15 juin 1942

15 juin 1942

15 juin 1942

Juin

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Afrique du Nord

Les forces britanniques se retirent de leurs positions à "Knightsbridge"



Bataille de Saïpan

Le 15 juin 1944, pendant la campagne du Pacifique de la Seconde Guerre mondiale (1939-45), les Marines américains ont pris d'assaut les plages de l'île japonaise stratégiquement importante de Saipan, dans le but de gagner une base aérienne cruciale à partir de laquelle les États-Unis pourraient lancer leur nouveaux bombardiers B-29 à longue portée directement sur les îles d'origine du Japon. Face à la féroce résistance japonaise, les Américains ont afflué de leurs péniches de débarquement pour établir une tête de pont, combattre les soldats japonais à l'intérieur des terres et forcer l'armée japonaise à se retirer vers le nord. Les combats sont devenus particulièrement brutaux et prolongés autour du mont Tapotchau, le plus haut sommet de Saipan, et les Marines ont donné aux sites de bataille dans la région des noms tels que &# x201CDeath Valley&# x201D et &# x201CPurple Heart Ridge.&# x201D Lorsque les États-Unis ont finalement piégé les Japonais dans la partie nord de l'île, les soldats japonais ont lancé une charge banzai massive mais futile. Le 9 juillet, le drapeau américain a été hissé en signe de victoire sur Saipan.


D'un intérêt particulier pour les femmes

De Action syndicale, Vol. 6 n° 24, 15 juin 1942, p.ك.
Transcrit & balisé par Einde O’ Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

Un faible effort a été fait au Congrès pour inclure dans le projet de loi créant le Women's Auxiliary Army Corps une disposition contre la discrimination fondée sur la race ou la couleur. Cependant, les législateurs ont refusé d'inscrire l'égalité raciale dans le projet de loi.

Ainsi, si malgré cette gifle, des femmes noires demandent à être admises au WAAC, elles seront placées dans une unité Jim Crow ou se verront carrément refuser l'admission. Comme dans l'armée, la marine et le corps des marines, la discrimination raciale sera à l'honneur.

Le commandant en chef de l'armée et de la marine a proclamé haut et fort son opposition aux préjugés raciaux. Cependant, pas un mot n'est venu de la Maison Blanche pour suspendre cette affirmation du Congrès de la discrimination raciale par le gouvernement lui-même dans un nouveau département sous son commandement.

La politique de la main gauche de M. Roosevelt faisant semblant de ne pas savoir ce que fait la droite le révèle comme le politicien capitaliste par excellence. À des fins de guerre, il peut se prélasser dans des phrases brillantes sur l'égalité raciale – et même jeter quelques os à l'opprimé noir – sachant très bien que le Status Quo ne sera pas fondamentalement modifié.

Les Status Quo aucun politicien capitaliste ne veut bouleverser la division artificielle des gens du commun - la ségrégation délicate des noirs et des blancs - afin que les maîtres puissent continuer à les gouverner tous les deux.

Non seulement le WAAC a commencé sur le pied de la discrimination raciale, mais il a pris le chemin bien tracé du favoritisme, de l'attraction, de la traînée ou de tout ce que vous voudrez peut-être l'appeler.

« Certains fonctionnaires du ministère de la Guerre, agissant à titre personnel, ont promis à un petit nombre de femmes ici qu'elles pourraient être assurées de recevoir des commissions dans le Corps d'armée auxiliaire féminin.

Ainsi, Nona Baldwin commence un rapport d'une colonne au New York Times de Washington le 29 mai. Elle poursuit en expliquant comment tout le monde à Washington « nie » ou « est étonné » ou « déplore » ou « promet l'équité à tous ». Mais elle revient à l'accusation initiale :

« Il est admis ici que les exemples connus d'assurances personnelles aux aspirants qu'ils devraient recevoir des commissions sont peu nombreux, mais il existe une autorité irréprochable que de telles assurances ont été données.

Ce petit mot “connu” attire l'attention. Qu'en est-il des cas de favoritisme INCONNU ? Le favoritisme n'aime pas les lumières vives. Il préfère un obscurcissement ou, mieux encore, un black-out.

Les Wallaces et les Welles répandent beaucoup d'éloges sur la PERSONNES ces jours-ci, mais LES les gens tirent encore les ficelles à Washington.

Beaucoup des milliers de femmes qui entrent maintenant dans les usines ont un grand point d'interrogation dans leur esprit quant à l'avenir. Ces nouveaux travailleurs ne retournent certainement pas tous après la guerre dans un endroit sûr et abrité à la maison. Une guerre laisse toujours un nombre accru de femmes soutiens de famille parce que beaucoup d'hommes soutiens de famille sont consommés comme chair à canon. Cette guerre accumulera plus de morts que n'importe quelle autre, et en conséquence plus de femmes trouveront leur place dans l'usine.

Que gagneront les femmes soutiens de famille dans la période d'après-guerre ? Regardons les salaires des femmes après la dernière guerre.

Les profondeurs auxquelles les salaires des femmes d'après-guerre ont ensuite chuté sont presque incroyables, comme l'a révélé une enquête sur les salaires pour 1918-19, couvrant 33 000 femmes, préparée par le Département du travail de l'État de New York. Sur ces 33 000 femmes, 3 300 recevaient moins de 6,00 $ par semaine – un salaire coolie ! Du même groupe 17 490 qui étaient « mieux payés », ont gagné entre 6,00 $ et 12 $. Seulement un peu plus d'un tiers des femmes incluses dans l'enquête ont obtenu plus que la somme dérisoire de 12 $ par semaine.

Ces chiffres devraient être gravés de manière indélébile dans l'esprit de chaque travailleuse aujourd'hui. Inutile de dire que les salaires des femmes étaient inférieurs à ceux des hommes. Dans 117 usines couvertes par une enquête, 90 pour cent des travailleuses qui remplaçaient les hommes recevaient un salaire inférieur à celui des hommes - dans de nombreux cas, jusqu'à 50 pour cent de moins.

Ainsi, dans la période d'après-guerre, les femmes sont devenues les travailleuses les plus victimisées et les plus exploitées. Et la raison en était qu'ils n'avaient pas l'arme d'autoprotection contre les patrons, à savoir l'organisation syndicale. Cette erreur ne doit pas être répétée. Aujourd'hui, les femmes ont l'avantage que leur travail est demandé. Aujourd'hui, par conséquent, ils doivent faire quelque chose pour leur avenir. Le point d'interrogation dans l'esprit ne suffit pas. L'action s'impose.

Il est maintenant temps pour les femmes d'adhérer aux syndicats « pour exiger un salaire égal pour un travail égal » pour arrimer les échelles salariales « afin de s'organiser fortement pour résister à la pression de l'après-guerre. Cela profitera non seulement aux ouvrières, mais à chaque homme au travail et à chaque ouvrier-soldat qui reviendra des champs de bataille. Car seules une force organisée et une solidarité totale permettront à la classe ouvrière dans son ensemble de faire face à l'avalanche de problèmes d'après-guerre.

Les lecteurs de Action syndicale se souviendront que dans notre récente série d'articles exposant les fascistes locaux de ce pays, il a été souligné que ces gangsters politiques se concentreraient sur le sentiment anti-guerre dans une tentative démagogique d'obtenir le soutien populaire.

« We, the Mothers, Mobilize for America, Inc. », est le véhicule antisémite et anti-travail du contingent féminin des fascistes américains. Jusqu'à il y a deux mois, il faisait ouvertement son sale boulot dans trente-deux États. Dernièrement, il a pris une coloration protectrice, pour échapper à l'attention. Cependant, vous pouvez parier des dollars contre des beignets que, quel que soit le nom qu'il porte maintenant, il sent tout aussi mauvais.

Au fur et à mesure que les listes de victimes s'allongent et que les chagrins d'amour s'intensifient, les rats fascistes se précipiteront pour essayer activement d'endiguer la haine de la guerre. Et la haine de la guerre ne manquera pas de grandir. Prenez, par exemple, les messages radio envoyés par le soldat Irving Strobing décrivant la bataille finale pour Corregidor :

“Je sais ce que ressent une souris. Pris au piège en attendant que les gars viennent et finissent. Tout le monde hurle comme un bébé. Ils s'entassent morts et blessés dans notre tunnel.”

De telles horreurs de guerre, multipliées au fur et à mesure que la guerre continue, rendront les cœurs lourds de chagrin et de dégoût de la guerre. Femmes de la classe ouvrière, méfiez-vous des rongements et des grignotages des rongeurs fascistes. Ils sont contre les Juifs. Ils sont contre les nègres. Ils sont contre le travail. Elles sont NE PAS vraiment contre la guerre. Ils APPROUVENT ce que Hitter a fait en Europe. Ils veulent un régime comme celui d'Hitler pour ce pays.

Pour donner une expression vraie et constructive à la haine de la guerre, unissez-vous à Action syndicale. Il expose les deux côtés de la guerre comme impérialistes. Il représente la paix mondiale permanente à travers le SOCIALISME.


15 juin 1942 - Histoire

“Écrire dans un journal est une expérience vraiment étrange pour quelqu'un comme moi. Non seulement parce que je n'ai jamais rien écrit auparavant, mais aussi parce qu'il me semble que plus tard ni moi ni personne d'autre ne nous intéresserons aux rêveries d'une écolière de treize ans. Eh bien, ça n'a pas d'importance. J'ai envie d'écrire et j'ai encore plus besoin de me débarrasser de toutes sortes de choses.

« Le papier a plus de patience que les gens. » J'ai pensé à ce dicton un de ces jours où je me sentais un peu déprimé et que j'étais assis à la maison, le menton dans les mains, ennuyé et apathique, me demandant si je devais rester à l'intérieur ou sortir. Je suis finalement resté où j'étais, à ruminer.

Oui, le papier a plus de patience, et comme je n'ai pas l'intention de laisser quelqu'un d'autre lire ce cahier à dos rigide largement appelé « journal intime » à moins que je ne trouve jamais un véritable ami, cela ne fera probablement pas l'affaire. un peu de différence.

Maintenant, je suis revenu au point qui m'a incité à tenir un journal en premier lieu : je n'ai pas d'ami.

Permettez-moi de le dire plus clairement, car personne ne croira qu'une fille de treize ans est complètement seule au monde. Et moi non. J'ai des parents aimants et une sœur de seize ans, et il y a une trentaine de personnes que je peux appeler des amis. J'ai une foule d'admirateurs qui ne peuvent pas garder leurs yeux adorateurs de moi et qui doivent parfois recourir à un miroir de poche cassé pour essayer de m'apercevoir dans la salle de classe. J'ai une famille, des tantes aimantes et un bon foyer.


Non, en surface, je semble avoir tout, sauf mon seul véritable ami. Tout ce à quoi je pense quand je suis avec des amis, c'est de passer un bon moment. Je ne peux pas me résoudre à parler d'autre chose que des choses ordinaires de la vie quotidienne. Nous ne semblons pas pouvoir nous rapprocher, et c'est le problème. C'est peut-être de ma faute si nous ne nous confions pas. En tout cas, c'est comme ça que les choses sont, et malheureusement elles ne sont pas susceptibles de changer. C'est pourquoi j'ai commencé le journal.

Pour rehausser l'image de cet ami tant attendu dans mon imagination, je ne veux pas noter les faits dans ce journal comme la plupart des gens le feraient, mais je veux que le journal soit mon ami, et je vais le faire. appelle cette amie Kitty.

Puisque personne ne comprendrait un mot de mes histoires à Kitty si je devais plonger dedans, je ferais mieux de fournir un bref aperçu de ma vie, même si je n'aime pas le faire.

Mon père, le père le plus adorable que j'aie jamais vu, n'a épousé ma mère qu'à trente-six ans et elle vingt-cinq. Ma sœur Margot est née à Francfort-sur-le-Main en Allemagne en 1926. Je suis née le 12 juin 1929. J'ai vécu à Francfort jusqu'à l'âge de quatre ans. Parce que nous sommes juifs, mon père a immigré aux Pays-Bas en 1933, lorsqu'il est devenu directeur général de la société néerlandaise Opekta, qui fabrique des produits utilisés dans la fabrication de confitures. Ma mère, Edith Holländer Frank, est allée avec lui en Hollande en septembre, tandis que Margot et moi avons été envoyées à Aix-la-Chapelle pour rester avec notre grand-mère. Margot est allée en Hollande en décembre, et j'ai suivi en février, quand j'ai été posée sur la table comme cadeau d'anniversaire pour Margot.

J'ai commencé tout de suite à l'école maternelle Montessori. J'y suis resté jusqu'à l'âge de six ans, date à laquelle j'ai commencé la première année. En sixième année, mon professeur était Mme Kuperus, la directrice. À la fin de l'année, nous étions tous les deux en larmes lorsque nous avons fait des adieux déchirants, car j'avais été acceptée au lycée juif, où Margot était également allée à l'école.

Stolperstein für Anne Frank am Pastorplatz à Aix-la-Chapelle. Foto: Turelio (via Wikimedia-Commons)

Nos vies n'étaient pas sans anxiété, car nos parents en Allemagne souffraient des lois anti-juives d'Hitler. Après les pogroms de 1938, mes deux oncles (les frères de ma mère) ont fui l'Allemagne pour trouver refuge en Amérique du Nord. Ma grand-mère âgée est venue vivre avec nous. Elle avait alors soixante-treize ans.

Après mai 1940, les bons moments sont rares : d'abord il y a eu la guerre, puis la capitulation et ensuite l'arrivée des Allemands, c'est alors que les ennuis ont commencé pour les Juifs. Notre liberté a été sévèrement restreinte par une série de décrets anti-juifs : les Juifs devaient porter une étoile jaune Les Juifs devaient rendre leurs vélos Les Juifs étaient interdits d'utiliser les tramways Les Juifs étaient interdits de monter en voiture, même leurs propres Juifs étaient requis faire ses courses entre 15h et 17h Les Juifs étaient tenus de ne fréquenter que les salons de coiffure et les salons de beauté appartenant à des Juifs. Il était interdit aux Juifs de sortir dans la rue entre 20 heures. et 6 heures du matin Il était interdit aux Juifs d'aller au théâtre, au cinéma ou à toute autre forme de divertissement. Il était interdit aux juifs de rendre visite aux chrétiens dans leurs maisons. Les Juifs devaient fréquenter les écoles juives, etc. Vous ne pouviez pas faire ceci et vous ne pouviez pas faire cela, mais la vie continuait. Jacque m'a toujours dit : "Je n'ose plus rien faire, car j'ai peur que ce ne soit pas autorisé".

Au cours de l'été 1941, grand-mère est tombée malade et a dû être opérée, alors mon anniversaire s'est passé avec peu de célébrations. À l'été 1940, nous n'avons pas fait grand-chose pour mon anniversaire non plus, puisque les combats venaient de se terminer en Hollande. Grand-mère est décédée en janvier 1942. Personne ne sait combien de fois je pense à elle et je l'aime toujours. Cette fête d'anniversaire en 1942 était destinée à compenser les autres, et la bougie de grand-mère a été allumée avec le reste.

Nous allons toujours bien tous les quatre, et cela m'amène à la date actuelle du 20 juin 1942 et à la dédicace solennelle de mon journal.

Prière : Merci Seigneur pour le journal d'Anne Frank, qui nous montre les réalités du passé d'un point de vue si frais et si déchirant. Sa vie et sa mémoire sont précieuses pour tous, et pourtant nous aspirons à la guérison des souvenirs du passé, et à la vraie repentance, à la réconciliation et à la restauration entre ceux qui sont éloignés les uns des autres. Seigneur, établit ton royaume de nos jours, nous te prions, au nom de Yeshua. Amen.


Re: OOB pour Fridericus II, 22-25. juin 1942.

Publier par Guillaume Russ » 04 mai 2008, 20:41

Re: OOB pour Fridericus II, 22-25. juin 1942.

Publier par Strovalnyk » 05 mai 2008, 08:07

C'est certainement le cas, merci encore pour votre aide précieuse. Et sur la carte on voit bien que 376 ID n'est pas déployé en première ligne, mais c'est près de 100 JD. Je suppose que c'est la cause des divergences dans les rapports que j'ai. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de commander le microfilm avec 336 journaux de guerre d'identité, mais si vous le faites, vous devez au moins me permettre de participer à ce coût.

Re: OOB pour Fridericus II, 22-25. juin 1942.

Publier par Strovalnyk » 29 mai 2008, 15:48

Salut à tous
Le livre de Glantz est finalement arrivé mais il ne contient aucune information sur les batailles post Friderikus I. Quoi qu'il en soit, entre-temps, j'ai trouvé dans les archives de l'État croate une copie de Übersicht der Kriegstagebuches 100. JD du 16. 6. – 15.10. 1942 et j'y trouve la confirmation que le bataillon d'artillerie croate était subordonné au 336. ID. (voir pièce jointe).
Bill, merci encore pour toute l'aide, j'ai vraiment apprécié.

À votre santé
P.S.
Et bien je n'avais pas réalisé que c'est si compliqué d'attacher l'image (du moins pour moi). J'insérerai l'image plus tard quand j'aurai compris comment.

Re: OOB pour Fridericus II, 22-25. juin 1942.

Publier par Guillaume Russ » 29 mai 2008, 18:01

Salut Strovanlyk,
Il est bon de voir que vous avez trouvé les informations de confirmation que vous cherchiez. Parfois, vous devez faire un effort supplémentaire.
Dans l'attente de la pièce jointe. Oui, joindre des images n'est pas la chose la plus simple à faire.

Re: OOB pour Fridericus II, 22-25. juin 1942.

Publier par Strovalnyk » 02 juin 2008, 13:00

salut
Eh bien, j'espère que cela fonctionnera, c'est l'image qui est censée être jointe à mon post précédent.

Et encore une chose : le livre de Jason Island of Fire contient une histoire du 336. bataillon de pionniers où j'ai découvert que la bataille autour de la rivière Neshegolj (à proximité de Russkaya) ne faisait ni partie de Fridericus II ni de Wilhelm, mais bataille préparatoire pour Brunschweig (Annexe I. page 555.)

Re: OOB pour Fridericus II, 22-25. juin 1942.

Publier par GaryD » 01 sept. 2008, 09:43

Ces cartes sont plutôt bonnes. Quel programme cadd utilises-tu ?

Re: OOB pour Fridericus II, 22-25. juin 1942.

Publier par Guillaume Russ » 03 sept. 2008, 16:51

Salut GaryD,
J'utilise la Microstation de Bentley. La version que j'utilise est une ancienne de la fin des années 90. Microstation Cadd est principalement vendu à des firmes d'ingénierie et d'architecture et n'est pas bon marché. La raison pour laquelle j'en ai reçu un exemplaire est que mon lieu de travail les utilisait (et le fait toujours) et qu'ils en ont distribué des exemplaires gratuits pour nous encourager à les utiliser à la maison. Ils pensaient que nous perfectionnerions nos compétences Cadd, mais je sais que très peu de gens ont utilisé l'édition maison. Quand j'ai envisagé d'écrire mon premier livre, je voulais avoir beaucoup de cartes et Microstation convenait parfaitement. C'est un programme très polyvalent et bien adapté pour faire des cartes militaires. La version que je vois pour une utilisation "civile" est AutoCadd. C'est essentiellement Microstation lite. Les dernières versions d'AutoCadd peuvent probablement maintenant faire le même travail que mon ancienne version de Microstation et peut-être même plus.
Je vais m'en tenir à Microstation pour l'instant, car je connais son fonctionnement et c'est toujours gratuit


Top 15 des nazis les plus méchants

Le Troisième Reich, qui a duré de 1933 à 1945, était sans doute le régime le plus odieux de l'histoire. Composée de personnages tout aussi malveillants, cette administration était responsable du déclenchement de la guerre la plus grande et la plus coûteuse que l'humanité ait jamais connue, et a perpétré l'un des plus grands actes de génocide au monde, maintenant appelé l'Holocauste. Cette liste aurait pu être plus longue mais j'ai opté pour ces 15 (principalement) membres du NSDAP.

Vétéran de la Première Guerre mondiale, le Reichsmarschall était à la tête de la Luftwaffe et le fondateur de la Gestapo. Après la chute de la France, il a volé des millions de livres d'art aux Juifs et a amassé une fortune personnelle. Goering a participé au putsch de la brasserie de 1923 et a été blessé à l'aine. Par la suite, prenant de la morphine pour soulager la douleur, il est devenu accro à la drogue pour le reste de sa vie. En 1940, le maréchal a ordonné le bombardement de la population civile de Grande-Bretagne (le Blitz) et a participé à la planification de l'holocauste. Goering était l'accusé le plus haut placé lors du procès de Nuremberg. Condamné à la pendaison, il s'est suicidé dans sa cellule la veille de son exécution par ingestion de cyanure.

Cet homme a causé la mort de millions de personnes. Apprenez-en plus sur sa vie en achetant Goering : The Rise and Fall of the Notorious Nazi Leader sur Amazon.com !

Connue sous le nom de &ldquoBitch of Buchenwald&rdquo en raison de sa cruauté sadique envers les prisonniers, Ilse Koch était mariée à un autre SS nazi méchant, Karl Otto Koch, mais l'a surpassé dans le mépris dépravé et inhumain pour la vie qui était sa marque de fabrique. Elle a utilisé ses prouesses sexuelles en errant nue dans les camps, avec un fouet, et si un homme la regardait, elle les ferait fusiller sur place. L'accusation la plus tristement célèbre contre Ilse Koch était qu'elle avait sélectionné des détenus avec des tatouages ​​intéressants à tuer, afin que leurs peaux puissent être transformées en abat-jour pour sa maison (bien que, malheureusement, aucune preuve de ces abat-jour n'ait été trouvée). Après la guerre, elle a été arrêtée et a passé du temps en prison pour différents chefs d'accusation, avant de se pendre dans sa cellule en 1967, apparemment rongée par la culpabilité.

Le Dr Paul Josef Goebbels était le ministre de la Propagande du Reich et un antisémite véhément. Les discours de haine de Goebbels contre les Juifs ont sans doute initié la solution finale et ont sans aucun doute contribué à influencer l'opinion publique au détriment du peuple juif. Souffrant de polio, Goebbels avait un pied bot, mais cela n'a pas affecté sa position de deuxième meilleur orateur du Reich. Il a inventé l'expression « guerre totale » et a contribué à convaincre la nation de se battre longtemps après que la guerre ait été effectivement perdue. À la fin de la guerre, un Goebbels dévoué est resté à Berlin avec Hitler et s'est suicidé, avec sa femme Magda et leurs six jeunes enfants.

Né en Autriche, Stangl était commandant des camps d'extermination de Sobibor et Treblinka. En 1940, grâce à un ordre direct de Heinrich Himmler, Stangl devint directeur du programme d'euthanasie T-4 à l'Institut d'euthanasie du château de Hartheim, où les personnes handicapées mentales et physiques étaient envoyées pour être tuées. Stangl a accepté et s'est habitué au meurtre de Juifs, percevant les prisonniers non pas comme des humains mais simplement comme un « cargo ». avec des ordures pourries?&rsquo cela m'a fait penser à eux comme une cargaison. Stangl a fui l'Allemagne après la guerre et a finalement été arrêté au Brésil, en 1967. Il a été jugé pour la mort d'environ 900 000 personnes. Il a admis ces meurtres, mais a soutenu : &ldquoMa conscience est claire. Je faisais simplement mon devoir. » Il est mort d'une crise cardiaque en 1971, alors qu'il purgeait une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Pendant l'invasion allemande de l'Union soviétique, Blobel commandait le Sonderkommando 4a de l'Einsatzgruppe C, qui était actif en Ukraine. Après les troupes de la Wehrmacht en Ukraine, les Einsatzgruppen seraient chargés de liquider les indésirables politiques et raciaux. Blobel était principalement responsable du massacre de Babi Yar à Kiev. Jusqu'à 59 018 exécutions sont attribuables à Blobel, bien qu'au cours de son témoignage, il ait été soupçonné d'avoir tué 10 000 à 15 000 personnes. Il a ensuite été condamné à mort par le tribunal militaire américain de Nuremberg dans le procès Einsatzgruppen. Il a été pendu à la prison de Landsberg le 8 juin 1951.

Kramer était le commandant du camp de concentration de Bergen-Belsen. Surnommé « la bête de Belsen » par les détenus du camp, il était un criminel de guerre nazi notoire, directement responsable de la mort de milliers de personnes. Kramer a adopté sa propre politique draconienne à Auschwitz et à Belsen et, avec Irma Grese, il a terrorisé ses prisonniers sans remords. Après la guerre, il a été reconnu coupable de crimes de guerre et pendu à la prison de Hameln par le célèbre bourreau britannique Albert Pierrepoint. Pendant son procès, il a déclaré son manque de sentiments car il "suivait simplement les ordres".

Né en Autriche, Kaltenbrunner était chef de la sécurité du Reich où il remplaça Reinhard Heydrich. Il a été président d'Interpol de 1943 à 1945, et était là pour détruire les ennemis au sein du Reich. Kaltenbrunner était un homme physiquement imposant avec des cicatrices sur les joues, ce qui le faisait ressembler au tyran qu'il était vraiment. Kaltenbrunner était l'un des principaux auteurs de l'holocauste et il a été pendu après le procès de Nuremberg le 16 octobre 1946. Il était le SS le plus haut placé à être pendu.

Jeckeln dirigeait l'une des plus grandes collections d'Einsatzgruppen et était personnellement responsable de la mort de plus de 100 000 Juifs, Slaves, Roms et autres « quoundésirables » du Troisième Reich, dans l'Union soviétique occupée pendant la Seconde Guerre mondiale. Jeckeln a développé ses propres méthodes pour tuer un grand nombre de personnes, qui sont devenues connues sous le nom de &ldquoJeckeln System&rdquo pendant les massacres de Rumbula, Babi Yar et Kamianets-Podilskyi. Après la guerre, il fut jugé et pendu par les Russes à Riga le 3 février 1946.

Le vétéran de la Première Guerre mondiale, le Dr Oskar Dirlewanger, a dirigé la tristement célèbre brigade SS Dirlewanger, un bataillon pénal composé des criminels les plus malades et les plus vicieux du Riech. Dirlwanger a violé deux filles de 13 ans à plusieurs reprises dans les années 1930 et a perdu son titre de docteur après avoir été emprisonné, pour le retrouver après sa bravoure au combat pendant la guerre civile espagnole. Il s'est porté volontaire pour la SS au début de la Seconde Guerre mondiale et a reçu son propre bataillon en raison de son excellente armée. L'unité Dirlewanger a été employée dans des opérations contre les partisans de l'Union soviétique occupée, mais il est largement admis que lui et ses soldats ont torturé, violé et assassiné des civils (y compris des enfants) et il aurait nourri des femmes otages avec de la strychnine afin de divertir ses soldats pendant qu'ils mouraient à l'agonie. Dirlewanger a été capturé par les Français dans un hôpital après avoir été blessé au front alors qu'il avait toujours mené ses soldats au combat. Les Français l'ont remis aux Polonais, qui l'ont enfermé, battu et torturé au cours des jours suivants. Il décède des suites de blessures infligées par les gardes polonais vers le 5 juin 1945.

Odilo Globocnik était un éminent nazi autrichien, et plus tard un chef SS. Il était l'un des hommes les plus responsables du meurtre de millions de personnes pendant l'Holocauste. Globocnik était responsable de la liquidation du ghetto de Varsovie, qui contenait environ 500 000 Juifs, la plus grande communauté juive d'Europe et la deuxième au monde, après New York. Il est également connu pour avoir liquidé le ghetto de Bialystok, qui se distinguait par sa forte résistance à l'occupation allemande et réinstallé une grande quantité de Polonais sous le prétexte du nettoyage ethnique. Il était en charge de la mise en œuvre et de la supervision de la réserve de Lublin, vers laquelle 95 000 Juifs ont été déportés, avec son réseau adjacent de camps de travaux forcés dans le district de Lublin. Il était également responsable de plus de 45 000 ouvriers juifs. Le 21 mai, peu de temps après sa capture, Globocnik s'est suicidé au moyen d'une capsule de cyanure cachée dans sa bouche.

Jetez un œil à l'une des périodes les plus horribles de l'histoire de l'humanité avec Doctors From Hell : The Horrific Account of Nazi Experiments on Humans sur Amazon.com !

Eichmann était le talent organisationnel qui a orchestré la déportation massive des Juifs de leurs pays vers des ghettos et des camps d'extermination en attente. Un prodige de Heydrich, il est parfois appelé "l'architecte de l'Holocauste". la vie dans les ghettos. A la fin de la guerre, il faisait de même avec les juifs hongrois et, s'il n'y avait eu l'intervention de Raoul Wallenberg, le nombre de victimes de l'holocauste aurait été bien plus élevé. Il a fui l'Allemagne à la fin de la guerre via une ligne de rat vers l'Amérique du Sud et a été capturé par le Mossad en Argentine. Il a été extradé vers Israël et exécuté par pendaison en 1962, à l'issue d'un procès très médiatisé. La mort d'Eichmann était, et est, la seule exécution civile jamais effectuée en Israël.

Mengele a d'abord acquis une notoriété pour être l'un des médecins SS qui ont supervisé la sélection des transports de prisonniers arrivant, déterminant qui devait être tué et qui devait devenir un travailleur forcé, mais est beaucoup plus tristement célèbre pour avoir effectué des expériences humaines macabres sur les détenus du camp, pour lequel Mengele a été appelé l'"Ange de la mort". Ses crimes étaient mauvais et nombreux. Lorsqu'il a été signalé qu'un bloc hospitalier était infesté de poux, Mengele a gazé chacune des 750 femmes qui lui étaient assignées. Mengele a utilisé Auschwitz comme une opportunité pour poursuivre ses recherches sur l'hérédité, en utilisant des détenus pour des expérimentations humaines. Il s'intéressait particulièrement aux jumeaux identiques. Les expériences de Mengele comprenaient des tentatives pour prendre un globe oculaire jumeau et les attacher à l'arrière de l'autre tête jumelle, changer la couleur des yeux en injectant des produits chimiques dans les yeux des enfants, diverses amputations de membres et d'autres chirurgies brutales. Il a survécu à la guerre et après une période de vie incognito en Allemagne, il s'est enfui en Amérique du Sud, où il a échappé à la capture pour le reste de sa vie, bien qu'il ait été pourchassé en tant que criminel de guerre nazi.

Heydrich est nommé Protecteur de Bohême et de Moravie. En août 1940, il est nommé et devient président d'Interpol. Heydrich a présidé la Conférence de Wannsee de 1942, qui a discuté des plans de déportation et d'extermination de tous les Juifs dans le territoire allemand occupé, étant ainsi le cerveau de l'holocauste. Il a été attaqué par des agents tchèques entraînés britanniques le 27 mai 1942, envoyés pour l'assassiner à Prague. Il est décédé un peu plus d'une semaine plus tard des suites de complications liées à ses blessures. Les bases du génocide ont été posées par Heydrich et menées dans l'opération Reinhard en son nom.


Juin, juillet et août 1942 : High Water Marks

Mais au cours de l'été 1942, malgré les batailles épiques qui se sont déroulées près de l'atoll de Midway et dans les rues de Stalingrad, il y avait très peu de choses à raconter. De décembre 1940 au printemps 1942, la grande majorité des lettres d'Elmer à ses parents comptaient au moins deux pages. Beaucoup ont couru trois ou quatre. Mais entre le 1er juin et le 31 août, aucune des vingt-cinq lettres d'Elmer n'a fait plus d'une page. D'une part, Elmer était à court de sujets à discuter, et une grande partie de ses écrits était en réponse à ce que ses parents lui avaient dit dans des lettres précédentes. De plus, les choses dont il ne pouvait pas parler lui prenaient plus de temps, puisqu'en juin, le Mâcher était généralement en mer en mission d'escorte.

Elmer ne pouvait même pas discuter en détail des événements récents dont lui et ses parents étaient au courant, puisque cette information pouvait être interceptée par les Japonais et utilisée pour confirmer ou infirmer ce qu'ils pensaient que les Américains savaient. En fait, il a essayé de réduire les attentes chez lui après la victoire américaine décisive à la bataille de Midway. « Cette guerre ne fait que commencer de notre part », a-t-il écrit, « et cela peut durer encore un certain temps. . . J'espère que le public ne sera pas trop optimiste quant à nos récents succès et pensera que la victoire est dans le sac. Nous ne devrions pas sous-estimer notre ennemi. Un optimisme prudent était certainement justifié pendant les premiers jours de la guerre, surtout après les pertes écrasantes subies à Pearl Harbor, aux Philippines et ailleurs dans le Pacifique. Mais Midway a brisé la capacité offensive de la marine japonaise, et comme l'Empire manquait de ressources industrielles, minérales et énergétiques américaines, le cours de la guerre a effectivement tourné après cette bataille. Midway représenterait plus tard le point culminant de la sphère de coprospérité de la Grande Asie de l'Est.

Les réponses d'Elmer aux nouvelles de la maison dominaient ces courtes lettres. Ces rapports comprenaient tout, de son père Forrest obtenant enfin les pneus dont il avait besoin pour sa victoire à sa sœur Ruth divorçant de son mari, Rick. Ruth a envoyé une lettre, sa première depuis le début de la guerre, annonçant la nouvelle à Elmer. "J'espère qu'elle s'en sort bien maintenant qu'elle est seule", a-t-il écrit. Il a également appris qu'une inondation majeure avait frappé la région de Saint-Louis cet été-là, au cours de laquelle la rivière Missouri a culminé à 35 pieds. "Old Man River doit sortir des limites à de nombreux endroits", a-t-il écrit le 3 août après avoir reçu plusieurs instantanés de l'inondation.

Soit dit en passant, l'inondation a tué un homme à Florissant et déplacé plusieurs personnes et un certain nombre de vaches à Saint Charles, mais l'inondation a été limitée par rapport à ce qui se passait le long de la côte est, ou viendrait plus tard le long des fleuves Missouri et Mississippi. . The Missouri River actually crested one foot higher in similar flood events in 1943 and 1944, and in 1993 the Missouri reached 40 feet at the St. Charles riverfront. But the main difference between the World War II-era floods and the Great Flood of 1993 was development. Fifty years later, hundreds of thousands of new homes and hundreds of miles of additional levee squeezed the rivers through tighter channels, thus requiring less water to top the levees and inundate the surrounding areas. Now the floods displace people instead of livestock.

Ironically enough, the story of Saint Louis’s coming urban sprawl, the deterioration of its urban core, and the growing likelihood of destructive floods would be written once Elmer and the thousands of other regional servicemen came back from the war wanting to buy new homes. Despite Saint Louis City’s impending population decline, the bistate region’s economic power grew during World War II. “The old home town must be quite a manufacturing center in all ways now,” Grandpa wrote in June. The new factories and the post-war economic boom fueled the explosion of new suburbs in what had once been farmland.

Elmer wondered about all the changes back home during wartime, but he had already noticed two: more men were joining the service, and more couples were deciding to get married. “War usually provides a stimulant for marriage and makes ‘Kid Cupid’s’ job much easier,” Elmer observed. Pat later confirmed the absence of eligible bachelors in one of her letters, “According to Pat the number of young men still at home are rapidly declining. Maybe,” he mused, “that’s why she writes me, eh?” Elmer’s anxieties about a long distance wartime romance continued to dominate his thinking, however. “Ozzie misses his wife quite a bit,” he noted on July 30th, knowing there was nothing anyone could do about it.

In some ways his sea duty had become as routine as his letters. “Well today is the 4th of July, but just another day to the working man.” He still enjoyed working in the engine room, and he had begun studying for his next rating advancement despite having no clear timetable for when he would be able to make it. At one point in July he expressed an interest in pursuing “aviation or aircraft mechanics,” but doubted he would ever get the opportunity.

Even off-board excursions had lost some of their luster. “Had a nice liberty the other day in town,” Elmer wrote on June 25th. “Although there isn’t much to do – you can usually see a good show, swim, play pool, or drink some appropriate refreshment. Of course there are dances around town, but I care very little for dancing. All in all, liberty’s a change, and a change makes variety, and ‘variety is the spice of life,’ or something.” Later, on July 8th: “Today was my liberty day . . . I just loafed around and took it easy.” Perhaps sensing a degree of fatigue and ennui aboard the Mâcher, the officers hosted a “beer party on the beach” later that month. The sailors “played ball, horseshoes, [drank] beer, and [had] plenty of eats. Sure had a good time and got a good sunburn.”

But there might have been a more practical reason as well: the Chew’s impending escort duty between Hawaii and Midway Island. “We will probably be at sea very much,” he warned his parents on August 5th. A week later, he indicated that “I don’t know how long it will be before you receive this letter, as you know there are no mailboxes at sea.” He then apologized for the infrequency of mail delivery on the ocean, and sweetly told his mother that “if thoughts could speak to you my voice would be heard every day.” By the end of August, though, his spirits cheered up a bit when the ship arrive at a different port, which might have been Midway Island. “A change of scenery always helps out a little.”

Like the cows in Saint Charles Elmer had all the water he could ever want, especially with his ship’s escort duty taking him farther and farther away from O’ahu. But he would get an even nicer change of scenery by the end of fall.


This Day in Black History: June 16, 1942

Known for his raspy and passionate vocals, the O'Jays' lead singer, Eddie Levert, was born on June 16, 1942, in Bessemer, Alabama. Arriving in Canton, Ohio, at the age of six, Levert began singing at school performances and in the church choir before seriously considering a professional singing career as a teen.

Levert recruited his fellow high school classmates Walter Williams, William Powell, Bobby Massey and Bill Isles to form the Triumphs in 1958. The group received their major break after performing at every available opportunity in Canton, culminating in a prosperous meeting with King Records President Sid Nathan. After signing to Nathan's label, the Triumphs became the Mascots and gained major radio airplay on Cleveland stations. In 1963, the group members made a final name change to the O'Jays.

The O'Jays' debut album, Let Me Touch You, climbed to number three on the R&B charts, with the hit single "Lovin' You" becoming the number one R&B hit the summer of 1987. As the lead singer and frequent writer and producer, Levert drew in listeners with his husky voice, which boasts an impressive range from alto to second tenor, and his sensual performance style. He has garnered a long list of achievements and awards both through the O'Jays and as a solo artist, including four Grammy nominations, four American Music Awards, a 2009 BET Lifetime Achievement Award and the 2011 Trumpet Lifetime Achievement Award.

In addition to his work with the O'Jays, Levert mentored and recorded several songs with his sons, Sean and Gerald, both of whom formed the platinum-recording R&B group LeVert. Gerald and his father would go on to record hit songs like "Baby Hold on to Me" (1992) and "Already Missing You" (1995), as well as the successful album Father & Son.

Tragedy struck when Levert lost both of his sons to complications involving prescription medicine in 2006 and 2008, respectively. He and his late son Gerald were honored with the "Best Duo or Group" Image Award in 2008.

Having left an indelible mark on R&B music, Levert continues to tour the world with the O'Jays and performs as a solo artist with Johnny Gill, Keith Sweat and other legendary singers.

BET National News - Keep up to date with breaking news stories from around the nation, including headlines from the hip hop and entertainment world. Click here to subscribe to our newsletter.


Alfred Rosenberg's Inspection to Ukraine (June 1942)

Publier par Igor Karpov » 22 Dec 2008, 14:52

These are photos from the illustrated brochure under the name "Alfred Rosenberg's Trip across Ukraine. The illustrated message on the first official trip of the Reichsminister of liberated eastern territories to Ukraine", published in 1942 (russian language). The captions are original (translated by me from Russian).

1. "When on June, 19th, 1942 Alfred Rosenberg left the emergency train at station in Torno - it since time of the appointment as the Reichsminister of liberated eastern territories has entered for the first time on the Ukrainian soil".

2. "Jacob Pust - the tested fighter for the German cause. In long conversation it shares with the minister the memories".

3. "Demonstration of Germen living in Hortitsa".

Re: Alfred Rosenberg's Inspection to Ukraine (June 1942)

Publier par Igor Karpov » 22 Dec 2008, 15:09

4. "Salutatory demonstration of Germen living in Hortitsa".

5. "During flight from Rowno to Kiev the minister and accompanying his persons in which number there was also a deputy minister, regional chief [Gauleiter] Meyer, had possibility to familiarise with the general condition of the seeding-down spent everywhere in almost full scope".

6, 7 and 8. "At state farm Salivonki visiting, near Kiev, there was the small delay, brightly characterising invariable kindness of the minister: two ducklings have come to be on road on which there was a minister with the companions. Only after the crowd of people frightened by presence ducklings have appeared in safety, all have gone further".

Re: Alfred Rosenberg's Inspection to Ukraine (June 1942)

Publier par Igor Karpov » 22 Dec 2008, 15:47

9. "During the stay in Kiev Reichsminister Alfred Rosenberg has visited graves of the heroes who have put a life in struggle for clearing of the world from Bolshevist terror. From a cemetery of the German heroes in Kiev the wide, picturesque kind to Dnepr opens. The minister, accompanied by regional chief [Gauleiter] Koch, has made a trip across Dnepr on a powerboat".

10. "In Kiev the minister with companions, accompanied by Reichskomissar Koch, has visited the well-known monastery Kievo-Pecherskaja Lavra. "Culture" of Bolsheviks - this scourge of mankind, was expressed that they have opened hallows of the sacred based in caves".

11. "In the senseless thirst of destruction the Soviet gangsters have destroyed cultural values of huge historical value. Fortunately, the most ancient temple of Kiev - the Sofia cathedral - has been rescued from wild vandalism of Stalin criminals".


Photo, Print, Drawing Credit USAF, ca. 1943. Original housed in the Muroc Flight Test Base, Unit History, 1 September 1942 - 30 June 1945. Alfred F. Simpson Historical Research Agency. United States Air Force. Maxwell AFB, Alabama. Historic view looking northeast along southeast edge of swimming pool during construction. The wavy edge of the pool visible here remains as a ground surface feature in 1995. Building in the background is the second Bachelor Officers' Quarters (T-15) built in 1943 - Edwards Air Force Base, North Base, Swimming Pool, Second Street, Boron, Kern County, CA Photos from Survey HAER CA-170-Q

The Library of Congress does not own rights to material in its collections. Therefore, it does not license or charge permission fees for use of such material and cannot grant or deny permission to publish or otherwise distribute the material.

Ultimately, it is the researcher's obligation to assess copyright or other use restrictions and obtain permission from third parties when necessary before publishing or otherwise distributing materials found in the Library's collections.

  • Rights Advisory: No known restrictions on images made by the U.S. Government images copied from other sources may be restricted. https://www.loc.gov/rr/print/res/114_habs.html
  • Reproduction Number: ---
  • Call Number: HAER CAL,15-BORON.V,2Q-
  • Access Advisory: ---

Obtaining Copies

If an image is displaying, you can download it yourself. (Some images display only as thumbnails outside the Library of Congress because of rights considerations, but you have access to larger size images on site.)

Alternatively, you can purchase copies of various types through Library of Congress Duplication Services.

  1. If a digital image is displaying: The qualities of the digital image partially depend on whether it was made from the original or an intermediate such as a copy negative or transparency. If the Reproduction Number field above includes a reproduction number that starts with LC-DIG. then there is a digital image that was made directly from the original and is of sufficient resolution for most publication purposes.
  2. If there is information listed in the Reproduction Number field above: You can use the reproduction number to purchase a copy from Duplication Services. It will be made from the source listed in the parentheses after the number.

If only black-and-white ("b&w") sources are listed and you desire a copy showing color or tint (assuming the original has any), you can generally purchase a quality copy of the original in color by citing the Call Number listed above and including the catalog record ("About This Item") with your request.

Price lists, contact information, and order forms are available on the Duplication Services Web site.

Access to Originals

Please use the following steps to determine whether you need to fill out a call slip in the Prints and Photographs Reading Room to view the original item(s). In some cases, a surrogate (substitute image) is available, often in the form of a digital image, a copy print, or microfilm.

Is the item digitized? (A thumbnail (small) image will be visible on the left.)

  • Yes, the item is digitized. Please use the digital image in preference to requesting the original. All images can be viewed at a large size when you are in any reading room at the Library of Congress. In some cases, only thumbnail (small) images are available when you are outside the Library of Congress because the item is rights restricted or has not been evaluated for rights restrictions.
    As a preservation measure, we generally do not serve an original item when a digital image is available. If you have a compelling reason to see the original, consult with a reference librarian. (Sometimes, the original is simply too fragile to serve. For example, glass and film photographic negatives are particularly subject to damage. They are also easier to see online where they are presented as positive images.)
  • No, the item is not digitized. Please go to #2.

Do the Access Advisory or Call Number fields above indicate that a non-digital surrogate exists, such as microfilm or copy prints?

  • Yes, another surrogate exists. Reference staff can direct you to this surrogate.
  • No, another surrogate does not exist. Please go to #3.

To contact Reference staff in the Prints and Photographs Reading Room, please use our Ask A Librarian service or call the reading room between 8:30 and 5:00 at 202-707-6394, and Press 3.


Voir la vidéo: Игорь Сдвижков. Операция Блау. Катастрофа 40-й армии