Le peuple des fourmis des Hopi

Le peuple des fourmis des Hopi

Les Indiens Hopi vivent dans le haut désert du nord de l'Arizona depuis des milliers d'années. Ce paysage aride mais magnifique était l'endroit où les dieux Hopi leur ont ordonné de construire un certain nombre de villages composés de pueblos - ce que nous appellerions aujourd'hui des complexes d'appartements en pierre. Ici, les Hopi ont réussi à prospérer en cultivant simplement du maïs, des haricots et des courges avec très peu de précipitations et presque aucune irrigation.

L'une des légendes Hopi les plus intrigantes concerne le peuple des fourmis, qui a joué un rôle crucial dans la survie des Hopi, pas seulement une mais deux fois. Le soi-disant « Premier monde » (ou âge du monde) a apparemment été détruit par le feu – peut-être une sorte de volcanisme, une frappe d'astéroïdes ou une éjection de masse coronale du soleil. Le Second Monde a été détruit par la glace – les glaciers de l'ère glaciaire ou un déplacement des pôles. Au cours de ces deux cataclysmes mondiaux, les membres vertueux de la tribu Hopi ont été guidés par un nuage de forme étrange pendant la journée et une étoile en mouvement la nuit qui les a conduits au dieu du ciel nommé Sotuknang, qui les a finalement emmenés au peuple des fourmis - en Hopi, Anu Sinom . Le peuple des fourmis a ensuite escorté les Hopi dans des grottes souterraines où ils ont trouvé refuge et nourriture.

Dans cette légende, les fourmis sont dépeints comme généreux et industrieux, donnant de la nourriture aux Hopi lorsque les réserves sont insuffisantes et leur apprenant les mérites de la conservation des aliments. En fait, une autre légende dit que la raison pour laquelle les fourmis ont une taille si fine aujourd'hui est qu'elles se privaient autrefois de provisions pour nourrir les Hopi.

Kiva ronde au Nouveau-Mexique, construite par les descendants des anciens Hopi

La constellation Orion a également une taille fine. Quand Orion domine le ciel d'hiver, les fourmis sont au fond de leurs petites collines souterraines. Ces structures sont de forme similaire aux kivas Hopi, qui sont des chambres de prière communales souterraines. Par coïncidence, le mot sanskrit ki signifie « fourmilière » et Virginie signifie « habitation ». Chaque mois de février, à l'intérieur de leurs kivas, les Hopi exécutent la cérémonie de germination des haricots, ou danse des haricots, appelée Powamu. Pendant ce temps, les feux sont continuellement allumés, transformant ces structures en superbes serres chaudes. Le rituel commémore un moment où le Anu Sinom appris aux Hopi comment faire germer des haricots dans des cavernes pour survivre.

Il est intéressant de noter que le dieu du ciel babylonien a été nommé Anu. Le mot Hopi pour "fourmi" est aussi anu, et le mot racine Hopi naki signifie « amis ». Ainsi, les Hopis Anu-naki, ou « amis fourmis », peuvent avoir été les mêmes que les Sumériens Annunaki, les êtres qui sont venus du ciel sur Terre.

Gravures rupestres Hopi du peuple Ant, dans le nord de l'Arizona

Le peuple des fourmis a peut-être également vécu dans l'Égypte ancienne. Akhenaton, le pharaon de la 18e dynastie qui a régné de 1351 à 1334 av. Ses yeux et son cou en amande sont comme ceux de la fourmi, et soit le serpent soit le vautour sur son uraeus ressemble aux mandibules de la fourmi. Il a également des bras et des jambes grêles comme ceux de la fourmi, et le haut de son corps ressemble au thorax de la fourmi tandis que le bas de son corps reflète l'abdomen de la fourmi. Le type de corps d'Akhenaton peut être spécifiquement comparé à la fourmi pharaon ( Momomorium pharaonis ), originaire d'Afrique de l'Ouest. Il a également une tête allongée, un corps jaune à brun rougeâtre et un abdomen plus foncé avec un dard.

C'est peut-être plus qu'une coïncidence que le mot égyptien sahu signifie «étoiles d'Orion», alors que le mot Hopi sohu signifie "étoile", dont les plus importantes sont celles de la constellation d'Orion. Pour en savoir plus sur le peuple des fourmis et la connexion Hopi à l'Égypte ancienne, consultez mon livre le plus récent Sanctuaires étoilés et terrassements du désert sud-ouest .

Par Gary A. David


Le peuple des fourmis des Hopi - Histoire

Les Hopi sont une tribu amérindienne qui vit principalement dans la réserve Hopi dans le nord-est de l'Arizona. Au recensement de 2010, il y avait 19 338 Hopis aux États-Unis. [1] La tribu Hopi est une nation souveraine au sein des États-Unis et entretient des relations de gouvernement à gouvernement avec le gouvernement fédéral des États-Unis. Des villages particuliers conservent leur autonomie en vertu de la Constitution et des statuts Hopi. La langue Hopi est l'une des 30 langues de la famille des langues uto-aztèques. La majorité des Hopi sont inscrits dans le Tribu Hopi de l'Arizona mais certains sont inscrits dans les tribus indiennes du fleuve Colorado. La réserve Hopi couvre une superficie de 2,531,773 milles carrés (6 557,26 km 2 ).

Les Hopi ont rencontré les Espagnols au XVIe siècle et sont historiquement appelés peuple Pueblo, car ils vivaient dans des villages (pueblos en espagnol). Les Hopi descendent des Puebloans ancestraux (Hopi : Hisatsino), qui ont construit de grands complexes d'appartements et avaient une culture avancée qui couvrait la région actuelle des Four Corners des États-Unis, comprenant le sud-est de l'Utah, le nord-est de l'Arizona, le nord-ouest du Nouveau-Mexique et le sud-ouest du Colorado. [2] Ils vivaient le long du Mogollon Rim, surtout du XIIe au XIVe siècle, après quoi leurs cultures semblaient avoir disparu.

Le sens premier du mot "Hopi" est "se comporter, quelqu'un qui est maniéré, civilisé, pacifique, poli, qui adhère à la voie Hopi". [3] Certaines sources comparent cela à d'autres tribus en guerre qui subsistent grâce au pillage. [4]

Hopi est un concept profondément enraciné dans la religion de la culture, la spiritualité et sa vision de la moralité et de l'éthique. Être Hopi, c'est tendre vers ce concept, qui implique un état de révérence et de respect total pour toutes choses, être en paix avec ces choses et vivre en accord avec les instructions de Massa, le Créateur ou le Gardien de la Terre. Les Hopi observent leurs cérémonies traditionnelles au profit du monde entier.

Traditionnellement, les Hopi sont organisés en clans matrilinéaires. Les enfants naissent dans la même structure clanique que la mère. Ces organisations claniques s'étendent à tous les villages. Les enfants sont nommés par les femmes du clan du père. Une fois l'enfant présenté au Soleil, les femmes du clan paternel se réunissent et nomment l'enfant en l'honneur du clan du père. Les enfants peuvent recevoir plus de quarante noms. Les membres du village décident du nom commun. La pratique actuelle consiste soit à utiliser un nom non hopi ou anglais, soit le nom hopi choisi par le parent. Une personne peut également changer de nom lors de son initiation aux sociétés religieuses traditionnelles ou lors d'un événement majeur de la vie.

L'architecture préhistorique dicte comment les structures sociales influencent la création de maisons avant le contact européen. De nombreuses maisons Hopi ont également été créées avec l'influence Pueblo. Des fouilles archéologiques ont mis au jour diverses structures de pièces reflétant les pratiques sociales du peuple Hopi au cours de cette période. Au cours des années 1970, un groupe d'archéologues a assemblé quelques types de pièces de base utilisées dans la vie préhistorique des Hopi : pièces de vie/d'habitation, pièces de stockage et pièces religieuses/de cérémonie (voir kivas). Chacune de ces pièces permettait aux Hopi d'organiser des cérémonies, cuisiner et même forger du matériel de chasse. [5]

Les Hopi ont toujours considéré leur terre comme sacrée, se considérant comme les gardiens de la terre qu'ils ont héritée de leurs ancêtres. [ citation requise ] Les Hopi n'avaient pas une conception de la terre délimitée et divisée. L'agriculture est une partie très importante de leur culture et leurs villages sont maintenant situés au sommet de mesas dans le nord de l'Arizona. Le peuple Hopi s'est installé à l'origine près du pied des mesas, mais au cours du XVIIe siècle, il s'est déplacé vers les sommets des mesa pour se protéger des Utes, des Apaches et des Espagnols. [6]

Le 16 décembre 1882, le président Chester A. Arthur a adopté un décret créant une réserve pour les Hopi. Elle était plus petite que les terres environnantes annexées par la réserve Navajo, la plus grande du pays. [7]

Le 24 octobre 1936, le peuple Hopi ratifie une Constitution. Cette constitution a créé un gouvernement monocaméral où tous les pouvoirs sont dévolus à un conseil tribal. Bien qu'il existe un pouvoir exécutif (président et vice-président de la tribu) et un pouvoir judiciaire, leurs pouvoirs sont limités en vertu de la Constitution Hopi. Les pouvoirs et l'autorité traditionnels des villages Hopi ont été préservés dans la Constitution de 1936. [8]

À partir de 2005 [9] la Réserve Hopi est entièrement entourée par la Réserve Navajo beaucoup plus grande. À la suite de conflits fonciers remontant à 1940-1970 ou avant, les deux nations se partageaient le gouvernement désigné Zone d'utilisation conjointe Navajo-Hopi, mais cela a continué à être une source de conflit. La partition de cette zone, communément appelée Big Mountain, par des actes du Congrès en 1974 et 1996, mais à partir de 2008, a également donné lieu à une controverse à long terme. [10] [11]


La légende Hopi du "peuple fourmi" et ses liens avec les Anunnaki

Plus vous regardez des textes anciens et des histoires du monde entier, vous ne pouvez pas vous empêcher de voir des modèles surprenants. Certains sont si flagrants qu'il faut de réels efforts pour les ignorer, mais c'est ce que font beaucoup de gens. Un exemple provient de la tribu Hopi Native America et de leurs croyances dans les « gens des fourmis ». Les Hopi du sud-ouest américain sont parfois appelés « le plus vieux des peuples » par d'autres tribus amérindiennes.

Une fois que vous avez découvert le peuple des fourmis, vous ne pouvez pas vous empêcher de les comparer aux anciens textes sumériens des Anunnaki. Pourquoi? Jetons un regard simplifié, respectant la vérité que seuls les membres de la tribu Hope pourraient expliquer pleinement.

Dans les cultures anciennes, il y a un fil conducteur d'adorer des êtres extraterrestres des étoiles qui reviendront un jour. Les animaux symboliques de ces croyances apparaissent fréquemment dans l'art ancien.

Les Hopi ont une révérence pour les fourmis, semblable à la façon dont les Égyptiens et les Sumériens et d'autres cultures avaient une révérence particulière pour les vaches. Les vaches ont peut-être représenté notre galaxie de la Voie lactée, et dans le cas des fourmis, elles ont décrit des êtres des étoiles connus sous le nom de peuple des fourmis.

Les mots Hopi pour les Ant People ou Ant Friends (Anu Sinom) créent un lien direct avec les histoires des Anunnaki. C'est peut-être une coïncidence, mais c'est assez frappant. Le dieu du ciel babylonien s'appelait Anu, qui est le mot Hopi pour fourmi.

Le mot, Naki se traduit par "amis". Ainsi, Anu-Naki se traduit par "amis fourmis" en hopi. Dans les deux langues, ils décrivent des êtres extraterrestres, mais les Hopi disent que ces peuples fourmis sont venus de sous terre.

Un autre mot étonnamment similaire est le mot hopi sohu, qui signifie « étoile », et le mot égyptien sahu signifie « étoiles d'Orion ». Cette constellation est vue à plusieurs reprises à travers le monde. Les théoriciens des anciens astronautes observent Orion et d'autres systèmes tels que les Pléiades apparaissant encore et encore dans la disposition des pyramides et des structures anciennes. Une autre coïncidence ?

Dans la légende Hopi, ces fourmis étaient leurs sauveurs, les emmenant sous terre et leur apprenant comment survivre à deux cataclysmes extrêmes. Une fois de plus, nous voyons des histoires d'une grande inondation comme celle décrite dans les textes sumériens et la Bible.

Survivant sous terre avec le peuple des fourmis, les ancêtres Hopi ont appris à cultiver de la nourriture avec peu d'eau et à construire des habitations dans les rochers. Ils ont appris les étoiles et les mathématiques et utiliseraient ces compétences lorsqu'ils fonderaient une nouvelle civilisation.

Lorsqu'il a été possible de remonter à la surface en toute sécurité, le peuple des fourmis a ordonné la construction d'habitations incroyablement complexes telles que celles que l'on voit aujourd'hui à Chaco Canyon. D'en haut, ils pourraient ressembler à une fourmilière géante. Les structures comprenaient Kivas, un mot Hopi pour les salles de cérémonie rondes semi-souterraines qui étaient entrées par des échelles d'en haut.

"Au cours des cérémonies d'aujourd'hui, l'émergence rituelle des participants de la kiva sur la place au-dessus représente l'émergence originale des groupes Puebloan des enfers dans le monde actuel."

Des pétroglyphes représentant le peuple des fourmis apparaissent encore aujourd'hui, et les Hopi continuent de raconter l'histoire dans des danses et des rituels.

Vous trouverez ci-dessous quelques images intrigantes de cérémonies Hopi qui se déroulent à l'intérieur des kivas.

"L'une des légendes Hopi les plus intrigantes implique le peuple des fourmis, qui a été crucial pour la survie des Hopi - pas seulement une mais deux fois. Le soi-disant « Premier monde » (ou âge du monde) a apparemment été détruit par le feu – peut-être une sorte de volcanisme, de frappe d'astéroïdes ou d'éjection de masse coronale du soleil. Le Second Monde a été détruit par la glace - les glaciers de l'ère glaciaire ou un déplacement des pôles.

« Au cours de ces deux cataclysmes mondiaux, les membres vertueux de la tribu Hopi ont été guidés par un nuage de forme étrange pendant la journée et une étoile en mouvement la nuit qui les a conduits au dieu du ciel nommé Sotuknang, qui les a finalement emmenés au peuple des fourmis. à Hopi, Anu Sinom. Le peuple des fourmis a ensuite escorté les Hopi dans des grottes souterraines où ils ont trouvé refuge et nourriture.

Des histoires selon lesquelles des géants et d'autres êtres étranges ont vécu au plus profond de la Terre sont vues dans le monde entier. Dans la légende Hopi, ces êtres étaient bienveillants et aidaient la tribu même à leur propre détriment.

« Dans cette légende, le peuple des fourmis est décrit comme généreux et industrieux, donnant de la nourriture aux Hopi lorsque les réserves sont insuffisantes et leur apprenant les mérites de la conservation des aliments. En fait, une autre légende dit que la raison pour laquelle les fourmis ont une taille si fine aujourd'hui est qu'elles se privaient autrefois de provisions pour nourrir les Hopi.

Les fourmis à taille fine avec leurs têtes et antennes allongées ressemblent à certains des anciens pétroglyphes. Partout dans le monde, une espèce africaine de fourmi appelée la fourmi pharaon rappelle une version minuscule du pharaon Akhenaton, célèbre pour son étrange apparence extraterrestre.

La série Ancient Aliens de History Channel couvre ce sujet dans la série 4, épisode 9 (voir un clip ci-dessous). En plus des représentations du peuple des fourmis, des peintures murales montrent une similitude indéniable avec les symboles cunéiformes de l'ancienne Sumérie. Ces symboles sont associés aux « WingMakers », selon l'émission.

La colonie de Chaco Canyon comptait des milliers d'habitants Anasazi, qui croyaient à la protection de la Terre Mère. Cependant, les anciens Puebloans ont mystérieusement disparu, ainsi que tout signe du peuple des fourmis. Aujourd'hui, les chercheurs pensent que le changement climatique les a chassés car la population croissante ne pouvait pas se maintenir.

Les Anasazi se sont intégrés à des tribus comme les Hopi, les Zuni et le Rio Grande Pueblo. Alors que le monde moderne est confronté aujourd'hui à des défis extrêmes liés au changement climatique, les enseignements de ces tribus sont plus importants que jamais. Pouvons-nous apprendre à respecter le monde naturel et à vivre en harmonie avec la Terre Mère ? Ou allons-nous vers des catastrophes inévitables, comme celles décrites dans les légendes Hopi ?

Les théoriciens des anciens astronautes spéculent souvent si les êtres extraterrestres pourraient jouer un rôle pour aider les humains à surmonter les catastrophes futures imminentes. Dans le cas des légendes Hopi, il semble qu'elles aient fait exactement cela. Le peuple des fourmis pourrait-il revenir des profondeurs de la Terre ou de sa maison dans les étoiles en ces temps difficiles ?


Légendes d'Amérique

Vivant principalement sur une réserve de 1,5 million d'acres dans le nord-est de l'Arizona, les Hopi (pacifiques) ont la plus longue histoire d'occupation authentifiée d'une seule région par une tribu amérindienne aux États-Unis. On pense qu'ils ont migré vers le nord du Mexique vers 500 avant J.-C., les Hopi ont toujours vécu dans la région de Four Corners aux États-Unis.

Au début, ils étaient un groupe de chasseurs et de cueilleurs divisé en de nombreuses petites bandes qui vivaient dans des maisons à fosse. Cependant, vers l'an 700 après JC, les Hopi sont devenus un peuple agricole cultivant des épis de maïs bleus en utilisant le ruissellement des mesas. À cette époque, de nombreuses petites bandes ont commencé à se rassembler et de grands villages ont commencé à s'établir au sommet des mesas, dont le premier à Antelope Mesa, à l'est de l'actuel Keams Canyon, en Arizona. Les murs de maçonnerie ont été utilisés et les habitations au-dessus du sol ont remplacé les maisons en fosse. Au fur et à mesure que la population augmentait, l'agriculture prenait de plus en plus d'importance.

De 900 à 1100 après JC, de nombreux petits villages de maçonnerie sont apparus dans la région. L'assèchement ultérieur du climat au cours des deux cents années suivantes a vu un regroupement de la population de la région dans des villages plus grands, tels que Oraibi, Awatovi, Wupatki, Betatakin et les villages du Canyon De Chelly.

Hommes vêtus de costumes Kachina

C'est à peu près à la même époque que le "culte Kachina" a commencé au sein du peuple Hopi. Bien que personne ne sache avec certitude comment il est né, il existe aujourd'hui des preuves de l'art kachina trouvé dans les ruines de Puerco dans le parc national de la forêt pétrifiée qui remonte à environ 1150 après JC et d'autres preuves de masques et de danseurs kachina apparaissant dans l'art rupestre vers 1325 après JC.

Les Kachinas sont les esprits des divinités, des éléments naturels ou des animaux, ou les ancêtres décédés des Hopi. Avant chaque cérémonie de kachina, les hommes du village passeront des jours à faire studieusement des figures à l'effigie des kachinas représentées dans cette cérémonie particulière. Les chiffres sont ensuite transmis aux filles du village par le Donneur Kachina lors de la cérémonie. Après la cérémonie, les personnages sont accrochés aux murs du pueblo et sont destinés à être étudiés afin de connaître les caractéristiques de ce certain Kachina.

Au XVe siècle, la culture des danseurs masqués et des poupées sculptées est connue pour être devenue une partie de la culture de diverses tribus Puebloan du sud-ouest et au siècle suivant, les Espagnols ont commencé à documenter avoir vu des images bizarres du diable accroché dans maisons Pueblo. Il s'agissait principalement de poupées kachina. Les pratiques et les cérémonies de kachina continuent à ce jour.

Les Indiens Hopi rentrent la récolte, photo de la Detroit Publishing Company, vers 1900

À la fin des années 1200, une sécheresse massive a forcé 36 des 47 villages des mesas Hopi à être abandonnés. À la suite de la sécheresse, les 11 villages restants ont grandi et trois nouveaux villages ont été créés dans le nord-est de l'Arizona, à environ 70 miles de Flagstaff actuel. Alors que les Hopi situaient leurs villages sur des mesas à des fins défensives, les terres entourant les mesas étaient également utilisées par la tribu, les divisant entre les familles et utilisant des espaces communs à des fins agricoles, médicinales et religieuses.

Au 16ème siècle, la culture Hopi était très développée avec un cycle cérémoniel élaboré, une organisation sociale complexe et un système agricole avancé. Ils ont également participé à un réseau commercial élaboré qui s'étendait dans tout le sud-ouest et au Mexique.

La société Hopi était matrilinéaire, les femmes déterminant l'héritage et le statut social et des personnes. Quand un homme se marie, les enfants de la relation sont membres du clan de sa femme.

Les Hopi pratiquent un cycle complet de cérémonies traditionnelles bien que tous les villages ne conservent pas ou n'aient pas eu le cycle cérémoniel complet. Ces cérémonies se déroulent selon le calendrier lunaire et sont observées dans chacun des villages Hopi. Comme d'autres groupes amérindiens, les Hopi ont été influencés par le christianisme et le travail missionnaire de plusieurs confessions chrétiennes. Rares sont ceux qui se sont suffisamment convertis au christianisme pour abandonner leurs pratiques religieuses traditionnelles.

Des prêtres antilopes chantant à la danse du serpent Kisi Moki, Hopi, Detroit Photographic, 1902

Les Hopi jouissaient d'un mode de vie paisible jusqu'à l'arrivée des premiers étrangers sur le territoire Hopi en 1540. Sous la direction de Don Pedro de Tovar, les Espagnols étaient à la recherche des légendaires Sept Cités d'Or. Les Espagnols ne furent pas reçus avec amitié au début, mais l'opposition des indigènes fut bientôt surmontée et le groupe resta parmi les Hopi pendant plusieurs jours, apprenant d'eux l'existence du Grand Canyon. Lorsqu'ils n'ont pas réussi à rechercher le métal précieux, ils sont retournés au Mexique mais ont continué à maintenir des contacts sporadiques.

En 1592, les Espagnols sont revenus lorsque des prêtres catholiques ont établi une mission à Awatovi. Pendant les neuf décennies suivantes, les prêtres tenteront de supprimer la religion Hopi et de convertir la tribu au catholicisme.

Des Espagnols, les Hopi ont acquis des chevaux, des burros, des moutons et du bétail, ainsi que de nouveaux fruits et légumes qui ont été introduits dans leur alimentation. Les Espagnols et plus tard les Européens ont également introduit la variole qui, au cours des siècles, a périodiquement réduit les populations des mesas de milliers à des centaines lors d'épidémies dévastatrices.

En 1680, les Hopi rejoignirent les Puebloans du Nouveau-Mexique dans la révolte des Pueblos qui força les Espagnols à quitter le sud-ouest. Bien que les Espagnols aient réussi à reconquérir les pueblos, ils n'ont jamais été en mesure de reprendre fermement pied parmi les Hopi.

Dans la foulée des Espagnols, les Navajos, également sous la pression des Européens, commencèrent à s'installer en territoire Hopi à la fin des années 1600. Dispersés dans toute la région, ils s'approprièrent les pâturages Hopi pour faire paître leur bétail, les champs agricoles et les ressources en eau, et menèrent de fréquents raids contre les villages Hopi. Les pacifiques Hopi ont été contraints de se battre pour leur survie au cours d'une longue période de combats qui durera jusqu'en 1824, lorsque l'Espagne a reconnu le Mexique et que les terres des Hopi ont été données au nouveau gouvernement mexicain. Bien qu'ils n'aient plus à affronter les Espagnols, les Navajos ont continué à attaquer les Hopi jusqu'à ce qu'ils soient contraints à des réserves en 1864.

En 1848, les États-Unis et le Mexique ont signé le traité de Guadalupe de Hidalgo, modifiant une fois de plus la juridiction sous laquelle les terres Hopi étaient gouvernées.

Après que la région soit devenue une partie des États-Unis, les colons blancs ont commencé à explorer la région en plus grand nombre et, en 1870, le gouvernement américain a revendiqué les terres des Hopi. Une fois de plus, les Hopi ont été contraints de se battre pour sauver leurs terres jusqu'à ce qu'ils soient finalement contraints de s'installer dans la réserve de Black Mesa en 1882, où la plupart d'entre eux vivent encore aujourd'hui.

Une fois dans la réserve, le gouvernement américain a passé des années à tenter d'éradiquer la culture et la religion Hopi. Les enfants ont été obligés d'aller à l'école, les hommes et les garçons ont été obligés de se couper les cheveux et les efforts pour convertir les Hopi au christianisme se sont intensifiés. En fin de compte, cela a abouti à l'incarcération du chef Lomahongyoma et de dix-huit autres Indiens Hopi à Alcatraz pour leur résistance à la culture forcée. Du 3 janvier au 7 août 1895, le groupe est emprisonné pour avoir résisté à l'agriculture sur des parcelles individuelles éloignées des mesas et pour avoir refusé d'envoyer leurs enfants dans des internats publics.

Pueblo Hopi par Edward S. Curtis, 1906

En 1934, une vague de sentiments changeante envers les Amérindiens a conduit à l'Indian Reorganization Act qui a codifié les obligations du gouvernement américain de protéger et de préserver les droits des Amérindiens. Peu de temps après, le Conseil tribal Hopi a été formé en 1936 dans le but d'établir un organe représentatif unique des Hopi avec lequel le gouvernement américain pourrait faire des affaires.

Comme d'autres tribus amérindiennes, les terres Hopi ont été considérablement réduites, leur réserve actuelle ne représentant que 9% de leurs propriétés foncières d'origine. À l'origine, ils occupaient presque tout le nord de l'Arizona, de la Californie à certaines parties du sud du Nevada. Maintenant, la réserve Hopi à Black Mesa, en Arizona, est entourée par la réserve Navajo et c'est là que la grande majorité des Hopi vivent aujourd'hui. Cependant, quelques Hopis vivent dans la réserve indienne du fleuve Colorado, sur le fleuve Colorado dans l'ouest de l'Arizona.

Aujourd'hui, les Hopi, plus que la plupart des peuples amérindiens, conservent et continuent de pratiquer leur culture cérémonielle traditionnelle. Ils continuent également à se battre légalement avec le gouvernement américain, ainsi qu'avec la tribu Navajo, pour le retour de leurs terres natales. Traditionnellement, les Hopi sont des micro-agriculteurs hautement qualifiés ou des agriculteurs de subsistance. Les Hopi font également partie de l'économie monétaire au sens large, un nombre important de Hopi ont des emplois traditionnels, d'autres gagnent leur vie en créant de l'art Hopi de haute qualité, notamment la sculpture de poupées Kachina, l'artisanat expert de la céramique en terre cuite, et la conception et la production de bijoux fins, en particulier en argent sterling.

La réserve Hopi d'aujourd'hui, située dans le nord-est de l'Arizona, occupe environ 1,5 million d'acres avec plusieurs pueblos, notamment Walpi et Old Oraibi. La plupart des villages sont fermés à leurs danses Kachina mais certaines danses sociales restent ouvertes au public. La photographie, les croquis et les enregistrements sont interdits.

Compilé et édité par Kathy Weiser/Legends of America, mis à jour en janvier 2020.


Indiens Hopi Kachina

Le peuple pacifique, Hopi, vit dans le nord-est de l'Arizona à ce jour et serait des descendants de cultures du nord, de l'est et du sud. Les Anasazi sont des ancêtres des Hopi, ce qui crée une relation directe avec l'ancienne culture aztèque. Bien que de nombreuses civilisations à travers le monde maintiennent des croyances religieuses selon lesquelles des dieux descendent du ciel, les Hopi croient qu'ils sont sortis du sol. L'une des nombreuses légendes Hopi fait spécifiquement référence au peuple fourmi qui habite le cœur de la Terre. Les illustrations représentant le peuple des fourmis ressemblent fortement aux représentations trouvées dans les rapports de rencontre avec des extraterrestres gris modernes.

Les Hopi croient que les étoiles et la connaissance des étoiles reviendront à la fin du cycle de temps actuel, comme ils l'ont fait dans les cycles passés. A l'époque de la Kachina Bleue, le peuple des étoiles visite le cœur de la Terre pour être protégé lors de la destruction du monde. Lorsque le premier monde a été détruit, les gens sont revenus à la surface pour vivre comme des fourmis pendant toute la durée du second monde. Le tiers monde décrit une civilisation avancée avec des boucliers volants et des guerres entre des villes lointaines finalement détruites par de grandes inondations - Très similaire à la mythologie babylonienne. Les Hopi sont désormais les gardiens du quatrième monde en échange du privilège de vivre sur Terre. Ils croient que la venue du cinquième monde est proche et commencera lorsque les membres du Fire Clan reviendront.


Poupées Kachina (Fg. 1-4)

La légende du Kachina bleu coïncide également avec la prophétie maya et la théorie Planet-X, suggérant une interconnexion entre les croyances Hopi et celles des anciens Mayas. De plus, la légende de Pahana semble être en relation directe avec l'histoire aztèque de Quetzalcoatl, reliant les Hopi à plusieurs cultures indiennes d'Amérique du Nord qui reconnaissent le serpent cornu. D'autres mystères prophétiques ont tendance à être liés à de nombreuses histoires de création et systèmes de croyances religieuses d'autres civilisations anciennes d'Amérique du Nord et d'Amérique du Sud. Selon les Hopi, il existe cinq tablettes de pierre de la création. L'un a été conservé par le créateur, deux donnés aux Hopi eux-mêmes, et les deux autres donnés à des frères de l'histoire pour être réunis lorsque le monde se réunira en paix, fidèle à la manière Hopi.


Photos des poupées Hopi Kachina :


Histoire du peuple Hopi

Souvent, nous ne réalisons pas à quel point les tribus autochtones sont diverses, y compris leurs traditions culturelles, leurs différences de gouvernance et leurs histoires distinctes au fil du temps. Aujourd'hui, nous jetons un coup d'œil à l'histoire du peuple Hopi, connu sous le nom de « les pacifiques ».

Historiquement, les Hopituh Shinumu (nom traditionnel du peuple Hopi) étaient bien considérés comme l'une des tribus les plus sédentaires de la région des Four Corners. Les villages Hopi tels que Old Oraibi sont parmi les plus anciennes colonies habitées en permanence dans ce qui est maintenant les États-Unis. Leurs réseaux commerciaux bien développés se sont étendus dans toutes les régions du sud des États-Unis et au Mexique.

Hopi était également bien considéré comme l'une des cultures sociales les plus développées, à la fois matriarcale et matrilinéaire. Contrairement à certaines tribus, les femmes déterminaient le statut social et les lignées claniques des générations futures (ce qui signifie que les enfants d'un mariage sont membres du clan de la femme). Leur riche culture spirituelle était basée sur la générosité, avec le bien-être des enfants et de la communauté parmi leurs plus hautes priorités.

À partir des années 1500, plusieurs réunions enregistrées ont montré des tentatives des croisés espagnols d'opprimer les Hopi et de les convertir au christianisme. La politique espagnole et américaine a également conduit à la signature du traité de Guadalupe de Hidalgo en 1848, dans lequel les États-Unis ont gagné la juridiction de la région et Manifest Destiny s'en est suivi. Ces scénarios ont finalement conduit les Peaceful Ones à se battre pour leur culture dans une série de batailles qui se sont étendues jusque dans les années 1800. Mais, avec l'arrivée des colonisateurs à l'Ouest et la revendication des terres Hopi pour la colonisation, en 1882, les Hopi ont été réinstallés dans la réserve où ils vivent aujourd'hui.

Comme d'autres Amérindiens, le peuple Hopi a été influencé par le travail missionnaire et le christianisme, à la fois avant la révolte de Pueblo de 1680 et dans les pensionnats de la réserve. De nombreux Hopi ont accepté le christianisme, mais la majorité a également conservé leurs pratiques spirituelles traditionnelles.

Après l'Indian Reorganization Act de 1934, les Hopi ont eu plus de liberté d'autonomie et ont rapidement mis en place un conseil tribal et rédigé leur constitution avec des représentants de chaque village « pour fournir un moyen de travailler ensemble pour la paix et l'accord entre les villages et de préserver les choses de la vie Hopi.

Bien que les Hopi aient perdu environ 90 pour cent de leurs terres de réserve d'origine, ils comptent aujourd'hui près de 20 000 membres tribaux inscrits. La culture et les pratiques spirituelles Hopi sont dynamiques. Les gens pratiquent encore certaines de leurs danses les plus anciennes et beaucoup parlent encore leur langue autochtone. Le stand Hopituh Shinumu sert de phare pour nous montrer que toutes les cultures autochtones n'ont pas été perdues. Leurs vertus intimes de générosité, d'engagement et d'adaptation les ont aidés à surmonter l'histoire, à garder leur culture vivante et à se présenter comme une tribu moderne aujourd'hui.


Peuple de fourmis des Hopi et des Annunaki


Zecharia Sitchin

Les travaux de Zecharia Sitchin présentent une théorie d'une douzième planète de notre système solaire qui a joué un rôle déterminant dans la création de la Terre. La race d'extraterrestres qu'il croyait être le créateur ultime de la race humaine qu'il appelait les Annunaki.

Le travail de Zecharia Sitchin est un sujet de grand débat, soit avec ceux qui l'appellent pseudoscience, soit avec ceux qui ont déterminé que ses traductions de textes anciens sont incorrectes. Il est cependant intéressant de noter que d'autres civilisations que les anciens Sumériens avaient des histoires de création similaires enregistrées à travers des pétroglyphes et des dessins muraux. L'une de ces civilisations est originaire du pays maintenant connu sous le nom des États-Unis et est finalement devenue la nation Hopi. Ceux dont descendaient les Hopi étaient connus sous le nom d'Anasazi.

L'auteur et chercheur Gary David a vécu parmi les Hopi dans le Dakota du Sud en tant que professeur d'anglais. (Voir aussi La Kachina et la connexion extraterrestre) En rencontrant et en discutant avec ces personnes, il a découvert la philosophie du "as ci-dessus, donc ci-dessous". Essentiellement, cela signifie que les constellations dans le ciel reflètent la géographie de la Terre. C'est quelque chose qui a été théorisé sur les trois pyramides de Gizeh dans leur relation avec les étoiles de la ceinture d'Orion. Bien que cette théorie en elle-même ait fait l'objet d'un examen scientifique (principalement dans les études qui montrent que les pyramides ont été ajoutées pour que ces points correspondent), il est intéressant de noter que David a remarqué une corrélation similaire entre les Hopi Mesas dans le Sud-ouest et la même constellation.

Les trois étoiles qui composent la ceinture d'Orion sont brillamment visibles au début de l'année et s'alignent exactement les unes avec les autres. Many different cultures have given meanings to this particular group of stars and it is evident that the skies have fascinated people for centuries. Gary David thought so as well, and began to study the sky charts and the locations of Hopi villages and ruins. He noted that these villages lined up with all the major stars in the Orion constellation. He also studied the rock art that was on the caves and ruins. In this, he came to some very interesting conclusions, which led him to think about just how seriously the Hopi had taken extra terrestrial life and the significance of the other planets in the solar system. In the rocks and caves of the Mesa villages, he found many petroglyphs that matched up with modern star charts and constellation patterns.


Sotuknang the Sky God

In Hopi legend, the world has gone through several phases or cycles already, and we are in this time living in the Fourth World. In the original world, which was according to legend destroyed by fire, the benevolent Ant People sequestered everyone underground with them and shared what they had. The people were safe from the fire and destruction above. It is said that the Ant People even sacrificed their own food to aid the people. As the Sky God Sotuknang systematically destroyed the world above, the people waited patiently for the fires to burn and the earth to cool before they came up from above.

When the earth was completed, the Sky God gave the blessings and told them to love and nurture the earth so that destruction was not warranted again. The Ant People took their place as ants, and new life began in the Second World. Humanity being what it is, there have been two worlds destroyed since then, and this, the Fourth World is set for the appearance of the Fifth and final world. This can be compared to the Christians awaiting the rapture, where the Creator comes back and the ultimate world begins. This was prophesied to happen when the Blue Kachina or the Blue Star appeared. This was to signify the end of the Fourth World, and would be foretold by the Kachinas removing their masks and becoming one with the powerful beings they are said to represent.

In another part of the world, other drawings and carvings would give Zechariah Sitchin the spark for his theory on the race of beings that were here to teach humanity about the land in Ancient Sumeria. This race was believed to be superior and was thought to originate from the skies. It was through their teachings that the Sumerians were able to learn how to live in the world and take care of it until the gods of creation returned. Just like the Ant People of the Hopi, they were there to teach mankind about their planet and how to use its resources.

An interesting note is that the Hopi word for ant is "anu". The word for friends is "naki". There is also the similar pronunciation of the Hopi ancestors, the Anasazi. Again we see this phrase in another belief in another part of the world. This is not to say that it proves anything, just simply an interesting note. Is it possible that these stories interacted somehow? Or is it simply coincidence that there are so many points of connection? ( Also see Who Were The Annunaki? )

Whether there is an actual connection between the Hopi of the Southwest and the ancient Sumerians and Egyptians or not, it certainly gives one pause that creation stories were very similar. It also makes the point that celestial communication has been a curiosity of mankind for much longer than UFO sightings in the 20th century. As we continue searching in the skies for answers, it is humbling to think how many centuries the questions have possibly been asked.

Written by Angela Sangster, Copyright 2010 TrueGhostTales.com

Welcome to our online leather aviator jackets store. We have a variety of wholesale kids trench coat, battery heated white leather pants, double breasted vintage black leather pants for women and pink motorcycle gloves and clothing stores.


Hopi Indians

The Hopi Indians were considered a sub tribe of the Pueblo Indians, hailing from Arizona, but they spoke a different language. The word Hopi means peaceful ones, or hopeful. Hopi Indians lived in pueblos, which are homes made of mud and stones (dried clay). Corn was the most common food grown and eaten on the land, with over 24 different varieties, although yellow and blue were the most popular. Squash, beans, pumpkins, and other various fruits were also grown and eaten.

The women of the Hopi tribe were designated to take care of the home, look after the children, and cook. The men of the tribe were the hunters, weavers, and performers of various ceremonies. A tradition for Hopi children was to wait twenty days after they were born, then the parents would hold the child facing the sun on the 20th day. Once the sun hits the child, he or she was then given a name.

Artwork and pottery were very important parts of Hopi life. Intricately woven rugs were often made, and pottery was especially important. The pottery was made of wet clay and then buried under the sand until it dried. Each piece told a story and was used for everything from bathing to cooking. The environment in which the Hopi Indians lived was very warm and dry.

They wore very little clothing and adorned themselves with feathers and wildflowers. The evenings could get cool and they would keep warm by using their blankets and gathering around a fire. The Hopi performed a ritualistic snake dance that is said to bring good luck and prosper to the tribe. They also perform many other dances and rituals. Today, many groups are working hard to preserve their way of life and the pueblos that still stand throughout the state of Arizona.


Hopi living with Ant people? Whats an Ant people? Or was it Gray aliens?

When the hopi lived with the ant people before the world was about to be destroyed, they survived in the womb of the earth by living with the ant people. A native american i knew told me they are what we now call "Gray aliens". is this true anyone?

Im just woundering. about how they "lived with them" lmao and what the ant peoples place looked like..was it underground? can anyone explain? Thnx.

The 'Ant People' thing is actually quite fascinating. If you look at the drawings of the Hopi you can see why they call them Ant People. Long thin bodies and limbs, triangular heads and large eyes. Very much like the classic greys.

Here is a Crytalinks site with some info. Scroll down about 3/4 of the page
Ant people

How did that double posts get there.

[edit on 16/6/2008 by VIKINGANT]

I recently read on a Hopi Medicine mans web site that He shut down the web site to go call the Thunder Bird back to the north. A few days later I saw an article where the Thunder Bird had been spotted in Canada by several unrelated people.

The return of the Thunder Bird is supposed to be a sign of the end of the white mans rule.


I see that Red Elk has closed his website, and the Hopi Tribal Elders took a year off to prepare for the transition.

The Year ended on June 13 2008.

[edit on 16-6-2008 by Cyberbian]

The ant people are not what we know as greys.

The ant people are spindly limbed, big headed but are the colour of ribena berries with deep green eyes.

The reason your not told about them is that they respect the native Indians as they actually give a damn about the world they live in.

Native Indians are also highly spiritual and intuative, and for that reason alone I see why white savages killed them off as quick as they could.

Amber, a friend of mine is half hopi, and she last contacted me 6 months ago - she was going to go 'native' if you like.

me ? well I think they are right on cue to need to do so. undergrounds looking like the only way out of whats coming our way if they are right, and I suspect highly they are.

According to Hopi there have been many worlds ( are the worlds a physical manifestation or a spiritual event ) or both . Many cultures from around the world speak of similar worldwide upheavals - like the great flood.

The Place of Emergence from between worlds was called "Sipapu".

The First World
The First World of the Hopis was corrupted not so much by evil as by "forgetting." The people had been instructed by Sotuknang and Spider Woman to respect their Creator, and to use their vi bra tory centers to help them follow his plan. But as they began to forget this, they began to quarrel among themselves. Finally, the situation reached a point where Sotuknang and Taiowa decided that the world had to be destroyed.

Sotuknang appeared before those "chosen people" who still remembered the Creator and his plan, and told them that the doors at the tops of their heads ( crown chakra ) ?? would lead them to safety before he destroyed the world. They followed his indication, and took refuge underground with the Ant People as the First World was destroyed by fire, and a Second World was created for their emergence.

The Second World (Pole Flip )
The Second World was almost as beautiful as the first, with the significant difference that the animals no longer trusted humans and remained separate from them. But here, too, people began to forget the plan of the Creator, until finally this world also had to be destroyed.

Again, those who had "remembered" were saved, and taken care of by the Ant People. Once they were safe, the twins at the poles were instructed to leave their posts so the world would spin off its axis and out of control (pole flip) . As it traveled through space it froze into solid ice, until the twins took up their stations again and restored the Earth to life, creating a Third World.

The Third World ( The Great Flood )
Now in the Third World they multiplied in such numbers and advanced so rapidly that they created big cities, countries, and a whole civilization. This made it difficult for them to conform to the plan of Creation and to sing praises to Taiowa and Sotuknang. More and more of them became wholly occupied with their own earthly plans.

Some of them, of course, retained the wisdom granted them upon their emergence. With this wisdom they understood that the farther they proceeded on the Road of Life and the more they developed, the harder it was. That was why their world was destroyed every so often to give them a fresh start.

Some Hopi accounts of the Third World contain the tantalizing information that "flying shields" had been developed there, capable of attacking faraway cities and coming back so quickly that no one knew where they had gone. ( Not unlike Vimanas, Ancient Flying Vehicles mentioned in Indian myths ) When this world and its advanced civilization was finally destroyed by Sotuknang, this time with great floods, the people who still remembered the plan of Creation took refuge inside the hollow stems of the bamboo. Then came their emergence into the Fourth World.

WE are now in The Fourth World

This time, the people had to search long and hard for a place to establish themselves and start over again. The Hopi tradition tells of endless journeys by boat, paddling uphill all the way.

[edit on 17-6-2008 by destiny-fate]


Originally posted by Dan Tanna
The ant people are not what we know as greys.

The ant people are spindly limbed, big headed but are the colour of ribena berries with deep green eyes.

The reason your not told about them is that they respect the native Indians as they actually give a damn about the world they live in.

Native Indians are also highly spiritual and intuative, and for that reason alone I see why white savages killed them off as quick as they could.

Amber, a friend of mine is half hopi, and she last contacted me 6 months ago - she was going to go 'native' if you like.

me ? well I think they are right on cue to need to do so. undergrounds looking like the only way out of whats coming our way if they are right, and I suspect highly they are.

According to the Hopi, those who go underground will not make it back, only those who go back to the old ways in the open will survive, and then only in a few sacred places. You should ask Amber about that. Half listening is not enough. You need to listen with your heart as well as your ears.


Voir la vidéo: LE 5EME MONDE