1937 -1971

Marcel Boucher a reçu sa formation des meilleurs! Il s'est formé avec Cartier tout en vivant dans sa ville natale de France. Il est ensuite allé travailler pour Mazer Brothers avant de décider d'ouvrir sa propre entreprise. Marcel a épousé son assistante Sandra Semensohn. Sandra a conçu des montres pour Marcel Boucher. Elle a continué à diriger l'entreprise après sa mort en 1965. Elle a également conçu des bijoux et a obtenu plusieurs brevets. Finalement, la société est devenue une filiale de Dovorn Industry, un horloger.

Les numéros de conception accompagnaient les poinçons sur la plupart des bijoux fantaisie Boucher. Ces chiffres, bien qu'utiles pour essayer d'identifier une date pour votre pièce Boucher, ne sont pas gravés dans la pierre.

Certaines des caractéristiques Boucher comprennent : MB, Marcel Boucher, Marboux, Boucher, Parisina [utilisé pour la livre sterling fabriquée au Mexique] et Earrite. MB est l'une des premières marques. Habituellement, cette marque était accompagnée du bonnet phrygien. Cette marque est tirée du casque porté par les Français pendant la Révolution. Il existe des opinions divergentes sur le moment où cette marque a été utilisée. J'ai vu les dates suivantes. 1944-1949 et 1937-1949.

Une autre marque est "Sterling" accompagnant la marque MB. Les dates de cette marque que j'ai vues sont 1942-1944.Conceptions emblématiques : Strass de qualité, oiseaux 3D qui semblent voler !

MORCEAU DE FLEUR DU MOIS :

Bonnet Phrygien et Marque Sterling

Ces dates sont des approximations.

Fondateur(s) : Années 1960 - 1970 - On sait très peu de choses sur cette entreprise. J'aime un bon mystère alors je vais continuer à essayer de découvrir ce que je peux et le poster ici. On pense que ce bijou fantaisie a été fabriqué dans les années 1960 et 1970. L'épingle ci-dessous est un bon exemple de certaines des pièces que j'ai vues. Conceptions emblématiques : Épingles de sapin de Noël, métal doré et fil de fer. Retour au sommet

Fondateur(s) : Benny [B] Steinberg, Hy Slovitt [S] et Kaslo [K] - New York City-1948 au début des années 1980-BSK fabriquait des bijoux fantaisie de qualité moyenne qui étaient vendus dans les grands magasins. Leurs bijoux sont faciles à trouver sur le marché. Les informations sur cette entreprise sont limitées. Conceptions emblématiques : Intéressants motifs dorés et plaqués or. Bijoux de qualité moyenne avec émaillage et strass. Belles combinaisons de couleurs. A produit une ligne de bijoux en émail et en strass appelée "My Fair Lady". Retour au sommet

Fondateur(s) : Dan Stoenescu [auparavant considéré comme Staneslieu. Merci à Nancy Rossbacher pour cette information trouvée dans le magazine Vintage Fashion and Costume Jewelry, Vol. 19, n°3. 2009 à la page 3.] et Steve Brody, 1954 dans les années 1980, NYC-On ne sait pas grand-chose sur cette société. Steve Brody était un acteur de Broadway. Son partenaire était d'origine roumaine et leurs bijoux reflétaient souvent ce style audacieux associé au faste d'Hollywood. Il s'agit de bijoux fantaisie haut de gamme dont on dit qu'ils ont l'air réel. Certains disent qu'il rivalise avec la beauté de la haute joaillerie. Leurs arbres de Noël émaillés et autres bijoux de vacances sont très à collectionner, tout comme la plupart de ces bijoux inspirés d'Hollywood. Conceptions emblématiques : Bijoux fabriqués à la main. De gros bijoux audacieux utilisant des matériaux exemplaires du monde entier. Basé sur des bijoux de star de cinéma et populaire auprès de la "jet set". Glamour! Retour au sommet

Fondateur(s) : Providence RI, USA 1936 ou 1937 - les années 1980 - Cette société fabriquait des bijoux en argent sterling, or sur sterling et gold filled. Ils ont également fabriqué des chaînes en or 14 carats à un moment donné. La plupart des bijoux fabriqués étaient délicats, mais bien faits et de conception innovante. Des strass ont été utilisés dans certains des modèles. Il y a un excellent article sur Carl-Art dans la publication Bijoux fantaisie et fantaisie vintage, Vol.15, NO3, 2005. Cet article a été écrit par Cheri Van Hoover qui est également membre du forum Jewel Collect. Conceptions emblématiques : Sterling, or sur argent sterling, look rétro, délicat. Retour au sommet

Fondateur(s) : Hattie Carnegie 1919 - 1970- Hattie Carnegie était un autre créateur de mode qui s'est frayé un chemin dans le secteur des bijoux fantaisie. Née à Vienne en 1886, elle est venue aux États-Unis avec ses parents lorsqu'elle était enfant. En 1918, elle ouvre sa maison de couture à New York. Elle s'appelait Hattie Carnegie, Inc. Comme Schiaparelli, Chanel et d'autres, elle a commencé à commercialiser des bijoux qui, selon elle, iraient bien avec les tenues qu'elle a conçues. Ses bijoux fantaisie étaient un favori parmi les actrices et les mondaines de l'époque. Il était vendu dans certains grands magasins. Les bijoux Carnegie étaient/sont chers et très bien faits. Conceptions emblématiques : Figurines orientales, animaux, bijoux en strass et bijoux fantaisie avec des motifs d'inspiration grecque. Retour au sommet

Fondateur(s) : Clifford Burst et Joseph Bobley à New York. 1918 - 1977 - La première utilisation de la marque Castlecliff a eu lieu en 1941. Ils ont également utilisé Sterling Castlecliff et, Castlemark et Cassandra comme poinçons. Leurs bijoux étaient bien faits et vendus dans de meilleurs grands magasins. Dans les années 70, Castlecliff fait partie de Carnegie Industries Co. Dans les années 80, l'entreprise fait partie de Lucien Piccard Industries. Conceptions emblématiques : Des dessins complexes reflétant l'histoire. Style gothique, Art déco et Renaissance. Retour au sommet

Fondateur(s) : Propriété peu claire. New York, NY, États-Unis. Les dates d'exploitation possibles sont les années 1950 - 1970 - Une autre entreprise de bijoux fantaisie où les informations disponibles sont rares. Il est largement admis que les bijoux de fantaisie de célébrités ont été vendus lors de fêtes à la maison, un peu comme les bijoux de Sarah Coventry. Il est possible de voir des pièces non marquées car certaines n'étaient marquées qu'avec une étiquette volante en papier et s'il s'agissait d'un ensemble, une seule pièce serait marquée. Conceptions/techniques de signature : Bijoux en argent et or, certains bijoux en strass, gamme de qualité mixte. Retour au sommet

Ce qui précède dit Celebrity NY

Fondateur(s) : Charel Jewelry Co., Inc., Brooklyn NY, USA, vers 1945-On ne sait pas quand cette société a cessé ses activités. Les bijoux sont relativement rares et de qualité moyenne. Conceptions/techniques de signature : Plastiques colorés, y compris Thermoplastique bijoux, influences Art Moderne. Retour au sommet

Propriétaire et concepteur : Fondée par Emanuel Ciner en 1892- La société a commencé à fabriquer des bijoux fantaisie en 1931. Elle produisait à l'origine des bijoux de qualité. Leurs bijoux ont l'apparence de vrais bijoux. Les bijoux fantaisie Ciner sont souvent appelés le "Tiffany" de bijoux fantaisie. Les bijoux fantaisie Ciner sont portés et appréciés par de nombreuses personnes, y compris les riches et les célébrités. Toujours en affaires. Matériaux et techniques inclus: De vraies fausses perles du Japon, des matériaux de haute qualité, y compris des strass. Perles de graines de turquoise serties principalement de métal doré. Retour au sommet

Fondateur(s) : Guglielmo Cini, Boston, MA, USA 1922-Guglielmo Cini était originaire de Florence, Italie. Il a immigré aux États-Unis en 1922. Cini a apporté avec lui son talent pour l'artisanat de bijoux. Ses premiers travaux ont été réalisés en argent sterling et il a également créé des bijoux en plaqué or. Au cours des années 1950, les strass ont commencé à apparaître dans son travail. Une partie de sa clientèle était constituée de stars de cinéma et sa réputation grandit comme l'un des meilleurs maîtres joailliers. L'entreprise a déménagé à Laguna Beach, Californie en 1957, Cini est décédé en 1979, mais sa femme, un apprenti nommé Felipe Mendoza, a poursuivi l'entreprise. J'ai lu qu'entre 1970 et 1993 l'entreprise a cessé de produire des bijoux et a redémarré en 1993. Les bijoux Cini ne sont pas toujours signés, mais une fois qu'on se familiarise avec son style, il est facile de reconnaître les pièces. Conceptions/techniques de signature : Bijoux en argent sterling et plaqué or. Bijoux faits à la main. Reproductions de pièces antiques, bijoux d'aspect classique, repoussés, filigranes et bijoux en 3D. Retour au sommet

Fondateur(s) : Peut-être Premier Jewelry Co., Inc., New York City, NY, États-Unis - Claudette est considérée comme la marque de commerce de Premier Jewelry Company et elle a été utilisée pour la première fois en 1945. On ne sait pas quand cette société a cessé ses activités. Les bijoux fantaisie avec la marque Claudette sont rares. Les bijoux en strass sont généralement bien faits. Cette entreprise produisait également des bijoux en plastique. Les bijoux en plastique sont plus disponibles sur le marché. Certains de ces bijoux sont marqués d'une étiquette volante en papier. Conceptions/techniques de signature : Bijoux en strass de haute qualité, bijoux en thermoplastique. Formes et couleurs intéressantes. Retour au sommet

Le nom de l'entreprise est une contraction de leurs noms de famille. L'histoire de Coro est aussi longue que fascinante. Il n'y a vraiment aucun moyen de rendre justice à cette entreprise sur une seule page. Cette version brève devrait suffire à donner au lecteur un aperçu de l'entreprise très influente. La société a été fondée à New York en 1901 par Cohn sous le nom de E. Cohn & Company. Repensez à l'époque, au début du siècle et aux styles de bijoux qui étaient populaires, le Art Nouveau période. Les bijoux américains étaient encore fortement influencés par les styles européens. Les grands magasins de New York ne prêtaient certainement pas beaucoup d'attention à ce que nous appelons aujourd'hui les bijoux fantaisie. Cohn avait une formation en affaires. Il a remarqué l'espace limité des bijoux de fantaisie recueillis dans les magasins. En 1903, il s'associe à Rosenberger, qui avait des connaissances en joaillerie, pour créer la Cohn and Rosenberger Company afin de combler le vide. La nouvelle société a produit des découvertes pour plusieurs articles, notamment des sautoirs et des épingles de collier. En 1911, le propriétaire d'origine, Emanuel Cohn, décède et Rosenberger en prend le contrôle total. Une croissance régulière s'est poursuivie sous sa direction. Une usine a été ouverte à New York et la gamme d'articles produits s'est élargie. Soon due to increasing demand Coro opened factories in Providence, R.I. and later in Canada. The building and factory in New York was retained. The decision to build the huge factory in Providence was a bit risky since all of this occurred during 1929, not the ideal economic times. The decision proved to be a wise one.

The name Coro was officially used for the first time in 1943. Coro became known as the unofficial jewelry college in Providence. Students arrived from all over the world to be taught the jewelry business. There was no tuition and the students even received a small paycheck. This was another brilliant move as many of these "students" went on to work at Coro. The company went on to become the largest costume jewelry manufacturer in the world.

In 1924 Adolph Katz joined the company. There is some gray area regarding how much he designed, if at all. We have all seen the patents with his name all over them. Katz in his position acted as a representative for Coro. It is thought that his name appears on the patents in this capacity. Certainly Katz was a visionary and his position he had a significant impact on the selection of upcoming lines. His selections and/or designs defined Coro. Coro helped to define costume jewelry in the USA.

Gene Verrecchia was the head designer and responsible for such designs as the very popular "Coro Duettes". The company used many trade/hallmarks. Of note are Francois, Corocraft et Vendome, all were Coro's top of the line output. Coro Craft was introduced in 1937 and Vendome in 1944. Coro jewelry could be found at many price points. The Coro Mexico line was produced at a taller owned by Hector Aquilar during the years 1943 to 1950. The company was purchased by The Richton International Corporation in 1957 and closed its doors in 1979. Designed and patented the interlocking mechanism for the "Coro Duettes" pins/clips and The "Quivering Camellia" line. Known for figurals and Jelly Bellies, floral and foliate as well as patriotic motifs. Materials used were diverse. Rhinestones, seed pearls, sterling silver, Lucite and so much more! Retour au sommet


L'homme qui a trouvé un trésor caché dans les montagnes Rocheuses est révélé

Jack Stuef, 32 ans, étudiant en médecine du Michigan, a localisé une réserve de pépites d'or, de pierres précieuses et d'artefacts précolombiens qui avaient été cachés par le marchand d'art Forrest Fenn dans le cadre d'une chasse au trésor.

L'homme qui a trouvé un coffre au trésor caché d'une valeur d'environ 2 millions de dollars l'été dernier dans les montagnes Rocheuses – un qui a séduit les chercheurs de fortune pendant une décennie, a fait au moins deux morts et a engendré des poursuites contre le marchand d'art qui l'a caché là – a été identifié lundi comme un étudiant en médecine du Michigan.

L'étudiant, Jack Stuef, 32 ans, a découvert la cachette de pépites d'or, de pierres précieuses et d'artefacts précolombiens le 6 juin dans le Wyoming, a écrit le petit-fils du marchand d'antiquités aujourd'hui décédé Forrest Fenn sur un site Web consacré au trésor.

M. Fenn, décédé en septembre à l'âge de 90 ans, a écrit sur le coffre au trésor caché dans un mémoire auto-publié, "The Thrill of the Chase", en 2010 et a fourni des indices sur l'emplacement dans 24 vers cryptiques d'un poème.

Cela a déclenché une chasse au trésor des temps modernes, au cours de laquelle au moins deux personnes sont mortes en essayant de trouver la cache et a incité un chef de la police de l'État du Nouveau-Mexique à exhorter M. Fenn à arrêter la chasse en 2017, affirmant que les gens mettaient leur vie en danger. à risque.

Le petit-fils de M. Fenn, Shiloh Forrest Old, a écrit lundi que sa famille avait été contrainte de rendre public le nom de M. Stuef en raison d'une ordonnance d'un tribunal fédéral dans l'un des procès dans lesquels M. Fenn avait été nommé.

"Nous félicitons Jack d'avoir trouvé et récupéré le coffre au trésor, et nous espérons que cette confirmation aidera à dissiper les conjectures, les inepties du complot et les refus d'accepter la vérité", a écrit M. Old.

Lundi également, M. Stuef s'est présenté comme l'auteur d'un souvenir anonyme de M. Fenn publié sur le site Web Medium en septembre, dans lequel l'écrivain a déclaré avoir trouvé le trésor.

M. Stuef n'a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires, mais il a déclaré au magazine Outside dans un article publié lundi qu'il avait appris l'existence du trésor caché de M. Fenn en 2018 et qu'il était devenu obsédé par sa récupération.

"Je pense que j'ai été un peu embarrassé de voir à quel point j'étais obsédé par ça", a déclaré M. Stuef au magazine. « Si je ne le trouvais pas, j’aurais l’air d’un idiot. Et peut-être que je ne voulais pas m'avouer quelle emprise cela avait sur moi.

M. Stuef n'a pas dit où il avait trouvé le coffre au trésor, qui, selon M. Fenn, contenait un trésor de 2 millions de dollars comprenant des pépites d'or, des pièces de monnaie, des saphirs, des diamants et des artefacts précolombiens.

« Hélas, je suis un millénaire et j'ai des prêts étudiants à rembourser », a écrit M. Stuef sur Medium, « il ne serait donc pas prudent de continuer à posséder le Fenn Treasure.

M. Stuef était timide sur les détails de la découverte dans son hommage à M. Fenn.

« Quand je reviens un jour m'allonger sous ces pins imposants, incliner mon chapeau sur mon visage pour me protéger du soleil éclatant et m'endormir pour une sieste de plus dans cette forêt sereine dans la nature sauvage de l'État de Cowboy, je sais il se reposera là à côté de moi », a-t-il écrit. « J'espère que cet endroit restera toujours aussi vierge que lorsqu'il l'a découvert pour la première fois. Deux personnes pourraient garder un secret. Maintenant, l'un d'eux est mort.

Deux jours après la découverte, un avocat de Chicago a déposé une plainte devant le tribunal de district américain de Santa Fe le 8 juin contre M. Fenn et la personne anonyme qui a trouvé le trésor. L'avocate, Barbara Andersen, a déclaré qu'après avoir passé plusieurs années à déchiffrer minutieusement le poème de M. Fenn et à rechercher l'emplacement général du trésor, quelqu'un a piraté son téléphone portable et volé des informations exclusives qui les ont conduits au trésor.

Dans son procès, Mme Andersen a demandé au tribunal d'empêcher la vente aux enchères des objets du coffre au trésor et de lui remettre le coffre.

Un avocat de la succession Fenn n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire lundi, et les efforts pour joindre M. Old ont été infructueux.

Selon le profil LinkedIn de M. Stuef, il est diplômé de l'Université de Georgetown en 2010 et avait travaillé comme journaliste et pour le site Web satirique The Onion. M. Stuef a également écrit pour le blog politique Wonkette, où il a provoqué une tempête de feu en 2011 lorsqu'il s'est moqué du plus jeune fils de l'ancienne gouverneure Sarah Palin d'Alaska, atteinte du syndrome de Down. Il s'est excusé et a quitté la publication.


Hidden Treasure Chest Filled With Gold And Gems Is Found In Rocky Mountains

Forrest Fenn, the millionaire who hid a treasure chest in the Rocky Mountains, says someone has finally found it. The riddle of the prize's location is in a poem from his book, The Thrill of the Chase. John Burnett/NPR masquer la légende

Forrest Fenn, the millionaire who hid a treasure chest in the Rocky Mountains, says someone has finally found it. The riddle of the prize's location is in a poem from his book, The Thrill of the Chase.

After sitting undisturbed for more than 10 years, a treasure chest holding gold nuggets and precious gems has been found in the Rocky Mountains. The box was hidden by millionaire art dealer Forrest Fenn his only clues included a map and a poem. But after countless quests, the search is over.

Arts & Life

Seeking Adventure And Gold? Crack This Poem And Head Outdoors

Nationale

Rocky Mountains Treasure Hunt Turns Fatal

Le bidirectionnel

Search For Buried Treasure Linked To Illinois Man's Death At Yellowstone

"The treasure has been found," Fenn wrote in a statement to a blog run by Dal Neitzel for discussions among Fenn treasure seekers.

"It was under a canopy of stars in the lush, forested vegetation of the Rocky Mountains and had not moved from the spot where I hid it more than 10 years ago," Fenn said. "I do not know the person who found it, but the poem in my book led him to the precise spot."

The successful seeker has not come forward.

"The guy who found it does not want his name mentioned. He's from back East," Fenn told The New Mexican in Santa Fe. The find was confirmed by a photograph, he added.

Forrest Fenn's treasure was tucked away in an ornate, heavy Romanesque box that was filled with gold nuggets, gold coins and precious gems. Courtesy of Forrest Fenn masquer la légende

Forrest Fenn's treasure was tucked away in an ornate, heavy Romanesque box that was filled with gold nuggets, gold coins and precious gems.

The search for Fenn's hidden treasure became a sensation, luring tens of thousands of people to try to decipher the clues and embark on what they hoped would be a life-altering hike in the wilderness. But for years after the first clues appeared in Fenn's self-published book, The Thrill of the Chase, no one could find the right spot.

For some, it became a dangerous obsession: In the process of looking for the trove that was said to be worth as much as $2 million, at least four people have died.

"The ornate, Romanesque box is 10-by-10 inches and weighs about 40 pounds when loaded," as NPR's John Burnett reported in 2016. "Fenn has only revealed that it is hidden in the Rocky Mountains, somewhere between Santa Fe and the Canadian border at an elevation above 5,000 feet. It's not in a mine, a graveyard or near a structure."

The treasure map and poem from Fenn's book. Benchmark Maps/Courtesy of Forrest Fenn masquer la légende

The treasure map and poem from Fenn's book.

Benchmark Maps/Courtesy of Forrest Fenn

After reports that searchers had died while looking for his treasure, Fenn tried to dissuade people from taking perilous risks, saying in a statement emailed to NPR, "The treasure is not hidden in a dangerous place. I hid it when I was about 80 years old."

Three years ago, the treasure hider said he believes at least 250,000 people have looked for the stash. But noting the accidents that have occurred, he added, "The search is supposed to be fun."

Fenn, who will turn 90 in August, had pledged never to reveal where he hid the prize, telling Burnett in 2016, "If I die tomorrow, the knowledge of that location goes in the coffin with me."


How a Treasure of Desert History Turned Into Nothing but Fool’s Gold

It was New Year’s Eve when Jerry Freeman phoned LeRoy Johnson to tell him about his amazing discovery in the back country of Death Valley National Park: a chest of possessions abandoned 150 years ago by a luckless forty-niner.

Johnson, a friend of Freeman’s and an authority on Death Valley history, hopped into his car and drove more than 200 miles from Bishop to Freeman’s Pearblossom home to see for himself.

“I was just astounded at it,” Johnson recalled last week. “I took it at face value. Then when we began looking at individual things, I began raising questions to Jerry. Still, it seemed credible.”

But as he drove home the next day, Johnson developed more reservations. Some of the chest contents just didn’t make sense. In San Diego, Richard Lingenfelter, another Death Valley historian, had the same reaction when he read a newspaper account.

Although it would take several weeks of historical detective work before the National Park Service pronounced the chest a fake, the discovery almost instantly raised doubts among Death Valley cognoscenti.

The small wooden trunk contained what Lingenfelter called a “curious collection of belongings”: bowls, a doll, a flintlock pistol, a pair of child’s shoes, gold and silver coins, lace, tintypes, a telescope, a hymnal with a short, emotional letter tucked inside, and a manifest of the chest’s contents dated Jan. 2, 1850.

The manifest bore the name of William Robinson, one of the pioneers who in 1849 took a misguided shortcut through Death Valley on their way to the California gold fields. The letter, signed “William,” was an eloquent if ungrammatical farewell by a man uncertain of his fate. His last ox had died, forcing him to leave the chest behind and continue on foot.

Did it make sense, Lingenfelter mused, for someone headed for the gold fields to leave behind coins that easily could have been carried in his pocket? The telescope was broken. Why, wondered Johnson, would a man struggling through some of the harshest country in America lug along a busted telescope?

Lingenfelter’s suspicions were further raised by the manifest, which referred to a “grubstake,” a form of prospector credit. The earliest recorded mention of the term dates from 1863, Lingenfelter said, and the practice probably didn’t develop until the late 1850s.

Lingenfelter, the author of a 1986 book on Death Valley’s history and myth, called the park service with his doubts. Johnson too talked to the park staff and in mid-January, after Freeman had turned the chest over to the park officials, drove to Death Valley to once again examine it.

The park service brought in an expert from the Western Archeological and Conservation Center in Tucson and consulted other historians. They scrutinized the trunk’s contents through the lens of science, history and common sense.

The letter, written in pencil, contained erasures. When you’re hungry, thirsty and scribbling what may be your final words, are you really going to be fumbling around with an eraser?

The manifest and letter appeared to be written on old paper, but they looked very much to Johnson as if they had been ripped from the back of an old book.

Then there was the fact that many of the items were in remarkably good shape. True, the dry climate would preserve artifacts. But, said park spokesman Tim Stone, “the overall condition of the trunk and artifacts just appeared not to match something that had been outside in this environment” for a century and a half.

Still, such speculation was just that, not definitive proof. For that the park service conservator turned to various items in the chest.

One was a ceramic bowl with a manufacturer’s name and mark on the bottom. Park staff contacted the National Museum of American History at the Smithsonian Institution, which has records of manufacturing hallmarks.

Museum ceramics expert Bonnie Lilienfeld looked up the mark--a shield with two horizontal lines and a crown. The German company that made the bowl didn’t start using that mark until 1914.

Glue on a few items didn’t look like the heavy adhesive of the 1800s, so the conservator took some samples to Tucson for testing. They contained 20th century polymers.

Finally, there were two tintypes. A reference check confirmed that the photographic process used for tintypes wasn’t patented until 1856.

“Nothing in that box was placed there by one of the forty-niners. Nothing,” emphasized Johnson, who with his wife, Jean, wrote a book about William Manly’s rescue of the forty-niners stranded in Death Valley during the winter of 1849-50.

“If it had been real, it would have been one of the greatest contributions to Death Valley historical artifacts that you can imagine,” Johnson added. “But it’s not real.”

That is a painful thing for Johnson to say about his friend’s discovery. “I have no reason to believe Jerry perpetrated a hoax,” he said. “I’m not willing to point fingers at Jerry or anyone else.”

Freeman, a substitute teacher long fascinated with the Death Valley forty-niners, remains adamant that the chest is genuine.

“I stand by the authenticity of that trunk,” Freeman said Friday. “My feelings are [that] any conclusions the park service draws are at best suspect and probably bogus.”

If it is a hoax, he said, “it was a setup, and I’m the fall guy.”

The matter will be turned over to the Interior Department’s West Coast solicitor’s office, Stone said, but it is unclear if any legal action will be taken. The park is not sure what to do with the chest. One idea is to display it--as a grand example of Death Valley fakery.

Bettina Boxall covered water and the environment for the Los Angeles Times before retiring in 2021 after 34 years at the paper. She shared the 2009 Pulitzer Prize for explanatory reporting with colleague Julie Cart for their five-part series on the causes and effects of escalating wildfire in the West.

Dans une rare interview, Joni Mitchell s'entretient avec Cameron Crowe de l'état de sa voix et de la réalisation de "Blue", 50 ans après sa sortie.

Ces voyages vous emmèneront dans des endroits inestimables, et nos conseils de pro vous aideront à creuser plus profondément.

Les responsables des transports et les conducteurs attendent de voir les modèles de circulation et de transit modifiés par la pandémie de COVID-19 offrir des indices sur l'avenir des déplacements domicile-travail ou ne marquer qu'un changement temporaire dans l'embouteillage de L.A.

Les Californiens peuvent désormais accéder à une copie numérique de leur dossier de vaccination COVID-19 dans le cadre d'un nouveau système dévoilé par l'État, ont déclaré des responsables.

Disneyland et Disney California Adventure ont levé les règles concernant les foules et la distanciation. Les feux d'artifice reviennent. Mais certains changements vont rester.


Voir la vidéo: Enquête dailleurs - Étrusques, le peuple mystérieux