Exposition spectaculaire sur les Aztèques à Montréal

Exposition spectaculaire sur les Aztèques à Montréal

Le Musée d'histoire et d'archéologie de Montréal, Pointe-à-Callière, accueille la grande exposition internationale «Les Aztèques, peuple du soleil»Depuis le 30 mai jusqu'au 25 octobre 2015.

Les visiteurs auront l'occasion unique de tout savoir sur la civilisation qui a fondé la fabuleuse ville de Tenochtitlan, capitale de Empire aztèque et le lieu où la ville de Mexico a été construite après la conquête des Espagnols en 1521 et découvrez le monde éblouissant du peuple qui a régné sur tout le territoire du Mexique et au-delà, pendant plus de deux siècles.

L'exposition est une initiative du Musée d'archéologie et d'histoire de Montréal, Pinte-à-Callière, mais a eu la collaboration du Conseil national mexicain de la culture et de l'Institut national des arts d'anthropologie et d'histoire, qui a prêté Pointe-à -Callière d'environ 265 objets provenant de 16 musées mexicains, dont le Museo del Templo Mayor, un musée archéologique similaire à la Pointe-à-Callière, et le Musée national mexicain d'anthropologie.

La grande variété d'objets est spectaculaire: masques et statues, bijoux en or, figures de femmes, d'enfants et d'animaux, tampons pour créer des décorations en peau et tissus, sculptures et objets qui relatent les sacrifices nécessaires pour maintenir le Soleil dans ses rotations, malles et boîtes pour offrandes, vases et la céramique, tous reflets de l'environnement mystérieux de cette civilisation.

La chose la plus remarquable à propos de l'exposition de Montréal est que comprend certains des vestiges les plus extraordinaires de la civilisation aztèque. Deux statues du Templo Mayor, chacune pesant 250 kilos et une hauteur de 170 centimètres, qui ne manqueront pas de fasciner l'imagination des visiteurs.

Aussi un Statue en terre cuite d'un guerrier aigle, avec des griffes acérées dépassant de ses genoux avant et arrière et un bec d'aigle sur son visage qui peut également représenter le lever du soleil.Cette œuvre d'art authentique a été trouvée dans la Casa de las Águilas, près du Templo Mayor, et a été utilisée pour les rituels. De son côté, la statue en terre cuite de Mictlantecuhlti représente le dieu de la mort.

D'autres objets aux couleurs splendides, tels que le vaisseau qui caractérise Tlaloc, le dieu de la pluie, en dit long sur le mode de vie des Aztèques et de leurs divinités. Ce vaisseau est considéré comme l'un des chefs-d'œuvre de l'art aztèque et montre le dieu avec son masque typique et ses crocs, dans sa couleur bleue habituelle. La forme des pyramides dans sa coiffe fait référence aux montagnes où les Aztèques croyaient que Tlaloc stockait l'eau qui est ensuite tombée sous forme de pluie.

Tlaloc, dieu de la pluie.

Un masque en bois incrusté de coquillage, de turquoise et de nacre, est l'un des rares masques aztèques turquoise à avoir survécu. Cela peut être une référence au dieu Quetzalcoatl, dont le visage émerge de la bouche d'un serpent. Cette pièce provient du Musée national de préhistoire et d'ethnographie Luigi Pigorini à Rome.

Une pièce en céramique à trois faces, ornée de treize pierres rondes, évoque les treize mois du calendrier sacré, c'est aussi un objet imposant. Il décorait un brasero ou une urne funéraire et montrait les trois phases de la vie: au centre, la jeunesse ouvrant les yeux sur le monde, suivie d'une image de la vieillesse et puis le visage d'une mort inexorable les yeux fermés, être en dans son ensemble, une métaphore du passage du temps. Ce travail sublime explique le principe du double cycle, d'une importance vitale dans la pensée aztèque, où la vie signifie réincarnation et mort.

L'exposition se concentre sur la fondation de Tenochtitlán, capitale de Empire aztèque, la vie quotidienne, le Templo Mayor et bien sûr la question des sacrifices humains et des calendriers aztèques. D'autres thèmes de sa riche histoire sont également présentés: la migration aztèque, guidée par le dieu Huitzilopochtli, son incroyable urbanisme et le territoire utilisé pour cette «Venise du Mexique», l'art de la guerre aztèque et les impôts payés par les peuples conquis. Outre ses techniques d'agriculture telles que les chinampas, d'ingénieux jardins flottants ont rendu la ville autosuffisante.

Aussi la question de l'organisation de la société aztèque avec ses différentes classes est abordée, qui traite du rôle des femmes, de l'éducation ou de l'administration de la justice. L'écriture aztèque et les fameux codex, manuscrits de caractères ou pictogrammes montrant la langue parlée, sont minutieusement examinés. La religion, élément essentiel et omniprésent de la société aztèque avec ses différentes divinités et rituels, occupe également une place importante dans l'exposition.

Enfin, l'exposition se termine par un description de la conquête espagnole et de la chute de l'empire aztèque et l'héritage de cette civilisation dans le présent.

Après des études d'histoire à l'Université et après de nombreux tests précédents, Red Historia est né, un projet qui a émergé comme un moyen de diffusion où vous pouvez trouver les nouvelles les plus importantes de l'archéologie, de l'histoire et des sciences humaines, ainsi que des articles d'intérêt, des curiosités et bien plus encore. En bref, un point de rencontre pour tous où ils peuvent partager des informations et continuer à apprendre.


Vidéo: Pourquoi lEmpire aztèque sest-il effondré si rapidement? QdH#12