Pierre le Grand a-t-il introduit la pomme de terre en Russie ?

Pierre le Grand a-t-il introduit la pomme de terre en Russie ?

L'essai "Tuber or not Tuber" prétend sans citation :

L'introduction du tubercule en Russie est généralement attribuée à Pierre le Grand, qui s'est familiarisé avec la pomme de terre en apprenant le métier de la construction navale aux Pays-Bas, rapportant avec lui des graines avec lesquelles faire pousser la plante à Saint-Pétersbourg.

Peut-on affirmer plus autoritairement le rôle de Peter ? Une partie de l'histoire est-elle vraie ?


Il n'existe aucune preuve documentaire de cette légende. Il a très probablement été inventé par les membres de la Free Economical Society - les sources historiques antérieures à la création de cette société en 1765 ne font aucun lien entre les pommes de terre et le personnage de Peter. Les premiers récits historiques réels de pommes de terre en Russie datent d'après la mort de Pierre le Grand. Russie et avec la diffusion de la culture de la pomme de terre en Europe.

Ainsi, l'histoire la plus réaliste serait que les pommes de terre ont été apportées par des immigrants européens et, pendant longtemps, la consommation de pommes de terre a été limitée à ces immigrants et aux seules personnes qui interagissaient avec eux quotidiennement - l'aristocratie.

Ainsi, s'il est douteux que Pierre le Grand ait lui-même introduit les pommes de terre en Russie, ce sont ses réformes qui ont permis à la plante de se propager en Russie.

Edit: cet article (en russe) note qu'à l'époque de Peter, les pommes de terre étaient inconnues dans la plupart des pays visités par le tsar lors de ses voyages, mais Rissia avait un commerce limité avec l'Angleterre via la mer Blanche, et que dans les années 1740, l'un des vulgarisateurs de pommes de terre russes Jacob Sievers a écrit que les paysans du nord cultivaient beaucoup de pommes de terre, tandis qu'au sud le légume était traité avec méfiance. Donc, les pommes de terre sont peut-être venues par la route du nord.


Wikipédia russe a quelques détails. Je traduis:

À la fin du XVIIe siècle, Pierre a envoyé un sac de pommes de terre de Hollande pour les répandre pour la culture. Cependant, au XVIIIe siècle, la pomme de terre n'était pas cultivée à grande échelle en Russie. En 1758, l'Académie de Peterburg publie un article "Sur la culture des pommes de terre". Cela a été suivi de plusieurs autres articles sur le sujet. Cependant, à cause des nombreux cas d'empoisonnement avec la « pomme du diable », les paysans hésitaient à la cultiver. En 1840-42, à l'initiative du graf (comte) Kiselev, les superficies consacrées à la culture de la pomme de terre ont commencé à augmenter. Selon l'arrêté du gouvernement « Sur l'extension de la culture de la pomme de terre », les gouverneurs devaient remettre des rapports périodiques au gouvernement sur l'augmentation de la production de pomme de terre. Cela a conduit à une série d'émeutes paysannes (voir « émeutes de la pomme de terre » dans Wikipedia). Pourtant, cette « révolution de la pomme de terre » sous Nicolas Ier fut un succès…


Pierre le Grand est fondamentalement synonyme en Russie de "réforme". À lui seul, il a modernisé presque tous les aspects du pays, de son économie (construction navale) à son armée, son éducation et son gouvernement, l'alignant plus ou moins sur l'Europe occidentale de l'époque. Il a travaillé deux ans comme ouvrier ordinaire dans un chantier naval hollandais pour apprendre ces choses, et il est tout à fait plausible que l'une d'elles soit l'utilité de la pomme de terre, nouvellement importée en Europe des Amériques. C'était un "micromanager", et très peu de choses auraient échappé à son attention. Nombreuses sont les réformes qui lui sont attribuées, qu'elles émanent ou non de lui. Ainsi, bien que son rôle exact en la matière puisse être enterré dans le passé, c'est une certitude morale qu'il a au moins « approuvé », sinon initié, l'importation de la pomme de terre en Russie.


Pierre le Grand est né Piotr Alekseyevich le 9 juin 1672 à Moscou, en Russie. Pierre le Grand était le 14e enfant du tsar Alexis par sa seconde épouse, Natalya Kirillovna Naryshkina. Ayant régné conjointement avec son frère Ivan V à partir de 1682, à la mort d'Ivan en 1696, Pierre fut officiellement déclaré souverain de toute la Russie. Peter a hérité d'une nation qui était gravement sous-développée par rapport aux pays européens culturellement prospères. Alors que la Renaissance et la Réforme balayaient l'Europe, la Russie rejetait l'occidentalisation et restait isolée de la modernisation.

Pendant son règne, Pierre a entrepris de vastes réformes pour tenter de rétablir la Russie en tant que grande nation. Peter a surmonté l'opposition de l'aristocratie médiévale du pays et a initié une série de changements qui ont affecté tous les domaines de la vie russe. Il créa une marine puissante, réorganisa son armée selon les normes occidentales, sécularisa les écoles, exerça un contrôle accru sur l'Église orthodoxe réactionnaire et introduisit de nouvelles divisions administratives et territoriales du pays.


Jeunesse et adhésion

À la mort d'Alexis en 1676, Peter n'avait que quatre ans. Son demi-frère aîné, un jeune maladif, succéda alors au trône sous le nom de Fiodor III, mais, en fait, le pouvoir tomba entre les mains des Miloslavsky, parents de la mère de Fiodor, qui écartèrent délibérément Pierre et le cercle de Narychkine. Lorsque Fiodor mourut sans enfant en 1682, une lutte acharnée pour le pouvoir s'ensuivit entre les Miloslavski et les Narychkine : les premiers voulaient mettre le frère de Fiodor, le délicat et faible d'esprit Ivan V, sur le trône, les Narychkine défendaient le sain et intelligent Pierre. Des représentants des divers ordres de la société, réunis au Kremlin, se sont déclarés pour Pierre, alors proclamé tsar, mais la faction Miloslavski a exploité une révolte de la Moscou trépidant, ou les mousquetaires de la garde du corps du souverain, qui ont tué certains des partisans de Pierre, dont Matveyev. Ivan et Peter ont ensuite été proclamés tsars conjoints et, finalement, en raison de la santé précaire d'Ivan et de la jeunesse de Peter, la sœur d'Ivan, Sophia, âgée de 25 ans, a été nommée régente. Intelligente et influente, Sophie a pris le contrôle du gouvernement exclu des affaires publiques, Pierre a vécu avec sa mère dans le village de Preobrazhenskoye, près de Moscou, craignant souvent pour sa sécurité. Tout cela a laissé une impression indélébile sur le jeune tsar et a déterminé son attitude négative envers le trépidant.

L'un des résultats de l'exclusion manifeste de Pierre de Sophia du gouvernement était qu'il n'a pas reçu l'éducation habituelle d'un tsar russe, il a grandi dans une atmosphère libre au lieu d'être confiné dans les limites étroites d'un palais. Alors que son premier tuteur, l'ancien greffier de l'église Nikita Zotov, pouvait donner peu pour satisfaire la curiosité de Peter, le garçon aimait les jeux de plein air bruyants et s'intéressait particulièrement aux questions militaires, ses jouets préférés étant des armes d'une sorte ou d'une autre. Il s'occupa également de la menuiserie, de la menuiserie, de la forge et de l'imprimerie.

Près de Preobrazhenskoye, il y avait un nemetskaya sloboda (« colonie allemande ») où les étrangers étaient autorisés à résider. La connaissance de ses habitants a suscité l'intérêt de Peter pour la vie des autres nations, et un voilier anglais, retrouvé à l'abandon dans un hangar, a aiguisé sa passion pour la navigation. Les mathématiques, la fortification et la navigation étaient les sciences qui attiraient le plus Pierre. Une forteresse modèle a été construite pour son amusement, et il a organisé ses premières troupes "de jeu", à partir desquelles, en 1687, les régiments des gardes Preobrazhensky et Semionovsky ont été formés - pour devenir le noyau d'une nouvelle armée russe.

Au début de 1689, Natalya Naryshkina a arrangé le mariage de Peter avec la belle Eudoxie (Yevdokiya Fyodorovna Lopukhina). Il s'agissait manifestement d'un acte politique, destiné à démontrer le fait que Peter, 17 ans, était désormais un homme adulte, ayant le droit de gouverner en son propre nom. Le mariage ne dura pas longtemps : Pierre commença bientôt à ignorer sa femme et, en 1698, il la relégua dans un couvent.

En août 1689, une nouvelle révolte des trépidant a eu lieu. Sophia et sa faction ont essayé de l'utiliser à leur avantage pour un autre coup d'État, mais les événements cette fois ont tourné de manière décisive en faveur de Peter. Il a retiré Sophia du pouvoir et l'a bannie au couvent de Novodievitchi, elle a été forcée de devenir religieuse après un trépidant rébellion en 1698. Bien qu'Ivan V soit resté nominalement tsar commun avec Peter, l'administration était maintenant en grande partie confiée aux parents de Peter, les Narychkins, jusqu'à la mort d'Ivan en 1696. Peter, tout en poursuivant ses divertissements militaires et nautiques, a fait naviguer les premiers navires être construit en Russie. Ses jeux se sont avérés être un bon entraînement pour les tâches à venir.


La dissolution de l'Autriche-Hongrie était un événement géopolitique majeur qui s'est produit en raison de la croissance des contradictions sociales internes et de la séparation des différentes parties de l'Autriche-Hongrie. La raison de l'effondrement de l'État était la Première Guerre mondiale, les mauvaises récoltes de 1918 et la crise économique.

En 1914, l'Autriche se sentait menacée par le petit État de Serbie parce que la Serbie agissait comme un aimant pour les autres minorités serbes vivant en Autriche. Sous l'impulsion de l'Allemagne, l'Autriche a décidé de liquider la Serbie. La défaite de l'Autriche en 1918 a conduit à son démembrement.


8 Le synode des fous et des bouffons à la blague et à l'ivresse


Jusque-là, l'Église orthodoxe russe était dirigée par le patriarche de Moscou. Pierre le Grand a changé tout cela. C'était un buveur déchaîné et un fêtard, et il se souciait de toutes les choses pieuses. Il a donc remplacé les chefs religieux russes par un nouveau groupe appelé le Saint-Synode, rempli de personnes qu'il pouvait contrôler.

Il ne respectait pas non plus particulièrement sa propre église. À peu près à la même époque, il a créé un autre groupe appelé le Synode All-Joking, All-Drunken of Fools and Jesters, et leur travail consistait à se saouler aussi souvent que possible. C'était l'ancien groupe de buveurs de Peter, maintenant réformé pour que l'église sache exactement ce qu'il en pensait. Il a même fait de l'un de ses amis le &ldquoprince-pape&rdquo du Synode des ivres et lui a fait faire un chemin de croix fictif avant qu'ils ne soient tous martelés.

Les gens n'étaient pas ravis. Certains ont commencé à dire que Pierre le Grand était l'antéchrist lui-même. Mais les gens au pouvoir ne s'en souciaient pas. Finalement, chaque homme puissant du gouvernement faisait partie du Synode des ivres, y compris une partie du clergé.


Pierre le Grand a-t-il introduit la pomme de terre en Russie ? - Histoire

Pierre le Grand (1672 – 1725) a commencé comme tsar de Russie et est finalement devenu l'empereur. Il était le petit-fils du tsar Michel Romanov et fut nommé tsar alors qu'il n'avait que dix ans. Son enfance a été incroyablement privilégiée et il a été éduqué par plusieurs intellectuels notables. À l'âge adulte, Peter Ier était connu pour être très grand. Certains historiens pensent qu'il a peut-être souffert d'une forme d'épilepsie.

Le tsar Alexis Ier, le père de Pierre, est décédé en janvier 1676. À la suite de cela, son frère Fiodor III est devenu souverain. Cependant, Feodor était chroniquement malade et mourut après moins de dix ans sur le trône. Étant donné que Feodor n'avait pas d'enfants, une dispute a éclaté pour savoir qui devrait hériter du trône.

Ivan I était le demi-frère aîné de Peter et le prochain en ligne. Cependant, comme il était considéré comme souffrant d'une maladie chronique et mentalement inapte, il a été ignoré dans la succession. Le côté Ivan de la famille a été vaincu par Peter, qui a été emmené au Kremlin pour être établi comme tsar. Cependant, la famille d'Ivan a réussi à orchestrer un coup d'État. De nombreux amis et membres de la famille de Peter ont été assassinés au cours de ce conflit.

Un nouveau tsar

Ivan et Peter ont été proclamés tsars conjoints par les Miloslavskys’, la famille Ivan’s, l'insistance. Sophia Alekseyevna, la parente de Peter, qui avait orchestré la rébellion en premier lieu, a pris le pouvoir en tant que régente par intérim. Elle a agi comme régente pendant plusieurs années et a conseillé Ivan et Peter dans toutes les affaires lorsque cela était nécessaire.

Pierre n'avait pas beaucoup d'intérêt à gouverner quand il était jeune. Pour tenter de susciter son intérêt, il a été envoyé à Kolomenskoe où il a appris la stratégie militaire. Il se lie d'amitié avec des soldats européens qui lui enseignent les stratégies militaires occidentales. Il a également étudié la construction navale et s'est intéressé au développement d'une marine pour la Russie.

Pierre avait presque dix-huit ans lorsqu'il retourna à Moscou et il avait l'intention de reprendre le pouvoir à Sophie. Elle était au courant et a essayé d'organiser un autre coup d'État, mais Peter a réussi à la vaincre. Sophia a été envoyée dans un couvent et a dû renoncer à son nom et à sa qualité de membre de la famille royale.

Peter devient le seul souverain

Bien que le règne de Sophie ait été renversé, Pierre est resté tsar aux côtés d'Ivan V. Cependant, sa mère a régné en tant que régente jusqu'à sa mort en 1694. Ivan V est resté tsar pour le reste de sa vie, mourant six ans plus tard, faisant de Pierre le seul souverain de Russie.

Peter a décidé de voyager à travers l'Europe occidentale et d'en apprendre le plus possible sur sa culture. Après son retour, il a occidentalisé la technologie et les tactiques militaires russes. Son temps à l'étranger a été passé à s'essayer à différentes professions basées sur une forte croyance en la « méritocratie ». Il a exercé de nombreuses professions, dont la dentisterie.

L'occidentalisation de la Russie

L'obsession de Peter pour l'Occident n'était pas limitée à des questions telles que l'organisation de l'armée. Il a commencé à taxer les hommes barbus et à forcer les gens à porter des vêtements de style occidental. Il a changé le calendrier, ouvert des écoles techniques et interdit la tenue traditionnelle moscovite pour tous les hommes. Il a introduit une variété d'autres réformes qui ont radicalement changé la vie des gens, dont beaucoup ont été largement détestées.

La réaction de Peter à ces détracteurs a été rapide et douloureuse. Il a supprimé toutes les formes de rébellion. Toutes les forces armées et les représentants de l'État ont été obligés de porter des vêtements modernes et de se raser la barbe pour accélérer la modernisation de la Russie comme le tsar Pierre l'a jugé bon.

Il croyait au concept d'éducation et n'aimait pas les positions héréditaires, qu'il abolit pendant son règne. Il a apporté des changements à l'église et a mis en place un conseil pour la gouverner. Il a également considérablement augmenté la quantité d'éducation reçue par le peuple, en construisant les premières universités en Russie. Il s'est efforcé d'arrêter les mariages arrangés, ce qui l'a personnellement affecté car son propre mariage arrangé était désastreux. Finalement, il a envoyé sa femme dans un couvent afin de se libérer du mariage.

Saint-Pétersbourg et l'empereur

Pierre le Grand a décidé de déplacer la capitale de la Russie de Moscou à Saint-Pétersbourg. Il s'agissait d'un projet colossal qui nécessitait la construction d'une ville sur le golfe de Finlande. Il a fallu près d'une décennie pour terminer et des dizaines de milliers de personnes sont mortes au cours de sa production. Saint-Pétersbourg est restée la capitale de la Russie jusqu'à la révolution communiste de 1918.

L'opposition dans la famille

Le clergé et la noblesse n'étaient pas d'accord avec nombre de ses réformes et il y eut de nombreuses rébellions que Pierre réprima avec succès. La noblesse était, en grande partie, la famille de Peter, et beaucoup d'entre eux étaient opposés aux changements qu'il faisait.

Pierre le Grand a eu 14 enfants, 3 ou qui ont survécu jusqu'à l'âge adulte. Alexei était l'aîné des enfants survivants. Cependant, Peter a appris qu'il avait été impliqué dans des complots visant à renverser son règne et l'a fait arrêter. Alexei a été interrogé et torturé pendant des jours avant d'avouer sa trahison. Il a été condamné à mort, mais il est décédé en prison des suites de blessures subies lors de la torture.

Pour cette raison, Pierre le Grand a décidé que le prochain souverain ne devrait pas être déterminé au moyen de l'hérédité. Il a instauré des réformes qui ont dissous les revendications héréditaires à n'importe quel poste, provoquant la colère de nombreux nobles.

La mort de Pierre le Grand

Dans sa vieillesse, Peter a commencé à souffrir de problèmes de vessie et des voies urinaires. Les médecins ont effectué une intervention chirurgicale et ont soulagé environ quatre livres d'urine de sa vessie. Bien qu'il ait récupéré pendant un certain temps, les problèmes sont revenus pires qu'avant. Il décède le 8 février 1725 sans nommer d'héritier. Une autopsie pratiquée après sa mort a révélé que sa vessie avait été infectée par la gangrène.

Héritage

Pierre le Grand était une figure très controversée qui a réussi à étendre la Russie, à occidentaliser sa culture et à en faire une grande puissance européenne. Sous le règne du tsar Pierre, la Russie est devenue un empire.


Contenu

Le titre impérial de Pierre le Grand était le suivant : [2]

Par la grâce de Dieu, le plus excellent et le plus grand empereur souverain Piotr Alekseevich le souverain de toutes les Russies : de Moscou, de Kiev, de Vladimir, de Novgorod, tsar de Kazan, tsar d'Astrakhan et tsar de Sibérie, souverain de Pskov, grand prince de Smolensk, de Tver, de Yougorsk, de Perm, de Viatka, de Bulgarie et autres, souverain et grand prince des basses terres de Novgorod, de Tchernigov, de Riazan, de Rostov, de Yaroslavl, de Belozersk, d'Udora, de Kondia et le souverain de toutes les terres du nord, et le souverain des terres d'Iverian, des rois de Kartlian et de Géorgie, des terres de Kabardin, des princes circassiens et montagnards et de nombreux autres états et terres de l'ouest et de l'est ici et là et le successeur, le souverain et le souverain.

Nommé d'après l'apôtre et décrit comme un nouveau-né comme « en bonne santé, les yeux noirs, vaguement tatars de sa mère, et une touffe de cheveux auburn », [3] Russie) a été confié à plusieurs tuteurs, notamment Nikita Zotov, Patrick Gordon et Paul Menesius. Le 29 janvier 1676, le tsar Alexis mourut, laissant la souveraineté au demi-frère aîné de Pierre, le faible et maladif Fiodor III de Russie. [4] Tout au long de cette période, le gouvernement était en grande partie dirigé par Artamon Matveev, un ami éclairé d'Alexis, le chef politique de la famille Naryshkin et l'un des plus grands bienfaiteurs d'enfance de Peter.

Cette position a changé quand Feodor est mort en 1682. Comme Feodor n'a pas laissé d'enfants, un différend est survenu entre la famille Miloslavsky (Maria Miloslavskaya était la première épouse d'Alexis I) et la famille Naryshkin (Natalya Naryshkina était la deuxième épouse) sur qui devrait hériter Le trône. L'autre demi-frère de Pierre, Ivan V de Russie, était le suivant en lice pour le trône, mais il était chroniquement malade et infirme d'esprit. Par conséquent, la Boyar Duma (un conseil de nobles russes) a choisi Pierre, 10 ans, pour devenir tsar avec sa mère comme régente.

Cet arrangement a été présenté au peuple de Moscou, comme l'exigeait l'ancienne tradition, et a été ratifié. Sophia, l'une des filles d'Alexis de son premier mariage, a dirigé une rébellion des Streltsy (le corps militaire d'élite de la Russie) en avril-mai 1682. Dans le conflit qui a suivi, certains des parents et amis de Peter ont été assassinés, dont Matveev, et Peter a été témoin certains de ces actes de violence politique. [5]

Les Streltsy ont permis à Sophia, aux Miloslavsky (le clan d'Ivan) et à leurs alliés d'insister pour que Pierre et Ivan soient proclamés tsars conjoints, Ivan étant acclamé comme l'aîné. Sophie agissait comme régente pendant la minorité des souverains et exerçait tous les pouvoirs. Pendant sept ans, elle a régné en autocrate. Un grand trou a été coupé à l'arrière du trône à deux places utilisé par Ivan et Peter. Sophia s'asseyait derrière le trône et écoutait Peter converser avec les nobles, tout en lui fournissant des informations et en lui donnant des réponses aux questions et aux problèmes. Ce trône peut être vu dans l'armurerie du Kremlin à Moscou.

Pierre n'était pas particulièrement préoccupé par le fait que d'autres régnaient en son nom. Il s'est livré à des passe-temps tels que la construction navale et la voile, ainsi qu'à des batailles simulées avec son armée de jouets. La mère de Peter a cherché à le forcer à adopter une approche plus conventionnelle et a arrangé son mariage avec Eudoxia Lopukhina en 1689. [6] Le mariage a été un échec, et dix ans plus tard, Peter a forcé sa femme à devenir religieuse et s'est ainsi libérée de l'union. .

À l'été 1689, Peter, alors âgé de 17 ans, prévoyait de prendre le pouvoir à sa demi-sœur Sophia, dont la position avait été affaiblie par deux campagnes de Crimée infructueuses contre le khanat de Crimée dans le but d'arrêter les raids dévastateurs des Tatars de Crimée sur les terres du sud de la Russie. . Lorsqu'elle apprit ses desseins, Sophia conspira avec certains chefs des Streltsy, qui suscitaient continuellement le désordre et la dissidence. Pierre, averti par d'autres des Streltsy, s'est échappé au milieu de la nuit vers le monastère impénétrable de Troitse-Sergiyeva Lavra, où il a lentement rassemblé des adhérents qui ont perçu qu'il gagnerait la lutte pour le pouvoir. Sophia a finalement été renversée, Peter I et Ivan V continuant d'agir en tant que co-tsars. Pierre a forcé Sophia à entrer dans un couvent, où elle a renoncé à son nom et à sa position de membre de la famille royale. [7]

Pourtant, Peter ne pouvait pas acquérir le contrôle réel des affaires russes. Le pouvoir était plutôt exercé par sa mère, Natalya Naryshkina. Ce n'est qu'à la mort de Natalya en 1694 que Pierre, aujourd'hui âgé de 22 ans, devient souverain indépendant. [8] Formellement, Ivan V était un co-dirigeant avec Peter, bien qu'étant inefficace. Peter est devenu le seul souverain quand Ivan est mort en 1696 sans progéniture mâle, alors que Peter avait 24 ans.

Peter est devenu extrêmement grand à l'âge adulte, surtout pour la période. Debout à 6 pi 8 (203 cm) de hauteur, le tsar russe était littéralement la tête et les épaules au-dessus de ses contemporains à la fois en Russie et dans toute l'Europe. [8] Peter, cependant, n'avait pas le poids et le volume proportionnels globaux que l'on trouve généralement chez un homme de cette taille. Ses mains et ses pieds étaient petits, [9] [ citation requise ] et ses épaules étaient étroites pour sa taille de même, sa tête était petite pour son grand corps. A cela s'ajoutaient les tics faciaux visibles de Peter, et il a peut-être souffert de petit mal, une forme d'épilepsie. [dix]

Au cours de sa jeunesse, Peter s'est lié d'amitié avec Patrick Gordon, Franz Lefort et plusieurs autres étrangers en service russe et était un invité fréquent dans le quartier allemand de Moscou, où il a rencontré sa maîtresse néerlandaise Anna Mons.

Peter a mis en œuvre des réformes radicales visant à moderniser la Russie. [11] Fortement influencé par ses conseillers d'Europe occidentale, Peter a réorganisé l'armée russe selon des lignes modernes et a rêvé de faire de la Russie une puissance maritime. Il a fait face à de nombreuses oppositions à ces politiques dans son pays, mais a brutalement réprimé les rébellions contre son autorité, notamment celles des Streltsy, des Bachkirs, d'Astrakhan et du plus grand soulèvement civil de son règne, la rébellion de Bulavin.

Peter a mis en œuvre la modernisation sociale de manière absolue en introduisant les vêtements français et occidentaux à sa cour et en exigeant des courtisans, des fonctionnaires et des militaires qu'ils se rasent la barbe et adoptent des styles vestimentaires modernes. [12] Un moyen d'atteindre cet objectif était l'introduction de taxes pour les longues barbes et robes en septembre 1698. [13]

Dans son processus d'occidentalisation de la Russie, il voulait que les membres de sa famille épousent d'autres membres de la royauté européenne. Dans le passé, ses ancêtres avaient été snobés à l'idée, mais maintenant, cela s'est avéré fructueux. Il négocia avec Frédéric-Guillaume, duc de Courlande, pour épouser sa nièce, Anna Ivanovna. Il profita du mariage pour lancer sa nouvelle capitale, Saint-Pétersbourg, où il avait déjà commandé des projets de construction de palais et de bâtiments occidentalisés. Peter a engagé des architectes italiens et allemands pour le concevoir. [14]

Dans le cadre de ses réformes, Peter a lancé un effort d'industrialisation qui a été lent mais finalement couronné de succès. La fabrication et les principales exportations russes étaient basées sur les industries minières et du bois d'œuvre. Par exemple, à la fin du siècle, la Russie en est venue à exporter plus de fer que tout autre pays du monde. [15]

Pour améliorer la position de sa nation sur les mers, Peter a cherché à gagner plus de débouchés maritimes. Son seul débouché à l'époque était la mer Blanche à Arkhangelsk. La mer Baltique était à l'époque contrôlée par la Suède au nord, tandis que la mer Noire et la mer Caspienne étaient respectivement contrôlées par l'empire ottoman et l'empire safavide au sud.

Peter a tenté d'acquérir le contrôle de la mer Noire, ce qui nécessiterait d'expulser les Tatars des régions environnantes. Dans le cadre d'un accord avec la Pologne qui a cédé Kiev à la Russie, Pierre a été contraint de faire la guerre contre le Khan de Crimée et contre le suzerain du Khan, le sultan ottoman. L'objectif principal de Peter est devenu la capture de la forteresse ottomane d'Azov, près de la rivière Don. À l'été 1695, Pierre organisa les campagnes d'Azov pour prendre la forteresse, mais ses tentatives se soldèrent par un échec.

Peter est revenu à Moscou en novembre 1695 et a commencé à construire une grande marine. Il lança une trentaine de navires contre les Ottomans en 1696, capturant Azov en juillet de la même année. Le 12 septembre 1698, Peter fonda officiellement la première base de la marine russe, Taganrog.

Grande Ambassade

Pierre savait que la Russie ne pouvait pas affronter seule l'Empire ottoman. En 1697, il a voyagé « incognito » en Europe occidentale lors d'un voyage de 18 mois avec une importante délégation russe – la soi-disant « Grande Ambassade ». Il a utilisé un faux nom, lui permettant d'échapper aux événements sociaux et diplomatiques, mais comme il était beaucoup plus grand que la plupart des autres, il n'a trompé personne d'importance. L'un des objectifs était de demander l'aide des monarques européens, mais les espoirs de Peter ont été anéantis. La France était un allié traditionnel du sultan ottoman et l'Autriche était désireuse de maintenir la paix à l'est tout en menant ses propres guerres à l'ouest. Pierre, en outre, avait choisi un moment inopportun : les Européens de l'époque étaient plus préoccupés par la guerre de Succession d'Espagne sur qui succéderait au roi sans enfant Charles II d'Espagne que par la lutte contre le sultan ottoman. [6]

La « Grande Ambassade » continua néanmoins. En visitant les Pays-Bas, Peter a beaucoup appris sur la vie en Europe occidentale. Il a étudié la construction navale [16] à Zaandam (la maison dans laquelle il a vécu est maintenant un musée, la maison du tsar Peter) et à Amsterdam, où il a visité, entre autres, la famille aisée de Wilde. Jacob de Wilde, un collectionneur général de l'Amirauté d'Amsterdam, possédait une collection bien connue d'art et de pièces de monnaie, et la fille de de Wilde, Maria de Wilde, a fait une gravure de la rencontre entre Peter et son père, fournissant une preuve visuelle de « la début de la tradition classique de l'Europe occidentale en Russie". [17] Selon Roger Tavernier, Pierre le Grand a acquis plus tard la collection de Wilde. [18]

Grâce à la médiation de Nicolaes Witsen, maire d'Amsterdam et expert de la Russie, le tsar a eu l'opportunité d'acquérir une expérience pratique dans le plus grand chantier naval du monde, appartenant à la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, pendant une période de quatre mois. Le tsar a aidé à la construction d'un navire des Indes orientales spécialement conçu pour lui : Pierre et Paul. Pendant son séjour, le tsar engagea de nombreux ouvriers qualifiés tels que des constructeurs d'écluses, de forteresses, des charpentiers de navires et des marins, dont Cornelis Cruys, un vice-amiral qui devint, sous Franz Lefort, le conseiller du tsar pour les affaires maritimes. Peter a ensuite mis à profit ses connaissances de la construction navale pour aider à construire la marine russe. [19] Peter a rendu visite au chirurgien Frederik Ruysch, qui lui a appris à dessiner des dents et à attraper des papillons, et à Ludolf Bakhuysen, un peintre de marines. Jan van der Heyden, l'inventeur de la lance à incendie, a reçu Peter, désireux d'apprendre et de transmettre son savoir à ses compatriotes. Le 16 janvier 1698, Pierre organisa une fête d'adieu et invita Johan Huydecoper van Maarsseveen, qui dut s'asseoir entre Lefort et le tsar et boire. [20]

En Angleterre, Peter rencontra le roi Guillaume III, visita Greenwich et Oxford, posa pour Sir Godfrey Kneller et assista à une revue de la flotte de la Royal Navy à Deptford. Il étudia les techniques anglaises de construction de villes qu'il utilisera plus tard avec succès à Saint-Pétersbourg. [21] Quand il est parti, il a donné au chanteur et à sa maîtresse, Letitia Cross 500 £ pour la remercier de son hospitalité. Cross a dit que ce n'était pas suffisant. [22] L'ambassade s'est ensuite rendue à Leipzig, Dresde, Prague et Vienne. Il s'est entretenu avec Auguste II le Fort et Léopold Ier, empereur du Saint Empire romain. [21]

La visite de Peter a été écourtée en 1698, quand il a été contraint de se précipiter chez lui par une rébellion des Streltsy. La rébellion a été facilement écrasée avant que Pierre ne rentre d'Angleterre des troupes du tsar, un seul a été tué. Peter a néanmoins agi sans pitié envers les mutins. Plus de mille deux cents rebelles ont été torturés et exécutés, et Pierre a ordonné que leurs corps soient exposés publiquement en guise d'avertissement aux futurs conspirateurs. [23] Les Streltsy ont été démantelés, certains des rebelles ont été déportés en Sibérie et l'individu qu'ils ont cherché à mettre sur le Trône — la demi-soeur de Peter Sophia — a été contraint de devenir nonne.

En 1698, Pierre envoya une délégation à Malte, dirigée par le boyard Boris Sheremetev, pour observer l'entraînement et les capacités des chevaliers de Malte et de leur flotte. Sheremetev a étudié la possibilité de futures coentreprises avec les Chevaliers, y compris des actions contre les Turcs et la possibilité d'une future base navale russe. [24]

Les visites de Pierre en Occident lui imposèrent l'idée que les coutumes européennes étaient à plusieurs égards supérieures aux traditions russes. Il a ordonné à tous ses courtisans et fonctionnaires de porter des vêtements européens et de couper leurs longues barbes, ce qui a bouleversé ses boyards, qui aimaient beaucoup leur barbe. [25] Les boyards qui cherchaient à conserver leur barbe étaient tenus de payer une taxe annuelle sur la barbe de cent roubles. Peter a également cherché à mettre fin aux mariages arrangés, qui étaient la norme au sein de la noblesse russe, car il pensait qu'une telle pratique était barbare et conduisait à la violence domestique, car les partenaires s'en voulaient généralement. [26]

En 1699, Pierre a changé la date de la célébration du nouvel an du 1er septembre au 1er janvier. Traditionnellement, les années étaient comptées à partir de la prétendue création du Monde, mais après les réformes de Pierre, elles devaient être comptées à partir de la naissance du Christ. Ainsi, en l'an 7207 de l'ancien calendrier russe, Pierre a proclamé que le calendrier julien était en vigueur et que l'année était 1700. [27]

Grande Guerre du Nord

Pierre a conclu une paix temporaire avec l'Empire ottoman qui lui a permis de garder le fort d'Azov capturé et a tourné son attention vers la suprématie maritime russe. Il a cherché à acquérir le contrôle de la mer Baltique, qui avait été prise par l'empire suédois un demi-siècle plus tôt. Pierre déclare la guerre à la Suède, alors dirigée par le jeune roi Charles XII. La Suède était également opposée par le Danemark-Norvège, la Saxe et le Commonwealth polono-lituanien.

La Russie était mal préparée à combattre les Suédois, et leur première tentative de s'emparer de la côte baltique s'est soldée par un désastre à la bataille de Narva en 1700. Dans le conflit, les forces de Charles XII, plutôt que d'employer un siège méthodique lent, ont immédiatement attaqué en utilisant une tempête de neige aveuglante à leur avantage. Après la bataille, Charles XII décide de concentrer ses forces contre le Commonwealth polono-lituanien, ce qui donne à Pierre le temps de réorganiser l'armée russe.

Alors que les Polonais combattaient les Suédois, Pierre fonda la ville de Saint-Pétersbourg en 1703, en Ingermanland (une province de l'Empire suédois qu'il avait capturée). Il a été nommé d'après son saint patron Saint Pierre. Il interdit la construction d'édifices en pierre en dehors de Saint-Pétersbourg, dont il entend devenir la capitale de la Russie, afin que tous les tailleurs de pierre puissent participer à la construction de la nouvelle ville. Between 1713 and 1728, and from 1732 to 1918, Saint Petersburg was the capital of imperial Russia.

Following several defeats, Polish King Augustus II the Strong abdicated in 1706. Swedish king Charles XII turned his attention to Russia, invading it in 1708. After crossing into Russia, Charles defeated Peter at Golovchin in July. In the Battle of Lesnaya, Charles suffered his first loss after Peter crushed a group of Swedish reinforcements marching from Riga. Deprived of this aid, Charles was forced to abandon his proposed march on Moscow. [28]

Charles XII refused to retreat to Poland or back to Sweden and instead invaded Ukraine. Peter withdrew his army southward, employing scorched earth, destroying along the way anything that could assist the Swedes. Deprived of local supplies, the Swedish army was forced to halt its advance in the winter of 1708–1709. In the summer of 1709, they resumed their efforts to capture Russian-ruled Ukraine, culminating in the Battle of Poltava on 27 June. The battle was a decisive defeat for the Swedish forces, ending Charles' campaign in Ukraine and forcing him south to seek refuge in the Ottoman Empire. Russia had defeated what was considered to be one of the world's best militaries, and the victory overturned the view that Russia was militarily incompetent. In Poland, Augustus II was restored as King.

Peter, overestimating the support he would receive from his Balkan allies, attacked the Ottoman Empire, initiating the Russo-Turkish War of 1710. [29] Peter's campaign in the Ottoman Empire was disastrous, and in the ensuing Treaty of the Pruth, Peter was forced to return the Black Sea ports he had seized in 1697. [29] In return, the Sultan expelled Charles XII.

Normally, the Boyar Duma would have exercised power during his absence. Peter, however, mistrusted the boyars he instead abolished the Duma and created a Senate of ten members. The Senate was founded as the highest state institution to supervise all judicial, financial and administrative affairs. Originally established only for the time of the monarch's absence, the Senate became a permanent body after his return. A special high official, the Ober-Procurator, served as the link between the ruler and the senate and acted, in Peter own words, as "the sovereign's eye". Without his signature no Senate decision could go into effect the Senate became one of the most important institutions of Imperial Russia. [30]

Peter's northern armies took the Swedish province of Livonia (the northern half of modern Latvia, and the southern half of modern Estonia), driving the Swedes into Finland. In 1714 the Russian fleet won the Battle of Gangut. Most of Finland was occupied by the Russians.

In 1716 and 1717, the Tsar revisited the Netherlands and went to see Herman Boerhaave. He continued his travel to the Austrian Netherlands and France. Peter obtained the assistance of the Electorate of Hanover and the Kingdom of Prussia.

The Tsar's navy was powerful enough that the Russians could penetrate Sweden. Still, Charles XII refused to yield, and not until his death in battle in 1718 did peace become feasible. After the battle near Åland, Sweden made peace with all powers but Russia by 1720. In 1721, the Treaty of Nystad ended the Great Northern War. Russia acquired Ingria, Estonia, Livonia, and a substantial portion of Karelia. In turn, Russia paid two million Riksdaler and surrendered most of Finland. The Tsar retained some Finnish lands close to Saint Petersburg, which he had made his capital in 1712. [31]

Later years

Peter's last years were marked by further reform in Russia. On 22 October 1721, soon after peace was made with Sweden, he was officially proclaimed Emperor of All Russia. Some proposed that he take the title Emperor of the East, but he refused. Gavrila Golovkin, the State Chancellor, was the first to add "the Great, Father of His Country, Emperor of All the Russias" to Peter's traditional title Tsar following a speech by the archbishop of Pskov in 1721. Peter's imperial title was recognized by Augustus II of Poland, Frederick William I of Prussia, and Frederick I of Sweden, but not by the other European monarchs. In the minds of many, the word empereur connoted superiority or pre-eminence over kings. Several rulers feared that Peter would claim authority over them, just as the Holy Roman Emperor had claimed suzerainty over all Christian nations.

In 1717, Alexander Bekovich-Cherkassky led the first Russian military expedition into Central Asia against the Khanate of Khiva. The expedition ended in complete disaster when the entire expeditionary force was slaughtered.

In 1718, Peter investigated why the formerly Swedish province of Livonia was so orderly. He discovered that the Swedes spent as much administering Livonia (300 times smaller than his empire) as he spent on the entire Russian bureaucracy. He was forced to dismantle the province's government. [32]

After 1718, Peter established colleges in place of the old central agencies of government, including foreign affairs, war, navy, expense, income, justice, and inspection. Later others were added. Each college consisted of a president, a vice-president, a number of councilors and assessors, and a procurator. Some foreigners were included in various colleges but not as president. Peter believed he did not have enough loyal and talented persons to put in full charge of the various departments. Peter preferred to rely on groups of individuals who would keep check on one another. [33] Decisions depended on the majority vote.

In 1722, Peter created a new order of precedence known as the Table of Ranks. Formerly, precedence had been determined by birth. To deprive the Boyars of their high positions, Peter directed that precedence should be determined by merit and service to the Emperor. The Table of Ranks continued to remain in effect until the Russian monarchy was overthrown in 1917.

Peter decided that all of the children of the nobility should have some early education, especially in the areas of sciences. Therefore, on 28 February 1714, he issued a decree calling for compulsory education, which dictated that all Russian 10- to 15-year-old children of the nobility, government clerks, and lesser-ranked officials must learn basic mathematics and geometry, and should be tested on the subjects at the end of their studies. [34]

The once powerful Persian Safavid Empire to the south was in deep decline. Taking advantage of the profitable situation, Peter launched the Russo-Persian War of 1722–1723, otherwise known as "The Persian Expedition of Peter the Great", which drastically increased Russian influence for the first time in the Caucasus and Caspian Sea region, and prevented the Ottoman Empire from making territorial gains in the region. After considerable success and the capture of many provinces and cities in the Caucasus and northern mainland Persia, the Safavids were forced to hand over territory to Russia, comprising Derbent, Shirvan, Gilan, Mazandaran, Baku, and Astrabad. However, within twelve years all the territories would be ceded back to Persia, now led by the charismatic military genius Nader Shah, as part of the Treaties of Resht and Ganja respectively, and the Russo-Persian alliance against the Ottoman Empire, which was the common enemy of both. [35]

Peter introduced new taxes to fund improvements in Saint Petersburg. He abolished the land tax and household tax and replaced them with a poll tax. The taxes on land and on households were payable only by individuals who owned property or maintained families the new head taxes, however, were payable by serfs and paupers. In 1725 the construction of Peterhof, a palace near Saint Petersburg, was completed. Peterhof (Dutch for "Peter's Court") was a grand residence, becoming known as the "Russian Versailles".

Illness and death

In the winter of 1723, Peter, whose overall health was never robust, began having problems with his urinary tract and bladder. In the summer of 1724, a team of doctors performed surgery releasing upwards of four pounds of blocked urine. Peter remained bedridden until late autumn. In the first week of October, restless and certain he was cured, Peter began a lengthy inspection tour of various projects. According to legend, in November, at Lakhta along the Finnish Gulf to inspect some ironworks, Peter saw a group of soldiers drowning near shore and, wading out into near-waist deep water, came to their rescue. [36]

This icy water rescue is said to have exacerbated Peter's bladder problems and caused his death. The story, however, has been viewed with skepticism by some historians, pointing out that the German chronicler Jacob von Staehlin is the only source for the story, and it seems unlikely that no one else would have documented such an act of heroism. This, plus the interval of time between these actions and Peter's death seems to preclude any direct link. [ citation requise ]

In early January 1725, Peter was struck once again with uremia. Legend has it that before lapsing into unconsciousness Peter asked for a paper and pen and scrawled an unfinished note that read: "Leave all to . " and then, exhausted by the effort, asked for his daughter Anna to be summoned. [c]

Peter died between four and five in the morning 8 February 1725. An autopsy revealed his bladder to be infected with gangrene. [10] He was fifty-two years, seven months old when he died, having reigned forty-two years. He is interred in Saints Peter and Paul Cathedral, Saint Petersburg, Russia.

Peter was deeply religious, being brought up in the Russian Orthodox faith, but he had low regard for the Church hierarchy, which he kept under tight governmental control. The traditional leader of the Church was the Patriarch of Moscow. In 1700, when the office fell vacant, Peter refused to name a replacement, allowing the Patriarch's Coadjutor (or deputy) to discharge the duties of the office. Peter could not tolerate the patriarch exercising power superior to the Tsar, as indeed had happened in the case of Philaret (1619–1633) and Nikon (1652–66). Peter therefore abolished the Patriarchy, replacing it with a Holy Synod that was under the control of a senior bureaucrat, and the Tsar appointed all bishops.

In 1721, Peter followed the advice of Theophan Prokopovich in designing the Holy Synod as a council of ten clergymen. For leadership in the church, Peter turned increasingly to Ukrainians, who were more open to reform, but were not well loved by the Russian clergy. Peter implemented a law that stipulated that no Russian man could join a monastery before the age of fifty. He felt that too many able Russian men were being wasted on clerical work when they could be joining his new and improved army. [37] [38]

A clerical career was not a route chosen by upper-class society. Most parish priests were sons of priests, were very poorly educated, and very poorly paid. The monks in the monasteries had a slightly higher status they were not allowed to marry. Politically, the church was impotent. [39]

Peter the Great had two wives, with whom he had fourteen children, three of whom survived to adulthood. Peter's mother selected his first wife, Eudoxia Lopukhina, with the advice of other nobles in 1689. [40] This was consistent with previous Romanov tradition by choosing a daughter of a minor noble. This was done to prevent fighting between the stronger noble houses and to bring fresh blood into the family. [41] He also had a mistress from Holland, Anna Mons. [40]

Upon his return from his European tour in 1698, Peter sought to end his unhappy marriage. He divorced the Tsaritsa and forced her to join a convent. [40] The Tsaritsa had borne Peter three children, although only one, Alexei Petrovich, Tsarevich of Russia, had survived past his childhood.

He took Martha Skavronskaya, a Polish-Lithuanian peasant, as a mistress some time between 1702 and 1704. [42] Martha converted to the Russian Orthodox Church and took the name Catherine. [43] Though no record exists, Catherine and Peter are described as having married secretly between 23 Oct and 1 December 1707 in St. Petersburg. [44] Peter valued Catherine and married her again (this time officially) at Saint Isaac's Cathedral in Saint Petersburg on 19 February 1712.

His eldest child and heir, Alexei, was suspected of being involved in a plot to overthrow the Emperor. Alexei was tried and confessed under torture during questioning conducted by a secular court. He was convicted and sentenced to be executed. The sentence could be carried out only with Peter's signed authorization, and Alexei died in prison, as Peter hesitated before making the decision. Alexei's death most likely resulted from injuries suffered during his torture. [45] Alexei's mother Eudoxia had also been punished she was dragged from her home and tried on false charges of adultery.

In 1724, Peter had his second wife, Catherine, crowned as Empress, although he remained Russia's actual ruler. All of Peter's male children had died.

Issue

By his two wives, he had fourteen children. These included three sons named Pavel and three sons named Peter, all of whom died in infancy.

Nom Naissance Décès Remarques
By Eudoxia Lopukhina
Alexei Petrovich, Tsarevich of Russia 18 February 1690 [46] 26 June 1718, [46] age 28 Married 1711, Charlotte Christine of Brunswick-Lüneburg had issue
Alexander Petrovich 13 October 1691 14 May 1692, age 7 months
Pavel Petrovich 1693 1693
By Catherine I
Peter Petrovich 1704 [46] in infancy [46] Born and died before the official marriage of his parents
Paul Petrovich 1705 [46] in infancy [46] Born and died before the official marriage of his parents
Catherine Petrovna Dec 1706 [46] Jun 1708, [46] age 18 months Born and died before the official marriage of her parents
Anna Petrovna 27 January 1708 15 May 1728, age 20 Married 1725, Karl Friedrich, Duke of Holstein-Gottorp had issue
Yelisaveta Petrovna,
later Empress Elizabeth
29 December 1709 5 January 1762, age 52 Reputedly married 1742, Alexei Grigorievich, Count Razumovsky no issue
Maria Petrovna 20 March 1713 27 May 1715, age 2
Margarita Petrovna 19 September 1714 7 June 1715, age 9 months
Peter Petrovich 15 November 1715 19 April 1719, age 3
Pavel Petrovich 13 January 1717 14 January 1717, age 1 day
Natalia Petrovna 31 August 1718 15 March 1725, age 6
Peter Petrovich 7 October 1723 7 October 1723, born and died same day

Peter's legacy has always been a major concern of Russian intellectuals. Riasanovsky points to a "paradoxical dichotomy" in the black and white images such as God/Antichrist, educator/ignoramus, architect of Russia's greatness/destroyer of national culture, father of his country/scourge of the common man. Voltaire's 1759 biography gave 18th-century Russians a man of the Enlightenment, while Alexander Pushkin's "The Bronze Horseman" poem of 1833 gave a powerful romantic image of a creator-god. [47] [48] [49] Slavophiles in mid-19th century deplored Peter's westernization of Russia. Western writers and political analysts recounted "The Testimony" or secret will of Peter the Great. It supposedly revealed his grand evil plot for Russia to control the world via conquest of Constantinople, Afghanistan and India. It was a forgery made in Paris at Napoleon's command when he started his invasion of Russia in 1812. Nevertheless it is still quoted in foreign policy circles. [50] The Communists executed the last Romanoffs, and their historians such as Mikhail Pokrovsky presented strongly negative views of the entire dynasty. Stalin however admired how Peter strengthened the state, and wartime, diplomacy, industry, higher education, and government administration. Stalin wrote in 1928, "when Peter the Great, who had to deal with more developed countries in the West, feverishly built works in factories for supplying the army and strengthening the country's defenses, this was an original attempt to leap out of the framework of backwardness." [51] As a result Soviet historiography emphasizes both the positive achievement and the negative factor of oppressing the common people. [52]

After the fall of Communism in 1991, scholars and the general public in Russia and the West gave fresh attention to Peter and his role in Russian history. His reign is now seen as the decisive formative event in the Russian imperial past. Many new ideas have merged, such as whether he strengthened the autocratic state or whether the tsarist regime was not statist enough given its small bureaucracy. [53] Modernization models have become contested ground. [54] Historian Ia. Vodarsky said in 1993 that Peter, "did not lead the country on the path of accelerated economic, political and social development, did not force it to 'achieve a leap' through several stages. On the contrary, these actions to the greatest degree put a brake on Russia's progress and created conditions for holding it back for one and a half centuries!" [55] The autocratic powers that Stalin admired appeared as a liability to Evgeny Anisimov, who complained that Peter was, "the creator of the administrative command system and the true ancestor of Stalin." [56]

While the cultural turn in historiography has downplayed diplomatic, economic and constitutional issues, new cultural roles have been found for Peter, for example in architecture and dress. James Cracraft argues:

The Petrine revolution in Russia—subsuming in this phrase the many military, naval, governmental, educational, architectural, linguistic, and other internal reforms enacted by Peter’s regime to promote Russia’s rise as a major European power—was essentially a cultural revolution, one that profoundly impacted both the basic constitution of the Russian Empire and, perforce, its subsequent development. [57]

Peter has been featured in many histories, novels, plays, films, monuments and paintings. [58] [59] They include the poems The Bronze Horseman, Poltava and the unfinished novel The Moor of Peter the Great, all by Alexander Pushkin. The former dealt with The Bronze Horseman, an equestrian statue raised in Peter's honour. Aleksey Nikolayevich Tolstoy wrote a biographical historical novel about him, named Pëtr I, in the 1930s.

  • The 1922 German silent film Peter the Great directed by Dimitri Buchowetzki and starring Emil Jannings as Peter
  • The 1937–1938 Soviet Union (Russia) film Peter the First
  • The 1976 film Skaz pro to, kak tsar Pyotr arapa zhenil (How Tsar Peter the Great Married Off His Moor), starring Aleksey Petrenko as Peter, and Vladimir Vysotsky as Abram Petrovich Gannibal, shows Peter's attempt to build the Baltic Fleet.
  • The 2007 film The Sovereign's Servant depicts the unsavoury brutal side of Peter during the campaign.
  • Peter was played by Jan Niklas and Maximilian Schell in the 1986 NBCminiseriesPeter the Great.
  • A character based on Peter plays a major role in The Age of Unreason, a series of four alternate history novels written by American science fiction and fantasy author Gregory Keyes. Peter is one of many supporting characters in Neal Stephenson's Baroque Cycle – mainly featuring in the third novel, The System of the World.
  • Peter was portrayed on BBC Radio 4 by Isaac Rouse as a boy, Will Howard as a young adult and Elliot Cowan as an adult in the radio plays Peter the Great: The Gamblers[60] and Peter the Great: The Queen of Spades, [61] written by Mike Walker and which were the last two plays in the first series of Tsar. The plays were broadcast on 25 September and 2 October 2016.
  • A verse in the Engineers' Drinking Song references Peter the Great:

There was a man named Peter the Great who was a Russian Tzar
When remodeling his the castle put the throne behind the bar
He lined the walls with vodka, rum, and 40 kinds of beers
And advanced the Russian culture by 120 years!


Guided History

In the 17th Century, Russia was considered to be a backwards, and barbaric country in the eyes of the major powers in Europe. However, after the rule of Peter the Great, this view changed and Russia was no longer seen as a backwards nation stuck in medieval times, but rather as a major player in the Balance of Power in Europe. The time period that this Research Guide will focus on are the years in which Peter the Great was in power and the next half-century after his death, starting with the year he takes up power in 1682 and ending in 1800 (so as to give us some time to examine his legacy after his death in 1725).

Created by an Italian artist named Bartolomeo Rastrelli using a wax molding mask of Peter the Great's actual face in 1719

Before Peter the Great came into power though, Russia was in fact modernizing. In other words, he was not the beginning of change in Russia in the 16th Century however, there were many policies he put into effect to aid in these changes. The goal behind this Research Guide is to discover what these changes were and what forces Peter the Great put into effect in order to strengthen them. Through this guide, we will uncover who Peter the Great was as a person, what actions he took to modernize Russia, and how Russia changed as a result of his actions. This guide includes primary sources, books analyzing his rule, and online articles and encyclopedias in order to understand Peter the Great’s mark in history.

Introductory Sources

Klyuchevsky, Vasili. Peter the Great. New York: St Martin’s Press, 1969

Provides a good introduction to who Peter the Great was as a person in the beginning of this book. The focus of the book, however, is on the social and administrative changes that occurred under his rule. A good resource for understanding what actions Peter the Great took in order to modernize Russia.

Anderson, M. S. Peter the Great. London: Longman, 1995.

Anderson provides a great biography of Peter the Great and is an excellent place to start research from. The biography includes what Russia was like before Peter the Great came into power, an overview of the policies he put into effect, and the wars that he fights in and what he learns from them.

Sumner, Benedict H. Peter the Great and the emergence of Russia. Londres. 1962

This book offers some great information regarding the reforms that took place under Peter the Great. Sumner discusses reform in the Civil Government and Religion as well as the social and economic changes. There is some background information in the beginning chapters of the book, some of it is useful but is lengthy. I would suggest another source for background.

Dmytryshyn, Basil ed. Modernization of Russia Under Peter I and Catherine II. New York: John Wiley & Sons, Inc., 1974.

While only half of the book focuses on Peter the Great, it is still a great resource in discovering what actions he took to modernize Russia. This book provides administrative decrees issued by Peter the Great as well as multiple assessments of his modernization.

Policies and Methods

An excellent source describing an anecdote of when Peter the Great made a trip to England where he meets with the religious group, the Quakers. Shows Peter the Great desire to learn more about the western world and how this meeting influenced his policies on religion in Russia.

Gives information on some of the books that Peter the Great had in his possession and how they influenced his decisions and gave him ideas. By examining the books he had in his collection we can gain a better understanding of what ideas were being presented to him and how he used the knowledge available in these books to pick and choose what he should do as a ruler.

Provides several anecdotes of who Peter the Great was as a person and specific cases of events that lead to the change in many of Russia’s policies. Though it is a useful source, it can be a bit difficult to understand at times when the article switches between the narrative and anecdote. However, this is a minor detail that can be overlooked.

Gives an overview of Peter the Great’s life as a youth and as a ruler. Goes into detail the policies he implements and the wars that he undertakes in order to increase Russia’s standing in the eyes of the rest of the European Powers.

Provides a good source of images of objects and people that are representative of the changes that Peter the Great put into effect in order to modernize Russia. Shows change in how Peter the Great wanted Russia to be viewed and how he wanted himself to be viewed.

French Fashion that Peter the Great required all members of his court to wear

A good source focusing mainly on Peter the Great’s modernization in the field of Naval Power. This article discusses how one of Peter the Great’s biggest goals for his trips to Europe was to discover modern ship building techniques so he could build Russia’s first navy.

A good source containing multiple primary source documents describing the technological advancement that Russia was making under Peter the Great. Describes how massive projects like building railroads or a fleet were undertaken at the time showing an in increase in modernization, for before Peter the Great, Russia had no navy and therefore no great ability to trade by sea (something essential in order to be considered a modern state)

An excellent lecture discussing not only the reforms in the military that lead to Russia’s territorial expansion but also on internal politics and the integration of Western ideals.

Legacy of Peter the Great

Cross, Anthony. Peter the Great through British Eyes: Perceptions and Representations of the Tsar since 1698. Cambridge: Cambridge University Press, 2000.

Anthony Cross offers a great documentation and analysis of Peter the Great’s visit to England in 1698. The various types of primary sources exhibit the changing view on Peter the Great from the perspective of the British at the time of his visit and long after his death up until the 19th Century.

Riasanovysky, Nicholas V. The Image of Peter the Great in Russian History and Thought. New York: Oxford University Press, 1985.

Through Riasanovysky’s book, we find a new outlook on Peter the Great from the perspective of the different periods of thought that follow his death. Essentially this book focuses more on the legacy Peter the Great left behind and how people in Russia viewed him up until the late 20th Century. This book is filled with primary sources from each time period that is examined.

A short collection of primary sources describing how Peter the Great was perceived from the perspective of four individuals. Provides a good image of who Peter the Great was as a person and what his goals and interests were.

A good source for a quick overview of Peter the Great’s life, accomplishment, and legacy. Also provides multiple pieces of Artwork that depict him and the actions he takes to modernize Russia. Goes into detail about each picture describing the meaning behind each picture.

Russian ships on Parade in the Baltic Seas after the victory of the Great Northern War

Maps and Charts

A German depiction of St. Petersburg in 1718. Peter the Great killed thousands to build this city as fast as possible


A window into Europe

Peter the Great made it his duty to give Russia access to Europe via the sea, often referred to in history as a ‘window into Europe’. During the early years of his rule, Peter travelled undercover to Europe, where he grew fond of European traditions and was determined to implement them in Russia. He introduced various objects and commodities, such as tobacco, potatoes, coffee, chocolate. Moreover, he collected various objects and placed them in the first museum, the Kunstkamera. Despite the positive appearance of the changes, it is important to remember that they were forced. The nobility that refused to change their clothes and shave their beards, according to the new fashion, were mocked in public and punished by the tsar.


To the Stupendous Spud

From the Americas to Europe, back to the Americas – and into Asia and Africa – the potato has had quite a journey. It's alternately the causer of famines and the solution to grain shortages that previously plagued the world. It's perhaps responsible for much of the world's population boom since the 1700s and has reshaped everything from farming to warfare.

But above all? It's delicious! There's a reason potatoes are so popular – and I hope the history is as interesting as the taste.


Voir la vidéo: Le Palais de Peterhof, St Petersbourg, Russie Ultra 4K