Exposition 'Nourrir l'Empire: histoires de nourriture à Rome et à Pompéi'

Exposition 'Nourrir l'Empire: histoires de nourriture à Rome et à Pompéi'

¿Comment les Romains mangeaient? ¿Comment ils ont fait pour charger des centaines de tonnes de fournitures depuis les endroits les plus reculés du monde? ¿Comment ils les ont gardés pour le reste de l'année? La réponse à toutes ces questions sera disponible à l'exposition 'Nutrire l’Empire. Storie di alimentazione da Roma a Pompei', Qui offrira un portrait des habitudes gastronomiques des Romains à travers des vestiges retrouvés dans différents sites archéologiques.

Après le Pax RomanaAutour de la Méditerranée, une sorte de «mondialisation de la consommation» a commencé avec une «délocalisation de la production» des matières premières. Pendant l'Empire, les Romains buvaient beaucoup de vin de Gaule, de Crète et de Chypre. Les riches avaient l'habitude de boire des vins chers de Campanie et de consommer de l'huile d'Andalousie, ils aimaient aussi le miel grec et surtout le garum, un assaisonnement d'Afrique, de la Méditerranée orientale, du Portugal ou même de Pompéi proche. Le pain qui était consommé quotidiennement et importé, fabriqué avec le grain apporté aux grands navires d'Afrique et d'Egypte, était très apprécié.

L'exposition présente les différentes solutions adoptées par les Romains pour sécuriser l'approvisionnement alimentaire, par transport terrestre et surtout par transport maritime. En plus de cet aspect, l'exposition montre la distribution de la nourriture entre les différentes classes sociales dans deux sites symboliques: Rome, la ville antique la plus grande et la plus peuplée et la région du Vésuve, avec une attention à Pompéi, Ercolano et Oplontis.

Pendant période entre le règne d'Auguste et celui de Constantin (27 BC-37 AD) Rome était une ville d'environ un million d'habitants, le centre d'un Empire qui, selon les estimations modernes, avait une population comprise entre 50 et 60 millions d'habitants. Aucune ville n'a jamais atteint une taille aussi grande avant la révolution industrielle.

Nourrir une ville comme Rome, avec une population aussi nombreuse, surtout avec du blé, était la responsabilité directe des empereurs.

À la fin de la République, le blé consommé à Rome provenait d'Afrique, de Sicile et de Sardaigne. La conquête de l'Egypte a changé la donne, dès lors, la politique agricole de Rome a changé. Sous l'Empire, une grande partie de la consommation de Rome était couverte dans pratiquement les deux tiers par les provinces africaines, qui correspondent à la Tunisie et l'Algérie aujourd'hui, et l'autre tiers était couvert par l'Égypte.

Le résultat était une production sous-traitée du blé et des formes de consommation peuvent être considérés comme une voie de «mondialisation» pour la première fois dans l’histoire. Tout cela a été réalisé grâce à une administration efficace de l'Etat qui, d'une part, favorise le libre-échange et, d'autre part, conserve le blé et assure son transport à travers la Méditerranée.

L'exposition peut être vue au Musée Ara Pacis à Rome jusqu'au 15 novembre.


Vidéo: Rome, Son Empire: De La Naissance à La Chute. Documentaire Historique 2016