Palais Sponza

Palais Sponza

Le palais Sponza a peut-être été conçu à l'origine comme la maison des douanes de Dubrovnik, mais ce bâtiment opulent a joué divers rôles. Achevé en 1522, le palais Sponza faisait partie intégrante de l'identité de la ville en tant que centre commercial dynamique au sein de ce qui est aujourd'hui connu sous le nom de Croatie.

Le fait que le palais Sponza ait survécu au tremblement de terre de 1667 témoigne de la force de son ingénierie. Aujourd'hui, le palais abrite les archives de Dubrovnik et sert de cadre au Mémorial des défenseurs de Dubrovnik, une puissante commémoration de ceux qui ont été tués au début des années 1990 lors du siège de Dubrovnik.

Histoire du palais Sponza

Le palais Sponza a été construit entre 1516 et 1522 par Paskoje Miličević Mihov. Le bâtiment de forme rectangulaire a été conçu dans les styles gothique et Renaissance avec un impressionnant atrium voûté ou cour centrale et une loggia extérieure (une galerie couverte ou un couloir à l'étage supérieur). Le palais était orné de sculptures des frères Andrijić, tous deux maîtres tailleurs de pierre.

Le palais Sponza a été initialement conçu comme un bureau de douane et un entrepôt sous douane, mais il a ensuite assumé les fonctions de monnaie, d'armurerie, de trésorerie, de banque et d'école. Le palais était souvent appelé « Divona » du croate pour les coutumes, « dogana ».

Avec la création de l'Academia dei Concordi, une académie littéraire du XVIe siècle, le palais est devenu le cœur culturel de la République de Raguse. Les membres de l'académie, fondée par un groupe de poètes, se réunissaient dans la grande salle du premier étage. Dans le même temps, l'atrium du palais servait de centre commercial où les hommes d'affaires se réunissaient.

Le palais a survécu au tremblement de terre de 1667 qui a dévasté une grande partie de la vieille ville de Dubrovnik. Cela a permis aux affaires de l'État de se poursuivre au sein de leurs bureaux, sauvant potentiellement la république de la crise.

Palais Sponza aujourd'hui

Aujourd'hui, le palais Sponza abrite les archives de la ville, contenant des documents remontant au XIIe siècle. La collection abrite quelque 7 000 manuscrits en volume et environ 100 000 manuscrits individuels. La place Luža devant le palais est utilisée pour ouvrir le festival d'été de Dubrovnik avec le palais Sponza servant de salle de spectacle.

Les visiteurs trouveront la fonction commerciale historique du palais littéralement écrite sur le mur, comme le dit en latin une inscription sur une arche de l'atrium : « Nos poids ne permettent pas de tricher. Quand je mesure les biens, Dieu mesure avec moi ».

Le palais Sponza abrite également le Mémorial des défenseurs de Dubrovnik, une salle dédiée à ceux qui ont été tués lorsque la Croatie a succédé à l'ex-Yougoslavie entre 1991 et 1995. De nombreux jeunes sont morts lors des affrontements entre l'Armée populaire yougoslave (JNA) et les forces croates , leurs photographies tapissant les murs de la salle commémorative. Les visiteurs de Dubrovnik trouveront toujours des impacts de balles dans les murs du palais et de la cathédrale du conflit.

Se rendre au palais Sponza

Situé près de la côte dans le centre historique de Dubrovnik, le palais Sponza se trouve facilement à pied sur la place Luža lorsque vous explorez les rues piétonnes. Vous pouvez rejoindre la vieille ville via les transports en commun sur les lignes de bus 1A, 1B, 3 ou 8 depuis la gare routière principale et le port. Bien que les voitures ne soient pas autorisées dans la vieille ville, il y a des places de stationnement à proximité de la porte Ploce dans la rue Petra Kresimira.


Palais Sponza

Les Palais Sponza (Croate: Palača Sponza), aussi appelé Divona (de dogane, coutumes), est un palais du XVIe siècle à Dubrovnik, en Croatie. Son nom est dérivé du mot latin "spongia", l'endroit où l'eau de pluie était collectée.

Le bâtiment rectangulaire avec une cour intérieure a été construit dans un style mixte gothique et Renaissance entre 1516 et 1522 par Paskoje Miličević Mihov. La loggia et les sculptures ont été réalisées par les frères Andrijić et d'autres tailleurs de pierre.

Le palais a rempli diverses fonctions publiques, notamment en tant que bureau de douane et entrepôt sous douane, monnaie, armurerie, trésor, banque et école. Il est devenu le centre culturel de la République de Raguse avec la création de la Academia dei Concordi, une académie littéraire, au XVIe siècle. Il a survécu au tremblement de terre de 1667 sans dommage. L'atrium du palais servait de centre commercial et de lieu de rencontre d'affaires. Une inscription sur une arche témoigne de cette fonction publique :

Fallere nostra vetant et falli pondera. Meque pondero cum merces ponderat ipse deus. "Nos poids ne permettent pas de tricher. Quand je mesure des biens, Dieu mesure avec moi."

Le palais abrite aujourd'hui les archives de la ville, qui contiennent des documents remontant au XIIe siècle, le plus ancien manuscrit datant de 1022. Ces fichiers, comprenant plus de 7 000 volumes de manuscrits et environ 100 000 manuscrits individuels, étaient auparavant conservés dans la maison du recteur& #8197palais.

La place Luža devant le palais est utilisée pour la cérémonie d'ouverture du Festival de Dubrovnik Summer . Le palais Sponza lui-même est également utilisé comme salle de spectacle. [1]

L'atrium du palais est la base du modèle informatique 3D "Sponza Atrium", créé pour un concours de rendu et maintenant un modèle de référence largement utilisé pour le rendu d'éclairage global. [2] [3]


Palais Sponza

Palais Sponza a été construit au début des années 1500, conçu par l'architecte Pasij Milicevic. C'est l'un des rares bâtiments à avoir survécu au tremblement de terre de 1667 à Dubrovnik.

Initialement, il a été construit comme la maison des douanes et la menthe de la ville. La façade du palais est (voir photos ci-dessous) une combinaison d'architecture gothique et Renaissance comprenant de belles fenêtres gothiques, des cloîtres et des cours intérieures.
La sculpture sur pierre complète de toutes les belles caractéristiques a été réalisée à l'époque par les frères Andrijic de Korcula qui ont également, entre autres, construit la cathédrale de Korcula
Le palais comporte une inscription disant : “Nama je zabranjeno varati i krivo mjeriti i kad važem robu sa mnom je važe sam Bog” sens "Il nous est interdit de tricher et d'utiliser de fausses mesures, et quand je pèse des marchandises, Dieu me pèse"
Aujourd'hui, le palais abrite le Archives de l'État de Dubrovnik et le Musée des défenseurs de Dubrovnik (Ouvert de 8h à 14h tous les jours)


Contenu

Un architecte anglais William Ward Marret a conçu le palais. Le monogramme « VO » de Sir Vicar figure sur les meubles, les murs et le plafond du palais. Il est entièrement fait de marbre italien avec des vitraux et couvre une superficie de 93 970 mètres carrés (1 011 500 pieds carrés).

Le palais a été construit en forme de scorpion avec deux aiguillons déployés comme des ailes au nord. La partie médiane est occupée par le corps de logis et la cuisine, Gol Bangla, Zenana Mehal, et les quartiers du harem s'étendent au sud. Le Nawab était un grand voyageur et ses influences se reflètent dans l'architecture, qui combine des influences italiennes et Tudor.

Sir Viqar-ul-Umra, le Premier ministre d'Hyderabad, après une visite en Europe, a décidé de se construire une résidence de style européen. La première pierre de la construction a été posée par Sir Vicar le 3 mars 1884. Il a fallu neuf ans pour achever la construction et meubler le palais. Sir Vicar a emménagé dans le Gol Bangla et Zanana Mahel du palais de Falaknuma en décembre 1890 et suivi de près les travaux de finition au Mardana portion.

Il a utilisé le palais comme résidence privée jusqu'à ce que le palais soit remis au 6e Nizam d'Hyderabad vers 1897-1898.

Le palais a été construit et meublé pour un coût de 4 millions de yens (équivalent à 1,5 milliard de yens ou 21 millions de dollars américains en 2019), ce qui a nécessité un emprunt auprès de la Banque du Bengale. Au printemps 1897, le sixième Nizam d'Hyderabad, Mir Mahbub Ali Khan fut invité à séjourner au palais. Il a prolongé son séjour à une semaine, puis à quinze jours, puis à un mois, ce qui a incité Sir Viqar à le lui offrir. Le Nizam a accepté mais a payé une partie de la valeur du palais. La famille Paigah soutient qu'environ 2 millions de yens (équivalent à 480 millions de yens ou 6,8 millions de dollars américains en 2019) ont été payés.

Les Nizam utilisaient le palais comme maison d'hôtes pour les invités royaux visitant le royaume d'Hyderabad. La liste des visiteurs royaux comprenait le roi George V, la reine Mary, Edward VIII et le tsar Nicolas II. [7] [8] Le palais est tombé en désuétude après les années 1950. Le dernier invité important était le président indien, Rajendra Prasad, en 1951. [3]

Le palais a ensuite été restauré après avoir été loué par le groupe d'hôtels Taj. La restauration, qui a commencé en 2000, a duré dix ans et a été gérée par la princesse Esra, la première épouse de Mukarram Jah. Aujourd'hui, l'hôtel est à nouveau utilisé pour accueillir des clients à Hyderabad, tels que Aga Khan IV, Ivanka Trump et Narendra Modi.

L'un des points forts du palais est la salle de réception d'État, dont le plafond est décoré de fresques. La salle de bal contient un orgue manuel de deux tonnes qui serait le seul de son genre au monde [9]

Le palais compte 60 chambres et 22 salles. Il possède des collections considérables d'artefacts du Nizam, notamment des peintures, des statues, des meubles, des manuscrits, des livres, une vaste collection de jade et des lustres vénitiens. [dix]

Il possède une bibliothèque au toit en noyer sculpté, réplique de celle du château de Windsor. La bibliothèque abrite plus de cinq mille livres. [4] Il possède une vaste collection de livres en anglais, en ourdou et en persan ainsi que des copies du Coran et de rares premières éditions. [4]

La salle à manger peut accueillir 101 convives. [3] Les chaises sont en palissandre sculpté avec un revêtement en cuir vert.

Burroughs et Watts d'Angleterre ont conçu deux tables de billard identiques, dont l'une se trouve au palais de Buckingham et l'autre dans la salle de billard du palais. [3]

Le palais était la propriété privée de la famille Nizam et n'était normalement pas ouvert au public jusqu'en 2000.

En 2000, Taj Hotels a commencé à rénover et à restaurer le palais. [11] L'hôtel rénové a été ouvert en novembre 2010. [12] [13]


Que savez-vous de deux des palais les plus célèbres de Dubrovnik ?

Vous en aurez certainement pris des photos, et probablement aussi entré à l'intérieur, mais que savez-vous vraiment du palais du recteur et du palais Sponza ?

Dubrovnik possède plus d'histoire et de patrimoine inestimable qu'on ne pourrait jamais le condenser en un seul article, mais certains bâtiments se démarquent plus que les autres.

Si vous êtes entré dans la vieille ville de l'UNESCO par la porte de Ploče (Vrata od Ploča), vous aurez été accueilli par la magnifique merveille architecturale qu'est le palais Sponza à votre droite. Le tout premier bâtiment que vous rencontrez en arrivant à Stradun est un régal pour les yeux. Sponza Palace, son nom dérivé de '' spongia '', qui signifie le '' endroit où l'eau de pluie est collectée '', est esthétiquement étonnant et l'inspiration pour de nombreuses photographies, il est très peu probable que vous ayez réussi à passer celui-ci, surtout si vous l'avez visité pendant le festival d'été de Dubrovnik, où la place Luža, située juste en face du palais, est traditionnellement utilisée pour la cérémonie d'ouverture.

Le palais Sponza a été construit pour la première fois au 16ème siècle

Cet incroyable mélange de gothique et de Renaissance a été construit pour la première fois par le célèbre architecte de Dubrovnik (Ragusan) Paskoje Miličević Mihov (1440-1516) en 1516, la construction ne s'est terminée qu'en 1522 après le décès de Mihov au cours de la toute première année de construction du palais Sponza. . Les frères Andrijić, qui ont réalisé les nombreuses sculptures du palais, ont notamment travaillé sur les ajouts au palais. Bien qu'il ne soit malheureusement pas celui qui a terminé son travail, Mihov n'était pas étranger aux défis et avait un talent inégalé pour de telles tâches, l'homme qui a travaillé sur les fortifications des deux murs de Dubrovnik, sinon la principale attraction de la ville à ce jour. , et ceux des puissants murs de Ston, souvent appelés mur de Chine européen, Mihov savait faire un excellent travail.

Sinon, Mihov, qui mérite amplement qu'on s'y attarde, a bel et bien laissé son empreinte sur la ville de Dubrovnik (alors République autonome de Raguse). Outre le palais Sponza et travaillant sur les fortifications susmentionnées des murs de Ston et de Dubrovnik, il a également conçu trois ponts, dont deux ont été construits au XVe siècle et mènent à la forteresse de Revelin à ce jour.

Le palais Ragusan a servi de banque, d'armurerie, de trésor, de bureau de douane, d'entrepôt et même d'école

Pas seulement un joli visage, pourrait-on dire. Étant aussi vieux qu'il est, vous pouvez probablement deviner que le palais Sponza a vu sa juste part de va-et-vient au cours des très, très nombreuses années depuis sa construction originale. Construit à l'époque de la République autonome de Raguse (République de Dubrovnik/Dubrovačka Republika), le palais Sponza a même réussi à survivre à la dévastation de l'énorme tremblement de terre de 1667 qui a pratiquement rasé la ville, tuant la plupart de ses habitants et provoquant des incendies dans n'importe quel bâtiments encore debout. L'atrium du palais, qui est encore utilisé aujourd'hui pour des concerts et d'autres spectacles en raison du son incroyable que les murs produisent lorsqu'ils sont accompagnés de musique live, était autrefois utilisé comme lieu de rencontre pour le commerce et d'autres affaires. Si vous levez les yeux lorsque vous vous tenez à l'intérieur de l'atrium, vous verrez une vieille inscription qui se traduit par "Nos poids ne permettent pas de tricher". Quand je mesure les biens, Dieu mesure avec moi.''

En raison de sa position privilégiée et principale au cœur de la ville, de sa belle conception et de sa taille, le palais a naturellement occupé de nombreuses fonctions différentes au cours des siècles, devenant même le centre culturel de la République de Ragusan suite à la création d'une académie littéraire créée au cours de la 16e siècle.

Le palais Sponza abrite les archives de la ville de Dubrovnik, datant du XIIe siècle

Et vous pouvez probablement imaginer combien de documents il y a dans le palais Sponza, de bien plus loin que ce que notre esprit nous permet d'errer ou peut même réussir à commencer à comprendre. Si vous voulez vraiment que votre esprit soit époustouflé, il convient de mentionner que le plus ancien document connu qui habite le palais Sponza à l'époque moderne remonte à l'année 1022 ! Ces documents et dossiers inestimables, précieux et anciens étaient autrefois hébergés au palais du recteur, alors passons à celui-ci.

Le palais du recteur ! Un autre bâtiment de style gothique/renaissance avec de belles caractéristiques baroques qui se démarque de la foule parmi une ville déjà esthétique. Se faire remarquer parmi toute une ville à l'architecture époustouflante n'est pas une mince affaire, mais le palais du recteur y parvient. Le palais qui a servi de siège au recteur (d'où le nom) du recteur de la République de Raguse, du 14ème siècle jusqu'à la disparition de la République de Dubrovnik en 1808, attire les regards et les flashs de partout, pourquoi ne pas le connaître un peu mieux ?

Construit à l'origine au Moyen Âge, le premier bâtiment a été détruit lors d'un incendie

En 1435, le bâtiment d'origine a pris fin dans un incendie et les autorités de la ville ont décidé de construire un autre palais à sa place. Le travail a été offert à un constructeur passionné et très talentueux de Naples, Onofrio della Cava. En plus du bâtiment du palais lui-même, un autre italien, Pietro di Martina, a décoré le bâtiment de style gothique avec des sculptures complexes et ornées. Hélas, on pourrait penser que le palais avait été maudit car même ce modèle n'était pas censé l'être, avec un incident de poudre à canon causant des dommages importants au bâtiment final en 1463.

Le travail de rénovation du palais endommagé a été offert à un autre Italien - le célèbre architecte florentin Michelozzo

Les plans de Michelozzo n'ont pas été bien accueillis car on pensait que sa conception penchait beaucoup trop vers un look de style Renaissance, et à ce jour, malgré sa plutôt mauvaise fortune, le palais était gothique. Suite au rejet des idées de Michelozzo, d'autres constructeurs locaux ont continué à travailler à refaire le palais. Les beaux porches que l'on peut voir aujourd'hui attirent l'attention de beaucoup, et pour cause, ces parties, certainement les plus caractéristiques de ce bâtiment, auraient été l'œuvre d'un autre architecte italien, Salvi di Michele. La raison de cette croyance est que di Michele est connu pour avoir repris les travaux au moment où 1467 a roulé.

Tout allait bien, et puis vint non pas un tremblement de terre, mais deux.

Oui, c'est vrai, le pauvre palais du recteur n'a pas pu faire une pause et a été endommagé lors du tremblement de terre moins connu de 1520, et encore une fois lors du tremblement de terre beaucoup plus important qui s'est produit, comme mentionné précédemment, en 1667, qui a vu la ville presque entièrement ruiné et la grande majorité de son ancienne population a tragiquement anéanti. Comme je l'ai mentionné un peu plus haut, le palais Sponza a survécu, mais le palais du recteur n'a pas eu autant de chance.

La reconstruction a commencé, une fois de plus

Le bâtiment de style gothique ne semblait pas porter beaucoup de chance au palais du recteur, qui semblait simplement être un projet voué à l'échec, et c'est ainsi qu'est venu un design baroque. L'atrium du bâtiment, qui est toujours aussi impressionnant de nos jours qu'il l'était à l'époque, était équipé d'un escalier d'aspect élaboré, ainsi que d'une cloche. Au moment où 1638 a roulé, une statue à un insulaire local nommé Miho Pracat a été construite. Le natif de Lopud était un armateur extrêmement riche, qui a donné ses richesses à la ville de Dubrovnik après sa mort.

Le palais du recteur était le siège du recteur de la République de Raguse du XIVe siècle jusqu'en 1808

Comme évoqué dans l'introduction à l'histoire de ce palais, le nom vient du fait que celui-ci, malgré ses nombreux « malheurs » au cours des siècles, avait été le siège du recteur. Cette fonction la plus estimée lui a valu son titre, qui se traduit par Kne ž ev dvor en croate (le siège du Kne ž ). Il occupait également les fonctions de l'administration de l'État, qui était alors, bien sûr, entièrement séparée à Dubrovnik, et servait de siège au Conseil mineur de Ragusan jusqu'à l'effondrement de la République. Depuis 1872, le palais abrite naturellement le département d'histoire du musée de Dubrovnik.

N'oubliez pas de visiter les deux palais la prochaine fois que vous irez dans la Perle de l'Adriatique !


Fontaine d'Onofrio à Dubrovnik

A l'époque de la République de Dubrovnik, un grand soin avait été consacré à assurer un approvisionnement suffisant en eau douce. Au début, Dubrovnik était alimentée par ce qu'on appelle des citernes, une sorte de réservoirs collecteurs de pluie qui utilisaient un système complexe pour collecter la pluie sur les toits. Les citernes étaient soit privées, soit publiques. En 1304, le gouvernement a décidé de construire une grande citerne à côté du bâtiment Divona qui recueillerait les pluies du toit du bâtiment. L'endroit s'appelait spongia, puis sponcia, et plus tard sponza, ce qui explique pourquoi le nom de Divona est devenu plus tard Sponza Palace. La citerne a été construite en 1311.

Pendant la période de sécheresse, les navires transportaient l'eau douce de la source de Mlini à Župa dubrovačka et la vendaient dans le port de Dubrovnik à des consommateurs privés ou l'eau était utilisée pour remplir les puits publics asséchés. L'eau à Dubrovnik est potable. Le grand conseil a publié une règle en 1436 par laquelle la construction d'un système d'aqueduc de Šumet, un endroit à proximité de Dubrovnik, a commencé. Selon la documentation, la construction de l'aqueduc a été confiée aux constructeurs Andreucius Bulbito de Tramonte et Onofrio Giordano della Cava. Cependant, tous les documents ultérieurs ne mentionnent qu'Onofrio della Cava en tant qu'architecte et constructeur alors que personne ne sait quel était le rôle d'Andreucius dans le projet.

L'approvisionnement en eau de Dubrovnik provient toujours de la même source, celle de Šumet, et est parfaitement potable avec une qualité supérieure à celle de l'eau en bouteille. Le système complexe d'aqueduc a amené de l'eau à Dubrovnik en chute libre à partir de 106 mètres d'altitude (au-dessus du niveau de la mer) et à plus de 11,7 kilomètres (7,3 miles) de distance avec 4 réservoirs d'eau le long du chemin qui ont été désaffectés avec le temps car la République craignait qu'ils puissent être utilisés par l'ennemi en temps de guerre.

Le contrat d'aqueduc comprenait la section qui stipulait que l'indemnisation des architectes serait pénalisée pour chaque goutte d'eau perdue le long du chemin des aqueducs. Intéressant de noter que le résultat final était impeccable donc aucune pénalité appliquée à la compensation. Grande fontaine d'Onofrio à DubrovnikAprès le système d'aqueduc, Onofrio della Cava construit deux fontaines, maintenant connues sous le nom de grande fontaine d'Onofrio sur Poljana Paskoja Milicevica (croate “Poljana” = plan, carré), devant l'église Saint-Sauveur , et la fontaine du Petit Onofrio sous le clocher à côté du bâtiment de la Garde municipale.

Détail de Maskeron Grande fontaine d'OnofriosConstruite de 1438 à 1440, la Grande Fontaine d'Onofrio est un conteneur à seize côtés avec une coupole et était l'un des points d'arrivée du système d'aqueduc. Chacun des seize côtés a un design unique “maskeron” (visage masqué sculpté sur pierre) avec le robinet faisant saillie hors de la bouche de chaque design. Malheureusement, les maskerons ont été endommagés lors d'une des récentes réparations effectuées sur la fontaine. La coupole de la fontaine a été réalisée par Petar Martinov de Milan. Cependant, la fontaine a également été partiellement endommagée par le tremblement de terre de 1667, d'où l'absence d'une statue de dragon qui se trouvait autrefois au sommet de la coupole.

Petite fontaine d'Onofrios à DubrovnikÀ côté du bâtiment de la Garde municipale sur la place Luza, sous le beffroi, la petite fontaine d'Onofrios a trouvé sa place. Le but de la Petite fontaine était d'alimenter en eau le marché de la place Luza. Le travail de sculpture sur la fontaine a été réalisé par le sculpteur Petar Martinov de Milan, tandis que le mécanisme était l'œuvre d'Onofrio della Cava.

La fontaine a été construite entre 1440 et 1442. En même temps que la petite fontaine a été érigée, l'eau a également été transmise au palais du recteur et la fontaine qui a fourni de l'eau au bâtiment pendant des centaines d'années se trouve encore dans l'atrium du palais du recteur. Un peu plus tard, l'eau a également été transmise au Tabor (sur Ploče), autrefois place de marché et lieu de rencontre des caravanes turques. L'eau était utilisée pour le lazaret (bâtiment de quarantaine) et les hans turcs (auberges turques avec taverne).

Au XVIe siècle, nous trouvons la première mention d'une autre fontaine à l'intérieur des murs de la ville, la soi-disant fontaine juive, nommée ainsi car elle était exclusivement utilisée par la communauté juive. La fontaine juive était autrefois sous le clocher, et après la chute de la République, elle a été transférée à Brsalje où elle se trouve aujourd'hui et est utilisée pour le rafraîchissement de nombreux by-pass.


Palais Sponza - Histoire

Afin de vous offrir la meilleure expérience de notre site, et de faire fonctionner le site correctement, ce site enregistre sur votre ordinateur une petite quantité d'informations (cookies). En utilisant le site www.croatie.hr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En bloquant les cookies, vous pouvez toujours naviguer sur le site, mais certaines de ses fonctionnalités ne vous seront pas disponibles.

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information stockée sur votre ordinateur par le site Internet que vous visitez. Les cookies permettent au site Web d'afficher des informations adaptées à vos besoins. Ils stockent généralement vos paramètres et préférences pour le site Web, tels que la langue préférée, l'adresse e-mail ou le mot de passe. Plus tard, lorsque vous rouvrez le même site Web, le navigateur renvoie les cookies qui appartiennent à ce site.

De plus, ils nous permettent de mesurer le nombre de visiteurs et les sources de trafic sur notre site Web, et par conséquent, nous sommes en mesure d'améliorer les performances de notre site.

Toutes les informations collectées par les cookies, sont accumulées et restent anonymes. Ces informations nous permettent de surveiller l'efficacité des sites Web et ne sont pas partagées avec d'autres parties.

Toutes ces informations ne peuvent être enregistrées que si vous l'activez - les sites Web ne peuvent pas accéder aux informations que vous ne leur avez pas fournies, et ils ne peuvent pas accéder à d'autres données sur votre ordinateur.

Désactiver les cookies

En désactivant les cookies, vous décidez si vous souhaitez autoriser le stockage de cookies sur votre ordinateur. Les paramètres des cookies peuvent être contrôlés et configurés dans votre navigateur Web. Si vous désactivez les cookies, vous ne pourrez pas utiliser certaines fonctionnalités de notre site Web.

Se retirer

Par défaut, l'expérience de navigation des visiteurs du site est suivie par Google Analytics afin de produire des statistiques anonymisées. Vous pouvez choisir de ne pas être suivi (opt-out). Si vous changez d'avis, vous pouvez choisir d'être à nouveau suivi (opt-in).

Ne pas suivre les préférences

Ne pas suivre est une fonction qui permet aux visiteurs de refuser d'être suivis par les sites Web à quelque fin que ce soit, y compris l'utilisation de services d'analyse, de réseaux publicitaires et de plateformes sociales. Les options Ne pas suivre sont disponibles dans un certain nombre de navigateurs, notamment :

• Si vous activez ne pas suivre dans votre navigateur Web, Google Analytics respectera votre choix

• Si vous avez activé la fonction Ne pas suivre, vous ne serez pas suivi. Ceci s'ajoute à votre refus de l'agrégation et de l'analyse des données pour les statistiques de notre site Web.

• Si vous n'avez pas activé l'option Ne pas suivre mais que vous choisissez de vous désinscrire, le cookie « piwik_ignore » sera stocké dans votre navigateur. Tous les visiteurs avec un cookie piwik_ignore ne seront pas suivis par Google Analytics


Palais Sponza

L'un des rares bâtiments de la vieille ville à avoir survécu au tremblement de terre de 1667, le palais Sponza a été construit de 1516 à 1522 comme bureau de douane, et il a ensuite été utilisé comme monnaie, trésor, armurerie et banque. Sur le plan architectural, c'est un mélange de styles commençant par un exquis portique Renaissance reposant sur six colonnes corinthiennes. Le 1er étage a des fenêtres de style gothique tardif et les fenêtres du 2e étage sont de style Renaissance, avec une alcôve contenant une statue de St Blaise.

Juste à l'intérieur du bâtiment, avant d'entrer dans le cloître, se trouve la salle commémorative des défenseurs de Dubrovnik, une collection déchirante de photographies en noir et blanc des hommes principalement jeunes qui ont péri entre 1991 et 1995.

Les 1er et 2e étages abritent les Archives de l'Etat, une collection inestimable de manuscrits datant de près de 1000 ans. Bien que les archives ne soient pas ouvertes au public, des copies des pièces les plus précieuses et les plus significatives sont exposées dans une exposition au rez-de-chaussée. Il existe quelques traductions en anglais, mais les affichages ne sont pas particulièrement intéressants.


Palais Sponza

Tant de choses ont été détruites lors du tremblement de terre de Dubrovnik en 1667, mais au moins la Palais Sponza est là pour nous rappeler ce qui aurait pu être. Ce mélange exquis de styles gothique et Renaissance présente un portique Renaissance, des fenêtres de style gothique tardif au premier étage et des fenêtres de style Renaissance au deuxième étage. Et, comme tant de sites touristiques de Dubrovnik, il y a une statue de Saint-Blaise nichée dans une alcôve.

Le palais Sponza a été construit à l'origine comme maison de douane en 1516, prélevant des taxes sur les marchandises provenant principalement de l'est. Notez l'inscription sur l'arc principal qui dit "Quand je mesure les biens, le Seigneur mesure avec moi". Plus tard, le bâtiment abritait la monnaie, le trésor et la banque. Sa fonction officielle se poursuit car c'est maintenant le dépôt officiel des archives de Dubrovnik, contenant plus de 100 000 documents, livres et manuscrits.

Les archives de l'Etat ne se visitent pas mais vous pouvez visiter le Salle commémorative des défenseurs de Dubrovnik qui commémore ceux qui ont perdu la vie en défendant Dubrovnik au début des années 90. Pendant le festival d'été de Dubrovnik, il y a souvent des concerts dans la cour du palais Sponza qui a une excellente acoustique.


Des choses géniales à faire dans la vieille ville de Dubrovnik

De nombreuses attractions étonnantes de Dubrovnik sont centrées sur la vieille ville compacte et entièrement accessible à pied. Commencez votre séjour dans la vieille ville par une promenade autour des remparts environnants pour vous repérer avec une vue imprenable sur la ville et la mer Adriatique incroyablement bleue. Continuez votre visite en découvrant les joyaux sans fin de la ville, du palais du recteur et du palais Sponza au monastère dominicain et à l'église Saint-Blaise.

Vous avez fait quelque chose sur cette liste et vous l'avez aimé ? Partagez-le avec le hashtag #TimeOutDoList et tag @TimeOutEverywhere.

Marcher sur les murs de la ville

L'une des activités touristiques les plus populaires de Dubrovnik est de se promener dans les fortifications de la ville. Il devrait également être le premier, car il permet aux nouveaux arrivants de se repérer, d'apprécier l'échelle de cette ville complexe et de voir les compétences avec lesquelles elle a été construite. Les remparts de la ville sont à la fois une promenade panoramique et une leçon d'histoire. Trouvez leur entrée principale et leur billetterie juste à côté de la porte Pile. Une fois que vous avez escaladé les marches jusqu'aux murs, admirez la vue à votre rythme.

Découvrez la cathédrale de Dubrovnik

À l'emplacement de la cathédrale de Dubrovnik que nous connaissons aujourd'hui, se dressait autrefois une église prétendument financée par le naufragé Richard Cœur de Lion en reconnaissance de l'hospitalité locale dans les années 1190. Cette église originale a été perdue lors du tremblement de terre de 1667, et à sa place a été construite une belle structure baroque. A l'intérieur, trouvez un trésor qui abrite une collection de saintes reliques. On dit qu'il contient le bras, le crâne et le bas de la jambe du patron saint Blaise, un morceau de vêtement de Jésus-Christ et du bois de la Sainte Croix.

Explorez le palais Sponza

Cette jolie maison des douanes et monnaie du XVIe siècle abrite actuellement les vastes archives de l'État de la ville, y compris des photocopies de précieux documents historiques. Une petite pièce en face de la billetterie contient la salle commémorative des défenseurs de Dubrovnik qui ont péri pendant la guerre d'indépendance croate. Couvrant 12 mois à partir d'octobre 1991, l'exposition contient des portraits des 300 défenseurs et civils décédés, ainsi qu'un reste en lambeaux du drapeau croate qui flottait au sommet du mont Srđ.

Plongez dans l'histoire au palais du recteur

Le palais du recteur est une attraction incontournable de Dubrovnik. Au rez-de-chaussée, flanquant la cour intérieure, se trouvent une prison de l'ère Ragusan, plusieurs salles d'audience et une exposition étincelante d'art religieux médiéval. A l'étage, où chaque recteur résidait pour son séjour d'un mois, découvrez un décor intéressant : chaises à porteurs, voitures, robes et perruques de magistrats, portraits de nobles locaux et une bibliothèque magnifiquement sculptée. Avec votre billet pour le palais du recteur, vous pouvez également explorer la collection archéologique, une petite mais attrayante collection de sculptures médiévales.

Voir l'art au monastère dominicain

Situé entre le palais Sponza et la porte du Ploë, ce monastère est surtout connu pour ses cloîtres et ses œuvres d'art de style gothique tardif. Les chefs-d'œuvre du peintre croate des XVIe et XVIIe siècles Nikola Božidarević, y compris sa "Notre-Dame avec les Saints", se démarquent. Sur les murs de l'église du monastère se trouvent un magnifique crucifix en bois du peintre vénitien Paolo Veneziano de 1358 et le célèbre artiste né à Cavtat Vlaho Bukovac « Le miracle de Saint Dominique ».

Faites une excursion d'une journée à la plage de Copacabana

Faites une excursion d'une journée de la vieille ville à la plage de Copacabana, l'une des meilleures de Dubrovnik. Copacabana est parfaite pour ceux qui cherchent à bronzer et à nager avec style. Le restaurant sur place propose le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner, ainsi que des cocktails - livraison à votre chaise longue incluse. Copacabana's beach bars offer some of Croatia's best wines, which you can sip while enjoying a seaside massage. This family friendly beach also offers paddle boarding, watersports and inflatables.

Shop your way through the city

A fantastic place to pick up your beach picnic contents is Gundulićeva Poljana Market, a popular open-air marketplace located on Gundulić square in the heart of the Old Town. Its main stars are fresh, locally grown fruits and veggies, but you'll also find many other delicacies: nuts, olive oil, lavender, honey, traditional spirits and more. Don't miss the statue of Ivan Gundulić overlooking the square. A three-minute walk north of the market, continue your shopping in style at chic boutique Maria store.

See the city patron's church

Visitors to Dubrovnik make a beeline for the 18th-century Chuch of St. Blaise, with good reason - this baroque masterpiece is one of the city's most attractive sights. Its namesake is the patron saint of Dubrovnik, which gives an idea of how important it is to the city. Special events often take place just outside its doors in the elegant surrrounding square called Luža.

Visit one of Europe's oldest pharmacies

One of the oldest pharmacies (possibly even the oldest) in Europe is, quite remarkably, still a working shop. It sits inside the complex of the Franciscan monastery where beautiful cloisters lead you to the Old Pharmacy Museum by way of a pretty courtyard. In the museum, you'll find historic grinders and implements used during the Ragusan era.

Enjoy the House of Marin Držić

Marin Držić is remembered as one of the greatest Renaissance-era Croatian playrights. This theatrical museum dedicated to him was set up in the 1990s. It presents the life and works of Marin Držić through a series of models and mock-ups. Non-Croatian-speaking visitors can experience the museum with the help of an audio guide.