Archibald Buchanan

Archibald Buchanan

Archibald Buchanan était associé dans une société qui possédait plusieurs filatures de coton en Écosse. Archibald Buchanan a été interviewé par Robert Peel et son comité de la Chambre des communes le 25 avril 1816.

Question : Quel est votre emploi ?

Réponse : Je suis employé à la direction de filatures de coton en Ecosse, propriété de James Findlay and Company, marchands à Glasgow. Je suis également partenaire.

Question : Depuis combien d'années travaillez-vous dans l'entreprise de filature de coton ?

Réponse : Environ trente-trois ans.

Question : Combien de personnes sont employées dans les différents travaux ?

Réponse : Je ne peux parler que des travaux sous ma direction particulière. Il y a 875 employés à l'usine Catrine.

Question : Combien d'entre eux ont moins de dix ans ?

Réponse : Vingt-deux hommes et trente-sept femmes.

Question : Quel est le plus jeune ouvrier que vous employez ?

Réponse : Je suppose que les plus jeunes peuvent avoir huit ou neuf ans : nous n'avons aucune envie de les employer en dessous de dix ans.

Question : Quelles circonstances vous ont amené à en embaucher en dessous de cet âge ?

Réponse : Les circonstances, généralement la condition de leurs parents ; les personnes avec des familles nombreuses, qui trouvent un grand soulagement d'avoir un enfant ou deux mis à l'usine à un âge plus précoce.

Question : Sur les 875 personnes, combien y en a-t-il qui ne savent pas lire ?

Réponse : Il y a onze mâles et vingt-six femelles.

Question : combien ne savent pas écrire ?

Réponse : 660, je pense.

Question : Quels sont vos horaires de travail ?

Réponse : Ils commencent à six heures du matin, ils s'arrêtent à sept heures et demie du soir, et ils ont droit à une demi-heure pour le petit-déjeuner et une heure pour le dîner.

Question : Quel a été l'état de santé des enfants qui travaillent dans votre usine ?

Réponse : Généralement très bon ; à peu près les mêmes que les enfants du quartier qui ne travaillent pas.

Question : Supposons que les enfants aient été emmenés à l'âge de six ans, pensez-vous qu'ils seraient capables de travailler ce nombre d'heures sans grande indisposition ?

Réponse : J'ai vu de nombreux cas d'enfants accueillis dès l'âge de six ans et dont la santé ne semblait pas du tout en souffrir ; au contraire, quand ils sont arrivés à maturité, ils ont semblé aussi sains, robustes, que n'importe qui dans le pays.

Question : Pas paralysé dans leur croissance ?

Réponse : Non.


Archibald Buchanan - Histoire

=================================================================================================
Époux : Archibald BUCHANAN (1,2)
=================================================================================================
Date de naissance : 1728 - , Chester, Pennsylvanie, États-Unis (3)
Adresse : canton de Nottingham, comté de Chester, Pennsylvanie
Date de décès : 1806 - Nashville, Davidson, Tennessee, USA (4)
Inhumation : 1806 - Nashville, Davidson, Tennessee, États-Unis
Adresse : Knapps Farm, Peabody College, comté de Davidson, Nashville, Tennessee
Père : James BUCHANAN (Cir 1700-Abt 1765) (5,6)
Mère : Martha ALLISON (Environ 1705-Environ 1743) (5,7)
Mariage : 19 mai 1761 Lieu : , Augusta, Virginie, États-Unis (8)
-------------------------------------------------------------------------------------------------
Autre Conjoint : Nancy BOWEN (1732-1757) Date : Entre 1750 et 1752 - , Augusta, Virginie, USA
-------------------------------------------------------------------------------------------------
Autre conjoint : Patsy MOTNEY (vers 1725- ) Date : vers 1799
=================================================================================================
Épouse : Agnès BOWEN (9,10)
=================================================================================================
Date de naissance : 1734 - , , Virginie, États-Unis (11)
Date de décès : 1803 - Nashville, Davidson, Tennessee, États-Unis (12)
Adresse : Knapps Farm, Peabody College, comté de Davidson, Nashville, Tennessee
Inhumation : 1803 - Nashville, Davidson, Tennessee, États-Unis
Adresse : Knapps Farm, Peabody College, comté de Davidson, Nashville, Tennessee
Père : John BOWEN (1705-1761) (13)
Mère : Lilly McILHANEY (1705-Entre 1780/1780)
-------------------------------------------------------------------------------------------------
Autre conjoint : James McFERRIN (Environ 1740-Bef 1761) (14) Date : Vers 1755 - , Augusta, Virginie, États-Unis
=================================================================================================
Enfants
=================================================================================================
1 F Martha BUCHANAN
Date de naissance : 1762 - , Augusta, Virginie, États-Unis
Date de décès : Décédé - , , Tennessee, États-Unis
Lieu de sépulture : - Nashville, Davidson, Tennessee, États-Unis
Adresse : Knapps Farm, Peabody College, comté de Davidson, Nashville, Tennessee
Conjoint : Andrew STEELE (Cir 1755-Après 1830)
Marr. Date : 1780 - , Augusta, Virginie, États-Unis
-------------------------------------------------------------------------------------------------
2 M James BUCHANAN (15)
Date de naissance : 16 juillet 1763 - , , Virginie, États-Unis (16)
Date de décès : 14 février 1841 - , Davidson, Tennessee, USA (17)
Inhumation : 15 février 1841 - Nashville, Davidson, Tennessee, USA
Adresse : Cimetière Buchanan, comté de Davidson, Tennessee
Conjoint : Lucinda EST (1792-1865)
Marr. Date : 24 avril 1810
-------------------------------------------------------------------------------------------------
3 F Rebecca BUCHANAN
Date de naissance : 6 octobre 1768
Date de décès : 1860 - , Wilson, Tennessee, États-Unis
Enterré:
Conjoint : Robert SHANNON (1768- ) (18)
Marr. Date : 11 avril 1790 - , Sumner, Tennessee, États-Unis (19)
-------------------------------------------------------------------------------------------------
4 F Lillian BUCHANAN
Date de naissance : vers 1770 - , Washington, Virginie, États-Unis
Date de décès : Après 1820
Enterré:
Conjoint : James WILLS (1763-1855)
Marr. Date : vers 1790 - , , Virginie, États-Unis
-------------------------------------------------------------------------------------------------
5 F Ellen BUCHANAN
Date de naissance : vers 1770
Date de décès : Décédé
Enterré:
Conjoint:
Marr. Date:
-------------------------------------------------------------------------------------------------
6 F Nancy BUCHANAN
Date de naissance : vers 1772
Date de décès : Décédé
Enterré:
Conjoint : Benjamin DREW (vers 1770- )
Marr. Date : 14 janvier 1799
-------------------------------------------------------------------------------------------------
7 F Marie BUCHANAN
Date de naissance : vers 1774
Date de décès : vers 1845 - , White, Illinois, États-Unis (20)
Enterré:
Conjoint : Richard JONES (1766-1837) (21)
Marr. Date : 29 décembre 1885 - , , Caroline du Nord, États-Unis (21)
-------------------------------------------------------------------------------------------------

Chroniques de la colonie écossaise-irlandaise en Virginie, volume I [Craie], page 89
REGISTRES DU TRIBUNAL DU COMTE D'AUGUSTA, ORDONNANCE N° VII.
19 MAI 1761.
(3) Agnes Buchanan qualifie admx. de son défunt mari, James McFarron, décd., maintenant épouse de
Archibald Buchanan.

JUGEMENTS DE LA COUR DE COMTÉ, page 358, MARS 1769 (B)
Administrateur de Buchanan contre Sayers.--Bill déposé le 14 janvier 1767. Archibald Buchanan,
administrateur de Walter Buchanan, feu du comté de Chesterfield, marchand, orateur. En 1764
Alexander Sayers, aujourd'hui décédé, possédait des terres à Dunkar's Bottom, sur New River et sur Red Creek,
à Fort Chiswell, et hypothéqué le même à Walter Buchanan le 21 janvier 1764. Alexander
décédé en 1765 intestat, laissant son fils Robert, fils aîné et héritier. Walter Buchanan est mort en 1766.
Archibald est le frère d'Archibald. Robert Breckinridge était le tuteur de Robert Sayers en mai 1767.
L'hypothèque a été prouvée devant le Tribunal général, le 28 avril 1764, par John Skelton, Robert
Donald et Marty Handly, témoins. John Fleming et Joseph Maynard ont également été témoins.

Chroniques de la colonie écossaise-irlandaise en Virginie, volume II, page 451
LIVRES SUR LES FRAIS DU COMTÉ D'AUGUSTA
Page 385.--1765 : Processionné par Collier et McCampbell, à savoir : Pour William McCamey, pour Jno.
Beatty (Samuel Norrad présent), pour Solomon Whitley, pour Wm. Gilmore, pour Rob. Erwin, pour Jno.
McKee, pour Andw. McCampbell, pour Henry Kirkham, pour Edward Fairies, pour James Campbell, pour
Alexis. Accord, pour John Gilmore, pour Moses Cunningham pour Robt. Hamilton, pour James McCalster, pour
Hugh Cunningham, pour George McConne pour Wm. Moore, Michael Kirkham présent pour James Young,
pour Robert McKelhenny, pour Margery Crawford, pour Saml. Todd, pour Rob. Jeune, pour James Hutton,
pour James Todd, pour George Gibson pour Alex. Collier, pour Jno. Hanna, pour Rob. Talford, pour
Robt. McHenry, pour David Talford, pour William Hall, pour John McMurtrey, pour James Davies, pour
Robt. McKee, pour Jno. Somers, pour Jno. Huston, pour Jno. Wylie, pour Jno. McConne, pour Archd.
Buchanan, pour Wm. Porter, pour Jno. Wieley.

Chroniques de la colonie écossaise-irlandaise en Virginie, volume III, page 15
RÉSUMÉS DES TESTAMENTS DU COMTÉ D'AUGUSTA, VIRGINIE
TRIBUNAL DU COMTÉ D'AUGUSTA.
RÉSERVERA NO. 1.
Page 208.--1er septembre 1748. Vendue tenue à la maison de Samuel Stewart des biens de Joseph
Harrison vendu par Jeremiah Harrison. À Timothy Convey, Samuel Harrison, Samuel Monsey, Arthur
Johnson, Abraham Smith, Tunis Wood, Samuel Hull, Edward McGinnis, Archibald Buchanan, Aaron
Oliver, Ephraim Love, Solomon Turpin, Samuel Wilkey.

page 59
Page 396.--20 septembre 1759. Vendue de la succession de James Buchanan, acheteurs, à savoir : John,
Archibald, Guillaume, Buchanan. Dans les mains du capitaine John Buchanan, sa solde. Payé Thomas Dredan.

page 62
LIVRE WOLL NO. 3
Page 23.--19 mai 1761. Lien d'Archibald Buchanan (Bohannon) (avec Jno. et Wm. Buchanan)
pour Archibald et Agnes Buchanan (feu Agnes McFerrin) administration de la succession de James
McFerrin.

page 67
Page 116.--9 décembre 1761. Le domaine de Francis McCown évalué, par Jacob Anderson, Archd.
Buchanan, Hugh Cunningham.

page 78
Page 239.--18 août 1761. Le lien d'Archibald Buchanan (avec Jno. Maxwell, Chas. Hays), comme
tuteur (nommé) à Jno. McFerrin, orphelin de James McFerrin.

page 88
Page 379.--9 juin 1761. Le testament de James Buchanan--Au fils Alexander Buchanan au fils
Archibald Buchanan au fils John Buchanan aux fils Wm. et Robt. Buchanan à épouse Mary Buchanan
aux fils Geo. et David Buchanan à sa fille Rebecky Buchanan. Exécuteurs, épouse Mary et fils
Alexandre. Testé : Daniel Nerrity, Jas. McCown, Wm. Scott. Prouvé le 19 mars 1765 par Daniel
Harrison et Wm. Scott. Exécuteurs qualifiés, avec Jno. Wallace, Jno. Buchanan. (Marque de Marie).

page 104
RESERVERA NO 4
Page 119.--18 mai 1768. Le testament de James Rutherford a été présenté par Wm. Buchanan, l'un des
les exécuteurs testamentaires, qui ont refusé d'exécuter. Il est prouvé que Marguerite, le saule, refuse également.
La volonté est prouvée, par William Buchanan (un autre témoin, James Buchanan, étant mort). L'autre
le témoin, Archibald Buchanan, est convoqué. L'administration a accordé Alex. Marcheur.

pages 310-311
LIVRE D'ACTES N° 5
Page 154.--19 mars 1753. Borden, etc., à John Walker, Jr., 302 acres de 92100. (Retour
Creek ?) coin Joseph Culton, Moffets Cr., Robert Culton. Livré : Alexander Walker, octobre
2e, 1775, Archibald Buchanan. Teste : James et Wm. McCoskry, Alexander McMullen.

pages 392-293
LIVRE D'ACTES N°11
Page 134.--7 novembre 1762. Les exécuteurs testamentaires de Borden, à Archibald Buchanan, ٣, 406 acres,
partie de 92 100, traversant McCowns Run Robert Christian's corner white oak par un printemps chaud, sur
Hays' (Non ?) Ruisseau. Teste : Robert King, John Lawrance, John Lawrance, Jr. Livré : Wm.
Buchanan, août 1769.

page 490
LIVRE D'ACTE NO 16
Page 35. -- 18 août 1769. Archibald Buchanan et Agness à William Buchanan, &# 16345, 406 acres,
partie des 92 100 acres de Borden, traversant McCason's Run Robert Christian's Corner, chêne par un Warm
Printemps, branche nord du ruisseau Hays.
[FIN - une partie du comté d'Augusta a été brièvement cédée au comté de Botetourt en 1770, Fincastle
comté en 1772, puis est devenu une partie des comtés de Montgomery ou de Washington en 1777.]

La liste des impôts fonciers personnels du comté de Washington, en Virginie, de 1782, dans l'enceinte du colonel Aaron Lewis
Buchanan, Archid. 1 6 10 (Dîmes Chevaux Bovins)

1787 - Tax List - Parmi les noms figurant sur une liste fiscale de 1787 pour le comté de Davidson, Tennessee
sont : Archibald Buchanan, Andrew Casselman, Robert Eaton, Jacob Pennington, Andrew Steel,
Frederick Stump et Ebenezer Titus. [Histoire du comté de Davidson, W. W. Clayton]

Comté de Davidson, Tennessee, Deed Book B, p. 224
État de la Caroline du Nord n° 583. À tous ceux à qui ces présents apporteront la salutation. Savoir
vous que nous pour et en considération de la somme de dix livres par cent acres par la présente
accordé versé à notre trésor par Archibald Bucchanan, ont donné et accordé et par ces
présents donnent et accordent à Archibald Bucchanan une parcelle de terre contenant six cents et
quarante acres couchés et bing dans notre comté de Davidson sur les eaux de la rivière Stones, y compris le
endroit appelé fond de trèfle. Commençant à un double chêne blanc et [illisible] une falaise de la rivière
environ douze pôles au-dessus de l'embouchure d'une petite branche. Courir vers le sud cent vingt
huit poteaux à un cornouiller et un arbre à sucre, à l'ouest deux cent soixante-dix poteaux à un coin de James
Ligne de Todds. De là, avec sa ligne nord vingt-cinq pôles jusqu'au dit coin Todds à ​​l'embouchure de
sa branche de printemps, jusqu'à la rivière Stones selon son cours serpente jusqu'au début. Avec tout
eaux [illisibles] et minéraux [illisibles] héritages et appartenances à ladite terre
appartenance ou appartenance. Tenir au dit Archibald Bucchanan ses héritiers et ayants droit
pour toujours. Quelle terre a été arpentée pour ledit Bucchanan le 6 juin 1788 par Daniel Smith agréable
à une entrée datée du 11 décembre 1784. La concession signée Samuel Johnston avec le sceau de l'État
apposé et daté du 26 novembre 1789. Contresigné James Glasgow Sec Andrew Ewing D. R.

Déménagé à Nashville vers 1784 et nommé sa ferme Clover Bottom. Sources de N.F. (fourche nord ?)
de Holsten ? Fleuve.
Archibald Buchanan avait 27 ans lorsqu'il s'est enrôlé dans la compagnie des Rangers commandés
par le capitaine William Preston le 17 juillet 1755. Cela signifierait qu'il est né en 1728. Il était le fils de
James Buchanan et sa femme Mary Allison (Volonté Livre 3, pg. 379, Augusta Co.,VA en date du 9 juin 1761,
prouvé le 19 mars 1765). (LIT DE SEMENCES DE LA RÉPUBLIQUE, p. 79, par Robert D. Stoner).
Archibald et son frère John Buchanan se sont installés à Planter (Locust) Cove en amont
de la fourche nord de la rivière Holston. (Gordon Aronhime Papers, Southwest Virginia Card File,
Carte 1, Index des cartes électroniques, Université de Virginie)
Archibald Buchanan a construit et vécu dans ce qui était connu comme le manoir « The Old Blue Brick » à
Donelson. l'emplacement de la maison Buchanan était à ce qui est maintenant 2851 Blue Brick Drive à
Donelson dans ce qui s'appelait alors le lotissement Clover Bottom, mais c'est près de l'autoroute 70
et Stewart's Ferry Pike sur la droite en direction du barrage Percy Priest sur le brochet.
Vers 1781, Agnes et Archibald Buchanan ont déménagé de Plaster ou Locust Cove, Augusta Co., VA,
à la "Clover Bottom Farm" à l'est de Donelson, TN. Archibald a construit une grande maison pour sa famille
connu sous le nom de "Old Blue Brick" juste à côté de Lebanon Pike sur la Stewarts Ferry Road.
Archibald et Agnès ont été enterrés dans le jardin de "The Old Blue Brick". Là leurs corps
sont restés jusqu'à la vente de la maison, date à laquelle James Buchanan, leur fils, les a fait déménager au
ferme de son cousin, le major John Buchanan, située sur la rivière Stone. C'était à l'origine le
"Fort de Buchanan." Elle est maintenant connue sous le nom de « ferme Knapp ». Aucune trace des tombes ne peut être trouvée, un
il reste encore quelques repères. (TENNESSEE RECORDS, Vol. I, p. 126, 261, Vol. 2 par Jeannetta Tillotson
Acklan.)

de Gordon Aronhime Papers, Southwest Virginia Card File, Card 1, Electronic Card Indexes,
Université de Virginie
Buchanan, Archibald (1728- )
Né en 1728 (K212)
Décédé 180
James s'est marié avant le 14 mai 1761
Femme Agnes Bowen M (1) McFerrin Voir Ch I 89
Née
Décédés
18 avril 1775 - 266 ? Les deux côtés S.F. Ruisseau Reid
17 juillet 1755 - Enrôlé dans les Rangers de Wm Preston - Guerre
Un tisserand. Hauteur 5'7" - de Pa. - K212
OBI
21 mars 1782 - . Rouge de . Marcheur! Mont à Cove Creek 132
à la suite de Sc. Preston P185 ?? Wythe Co
un frère à John (fils Patrick) . . .
1782 ff - "Peu de temps après 1782 Archibald déplacé à Cumberland
1806 - Archibald fait un testament et laisse toutes les terres à son fils James
1769 - est venu à Holston (Lammie] en 1770 et John
Buchanan [frère] en 1771 - Ibid P217

"salut les gars. Je viens de trouver un livre dans le grenier, TN tombstones/Bible Records, pub en 1933 par
Dames coloniales d'Amérique. A ce qui suit sur Arch./James/ etc. Du James Buchanan
cimetière sur Elm Hill Road sur l'ancienne ferme sont les pierres de James 7/16/1763 - 2/14/1841 et
épouse Lucinda East buchanan 11/12/1792 - 15/04/201865. Sa pierre se lit "Un mari gentil et
père affectueux. » et la suivante : « Adieu mes amis, en passant comme vous êtes maintenant
étais-je Comme je suis maintenant, vous devez donc être Préparez-vous à mourir et suivez-moi. » Femme Lucinda (et cela semble
pour contredire certaines données ici, je pense?) la pierre lit: "Comme tu l'as dit, je te suivrai, comme
tout le reste doit faire bientôt Alors ne soyez coupable d'aucun crime, afin que vous puissiez vivre dans le ciel
sublime." Archibald y est également enterré, "fils de James et Lucinda" 21/03/1811 - 07/09/1843. Pierre
se lit comme suit : « Loin de sa maison et des amis de sa jeunesse, il est mort en homme d'énergie et de vérité.
Un peu d'histoire est également inclus : James est venu à TN avec ses parents vers 1785 du comté d'Augusta,
SW Virginia et s'est installé sur une section de terre 640 près de Donelson, dont une partie est maintenant "Clover
Ferme du bas. Archibald a construit Old Blue Brick avant 1800. Toujours occupé. James a construit un grand deux
maison en rondins à étages sur Elm Hill Road au début de 1800, qui est toujours debout et occupée. Jacques et
Lucinda a eu 16 enfants." il y a plus, et je serai heureux de partager si quelqu'un est intéressé. Je
Je ne sais pas non plus si ces données sont exactes. Faites-moi savoir s'il s'avère que c'est faux, est-ce que
vous? Merci."
Message du GenForum par Carol [email protected]

LA VIEILLE MAISON EN BRIQUE BLEUE ÉTAIT AU DÉBUT DE DONELSON UN REPÈRE
Pouvez-vous me dire quelque chose sur la maison Old Blue Brick construite par Archibald Buchanan ? Là
étaient 640 acres dans la région de Blue Brick Road à Donelson qui faisaient partie du domaine.
Je sais qu'il a été démoli dans les années 50 . mais j'aimerais en savoir plus.
William "Jay" Rigsby, Nashville.
Les légendes et les conjectures ont été courantes dans l'histoire de cette maison, principalement en raison de son
âge antique.
Très probablement construit dans les années 1790, lorsque la majeure partie de ce qui est maintenant le Tennessee faisait encore partie du nord
Carolina, c'était certainement l'une des plus anciennes résidences en briques du Tennessee moyen.
La vieille brique bleue a été appelée le point de rassemblement des troupes du Tennessee rassemblées par
Andrew Jackson pour la bataille de la Nouvelle-Orléans, qui a célébré son 191e anniversaire cette semaine. Cette
était certainement possible. L'Ermitage de Jackson est à proximité.
Son nom étrange a été expliqué par la peinture d'un de ses murs de briques de couleur bleue.
Ce n'est peut-être pas exact. « Brique bleue » est un terme encore connu aujourd'hui en Angleterre pour désigner une
brique cuite plus foncée utilisée pour les murs extérieurs parce qu'elle est plus imperméable à l'eau.
Les histoires orales ont la maison servant pendant un certain temps de taverne et même d'être « hantée », un
état attribué de temps à autre à d'innombrables structures anciennes.
Au cours de ses dernières années, la résidence qui se détériorait a été décrite par un locataire comme « pas de compte ».
"Les rats ne font que le ronger, le saper. Vous ne pouvez pas le chauffer en hiver. Ce n'est pas
apte à vivre », a déclaré Crecy Hayes à un intervieweur en 1937.
La propriété Old Blue Brick est liée aux terres de la plantation Clover Bottom et de ses années 1850
Manoir. Clover Bottom se trouve toujours dans la même zone près de Stewarts Ferry Pike et maintenant dans
utiliser comme bureaux pour la Commission historique du Tennessee.
La longue histoire de Blue Brick a commencé avec le premier propriétaire Archibald Buchanan, qui était venu à ce
partie du Tennessee en mars 1783, lorsqu'il reçut une concession de terre de 640 acres sur la Stones River.
En 1816, l'ancien soldat de la guerre d'indépendance John Hoggatt avait acheté l'ancien Buchanan
tract, y compris un terrain de course de chevaux à proximité où Andrew Jackson avait été actif.
Hoggatt possédait déjà une grande partie des terres de Clover Bottom et cherchait à étendre son
exploitations.
Ils avaient atteint environ 700 acres à sa mort en 1824.
La propriété Blue Brick est restée dans la famille Hoggatt lorsqu'elle a été achetée vers 1850 par James
Hoggatt, le fils de John, d'un neveu qui en avait hérité.
Finalement, il passa dans la famille Stanford, où il resta jusqu'à ce qu'il soit vendu au public
vente aux enchères en avril 1948 par Robert D. Stanford Jr. à Mme Florence Redelsheimer de Donelson.
Elle a payé 5 595 $ pour la maison et environ quatre acres de terrain, indiquant qu'elle
espérait préserver la structure historique emdash en fonction d'une étude d'architecte. Ce
n'a jamais été restauré, cependant, et la maison aurait été démolie en décembre 1951.
Une enquête de 1940 sur les structures historiques effectuée par le gouvernement fédéral a décrit un bois
toit de bardeaux à cette époque et son escalier et manteaux d'origine restants. Cependant, c'était
décrit comme "en mauvais état" avec "quelques substitutions de pièces d'origine".
Bien qu'elle ait maintenant disparu, une petite partie de la vieille brique bleue pourrait encore vivre. Son
fondation de 30 pouces d'épaisseur et certaines de ses autres briques ont été utilisées comme base pour la construction d'un
résidence au 2851 Blue Brick Drive, a écrit l'historienne de Donelson, Leona Aiken.
Un autre lien avec la famille Buchanan est la maison en rondins à deux étages du début des années 1800 de James
Buchanan, fils d'Archibald et de sa femme Agnes Bowen. Il reste debout au 2910 Elm Hill Pike.
* [Tennessean.com]

Archibald est #198 dans la Société nationale des filles de la révolution américaine (NSDAR)
Indice Patriote.

Chroniques de la colonie écossaise-irlandaise en Virginie (Chalkey)
Tome I
89
DOSSIERS DE LA COUR DU COMTÉ D'AUGUSTA.
CARNET DE COMMANDES N° VII.
19 MAI 1761.
(3) Agnes Buchanan qualifie admx. de son défunt mari, James McFarron, décd., maintenant épouse de
Archibald Buchanan.

Dernière modification : 16 mars 2016

1. Aronhime, Gordon, "Gordon Aronhime Papers" (écrit à la main sur des fiches), Buchanan,
Alexandre I. . Deux frères Archibald et John se sont installés à . Ce fichier de carte répertorie
tous les mâles adultes vérifiables dans la région de Holston-Clinch River dans le dernier quart de la
XVIIIe siècle, ainsi que des informations sur les premiers colons de l'Est du Tennessee. Il y a
plus de 4 000 entrées qui, dans la plupart des cas, indiquent les dates de naissance et de décès, le mariage
informations, enfants, extrait de testament et autres informations biographiques si
disponible. L'information est parfois continuée sur une deuxième carte. Les sources sont notées.
L'arrangement général est alphabétique par nom de famille.
2. Aronhime, Gordon, "Gordon Aronhime Papers" (écrit à la main sur des fiches), Buchanan,
Archibald. . Archibald Buchanan (1728- ) est décédé 180 épouse Agnes Bowen m (1) James
McFerrin. un frère à John (fils Patrick) .
3. Cimetière de Buchanan, comté de Davidson, Tennessee, Archibald Buchanan. 1728.
4. Cimetière de Buchanan, comté de Davidson, Tennessee, Archibald Buchanan. Juillet 1806. Notez que
il s'agit d'une nouvelle pierre et n'est aussi exacte que les informations fournies par les personnes qui
l'avait fait.
5. Aronhime, Gordon, "Gordon Aronhime Papers" (écrit à la main sur des fiches), Buchanan,
Alexander I. James et Martha Allison Buchanan.
6. Aronhime, Gordon, "Gordon Aronhime Papers" (écrit à la main sur des fiches), Buchanan, James.
. Testament du 9 juin 1761 . [énumère la famille].
7. Will, livre B, page 135, Alexander Allison. . À sa fille Martha 1 shilling. moi aussi
acquitter mon gendre James Bohaman de toutes les dettes. "Martha Bohamon."
8. Chalkley, Lyman, Chroniques de la colonie écossaise-irlandaise en Virginie (généalogique
Publishing Company, Baltimore [épuisé, copyright expiré]), Vol. III, p. 23.
19 mai 1761. Archibald Buchanan's (Bohannon) bond (avec Jno. et Wm. Buchanan) pour
Archibald et Agnes Buchanan (feu Agnes McFerrin) administration de la succession de James
McFerrin. Agnès McFerrin, veuve de James. Extrait des archives judiciaires originales de
Comté d'Augusta 1745-1800
9. Will, livre 1, page 73, Lilly McIlhaney Bowen. . ma fille Agnès Buchanan.
10. Aronhime, Gordon, "Gordon Aronhime Papers" (écrit à la main sur des fiches), Buchanan,
Archibald. . Femme Agnes Bowen m (1) James McFerrin .
11. Cimetière de Buchanan, comté de Davidson, Tennessee, Agnes Bowen Buchanan. 1735.
12. Cimetière de Buchanan, comté de Davidson, Tennessee, Agnes Bowen Buchanan. 30 mars 1801.
Notez qu'il s'agit d'une nouvelle pierre et qu'elle n'est exacte que dans la mesure où les informations fournies par le
les gens qui l'ont fait faire.
13. Cisco, Jay Guy, comté historique de Sumner (1909, Folk-Keelin Printing Company, Nashville,
Tennessee), page 231. . John Bowen, leur fils.
14. Chalkley, Lyman, Chroniques de la colonie écossaise-irlandaise en Virginie (généalogique
Publishing Company, Baltimore [épuisé, copyright expiré]), Vol III, page 23.
James McFerrin.
15. Aronhime, Gordon, "Gordon Aronhime Papers" (écrit à la main sur des fiches), Buchanan,
Archibald. . Archibald fit un testament et laissa toutes les terres à son fils James.
16. Cimetière de Buchanan, comté de Davidson, Tennessee, James Buchanan. 16 juillet 1763.
17. Cimetière de Buchanan, comté de Davidson, Tennessee, James Buchanan. " et est décédé le 14 février
1841."
18. Bible, famille Shannon. Une transcription m'a été fournie mais j'en ai perdu la trace.
19. Bible, famille Shannon.
20. Bonner, Gregg,
(http://wc.rootsweb.ancestry.com/cgi-bin/igm.cgi?op=SHOW&db=gbonner_8gen&recno=0)
http://wc.rootsweb.ancestry.com/cgi-bin/igm.cgi?op=GET&db=gbonner_8gen&id=I73366. Cette
la base de données n'est plus en ligne.
21. Bonner, Gregg,
(http://wc.rootsweb.ancestry.com/cgi-bin/igm.cgi?op=SHOW&db=gbonner_8gen&recno=0)
http://wc.rootsweb.ancestry.com/cgi-bin/igm.cgi?op=GET&db=gbonner_8gen&id=I49177.

S'il n'y a pas de SOURCE, je n'ai pas de PREUVE. Si la source est une PERSONNE, l'information est OUI-DIE !


Problèmes

Il existe un certain nombre de problèmes liés à Archibald (1).

une. Bien qu'il existe des preuves évidentes qu'il a épousé Agness Bowen McFarron, veuve (voir Augusta county Notebook), relativement tard dans sa vie, des preuves de son mariage avec Nancy Bowen sont nécessaires. On peut supposer que Nancy et Agness étaient sœurs.

b. Les archives du comté d'Augusta montrent qu'Archibald était impliqué dans la succession d'un Walter Buchanan, marchand du comté de Chesterfield. L'extrait de Chalkleys traitant de cela (Voir le cahier) comprend l'expression "Archibald frère d'Archibald". Il s'agit probablement d'une erreur de transcription de la part de Chalkley. Vraisemblablement, ce que l'enregistrement original disait était « le frère Archibald de Walter ». Si c'est le cas, peut-il s'agir du même Archibald qui est venu à Borden's Grant du comté de Cecil ? Pourquoi Walter serait-il décrit comme "de Chesterfield, à moins qu'il ne s'agisse également d'une erreur dans Chalkley, et Chester County PA (adjacent à Cecil) a été donné dans l'original.

c. Felix Grundy Buchanan Narrative suggère qu'Archibald du comté de Washington a déménagé à KY. D'autres le font mourir dans le comté de Washington en 1806, et d'autres encore le font déménager dans le comté de Davidson, TN. Qu'est-ce qui est juste ?


Étymologie Modifier

On dit que le nom dérive de Macauselan (signifiant fils d'Anselan). [7] Les deux noms suivants sont donnés comme racine du nom territorial Buchanan, Mac à Chanonaich (Le Fils du Canon) [8] et Buth Chanain (signifiant maison ou siège du chanoine). [9]

XIe-XIIIe siècles et origines Modifier

Traditionnellement, le clan Buchanan peut retracer sa lignée principale jusqu'à Anselan O Kyan qui appartenait au clan Ó Catháin, roi provincial du nord de l'Ulster (et avait son siège à Limavady, dans le comté de Londonderry) qui débarqua à Argyll en 1016. [10] [ 11] Selon cette tradition, pour ses services contre les Danois, il reçut du roi Malcolm II les terres de Buchanan, qui se trouvent à l'est du Loch Lomond autour du village de Killearn. [12] [13]

Sous le règne de Malduin, Mormaer (comte) de Lennox, 1217-1250, Anselan (troisième de ce nom) se voit concéder, en 1225, l'île de Clareinch. [14] (Clár Inis). Il est appelé "clericus meus", ce qui signifie "mon ecclésiastique". Il est par la suite enregistré comme Absalom de Buchanan et il est entendu que pour avoir ce titre, il doit y avoir eu d'autres concessions de terres dans la paroisse de Buchanan. [15] Sous le règne du roi Alexandre II (1214-1249), Gilbert de Buchanan, sénéchal du comte de Lennox, reçut, en 1231, une charte confirmant Clareinch et d'autres terres de Buchanan. [16] C'est des terres de Buchanan que le nom de clan est dérivé.


Cependant, le récit traditionnel de l'origine et de la dérivation des terres ainsi que l'établissement du nom sont incompatibles avec d'autres récits de la période précédente en Irlande ainsi qu'avec une vaste collecte d'informations ADN et sont officiellement considérés comme un peu plus qu'un mythe d'origine. [17] Prouvant en outre que ce récit n'est qu'un mythe, une réunion spéciale s'est tenue le 23 janvier 2021 pour les Conveners of the Clan Buchanan Society, International au cours de laquelle le président du clan, David Byrne, a informé tous les membres présents, ". que le mythe d'origine a été dans nos livres d'histoire et dans nos tentes pour toujours. Auchmar, dans son histoire du clan, c'est lui qui a vraiment poussé ça en avant. et c'est celui auquel tout le monde s'est accroché. Le projet yDNA, dirigé par Ross Buchanan et Alex Buchanan (en Tasmanie), avec toutes les personnes qui y ont participé (y compris les MacAuslean et Buchanan), il n'y a pas un seul individu dont l'ADN correspond avec n'importe quel ADN-y en Irlande. Les lignées masculines montrent toutes que le clan Buchanan était situé sur les rives du Loch Lomond, dans le royaume Auld d'Alba, bien avant l'an 1000 (CE) et peut-être bien au-delà. Il n'y a pas l'histoire prouve qu'Anselan, le prince, a jamais existé dans Irlande. Il n'y a pas de livres d'histoire qui le mentionnent ou soutiennent le fait qu'il a même existé. Comment ou pourquoi le mythe, l'origine a été créé, nous ne le savons pas. donc ça change tout. Cela signifie que le clan Buchanan est un ancien clan écossais, pas un ancien clan irlandais. Cela signifie que notre peuple est en Écosse, en particulier dans le Stirlingshire et sur les rives du Loch Lomond, depuis milliers d'années et non de 1 000 ans."

Selon la publication officielle fournie à la Clan Buchanan Society, International, "Il existe un lien ADN fort avec le Clan Gregor qui semble indiquer un ancêtre commun vers l'an 400 de notre ère." Cette découverte faite grâce aux nombreuses informations recueillies sur les tests génétiques fournit une preuve supplémentaire de l'existence du clan Buchanan bien avant tout mythe d'origine pensé auparavant.

14ème siècle et guerres d'indépendance écossaise Modifier

Lien peu enviable de William Wallace. Sir Maurice Buchanan 10e de Buchanan a épousé Margaret Menteith (également orthographié Menteith). Margaret était la fille de Sir Walter Menteith de Rusky, et la petite-fille de Sir John of Menteth, shérif du château de Dunbarton, et Helena, fille de Gartnait, comte de Mar. Sir John est réputé avoir trahi Sir William Wallace au roi Édouard Ier d'Angleterre. le 5 août 1305. Sir John a été emprisonné par le roi Robert I, mais en 1314 "par l'influence de ses gendres Malice, comte de Strathern Sir Archibald Campbell, de Lochow et Maurice Buchanan, de Buchanan, il a été libéré immédiatement avant le Bataille de Bannockburn, où il se déporta vaillamment de la part du roi d'Ecosse." [18] Sir John était également signataire de la Déclaration d'Arbroath en 1320.

Pendant les guerres d'indépendance écossaise, le clan Buchanan a soutenu le roi Robert le Bruce en aidant à son évasion en 1306, le chef, Maurice 10e de Buchanan, a refusé de signer le Ragman Roll, et le chef et les lairds du clan (et vraisemblablement leurs hommes de clan) servi sous Malcolm le comte de Lennox. [19] C'est une tradition et probablement compte tenu du service susmentionné, mais mal documenté, que le clan a combattu à la bataille de Bannockburn. [20]

Pendant le règne du roi David II (1324-1371), sans date, au moins une partie des terres de Buchanan appartenait à Sir Gilbert Carrick. [21]

Pendant le règne de Donald Mormaer (comte) de Lennox (1333-1365), et confirmé par le roi David II en 1370/71, « La confirmation est de charte par Donald, comte de Lennox, en faveur de Maurice Buchanan, fils et héritier de feu Maurice Buchanan, de ce carucate de terre appelé Buchanan avec Sallochy, avec ces limites c'est-à-dire Akehin jusqu'à Aldmarr [Auchmar] tout comme il descend sous l'eau de Hanerch [Endrick], et le pays de Sallochy, avec ces limites, de Sallochy tout le long jusqu'à Kelg, puis il descend jusqu'aux eaux de Lochlomon [Loch Lomond], pour tenir en fief et avec la liberté de tenir autant de tribunaux avec juridiction de vie et de membre qu'il le souhaite." [22] [23]

XVe siècle, Guerre de Cent Ans et autres conflits de clans Modifier

Sir Alexander Buchanan, [24] deuxième fils de Walter Buchanan de Buchanan, mena les hommes du clan à l'appui des Français contre les Anglais à la bataille de Baugé en 1421. Il est dit que Sir Alexander Buchanan se trouva face à face avec le duc de Clarence et, échappant à sa poussée, a percé le duc par l'œil gauche, le tuant. [6] Sir Alexander Buchanan a cependant été tué plus tard en menant le clan contre les Anglais à la bataille de Verneuil en 1424. [6]

Le XVe siècle est un tournant dans l'évolution de l'héraldique buchanienne. Dans l'Armorial de Barry, vers 1445 [25] les armes de Buchanan (Le sire de bouguenal) sont d'or (or/jaune), chevron échiqueté d'azur (bleu) et d'argent (argent/blanc), et les trois têtes de sanglier effacées et dressé de gueules (rouge). Les trois événements suivants auraient entraîné une transformation totale des bras du chef :

1421 - La bataille de Baugé dans laquelle Sir Alexander Buchanan (fils du chef) a tué le duc de Clarence (deuxième fils du roi Henri IV d'Angleterre).

1425 – Exécution par Jacques Ier d'Écosse de son cousin germain, Murdoch Stewart, duc d'Albany, et des deux fils aînés de Murdoch pour trahison.

1443 – Mariage d'Isobel Stewart (fille de Murdoch Stewart) avec Sir Walter Buchanan.

Les armoiries décrites dans le Scots Roll, c1455, 'Or, a lion rampant Sable goutty Or within a double tressure flory counter-flory Sable', [26] contiennent de nombreux éléments des armoiries enregistrées par John Buchanan en 1657, le manteau d'armes que nous reconnaissons aujourd'hui. L'adoption de la contre-fleur fleurie à double tressure dans les bras du chef fait allusion à la proximité de la lignée principale de Buchanan avec celle de la lignée royale écossaise par le mariage d'Isobel Stewart. L'écusson du chef de 1657 (qui est également la pièce maîtresse de l'insigne des gens du clan) est une main coupée au poignet tenant un bonnet ducal, qui célèbre le meurtre du duc de Clarence par Sir Alexander Buchanan au combat. Cependant, le sceau de George Buchanan vers 1557, « Trois têtes (d'ours ou de sanglier) effacées », [27] est similaire aux armoiries de 1445.

Au 15ème siècle, une querelle a éclaté entre les Buchanan de Leny [28] et le Clan MacLaren entraînant une bataille à grande échelle. [29] Le jour d'une foire où le clan MacLaren était occupé à acheter, vendre et s'amuser, la nouvelle est venue que le clan Buchanan marchait vers eux à travers Strathyre. Il n'y avait pas de temps à perdre et le clan MacLaren se précipita aux armes. Les MacLaren n'étaient pas tous arrivés au moment où les Buchanans sont arrivés, cependant, ils n'ont pas été découragés et ont attaqué les Buchanans. Au début, les Buchanan s'en sortaient mieux et ont repoussé les MacLaren. Le chef des MacLarens a vu l'un de ses fils abattu et soudainement pris de folie au combat, s'est retourné et a crié le célèbre cri de guerre des MacLaren "Creag An Tuirc" et, faisant tournoyer son Claymore, s'est précipité furieusement sur l'ennemi. Ses membres de clan le suivirent et les Buchanans furent coupé comme du maïs. Seuls deux se sont échappés en nageant dans la rivière Balvaig, mais même eux ont été suivis. L'un a été abattu à Gartnafuaran et le second a été abattu à un endroit connu depuis par les circonstances sous le nom de Sron Laine.

En 1497, Kenneth Mackenzie, 8e de Kintail, chef du clan Mackenzie fut tué par le laird de Buchanan. [30]

16ème siècle, les guerres anglo-écossaises et le roi de Kippen Modifier

Pendant les guerres anglo-écossaises, le clan Buchanan a combattu les Anglais à la bataille de Flodden en 1513, où le fils aîné du chef, Patrick, a été tué. Cependant, Patrick avait déjà épousé une fille du comte d'Argyll et avait deux fils et filles. [6] Plus tard, le clan Buchanan a combattu les Anglais à la bataille de Pinkie Cleugh en 1547. [29]

John Buchanan, le deuxième fils de Walter Buchanan le 14e de Buchanan et l'oncle de George Buchanan le 15e de Buchanan, est devenu propriétaire d'Arnprior, et par la suite le célèbre "Roi de Kippen", une phrase qui trouve son origine dans un épisode fantaisiste entre lui et James V. L'histoire est bien racontée par Sir Walter Scott dans le paragraphe suivant.

Lorsque James V a voyagé déguisé, il a utilisé un nom qui n'était connu que de certains de ses principaux nobles et serviteurs. Il s'appelait le Goodman (c'est-à-dire le locataire) de Ballengiech. Ballengiech est un col escarpé qui descend derrière le château de Stirling. Il était une fois, alors qu'il festoyait à Stirling, que le roi envoya chercher du gibier des collines voisines. Le cerf a été tué et mis à dos de cheval, pour être transporté à Stirling. Malheureusement, ils durent passer les portes du château d'Arnpryor, appartenant à un chef des Buchanans, qui avait avec lui un nombre considérable d'invités.Il était tard, et la compagnie manquait de victuailles, bien qu'elle eût plus qu'assez d'alcool. Le chef, voyant tant de gros gibier passer sa porte même, s'en empara et aux récriminations des gardiens, qui lui dirent qu'il appartenait au roi Jacques, il répondit avec insolence, que si Jacques était roi en Ecosse, lui, Buchanan, était King à Kippen, étant le nom du district dans lequel se trouvait le château d'Arnpryor. En entendant ce qui s'était passé, le roi monta à cheval et se rendit instantanément de Stirling à la maison de Buchanan, où il trouva un Highlander fort et féroce, avec une hache sur l'épaule, se tenant sentinelle à la porte. Ce sombre gardien refusa l'admission du roi, disant que le laird d'Arnpryor était en train de dîner et qu'il ne serait pas dérangé. « Mais montez à la compagnie mon bon ami », dit le roi, « et dites-lui que le bonhomme de Ballengiech est venu festoyer avec le roi de Kippen. » Le portier entra en grommelant dans la maison et dit à son maître qu'il y avait à la porte un homme à barbe rousse qui se faisait appeler le Bonhomme de Ballengiech, qui disait qu'il était venu dîner avec le roi de Kippen. Dès que Buchanan entendit ces paroles, il sut que le roi était là en personne et se hâta de s'agenouiller aux pieds de Jacques et de lui demander pardon pour son insolence. Mais le roi, qui ne voulait que lui faire peur, lui pardonna librement, et entrant au château se régala de sa propre venaison que Buchanan avait interceptée. Buchanan d'Arnpryor fut par la suite appelé le roi de Kippen. [31]

XVIIe siècle, Guerres des Trois Royaumes et perte du domaine de Buchanan Modifier

Pendant les guerres des Trois Royaumes, Sir George Buchanan commanda le Stirlingshire Regiment et dirigea le clan à la bataille de Dunbar (1650) aux côtés des covenantaires écossais. [32] Il a mené plus tard le clan à la bataille d'Inverkeithing mais ici il a été capturé et est mort en captivité plus tard la même année. [32] On prétend que dans le Stirlingshire Regiment de Buchanan « la plupart de ses officiers et un bon nombre de soldats » étaient du nom de Buchanan et qu'à la bataille d'Inverkeithing un « grand nombre du nom de Buchanan » est mort. [33] D'autres Buchanans impliqués dans la cause royaliste incluent :

  1. David Buchanan, soldat royaliste capturé à Worchester. Transporté sur le John and Sarah, de Gravesend le 13 mai 1652 à Boston. [34]
  2. John Buchanan, soldat royaliste capturé à Worchester. Transporté sur le John and Sarah, de Gravesend le 13 mai 1652 à Boston. [35]

Certains Buchanan ont combattu aux côtés des Covenanters à la bataille de Bothwell Brig en 1679. L'un était George Buchanan (1657-1719) (plus tard magistrat, malteur (distillateur de whisky) et marchand de Glasgow), le fils d'Andrew Buchanan de Gartacharne (une petite ferme ( 56°03′27″N 4°25′03″W  /  56.057589°N 4.41747°W  / 56.057589 -4.41747 ) 2 km plein sud-est de Drymen). George était le père de quatre des citoyens les plus distingués de Glasgow : George Buchanan de Moss et Auchentoshan (maltier et trésorier et bailli de la ville de Glasgow), Andrew Buchanan de Drumpellier (Tobacco Lord et Lord Provost of Glasgow), Archibald Buchanan de Silverbanks et Auchentortie (Tobacco Lord) et Neil Buchanan de Hillington (Lord du tabac et député du district de Glasgow). [36] [37] Ces quatre fils étaient parmi les membres fondateurs de la charité, The Buchanan Society of Glasgow.

La portée complète de Buchanan Covenanters est cependant inconnue,

  1. Alexander Buchanan, Buchlivie, Covenanter, a été envoyé de Tollbooth, le 12 décembre 1678, à St. Michael of Scarborough, à Themes pour être acheminé vers les plantations américaines. [38]
  2. Andrew Buchanan, Shirgarton, Covenanter, a été envoyé de Tollbooth, le 12 décembre 1678, à St. Michael of Scarborough, à Themes pour être acheminé vers les plantations américaines. [38]
  3. Gilbert Buchanan, Glasgow, banni aux Indes, 13 juin 1678. [38]

En ce qui concerne le domaine Buchanan (c1681), [39] selon William Buchanan d'Auchmar, "La condition la plus florissante dans laquelle il a été, pendant des âges divers, était lors de l'adhésion du dernier laird" (c1652) (par 'le dernier laird ,' il faisait référence à John Buchanan, fils de Sir George Buchanan.) À cette époque, le domaine comprenait la baronnie de Buchanan, "plusieurs terres dans les paroisses de Killearn, Strathblane et d'autres à Lennox" (Strablane est probablement Strathblane qui se trouve entre les paroisses de Killearn et Lennox) "l'ensemble du domaine de Badindalloch" (dans le Stirlingshire) et "le domaine de Craigmillar dans le Midlothian". En plus de l'héritage de la succession et de la chefferie du clan, il y avait une dette importante. John Buchanan n'était pas disposé à recevoir son héritage jusqu'à ce que son futur beau-frère, David Erskine, 2e Lord Cardross, s'arrange pour que les créanciers n'acceptent comme paiement qu'une partie de ce qui était dû (une composition). La dette continua à affliger John Buchanan et, vers 1680, lui et son successeur nommé, le major George Grant (alias le major George Buchanan de cet acabit), vendirent une partie des terres des Highlands à James Grahame, le troisième marquis de Montrose. Il semble qu'il y avait d'autres revendicateurs sur les terres des Highlands et comme garantie que la vente se déroulerait, John Buchanan a offert la baronnie de Buchanan en garantie (une atteinte à une véritable guerre). Il s'est avéré que la vente n'a pas eu lieu et le marquis de Montrose est devenu propriétaire de la baronnie de Buchanan et est devenu le siège du clan Graham. Avant la vente, John Buchanan d'Arnpryor était le gestionnaire immobilier de John Buchanan. Après la vente, John Buchanan d'Arnpryor a reçu un quart du domaine du marquis de Montrose pour ses services et son aide dans l'expulsion de l'ensemble du domaine. (Précisément quels étaient ses services et le sens de « expulser tout le domaine » n'est pas clair.)

18ème siècle et soulèvements jacobites Modifier

En tant qu'entité unifiée, le clan Buchanan n'a pris aucune part aux soulèvements jacobites de 1715 à 1716 ou au soulèvement de 1745 à 1746. [40] Un facteur contributif probable était le vide de leadership résultant de la mort du dernier chef en c1681. Il existe des preuves claires que certains Buchanans soutiennent la cause jacobite (y compris la réintroduction de la monarchie absolue des Stuarts) tandis que d'autres soutiennent la cause du gouvernement (y compris le maintien de la monarchie limitée des Hanovriens : limitée par la loi et le Parlement).

1) Alexander Buchanan, né en 1728, fils du laird d'Auchleishie, Callander, Perthshire, Stirlingshire, capitaine jacobite dans le régiment du duc de Perth, prisonnier à Perth, Canongate, Carlisle, navire, et Londres transporté le 22 avril 1747 de Liverpool au Colonie du Maryland sur le navire "Johnson", [41] [42] [43]

2) John Buchanan, serviteur d'Alexander Buchanan, résident d'Auchterarder, Perthshire, jacobite dans le régiment du duc de Perth, prisonnier à Auchterarder, Stirling, et Carlisle transporté le 24 février 1747 sur le navire "Gildart" vers la colonie du Maryland. [44] [45]

3) John Buchanan, brasseur de Kilmahog, Callander. A rejoint les Jacobites et est allé avec eux à Crieff. Publié. [44] [45]

4) Francis Buchanan, d'Arnpryor, Lenny House, Callander. Arrêté avant la bataille de Culloden pour avoir stocké des armes. Jugé pour haute trahison et exécuté à Carlisle le 18 octobre 1746. Écrivant à Philip Webb le 9 septembre 1746, Lord Milton, le Lord Justice Clerk, dit de Francis Buchanan qu'il serait « plus important pour le service de Sa Majesté… de se débarrasser de une telle personne que de condamner 99 du rang le plus bas." [45] [46] [47] Pour plus de détails sur si Francis Buchanan d'Arnprior était le chef du clan, voir la section ci-dessous.

5) Patrick Buchanan, frère de Francis Buchanan d'Arnpryor, brasseur de Kilmahog, Callander. A rejoint les Jacobites dans le régiment du duc de Perth et est allé avec eux à Crieff. Jugé à Carlisle et acquitté en raison de sa jeunesse. [44] [45] [48]

6) Thomas Buchanan, frère de Francis Buchanan d'Arnpryor. Jugé et acquitté en raison de sa jeunesse. [48]

7) Robert Buchanan, capitaine jacobite du régiment du duc de Perth, fils de Baillie Buchanan à Boghastle, Callander. Tué à Culloden. [45] [49]

8) John Buchanan, dans le régiment de Stuart d'Appin, est mort en prison. [50]

9) John Buchanan, dans le Gordon of Glenbuckett's Regiment, d'Inverness-shire, présumé mort à Culloden. [51]

10) John Buchanan, serviteur de David Stewart de Ballachallan dans le Perthshire Horse de Strathallan. Condition ultérieure inconnue. [52]

11) Duncan Buchanan, éminent agent jacobite et employé d'Aeneas MacDonald, le banquier de Charles Edward Stuart à Paris. Il était l'un des "Sept hommes de Moidart". [53] Condition ultérieure inconnue. [54]

Les partisans du gouvernement.

Une liste des Buchanans servant dans l'armée britannique, la Royal Navy ou d'autres rôles gouvernementaux au moment des soulèvements jacobites n'a pas encore été compilée.

1) Andrew Buchanan de Drumpellier, Tobacco Lord et Lord Provost de Glasgow (1740-1742). Après la victoire jacobite à la bataille de Prestonpans (21 septembre 1745), John Hay, quartier-maître de l'armée jacobite du prince Charles, arriva à Glasgow le 25 septembre 1745 avec une lettre exigeant un prêt de 15 000 £. Buchanan et cinq autres ont été choisis pour négocier avec Hay et ont réussi à obtenir une réduction à 5 500 £. [55] En raison du zèle de Buchanan à lever de nouveaux prélèvements au nom du gouvernement, les Jacobites ont exigé en décembre 1745 un prélèvement spécial de 500 £ de lui. Malgré les menaces d'exécution militaire, il a répondu "qu'ils pourraient piller sa maison s'ils le voulaient, car il ne paierait pas un centime". [56] [57]

2) Archibald Buchanan de Drummakill (orthographe alternative : Drumnakil, Drumakiln et Drumnakiln), partisan déclaré du gouvernement, magistrat et officier de milice. Après la défaite de Culloden le 16 avril 1746, William Murray, marquis de Tullibardine en fuite, se réfugie dans la maison du Loch Lomond d'Archibald Buchanan de Drummakill (époux de la cousine de Tullibardine). Selon la source, Drummakill a accepté la reddition de Tullibardine épuisé, l'a capturé ou, au mépris des normes d'hospitalité des Highlands, l'a trahi à la garnison du château de Dumbarton. La plupart des sources citent la version «trahison» des événements et indiquent que Drummakill a été pour toujours ostracisé en Écosse. Tullibardine mourut le 9 juillet 1746 en tant que prisonnier à la Tour de Londres. [58] [59]

Titre du chef. Les deux principaux historiens du Clan, Buchanan d'Auchmar [60] écrivant en 1723 utilise le terme 'Laird of Buchanan', tandis que Guthrie Smith [61] écrivant en 1896 utilise le terme 'Laird of Buchanan' pour décrire les chefs jusqu'à et y compris Sir Maurice le 10 de Buchanan et ensuite « Buchanan de cet acabit » jusqu'à et y compris Sir George le 15 de Buchanan et ensuite Buchanan de Buchanan. Le chef d'un clan des Highlands pourrait être appelé « Laird de », c'est-à-dire le chef du clan (un titre patrimonial), [62] par ex. Laird de Buchanan. Le titre « de cet Ilk » était historiquement utilisé par les clans des Highlands et des Lowland pour indiquer la tête ou la chefferie (encore un titre patrimonial), par ex. Buchanan de cet acabit. Cependant, au début du XIXe siècle, « de cet acabit » est tombé en disgrâce auprès des chefs des Highlands [63] qui ont adopté une duplication du patronyme, indépendamment de la propriété du territoire ou du domaine, par ex. Buchanan de Buchanan. Compte tenu de la pratique actuelle des Highlands, Buchanan of Buchanan est probablement le titre contemporain préféré, mais pour faciliter la lecture et la clarté, « nth » de Buchanan est utilisé dans les paragraphes suivants. L'orthographe Buchanan et Buchannan sont utilisées de manière interchangeable dans les documents historiques.

Les chefs Modifier

Les six premiers chefs de clan sont mal représentés dans les documents historiques et sont inclus par certains historiens de clan et omis par d'autres. Buchanan d'Auchmar et Guthrie Smith commencent leur numérotation respective des chefs à une personne différente et décrivent un ordre et un nombre différents de chefs suivant Sir Walter 11th of Buchanan. Cela est dû en partie au fait que l'héritier apparent ne succède pas à la chefferie avant sa mort et que la chefferie passe directement du grand-père au petit-enfant. La lignée suivante réconcilie Guthrie Smith et Buchanan d'Auchmar et leur numérotation respective est entre parenthèses.

1er – Anselan O'Kyan, [64] fils d'un petit roi d'Ulster, en Irlande, au service de Malcolm II d'Écosse dont il reçut une concession de terre à Lennox. Il épousa une héritière de Denniestoun et par elle eut un fils, John.

2e – Jean, [65] dont le fils et successeur était Anselan.

3e – Anselan, [66] dont le fils et successeur était Walter.

4e – Walter, [66] dont le fils et successeur était Girald.

5e - Girald a également appelé Bernard, [66] dont le fils et successeur était McBeath.

6e –McBeath (MacBethe/McBeth) McCausland, [66] dont le fils et successeur était Anselan.

7e - Anselan McCausland, [67] [66] (Guthrie Smith l'identifie comme le 7e Laird de Buchanan et commence sa numérotation des chefs à partir de lui.) Sénéchal au comte de Lennox vers 1225 [68] et obtient la charte du Loch L'île Lomond de Clareinch (l'appel du clan à la guerre et alternativement traduit par Clairinch ou Clar Innis), avait trois fils (Gilbert son successeur, Methlin l'ancêtre des MacMillans et Coleman l'ancêtre des MacColemans). [15]

8e – Gilbert Buchanan, [67] [16] (Guthrie Smith l'identifie comme 2e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 8e chef) dont le fils et successeur était Maurice.

9e – Sir Maurice Buchanan, [16] [69] (Guthrie Smith l'identifie comme 3e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 9e chef) avait trois fils (Maurice son successeur, Allan qui épousa l'héritière de Leny et John le premier ancêtre des cadets d'Auchneiven).

10e - Sir Maurice Buchanan, [16] [69] (Guthrie Smith l'identifie comme 4e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 10e chef) a vécu jusqu'à un âge considérable, a épousé la fille de Sir William Menteith de Rusk et par elle un fils et successeur (Walter).

11e – Sir Walter Buchanan, [69] [70] (Guthrie Smith l'identifie comme 5e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 11e chef) épousa Margaret et eut trois fils (Walter son successeur, Alexander qui aurait tué le duc de Clarence à la bataille de Baugé le 21 mars 1421 et qui mourut plus tard à la bataille de Verneuil en 1424, et Jean [Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 12e chef] qui épousa Janet l'héritière de Leny et fut le premier ancêtre des cadets de Leny) et deux filles (Elizabeth et Jean).

12e – Sir Walter Buchanan, [71] [24] (Guthrie Smith l'identifie comme 6e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 13e chef) épousa d'abord une femme non identifiée et par ses trois fils (Patrick son successeur et Walter [72] Drumikill et Carbeth) et une fille. Il a épousé en second lieu Isobel Stewart.

13e – Patrick Buchanan, [73] [74] (Guthrie Smith l'identifie comme 7e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 14e chef) a épousé Jonet Cunningham de Galbraith et par elle un fils (Walter son successeur) et une fille (Anabella) . Il avait aussi un fils illégitime (Patrick).

14e – Walter Buchanan, [74] [75] (Guthrie Smith l'identifie comme 8e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 15e chef) a épousé Isobel Graham et par ses quatre fils (Patrick [Guthrie Smith l'identifie comme 9e chef mais va ensuite sur pour informer que la chefferie est passée du père de Patrick au fils de Patrick [76] et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme le 16ème chef [75] ] qui a épousé la fille du comte d'Argyle et par elle a eu George qui a succédé à son grand-père John premier ancêtre des cadets d'Arnprior Maurice et Walter premier ancêtre des cadets de Spittal) et deux filles (Margaret et Elizabeth).

15e – George Buchanan, [75] [76] (Guthrie Smith l'identifie comme 10e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 17e chef) succède à son grand-père, Walter 14e de Buchanan, en 1526 et mourut en 1560. Il épousa d'abord Margaret Edmonstone et par elle un fils (John [Guthrie Smith l'identifie comme le 11e chef mais continue en indiquant que la chefferie est passée du père de John au fils de John [24] et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme le 18e chef [77] qui a épousé Elizabeth Livingston et par elle avait George [77] qui a succédé à son grand-père) et deux filles (Helen et Susanna). Deuxièmement, il épousa Janet Cunningham et par elle eut un fils (William, premier ancêtre des cadets d'Auchmar) et une fille (Margaret).

16e – Sir George Buchanan, [24] [77] (Guthrie Smith l'identifie comme 12e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 19e chef) succède à son grand-père, George 15e de Buchanan, en 1561, épouse Lady Mary Graham et par elle fils (John son successeur) et deux filles (Helen et Susanna).

17e – Sir John Buchanan, [24] [78] (Guthrie Smith l'identifie comme le 13e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme le 20e chef) connu pour ses fréquents voyages à l'étranger et d'autres extravagances ont endetté la succession, épousa Annabel Erskin et par ses deux fils (George son successeur et Walter).

18e - Sir George Buchanan, [78] [79] (Guthrie Smith l'identifie comme 14e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 21e chef) épousa Elizabeth Preston et par elle un fils (John son successeur) et trois filles (Helen, Agnes et Jean). Sir George a commandé le Stirlingshire Regiment dans les guerres civiles de Charles Ier, a combattu à la bataille de Dunbar et a été fait prisonnier à Inverkeithing. Il mourut en prison en 1651.

19e – John Buchanan, [78] [79] [80] (Guthrie Smith l'identifie comme 15e chef et Buchanan d'Auchmar l'identifie comme 22e chef) marié en 1653 à Mary Erskine et par elle une fille (Elizabeth). Après la mort de Marie, il épousa en 1677 Jean Pringle et eut d'elle une fille (Janet). À sa mort en 1682, il ne laisse aucun héritier mâle. [81] Il a fait deux tentatives pour passer la chefferie à des candidats appropriés en arrangeant leur mariage avec sa fille aînée (Elizabeth). Premièrement à Robert Buchanan, avocat (le fils de John Buchanan d'Arnprior), et deuxièmement au major George Grant (détails dans une section suivante). Dans les deux cas, Elizabeth a refusé ces mariages arrangés. Par conséquent, aucun arrangement n'a été conclu par lequel la chefferie pourrait être transmise aux descendants de sa fille. [82] Il a hérité d'une dette importante et pendant sa direction, des parties importantes du domaine de Buchanan ont été vendues et les dernières parties ont été perdues en raison du défaut de paiement des créanciers. En l'absence d'héritiers mâles, la ligne directe des chefs prit fin à cette époque.

Chef de clan actuel Modifier

Une requête pour revendiquer la chefferie du clan Buchanan a été déposée auprès de la Cour du Lord Lyon en décembre 2016 et en août 2018, Lord Lyon a accueilli la requête reconnaissant ainsi John Michael Baillie-Hamilton Buchanan comme le chef du clan Buchanan. [83] [84] Après un écart de 337 ans, le clan a maintenant un chef reconnu. Le Lord Lyon était convaincu que le requérant :

  • est le représentant principal de la branche cadette de la ligne principale connue sous le nom de Buchanan de Leny, et que les branches cadettes restantes de la ligne principale, à savoir Buchanan d'Auchmar et Buchanan de Spittall, sont éteintes en droit et en fait.(Les descendants de Thomas Buchanan de Gartencaber ont été exclus de l'examen parce que les documents du 15e siècle qui prétendent le lier à la lignée principale se sont avérés être des faux. [85][86] )
  • a association avec les terres de chefferie de Strathyre et que celles-ci lui ont été conférées dans une chaîne ininterrompue d'héritage. Dans des circonstances comme celle-ci, le principe « Jeffery » peut être appliqué.

Cimetière des chefs Modifier

D'autres personnes avec une certaine reconnaissance en tant que chef Modifier

Les quatre personnes suivantes ont été citées comme chef du clan Buchanan mais aucune ne semble avoir été formellement reconnue par la Cour du Lord Lyon (la cour héraldique d'Écosse). Avant d'aborder les prétentions à la chefferie, il est nécessaire d'établir comment la fonction et le titre de chef sont transmis aux générations suivantes en Écosse.

Descente patrilinéaire. Premièrement, la fonction et le titre sont généralement transmis de manière patrilinéaire (du père à l'enfant) par ordre décroissant de naissance masculine puis par ordre décroissant de naissance féminine, de sorte que le fils survivant aîné est l'héritier présomptif. Si l'héritier présomptif ne produit pas d'héritiers, alors au décès de l'héritier présomptif, la charge et le titre reviennent au fils cadet suivant, etc., puis à la fille aînée, etc. Le terme « cadet » est utilisé pour décrire les groupes familiaux qui sont les descendants de les fils cadets, ainsi le fils aîné survivant de chaque génération maintient la lignée familiale principale ou principale, et les fils cadets établissent des lignées de cadets. Dans le cas de la ligne principale de Buchanan, le premier cadet reconnu était Buchanan d'Auchneiven et le dernier était Buchanan d'Auchmar. Les cadets peuvent avoir leurs propres cadets, p. Les Buchanans de Drumpellier, Auchintorlie, Craigend et Hillington sont des cadets de Buchanan de Leny à Gartacharne. [89] Lorsque la ligne principale est éteinte, la ligne de cadets la plus récente à bifurquer de la ligne principale devient la nouvelle ligne principale.

Maintien du nom de famille. Deuxièmement, le bureau et le titre sont implicitement liés au nom de famille, donc un McKay, un Cairns, etc. ne peuvent pas être chef du clan Buchanan. Dans certains cas, lorsque l'héritier est une fille, des dispositions ont été prises pour que son mari et ses enfants portent son nom de famille, et ainsi la charge et le titre peuvent être transmis à sa progéniture. Cette pratique a donné lieu à l'utilisation de noms composés (traits d'union ou « double canon »). La question des noms principaux a été établie par le Lord Lyon Innes de Learney alors que dans le cas de Monro-Lucas-Tooth, il était un Tooth plutôt qu'un Monro ou Lucas. Il est désormais clairement établi que c'est le nom de famille qui décide. [90] Ainsi par la Cour du Seigneur Lyon, un Moodie-Buchanan est considéré comme un Buchanan mais un Buchanan-Moodie est considéré comme un Moodie. De plus, dans le cas d'un chef en tant que représentant de la famille, le nom de famille ne peut pas être un nom de famille composé. [91] [92]

Major George Buchanan (alias Major George Grant) Modifier

Ni Guthrie Smith ni Buchanan d'Auchmar ne l'identifient comme un chef (d'où la raison pour laquelle John Buchanan est le dernier chef reconnu). Castle, avec cette disposition, que le major doit épouser sa fille aînée, et prendre le nom et les armes de Buchanan en réservant son propre loyer viager et la copropriété de sa dame, et régler la succession de manière à revenir aux héritiers mâles de Buchanan, et, héritiers défaillants du propre corps de Grant, aux héritiers de Buchanan quels qu'ils soient." [39] Bien que George Grant n'ait jamais épousé la fille de John Buchanan, les archives des Archives nationales d'Écosse (NAS) montrent que les documents légaux pour ce transfert ont eu lieu le 9 avril 1679. Les archives de la NAS montrent qu'à la fin de 1679, George Grant avait pris le nom de George. Buchanan et que le 28 août 1680, il fut cité comme étant le major George Buchanan de cet acabit. (L'utilisation du titre, Buchanan de cet acabit, implique que George avait repris la chefferie, mais cela pourrait aussi impliquer que John Buchanan était décédé le 28 août 1680.) Le major George Buchanan ne s'est jamais marié et, par sa mort, avait « abandonné tout Buchanan preuves, à la fois les droits et la fortune." [93]

Buchanan d'Arnprior Modifier

Sir Walter Scott en 1830, cite Francis Buchanan d'Arnpryor (orthographe alternative : Arnprior), qui a été exécuté à Carlisle le 18 octobre 1746 pour haute trahison pour son rôle dans le soulèvement jacobite, comme étant le chef de la famille Buchanan. [94] Jesse (1846), [95] Fillan (1849), [96] The Scottish Antiquary (1890) [97] and a history of Clan MacNab (1899) [98] cite Francis Buchanan of Arnprior comme étant le chef de Clan Buchanan. Francis Buchanan d'Arnprior était le petit-fils du John Buchanan d'Arnprior [99] qui était le gérant du domaine de John Buchanan of Buchanan (le dernier chef de clan reconnu décédé vers 1681). Avant le second mariage du chef (1677), il s'était arrangé pour qu'Elizabeth, la fille unique de son premier mariage, épouse Robert Buchanan, fils de John Buchanan d'Arnprior, et hérite en temps voulu du domaine et de la chefferie de Buchanan - un lien de Tailzie. Ce mariage n'a pas eu lieu et l'arrangement a été annulé. [39] [100] Francis Buchanan d'Arnprior a épousé Elizabeth Buchanan, qui était la fille de Janet Buchanan, qui était la deuxième fille de John Buchanan de Buchanan, c'est-à-dire qu'Elizabeth était la petite-fille de John Buchanan de Buchanan (le seul enfant du chef deuxième mariage). L'historien du clan, William Buchanan d'Auchmar, un contemporain de Francis Buchanan d'Arnprior, note que Francis Buchanan possédait une partie des anciennes terres de Buchanan [99] mais ne fait aucune référence à la prétendue chefferie et, le cas échéant, fait allusion à la trahison de John Buchanan. de Buchanan par John Buchanan d'Arnprior (le grand-père de Francis Buchanan). [39] William Buchanan d'Auchmar ne fait pas non plus mention de Francis Buchanan ayant épousé la petite-fille du dernier chef. Il est possible que Scott, un romancier historique, ait simplement embelli les faits à des fins littéraires. Néanmoins, en supposant que Scott, et al. ont raison et que la chefferie est passée à Francis Buchanan (peut-être par mariage avec l'héritier du dernier chef), alors Buchanan d'Auchmar a peut-être déformé les Buchanans d'Arnprior pour renforcer sa propre prétention à la chefferie.

Revendication de Buchanan d'Auchmar Modifier

Alexander Nisbet dans A System of Heraldry Vol 1, 1722, déclare que 'Buchannan of Lenie' est maintenant le representor de 'Buchannan of that Ilk.' [101] William Buchanan d'Auchmar dans son histoire du clan, publiée en 1723, détaille un cas selon lequel toutes les lignées de cadets, sauf une, de George 15th of Buchanan à John Buchanan 19th of Buchanan avaient expiré et à la mort de ce dernier, la chefferie dévolue à la ligne des cadets la plus récemment séparée de la ligne principale, Buchanan d'Auchmar, ainsi lui, William Buchanan d'Auchmar, est le chef du clan Buchanan et que Nisbet a tort d'affirmer que Buchanan de Leny est le représentant de la ligne principale . [102] Dans Nisbet (publié à titre posthume) A System of Heraldry Vol 2, 1742, il reconnaît Buchanan d'Auchmar comme le successeur de la lignée des chefs. [103] Dans la revendication de chefferie de 1826 du Dr Francis Buchanan-Hamilton, l'extinction à la fois de la ligne principale principale et de la ligne Auchmar est identifiée comme des conditions préalables à la revendication. [104] Le dernier historien du Clan, John Guthrie Smith, omet toute référence à la revendication de Buchanan d'Auchmar lorsqu'il détaille les Buchanan d'Auchmar. [105]

Guillaume Buchanan. [106] Guillaume Buchanan d'Auchmar épousa en 1696 Jean Buchanan et par ses trois fils (Jean et Bernard décédés avant leur père, et Alexandre son successeur) et trois filles (Janet, Katherine et Helen) qui survécurent à la petite enfance. Guillaume mourut en 1747.

Alexandre Buchanan. [106] Alexander Buchanan d'Auchmar a épousé Christine Campbell et ses deux fils (William son successeur et James qui a succédé à son frère).

Guillaume Buchanan. [106] Guillaume Buchanan d'Auchmar vendit son domaine, se réservant un droit de rachat, il épousa en 1796 Sarah Bartlet. Il mourut en mer au large de l'Amérique l'année suivante.

James Buchanan. [107] James Buchanan a vendu le droit de rachat pour la succession d'Auchmar. Il mourut sans héritier en 1816. Cette lignée est aujourd'hui reconnue comme éteinte. [108]

Revendication Buchanan-Hamilton Modifier

Avec l'expiration de la lignée des cadets Auchmar et en l'absence d'autres prétendants, on prétend qu'en 1828, le Dr Francis Buchanan-Hamilton de Spittal, Bardowie et Leny a établi sa revendication en tant que chef du clan Buchanan. [104] [107] [109] Francis était le fils de Thomas Buchanan de Spittal et de Leny (la succession et le titre de Leny ont été hérités de la première épouse de Thomas) et d'Elizabeth Hamilton de Bardowie. En 1815, Francis hérita de la succession de sa mère et adopta le nom de famille supplémentaire de Hamilton. Sa prétention à la chefferie du clan Buchanan provient de la lignée des cadets Buchanan of Spittal du quatrième fils de Walter 14th of Buchanan. Semblable à la revendication de Buchanan d'Auchmar, cela implique que toutes les lignes de cadets de Walter 14th of Buchanan à John 19th of Buchanan sont éteintes. [108] Adams cite le successeur de Buchanan d'Auchmar comme étant Buchanan de Leny, cependant, le terme Leny doit être lu ici comme une désignation territoriale et non comme une indication de la lignée des cadets. [110]

Dr Francis Buchanan-Hamilton. [111] Le Dr Francis Buchanan-Hamilton (1762-1829) a épousé Anne Brock et par elle un fils (John).

John Buchanan-Hamilton. [111] John Buchanan-Hamilton (1822-1903) épousa (1845) Margaret Seton et eut trois fils (Francis (1853-1893) décédé célibataire et sans héritier, George (1856-1886) décédé célibataire et sans héritier, et John son successeur) et trois filles (Margaret, Ann et Katherine).

John Hamilton Buchanan. [111] John Hamilton Buchanan (1861-1919) épousa en 1884 Phoebe Elizabeth Brock mais semble n'avoir laissé aucun héritier. Cette ligne est maintenant reconnue comme éteinte. [108] Il est à noter que John s'appelait John Hamilton Buchanan, ainsi le nom Hamilton adopté par son grand-père est devenu le deuxième prénom de John. Cela a permis d'aligner son nom sur la décision ultérieure de Lord Lyon sur les noms composés.

Preuves externes de revendications historiques Modifier

Gazettes d'Édimbourg et de Londres. Une recherche en ligne de l'historique Edinburgh Gazette [112] et de la London Gazette [113] pour les avis concernant « laird of buchanan », « buchanan de cet acabit » ou « buchanan of buchanan » et l'orthographe alternative de « Buchanan » révèle aucune preuve à l'appui des revendications Buchanan of Auchmar ou Buchanan-Hamilton.

La société Buchanan. La Buchanan Society tient à jour et publie une liste de tous les membres passés et actuels par année d'adhésion et numéro de membre, et si elle est fournie, la relation entre ses membres, c'est-à-dire fille de, arrière-petit-fils de, etc. ] listes

  1. Francis Buchanan d'Arnprior comme adhésion (1727, #63). Le domaine est cité mais pas de statut particulier dans le Clan.
  2. William Buchanan d'Auchmar s'est joint deux fois (1726, #48 et 1730, #123), et son petit-fils William Buchanan d'Auchmar s'est joint une fois (1794, #256). Les deux ont cité leur domaine mais aucun n'a cité de statut spécial dans le clan.
  3. Francis Hamilton-Buchanan de Spittal, Bardowie et Leny (1771, #213) son fils, John Buchanan-Hamilton de Spittal, Leny et Bardowie (1852, #410) et son petit-fils, John Hamilton Buchanan (Leny) Comptable agréé (1882, #480) sont également membres de la Buchanan Society. Encore une fois, le domaine et/ou l'occupation sont répertoriés, mais rien n'indique un statut spécial dans le clan.

Registre public du tribunal de Lyon. Le dernier enregistrement dans le registre public du tribunal de Lyon pour les armes indifférenciées de Buchanan (c'est-à-dire les armes du chef) a été enregistré en 1675. Les armes sont destinées à être rematriculées dans un délai d'un an et un jour de succession, cependant, il est de pratique courante que les armes porter sur l'apparence, c'est-à-dire sans inscrire les armoiries, pendant deux ou trois générations, au-delà, il peut être difficile ou impossible de démontrer la qualité d'héritier. [115] Ainsi, bien qu'il y ait eu des discussions et des décisions au sein de la hiérarchie du clan concernant le chef de clan, les revendications de ni Buchanan of Auchmar (1723-1816) ni Buchanan-Hamilton (1828-1919) ne semblent avoir été ratifiées dans un cadre juridique. sens.

Malgré l'absence de preuves sous forme d'annonces légales ou de reconnaissance par le tribunal de Lyon des revendications de Buchanan d'Auchmar et de Buchanan-Hamilton, toutes deux sont connues et acceptées par les autorités et auteurs contemporains ou quasi contemporains. [116] [117] [118] Notant qu'une partie de la revendication de Buchanan-Hamilton est que la branche cadette de Buchanan d'Auchmar est éteinte, la branche cadette plus large de Buchanan-Hamilton de Buchanan de Spittal serait un point de départ plausible pour rechercher un héréditaire prétendre à la chefferie du clan Buchanan. Cependant, dans le cas où une future prétention héréditaire est faite, il est peu probable que la prétention puisse s'appuyer sur l'une ou l'autre des deux prétentions antérieures (car aucune n'a été reconnue par le Tribunal de Lyon) par conséquent, il sera nécessaire de détailler la prétention à nouveau à 1675 et probablement beaucoup plus tôt.

Le chef de clan du XXIe siècle Modifier

Contrairement aux chefs d'avant le XVIIIe siècle, un chef du XXIe siècle ne va pas mener son clan à la guerre ou exiger des loyers et des prélèvements. L'expérience d'autres clans est que leur chef du 21e siècle :

  1. ajoute au sentiment d'exhaustivité du clan
  2. ajoute au prestige perçu du clan
  3. accomplit et ajoute de la dignité aux tâches cérémonielles
  4. permet au clan de parler d'une seule voix
  5. aide à concentrer les efforts du clan sur des questions d'intérêt à l'échelle du clan
  6. représente les intérêts du clan dans les forums multi-clans
  7. promeut le bon usage des armes de chef et de l'héraldique associée
  8. favorise une prise de conscience générale et une utilisation accrue de l'héraldique par les gens du clan
  9. interagit avec la société clanique de la même manière qu'une monarchie constitutionnelle interagit avec les gouvernements élus de ses sujets
  10. nomme des lieutenants pour les représenter lorsqu'ils ne peuvent être présents et
  11. utilise les communications modernes pour parvenir à une communication efficace (parfois synchrone) entre lui-même, les lieutenants et les membres du clan.

Les premières interprétations écrites du nom incluent Balgquhannan, Balquhannan, Baquhanan, Bochannane, Bochannen, Bohannon, Boquehennan, Boquhannane, Boquhennane, Bowhanan, Bowhannan, Bucchanane, Buchanane, Buchanen, Buchannan, Buchannand, Buchannane, Benuchanne, Buchann, , Buchunnuch, Bucquanane, Buquhannan, Buquhannane, Buquhannanne et Buquannane. Les orthographes les plus récentes incluent Buckanon, Buchannon, Bocanan, Buchanan, etc.

Le siège actuel du clan Buchanan est Cambusmore. Le siège historique du clan est Buchanan Auld House dans le Stirlingshire. Le château de Buchanan a été construit au XIXe siècle en remplacement de la maison Buchanan Auld, après que les terres environnantes eurent été transférées aux Graham à la fin du XVIIe siècle. D'autres châteaux et monuments du clan Buchanan ont inclus : le château de Craigend et le château de Dunglass (Dunbartonshire) Northbar House (Renfrewshire) et le monument Buchanan à Killearn.

Les cadets se ramifient par ordre de séparation de la ligne principale : Leny, Drummikill, Arnprior, Spittal et Auchmar.

Les Septs du clan Buchanan dérivent du premier Auselan à utiliser le nom de famille Buchanan, Gilbert, dont le père avait obtenu les terres Buchanan, et ses frères Colman et Methlan, son petit-fils Maurice et son arrière-petit-fils Walter. [5]

Calman, Colman*, Cormack*, Cousland*, Dewar*, Dove*, Dow*, Gibb*, Gibbon*, Gibson*, Gilbert, Gilbertson*, Harper*, Harperson*, Leavy*, Lennie*, Lenny*, MacAldonich *, MacAlman*, MacAslan*, MacAslin*, MacAuselan*, MacAuslan*, MacAusland*, MacAuslane*, MacAlman*, MacAlmont*, MacAmmond*, MacAsland*, MacChruiter*, MacCalman, MacColman*, MacCormack*, MacCubbin*, MacCubbin *, MacCubin*, MacGeorge*, MacGibbon*, MacGreuisich*, MacGubbin*, MacInally*, MacIndeor*, MacIndoe*, MacKinlay*, MacKinley*, MacMaster*, MacMaurice*, MacMurchie*, MacMurchy*, MacNeur*, MacNuir*, MacNuyer*, MacQuattie*, MacWattie**, MacWherter, MacWhirter*, Masters*, Masterson*, MacCaslin*, Morrice*, Morris*, Morrison*, Murchie*, Murchison*, Richardson*, Risk*, Rush**, Rusk *, Ruskin*, Spittal*, Spittel*, Walter*, Walters*, Wason*, Waters*, Watson*, Watt*, Watters*, Weir*, Yuill*, Yool*, Yule*, Zuill*.

  • Les noms de sept avec astérisque (*) proviennent de Écossais Kith & Kin. 1900. Édimbourg : Albyn Press, Ltd. pour Clan House, Lindsay & Co. Ltd., Dakota du Sud. (c1960, réimpression de la première édition de 1900). 94 pp. + plan dépliant.
  • Les noms de sept avec astérisque (**) proviennent de : [119]

Il existe trois organisations contemporaines qui représentent le clan Buchanan.

La société Buchanan Modifier

La Buchanan Society est une organisation purement caritative créée en 1725 à Glasgow, en Écosse, pour les nécessiteux du Clan pour quatre Septs « approuvés » du Clan : Buchanan, McAuslan, McWattie et Risk. La fondation de la Société mettait en vedette les grandes maisons de commerce du clan, mais de tous les coins du globe, des membres du clan contemporains et des amis du clan de toutes les professions et occupations soutiennent cette charité. La Société est financée par un droit d'entrée payé par chaque membre de la Société, des dons et des intérêts sur les investissements. Sa charte originelle précisait la charité à ceux du nom de Buchanan et reconnaissait les septs en aidant les garçons aux métiers et ceux de génie prometteur dans leurs études à l'université. Sauf que les filles sont désormais éligibles à l'aide, les objectifs sont restés en grande partie inchangés. La Société a reçu de nombreux héritages du Clan. Les livres, archives et autres collections de la Société sont conservés à la Mitchell Library de Glasgow et à la Strathclyde University Library. [120] La Société possède également le Monument Buchanan à Killearn et l'île Loch Lomond de Clairinch. [121]

Clan Buchanan Society International Modifier

La Clan Buchanan Society International (CBSI) est une société d'intérêt mutuel créée en 1970 lors des Grandfather Mountain Games en Caroline du Nord pour promouvoir la célébration d'être un Buchanan. [122] L'adhésion se fait par abonnement annuel et est la plus élevée aux États-Unis, mais à mesure que l'organisation mûrit, de nouveaux chapitres sont établis dans le monde, en particulier dans la région de l'Océanie.

La bannière du Lion noir de la CBSI. [123] CBSI utilise les armoiries accordées par le tribunal de Lyon en 2002 sur sa correspondance officielle, cependant, elle utilise un blason autoproclamé qui précède les armoiries accordées sur son drapeau, qui s'appelle la bannière du Lion noir. La bannière du Lion noir a un champ d'or/jaune chargé d'un lion noir rampant avec des griffes rouges et une langue versant cinq larmes d'argent, le tout dans un double tressure flory-counter-flory noir. (Ceci pourrait être décrit en langage héraldique comme, "d'or, un lion rampant de sable, armé et lampassé de gueules chargé de cinq goutte d'argent le tout à l'intérieur d'une double tressure fleuron-contre-fleur du second.") Le lion rampant sur le champ de l'or dans le double tressure flory-counter-flory fait allusion aux armes du chef de clan et est la charge et la tressure de la plupart des armes Buchanan. Les larmes d'argent font référence à la tristesse [124] du Clan de ne pas avoir de chef. Une variante de la bannière du Lion noir est utilisée sur certains vêtements de la CBSI.

Conseil du Chef des Armigers Modifier

Un Conseil des Chefs des Armiger est à l'étude et devrait être mis en place lors de l'investiture du Chef en 2022.Son objectif est d'optimiser le leadership stratégique du clan afin de promouvoir les intérêts du clan à l'échelle mondiale en tenant dûment compte de la tradition, de la loi écossaise et des besoins et opportunités contemporains. Le Conseil souscrirait à l'idée que l'intérêt principal du clan n'est pas le pouvoir, l'influence, la gloire, l'histoire, l'héraldique ni même l'honneur, c'est plutôt l'encouragement des gens du clan à apprendre, apprécier et célébrer leur Buchanan unique. , Highland, héritage écossais. C'est par rapport à cet intérêt que les efforts du Conseil doivent être évalués.

Le Lord Lyon King of Arms a maintenant reconnu un nouveau chef du clan Buchanan. [125]

En août 2018, Michael Buchanan a été confirmé par Lord Lyon, roi d'armes, chef de la Cour de Lyon en Écosse en tant que chef du nom et des armes de Buchanan. Il est le premier chef du clan en 337 ans.

Le Buchanan, John Michael Buchanan de cet acabit et d'Arnprior, est né le 14 septembre 1958. Il est le fils de John Neil Buchanan Baillie-Hamilton d'Arnprior et de l'hon. Caroline Barbara Barrie. Michael a épousé Lady Buchanan, Paula Frances Hickman MD, fille de John Hickman, le 22 octobre 1994. Il est diplômé de l'Université d'Oxford, Oxford, Oxfordshire, Angleterre, avec une maîtrise ès arts (MA). Michael est le directeur de Cambusmore Estate dans le Hautes terres du sud près de Callander. [126]

Le sept Masterson était irlandais, le sept écossais de Buchanan s'écrit Masterton. [ citation requise ]


Archibald Buchanan - Histoire

L'histoire suivante couvre principalement la vie d'Archibald Waller Overton Buchanan (1830-1915) et provient du livre "Archibald Waller Overton Buchanan and Family" qui a été recherché et écrit par Golden R. Buchanan, publié en 1978 par le J. Grant Compagnie Stevenson de Provo, Utah. L'histoire comprend également des descriptions historiques d'autres personnes et événements tels qu'ils ont affecté Archibald dans son héritage et sa vie. La majeure partie du livre lui-même contient des dossiers de groupes familiaux et quelques histoires des quatre épouses et des descendants d'Archibald Waller Overton Buchanan pendant plusieurs générations.

Remarque : Toutes les références à l'« Église » indiquent l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, communément appelée l'Église mormone.

J'ai ajouté très peu de corrections, indiquées entre [crochets]. L'histoire commence ici telle qu'elle apparaît à la page 10a du livre (et se poursuit jusqu'à la page 30) :

Il semblerait que l'endroit logique pour commencer l'histoire des Buchanans de l'Utah (peut-être devrions-nous dire les Buchanans du comté de Sevier) serait de commencer par John Buchanan, né le 11 janvier 1786 à Ramelton, dans le comté de Donegal, en Irlande. Il était au moins le premier Buchanan de notre lignée à venir aux États-Unis. Il a quitté l'Irlande et est venu dans le pays du bluegrass du Kentucky et s'est installé à Lexington, dans le comté de Fayette, dans le Kentucky. Nous n'avons pas la date de cette émigration mais c'était avant 1812 car le 12 avril 1812 il épousa Nancy Ann Bache à Lexington, Fayette County, Kentucky. (Nous trouvons que le nom Bache est orthographié de trois manières - Back, Bach et Bache. Nous ne savons pas laquelle est correcte bien que les disques originaux semblent l'épeler Bache.)

Une grande partie de la vie adulte de John et Nancy s'est déroulée dans le Kentucky, car la plupart de leurs enfants y sont nés, y compris notre grand-père Archibald. Il est né le 9 février 1830 à Lexington, Kentucky et était le dernier enfant de la famille à y être né. Entre 1830 et 1833, toute la famille a déménagé du Kentucky à l'Illinois. Ils s'installèrent dans le comté de Tazewell, dans l'Illinois, où naquit le dixième et dernier enfant de la famille.

Il est intéressant de noter les noms de famille qui sont descendus tels que : Jane, Elizabeth, Lorenzo Dow, John, Mary Ann et Archibald. En remontant l'histoire de la famille avant même leur arrivée en Amérique, alors qu'ils étaient encore en Irlande et plus tôt en Écosse, ces noms et d'autres ont été transmis depuis des générations, de sorte que des noms comme Lorenzo Dow, Mary Ann et Archibald sont complètement naturel dans la lignée familiale.

Puisque la plupart du travail à l'avenir sera avec Archibald Waller Overton Buchanan et ses descendants, nous notons qu'il est né la même année que l'Église a été organisée, en fait seulement environ deux mois avant l'organisation de l'Église.

Il n'est pas nécessaire d'utiliser beaucoup d'imagination pour imaginer cette grande famille vivant dans les bois de l'Illinois dans une cabane en rondins, vivant dans une ferme de leur propre fabrication. Le comté de Tazewell est à environ quatre-vingt ou quatre-vingt-dix milles à l'est de la ville de Nauvoo, qui à cette époque n'avait pas été envisagée. Imaginez dans vos esprits si vous le pouvez, tout le monde travaillant juste pour gagner la subsistance nécessaire à la vie.

Dans les années 1832-1834, des missionnaires ont été envoyés du siège de l'Église pour prêcher l'Évangile. Certains d'entre eux sont allés à l'ouest et sont finalement arrivés dans le comté de Tazewell, dans l'Illinois. Là, ils ont trouvé la famille de John Buchanan et leur ont enseigné l'Évangile. Emmeline, le quatrième enfant de la famille a été le premier à se joindre à l'Église. Elle a été baptisée en février 1834. L'Église n'avait alors que quatre ans, elle aurait donc été parmi les toutes premières converties sur le terrain. Elle avait quatorze ans au moment de son baptême. C'est le même âge qu'avait le Prophète lorsqu'il reçut sa première vision.

John Buchanan a été baptisé le 23 mars 1835 et sa femme Nancy Ann Bache et sa fille aînée, Jane Buchanan, ont été baptisés le 8 septembre 1835. Il est à noter que certains des enfants plus âgés qui étaient assez vieux n'ont pas été baptisés à ce moment-là, mais est entré dans l'Église plus tard. En fait, chaque membre de cette grande famille s'est joint à l'Église. Notre grand-père Archibald a été baptisé le jour de son neuvième anniversaire, le 9 février 1839.

La fille aînée Jane s'est mariée en 1831, elle aurait donc été mariée quatre ans avant de devenir membre de l'Église. Le dossier indique que son mari Alexander B. Davis a été baptisé à cette époque.

Il est douteux que de nombreuses familles aient rejoint cette nouvelle religion plus tôt que notre propre peuple. Il y avait des familles proches du prophète dans la partie orientale des États-Unis, mais voici une famille vivant dans la forêt à la lisière de la civilisation dans l'Illinois qui entendit l'Évangile et devint membre tel qu'il lui était enseigné.

L'histoire et leurs archives ne sont pas claires quant aux activités de la famille pour les prochaines années. Ils sont allés dans le comté de Caldwell dans le Missouri et y ont rejoint les saints. Nous constatons qu'ils ont été inclus dans les mobbings et ont subi la violence d'être expulsés de l'État avec le reste des saints en 1838. La famille Buchanan, avec les gendres, était restée étroitement liée et nous les retrouvons à la fin 1838 et 1839 à Quincy et Lima dans le comté d'Adams, Illinois avec les saints là-bas.

Elizabeth Coolidge et son mari ont eu sept enfants nés à Nauvoo et dans ses environs de 1835 à 1847 - l'année de l'expulsion de Nauvoo. Nous citons ces dernières dates pour donner une indication de l'unité de la famille et du fait qu'ils ont traversé toutes les difficultés des premiers saints et leurs pérégrinations vers le Missouri et de retour dans l'Illinois. Nous pourrons les retracer plus tard jusqu'à Council Bluffs. La famille Coolidge n'est pas venue vers l'ouest avec le reste de la famille mais est restée dans l'Iowa.

Le père de famille, John, n'a pas vécu assez longtemps pour voir tout cela s'accomplir puisqu'il est décédé en 1839 à Lima, dans le comté d'Adams, dans l'Illinois. Lima est à une courte distance de Quincy donc nous savons que les Buchanans étaient ensemble à cette époque. Après sa mort, Nancy Ann a emmené sa grande famille, ainsi que ses gendres, à Nauvoo où ils étaient en contact étroit avec le Prophète et les saints là-bas.

Arrêtons-nous quelques instants pour voir ce qui se passait dans et autour de Lima pendant l'année 1839 et immédiatement après cette époque. Nous citons le livre The Life of Heber C. Kimball, page 266.

Pour donner un petit aperçu de cette citation, l'histoire rapporte que Brigham Young et Heber C. Kimball avaient reçu un appel pour se rendre en Angleterre pour ouvrir ce pays à l'Évangile. Ils ont laissé leurs familles dans une situation désespérée. Brigham et Heber étaient tous deux malades et ont dû être aidés à monter dans les wagons. Ils ont laissé leurs enfants et leurs femmes sans aucun moyen de subsistance.

Nous citons le journal de Kimball du 18 septembre :

"Charles Hubbard a envoyé son garçon avec le chariot et une portée de chevaux à ma maison. Nos troncs ont été mis en place par certains des frères et je suis allé à mon lit et j'ai serré la main de ma femme, qui tremblait alors de froid, ayant deux enfants allongés à ses côtés. Je l'ai embrassée ainsi que mes enfants et leur ai fait mes adieux. Mon seul enfant en bonne santé était le petit Heber P. et c'était avec difficulté qu'il pouvait porter quelques litres d'eau à la fois pour aider à éteindre leur soif. C'est avec difficulté que nous sommes montés dans le chariot et avons commencé à descendre la colline à une dizaine de tiges. Il m'a semblé que mes parties intimes allaient fondre en moi en laissant ma famille dans des conditions telles qu'elle était presque dans les bras de la mort J'avais l'impression que je ne pouvais pas le supporter. J'ai demandé au coéquipier de s'arrêter et j'ai dit à Brigham : "C'est assez difficile, n'est-ce pas ? Levons-nous et encourageons-les."

"Nous étions sans bourse ni certificat et avons été transportés à travers la prairie à environ quatorze milles jusqu'à un bidonville près du chemin de fer où vivait frère ON Duel. Nous n'avons pas pu porter nos petites malles dans la maison. Sœur Duel, voyant notre faible Le 19 septembre, frère Duel nous emmena dans son chariot jusqu'à Lima, à environ douze milles, où il nous donna chacun un dollar. Frère Bidwell nous emmena ensuite dans son chariot jusqu'à John L. Milesell's près de Quincy, miles. La fatigue du voyage de ce jour était trop pour notre faible santé. Nous étions prostrés et obligés de rester quelques jours à Quincy. Ma tristesse était grande de voir tant de mes frères malades et mourir dans les conséquences d'avoir été conduits et exposé à la faim et au froid."

Nous devons nous rappeler que nos grands-parents étaient à Lima à cette époque, et c'est la description qu'il donne des gens là-bas.

Histoire de l'Église, Vol. 2, p. 474 rapporte certaines des persécutions que les saints ont subies dans cette région pendant que notre peuple était là-bas. Une note au bas de la page 474 dit :

"La colonie de Morley était située dans le canton de Lima, dans le comté d'Adams, juste au-dessus de la ligne sud du comté de Hancock, et à environ 25 milles au sud de Nauvoo. C'est un quartier où un bon nombre de saints résidaient de 1839 à 1846. La plupart des ceux de Morley Settlement sont cependant situés au sud-est de Lima, à l'extrême sud du comté de Hancock.

"Les anti-mormons de leur quartier. Parlant de cet outrage, le rédacteur en chef du Quincy Whig, qui n'était pas mormon, a déclaré : ''Sérieusement, ces outrages doivent cesser. Si les mormons se sont rendus coupables de crimes, punissez-les mais ne visitez pas leurs péchés sur la tête des femmes et des enfants sans défense. C'est aussi mauvais que les sauvages ! . Une attaque a été faite sur la colonie de Morley et le 11 septembre 1845, bien que les incendies aient commencé le Dixièmement, vingt-neuf maisons ont été incendiées tandis que leurs occupants étaient poussés dans les buissons et hommes, femmes et enfants étendus trempés de pluie toute la nuit, attendant avec impatience le lever du jour. »

Les premières persécutions de l'Église dans l'Illinois ont commencé à Quincy et Lima et dans leurs environs et nos arrière-grands-parents étaient au milieu de celle-ci.

Le grand-père de Nancy Ann Bache était Hermann Bache [Bach] qui est né le 13 mai 1708 à Freudenberg, Westfalen, Allemagne. Il épousa Anna Margrethe Hausmann, née le 13 mars 1712 à Bottenberg, Westfalen, Allemagne. Leur enfant aîné est né à Bottenberg, en Allemagne, le 10 mars 1737. Leur enfant suivant est né dans le comté de Madsen [Madison], en Virginie, ils doivent donc avoir émigré aux États-Unis entre le 10 mars 1737 et 1738. De cette union sont nés cinq enfants. Le plus jeune était un garçon qu'ils nommèrent Harmon Bache et il est né entre 1745 et 1750. Nous n'avons pas la date exacte mais c'était à peu près à cette époque. Nous n'avons pas le nom de la femme qu'il a épousée mais ils avaient une famille. Parmi les enfants nés d'eux se trouvait une fille qu'ils nommèrent Nancy Ann. Elle est née le 23 février 1790 à Lexington, dans le comté de Fayette, dans le Kentucky, qui se trouve être la même ville où son futur mari, John Buchanan, est également né [il est en fait né en Irlande] et où il a grandi. John Buchanan et Nancy Ann Bache se sont mariés le 12 avril 1812 à Lexington, comté de Fayette, Kentucky et un révérend McCloud a célébré la cérémonie, les deux pères agissant comme témoins - John Buchanan et Harmon Bache.

Je suis sûr que nous pourrions faire des spéculations sur leur petite enfance et peut-être des conjectures romantiques sur leur vie d'adolescent et peut-être même sur leurs fréquentations, mais l'histoire est muette sur le sujet, nous donnant simplement les témoins et l'officier.

Ils fondent leur famille immédiatement car leur aînée, Jane, est née le 1er juillet 1813 à Lexington, Kentucky. Pour mémoire, Jane a épousé Alexander B. Davis le 19 juillet 1831. Le deuxième enfant était Elizabeth et elle est née le 1er juillet 1815 à Lexington et a épousé Joseph Wellington L. Collidge le 17 décembre 1835. Le troisième enfant était Lorenzo Dow, né le 14 juillet 1817 à Lexington et il mourut à l'âge de 16 ans. Le quatrième enfant était Emmeline, née le 1er mars 1820. Elle épousa Simmons Philander Curtis le 4 juillet 1840. L'enfant suivant était Catherine, nous n'avons pas la date exacte sauf qu'elle est née en 1823 à Lexington et elle est décédée à l'âge de 15 ans. Ensuite, John est né le 25 janvier 1825 à Lexington et il a épousé Adeline Coons, le 23 février 1851. Il a également épousé une seconde femme mais ce record viendra plus tard temps. Ce John est le John qui est venu en Utah et est l'ancêtre immédiat de la famille John Buchanan à Manti, et nous aurons beaucoup plus à dire sur lui. L'enfant suivant était Mary Ann, encore une fois, un autre bon vieux nom Buchanan, née le 1er août 1827 à Lexington. Elle a épousé Preston Guard mais nous n'avons pas la date. L'enfant suivant était Eleanora, née en 1828 ou 1829 à Lexington. Elle est décédée à l'âge de 10 ans. L'avant-dernier enfant était Archibald Waller Overton, né le 9 février 1830 à Lexington et sa première épouse était Helen Amelia Whiting. Ils se sont mariés le 22 août 1855. Archibald est le père et le grand-père des Buchanan du comté de Glenwood et de Sevier et fait l'objet de notre étude du personnage de base de notre histoire à mesure que nous avançons. Le dernier et dixième enfant était Martha Maris, née le 7 mars 1833 dans le comté de Tazewell, Illinois. Elle a épousé Reuben Nurce Howell. Nous n'avons pas la date.

Cela indiquerait que la famille Buchanan a émigré de Lexington, Kentucky au comté de Tazewell, Illinois quelque temps après 1830 et avant 1833. De 1833 à 1839, lorsque son mari John est décédé, sa vie serait parallèle à celle de son mari. Elle, avec lui et sa famille, a traversé les persécutions et les mobbings liés à la colonisation de cette partie du pays par les saints des derniers jours.

Après la mort de son mari, et afin de se protéger des futurs mobbings et violences, elle a déménagé sa famille à Nauvoo où ils pourraient être plus proches du Prophète et du corps des saints. A noter que ses gendres les ont accompagnés de Lima à Nauvoo où ils ont passé les années suivantes en famille.

Il ne faut pas oublier que ce furent des temps difficiles pour les saints, même à Nauvoo. Le temple était en construction et les saints déployaient chaque once de force et d'effort et utilisaient chaque dollar pour financer et achever le temple afin que les ordonnances sacrées de l'Évangile puissent être administrées dans leur plénitude. Le 27 juin 1844, le prophète et son frère Hyrum furent martyrisés par la foule à Carthage, dans l'Illinois, et nous trouvons la famille Buchanan profondément concernée et absorbée par cet événement historique en raison de son amour pour le prophète et pour l'Église.

Les persécutions, les conduites et les menaces se sont poursuivies au cours des années qui ont suivi la mort du Prophète. Les foules sentaient maintenant que le Prophète était parti que juste un petit effort supplémentaire de leur part et quelques brûlures et meurtres supplémentaires détruiraient complètement le peuple mormon. Ils connaissaient peu la foi de ceux qui avaient accepté l'Évangile de Jésus-Christ et de ceux qui avaient le témoignage de sa divinité. Les persécutions et les mobbings ne les ont que rapprochés.

En 1845, certaines parties du temple étaient presque terminées afin que les ordonnances de la dotation puissent être administrées. Il y avait une grande ruée des gens pour recevoir ces bénédictions avant qu'ils ne quittent le pays.

En 1846, il était évident que les saints devraient quitter Nauvoo et se diriger vers l'ouest dans les plaines. Avant la mort du prophète, il a prophétisé que les saints iraient dans les montagnes Rocheuses et y bâtiraient des villes et des villages et prospéreraient dans les vallées de l'ouest.

L'ordonnance de dotation telle qu'il l'avait reçue du Seigneur avait été donnée aux Douze et à quelques autres. Le grand programme consistant à sceller les femmes aux maris et les enfants aux parents a également été expliqué et commencé avant que le prophète ne soit mort. Sous la direction de Brigham Young, le travail de dotation dans le temple a repris pour de bon et un certain nombre de frères et sœurs dirigeants de l'Église ont reçu leurs bénédictions dans le temple.

Imaginons dans notre esprit la situation telle qu'elle existait à Nauvoo et dans les environs. Ici était la Maison du Seigneur. C'était ici le temple qu'ils avaient construit dans leur pauvreté et qu'ils avaient consacré à des desseins saints, maintenant ils étaient obligés de le quitter. Beaucoup de saints dignes désiraient ces bénédictions, ne sachant pas s'ils verraient un jour un autre temple de leur vivant.

Beaucoup de veuves et de femmes qui n'étaient pas mariées voulaient ces bénédictions avant de quitter Nauvoo et, si possible, d'être scellées à l'un des frères dirigeants de l'Église. Peut-être que toutes choses n'étaient pas entièrement comprises par eux à l'époque, mais leur désir était de faire la volonté du Seigneur.

Nancy Ann Bache Buchanan était veuve depuis sept ans. Maintenant, elle faisait face aux plaines de l'Iowa et peut-être à d'autres persécutions et même à la mort. Le 22 janvier 1846, elle entra au temple et reçut sa dotation. Dans la soirée du 22 janvier 1846, elle fut scellée à Isaac Morley pour le temps et pour l'éternité. Les enfants n'étaient pas scellés. Elle a été scellée et légalement mariée à Isaac Morley à la date ci-dessus. L'écrivain a vérifié ce fait et a vu les archives du temple de Nauvoo. Elle lui a été scellée à la date ci-dessus par Brigham Young à 7 h 15 du soir et les témoins étaient Willard Richards et un homme du nom de A. M. Lyman. L'écrivain a également recherché et a été informé par les frères que ce scellement n'a jamais été annulé. Il a parcouru l'histoire de la famille Morley et de leur généalogie et nulle part il n'est fait mention de son scellement à Nancy Ann. Toutes les circonstances indiquent qu'ils n'ont jamais vécu ensemble en tant que mari et femme. (Voir information page 210) Isaac Morley ne les a pas accompagnés, et il ne les a pas non plus amenés en Utah comme on peut s'y attendre d'un mari. Pour autant que l'histoire se déroule de part et d'autre des deux lignes, rien n'indique qu'il ait aidé financièrement ou physiquement la famille dans son déplacement à travers les plaines. Les dossiers indiquent que Nancy Ann a finalement été scellée à son propre mari John dans le temple Manti le 17 juin 1896.

Ici, nous avons une femme scellée à deux maris.Ce dernier scellement a eu lieu après sa mort et les frères ont permis que cela se produise car ils ne connaissaient pas ses souhaits en la matière. Pendant le Millénium elle devra faire un choix mais elle aura son libre arbitre pour décider quel mari elle veut.

Je pourrais ajouter que sa position est similaire à celle de centaines d'autres dans des circonstances similaires. Il y avait beaucoup de confusion dans les premiers temps.

Quatre de ses enfants, dont notre grand-père Archie, ont été scellés à leur père et à leur mère le même jour. Archie est venu de Glenwood à l'âge de 66 ans pour le faire. Toute la famille a depuis été scellée à leurs parents.

Nancy vivait avec sa famille. Elle et ses deux gendres et ses deux fils, John et Archibald, qui avaient maintenant 16 ans, et les filles se sont lancées et ont bravé la boue et le froid de l'hiver 1846 et 47. On les retrouve dans Council Bluffs au printemps 1847.

La veuve Buchanan à Council Bluffs a été invitée à permettre à son fils aîné John d'aller avec le bataillon mormon. Elle est restée avec la famille à Council Bluffs et à Mount Pisgah jusqu'à ce que John ait terminé son mandat dans l'armée.

John n'a pas été impressionné par les déserts de l'ouest et les difficultés de vivre dans les montagnes. Il a essayé de persuader sa mère et sa famille de rester dans les belles terres vallonnées de l'Iowa et d'y installer des fermes et d'en faire leur maison, mais Nancy Ann ne se laissa pas décourager. Elle s'était décidée depuis longtemps à suivre le Prophète et les saints. Elle a convaincu sa famille de suivre et tous l'ont fait, sauf un de ses gendres, la famille Coolidge, qui est resté dans l'Iowa.

Le groupe Buchanan avait accumulé suffisamment de nourriture et d'animaux alors ils sont partis pour l'Utah avec le train de pionniers Howell. Ils arrivèrent à Salt Lake Valley le 13 septembre 1852. Brigham Young leur conseilla immédiatement d'aller vers le sud et de s'installer dans le comté de Sanpete. Ils ont continué vers le sud et toute la famille est arrivée à Manti, où Nancy Ann et John ont passé le reste de leur vie. Il a élevé deux grandes et bonnes familles dans cette région, qui ont fait honneur à l'Église et à leur communauté. John est décédé le 11 octobre 1897 et a été enterré à Manti.

Notre grand-père, Archibald Waller Overton Buchanan, qui avait accompagné la famille, avait 22 ans lorsqu'il est arrivé dans l'Utah avec sa mère et sa famille. La famille de Nancy Ann était maintenant toute grande, le plus jeune ayant 18 ans, à leur arrivée dans la vallée. Elle en avait perdu trois dans la mort et après de nombreuses années de conduites, de persécutions et de difficultés avec la foule des voisins, elle était sans aucun doute heureuse de voir la large vallée du comté de Sanpete, et plus qu'heureuse de s'installer avec sa famille pour profiter même des privations et des difficultés des pionniers. Le reste de sa vie a été consacré à la construction et à la construction de la ville actuelle de Manti, dans l'Utah. Elle est décédée toujours fière de son héritage et de son nom de Buchanan, le 17 août 1884 et repose au cimetière de Manti.

De Manti, lorsque ses filles se sont mariées, elles sont allées dans d'autres parties des États. Nous n'avons pas l'histoire de beaucoup d'entre eux mais ses fils John et Archie sont restés ensemble à Manti jusqu'à ce qu'Archibald soit appelé à se rendre dans le comté de Sevier. John, Archibald et Lorenzo Dow, décédés en bas âge, étaient les seuls garçons de la famille de dix. Ceci est complètement contraire au modèle Buchanan des familles.

DESERET NEWS, 27 août 1884 p. 512

BUCHANAN -- À Manti, Utah, le 17 août 1884, à la résidence de son fils, frère John Buchanan, très âgé, sœur Nancy Bach Buchanan, née dans le comté de Mercer, Ky., le 25 février 1790 et avait par conséquent 94 ans 5 mois et 22 jours. Elle était d'origine allemande comme son nom de jeune fille l'indique, et était mariée à John Buchanan 1812 a émigré en 1830 dans l'Illinois, où elle a entendu l'Évangile pour la première fois. Elle a été baptisée à l'hiver 1835 et en 1837, elle a rejoint les saints à Caldwell Co., Missouri, où elle a traversé les privations et les difficultés des saints là-bas. Au cours de l'hiver 1837-38, elle a été expulsée de l'État et est retournée à Quincy, Ill. et de là à Lima, et cet État, où par la maladie provoquée par l'exposition et les difficultés endurées dans le Missouri, son mari est mort en 1839, laissant elle avec une famille de huit enfants à subvenir grand ouest.

À Winter Quarters, son fils John, sa seule aide, s'est enrôlé dans les bataillons mormons et à l'expiration de son mandat, il est retourné à Winter Quarters, a pris des dispositions et a commencé avec sa mère et les jeunes enfants à travers les plaines. Ils ont atteint la vallée du lac Salé en 1853 (1852) et ont poursuivi leur voyage vers la vallée de Sanpete les mêmes saisons où ils ont continué à résider.

Sœur Buchanan connaissait peu les plaisirs de cette vie jusqu'à son arrivée ici. Depuis ce temps, cependant, elle a connu la paix et le bonheur dans les foyers de ses fils où tout ce que des cœurs aimants et des mains disposées pouvaient faire pour la rendre confortable et heureuse a été fait.

Elle a conservé ses pouvoirs mentaux jusqu'aux derniers instants et était une sainte des derniers jours infatigable et intransigeante. Dans toutes ses persécutions et ses épreuves, elle n'a jamais faibli ni hésité un instant, mais est morte comme elle avait vécu - pleine d'amour pour l'Évangile et de foi au Seigneur Jésus-Christ.

Il serait tout à fait impossible de donner un compte rendu précis de l'histoire des débuts des Buchanans sans entrer dans la vie de John Buchanan et aussi une brève histoire du bataillon mormon puisqu'ils faisaient tous partie de notre histoire.

Nous avons également Mary Ann Brown, la seconde épouse d'Archibald, dans ce groupe, il est donc important que cette partie de l'histoire soit donnée au moins brièvement.

La grande famille de Buchanan était désormais orpheline de père dans les plaines de l'Iowa et à la merci du climat et des conditions pionnières.

On se souviendra qu'au printemps de 1847, le gouvernement demanda aux pionniers 500 hommes pour combattre dans la guerre du Mexique. Ces hommes étaient fournis et s'appelaient le bataillon mormon. Parmi ceux qui ont été appelés se trouvait John, le fils aîné de Nancy Ann. Il avait alors 22 ans. Il a laissé sa mère et sa famille dans les plaines de l'Iowa et sous la garde de son Père céleste.

John Buchanan, le fils de John Buchanan et de Nancy Ann Bache, est né le 25 janvier 1825 à Lexington, Ky. Il a épousé deux femmes et a eu une famille avec les deux. Il épousa Adeline ou Adelaid Coons le 23 février 1851 et plus tard à Manti, Utah, il épousa Sarah Wilkenson le 28 avril 1866. Il mourut le 11 octobre 1897 à Manti, Utah et y fut enterré.

Nous allons passer quelques instants sur son histoire à ce stade et indiquer qu'il est allé avec le bataillon aussi loin au sud que Santa Fe, Nouveau-Mexique et pour une raison quelconque, il a été choisi parmi le reste du groupe pour être un garde du détachement des malades. en route pour Pueblo, Colorado. L'histoire nous dit que lorsque le détachement a atteint Santa Fe, de nombreux soldats étaient malades et les difficultés de déplacement devenaient progressivement plus grandes à chaque kilomètre. Une décision a été prise de renvoyer ceux qui étaient malades à Pueblo, où existait un petit fort, et où ils passeraient l'hiver. Comme indiqué ci-dessus, John a accompagné ce petit détachement en tant que garde et aide.

Un petit camp mormon à Pueblo se composait en réalité de trois groupes de saints des derniers jours. L'un était le groupe de soldats malades qui étaient revenus de Santa Fe. Le deuxième groupe était composé de femmes et d'enfants qui accompagnaient le bataillon de Fort. Leavenworth, Kansas jusqu'à la rivière Arkansas où ils ont reçu l'ordre de laisser la partie principale de l'armée et de remonter la rivière jusqu'à Pueblo et d'y passer l'hiver. Ils étaient sous la direction du capitaine Nelson Higgins. À titre d'intérêt et dans le cadre de l'histoire, c'était le même Nelson Higgins qui faisait partie des sept premiers hommes à descendre à Richfield, dans l'Utah, et à être le pionnier de cette région. Il s'est installé à Richfield et a ensuite déménagé à Elseneur où il avait une ferme. Il est décédé dans sa ferme juste au sud d'Elseneur, dans l'Utah.

Le troisième groupe était composé d'un groupe de convertis connu sous le nom de détachement du Mississippi. Des missionnaires étaient allés dans le Mississippi et l'Arkansas et y avaient converti un petit groupe de personnes, dix ou douze familles, et ils avaient décidé d'émigrer et de rejoindre les saints dans les montagnes Rocheuses. Ils ont commencé dans l'ouest et se sont également retrouvés à Pueblo pour l'hiver 1846-1847.

A l'approche du printemps, tout le camp avait hâte d'être en mouvement et onze hommes ont été choisis dans le groupe pour aller de l'avant et faire des routes partout où cela était nécessaire. Ils ont coupé le Mormon Trail dans les environs de Laramie, Wyoming. Le nom de John Buchanan est inscrit dans l'histoire comme faisant partie des onze qui ont été envoyés pour trouver le chemin.

Citons maintenant l'histoire écrite par Daniel Taylor :

"Lundi 24 mai 1847. Le détachement malade du bataillon mormon et des saints du Mississippi dont il est question a quitté Pueblo en laissant derrière lui des souvenirs à la fois agréables et tristes.

Les détails suivants du voyage de la compagnie sont tirés de l'histoire de Daniel Tyler du bataillon mormon :

Le 26 mai 1847, la compagnie attendit les chariots de ravitaillement de Bent's Fort, et le lendemain, le capitaine Higgins retourna à Pueblo pour le bétail en vrac.

Le 29, le voyage reprit vers la Californie en passant par Fort Laramie. La fourche sud de la rivière Platte a été atteinte le 3 juin et le trajet s'étendait sur une certaine distance en aval du cours d'eau.

Le 5, la fourche sud de la rivière Platte a été franchie et, en raison de la grande profondeur de l'eau, les caisses des wagons ont dû être soulevées et des blocs de bois placés en dessous pour maintenir le chargement au sec.

L'après-midi du 11 juin, alors qu'ils étaient à Pole Creek, à la grande joie des détachements, ils ont été accueillis par Amasa M. Lyman, du Collège des douze apôtres, qui était accompagné des frères Thomas Woolsey, Roswell Stevens et John H. Tippets, de Winter Quarters, apportant des lettres des familles et des amis des soldats, ainsi que des conseils du président Brigham Young, ainsi que des nouvelles des voyages et de la destination probable de l'église.

Après la rencontre avec le frère Amasa M. Lyman et ceux qui l'accompagnaient, la compagnie de Pueblo reprit le chemin, et le 11 juin, alors qu'il se reposait pendant l'après-midi, le détachement fut adressé par l'apôtre Lyman qui leur donna les instructions suivantes : il avait reçu du président Brigham Young et du Collège des Douze pour le Bataillon. Entre autres choses, frère Lyman a exhorté les soldats et ceux qui voyageaient avec eux à se conduire comme de vrais saints et disciples de Jésus-Christ. À ce moment-là, on supposait que le détachement devrait marcher jusqu'en Californie pour être démobilisé.

Dans la nuit du 16 juin, le commandement campa à moins d'un mille de Fort Laramie et à environ 540 milles à l'ouest de Council Bluffs, où ils avaient été mobilisés onze mois auparavant. Le président Brigham Young avec sa compagnie de pionniers, se dirigeant vers l'ouest, avait dépassé Laramie douze jours auparavant, et en vue de les rattraper, le commandement partit tôt le matin du 17 juin. La route était mauvaise, presque impraticable par endroits, de sorte que les déplacements étaient nécessairement lents et fastidieux. Mais ils gagnaient peu à peu sur les pionniers et apprenaient parfois quelque chose sur eux en trouvant des poteaux installés sur les emplacements de camping avec des inscriptions dessus indiquant que les pionniers étaient passés par là. En arrivant à Platte Ferry, le commandement apprit que les pionniers n'avaient qu'un jour d'avance sur le voyage. Trouvant un forgeron travaillant à cet endroit, une halte a été faite pendant une journée afin de faire ferrer les animaux. De nombreux émigrants en route vers l'Oregon et la Californie traversaient le ferry et parmi eux de nombreux anciens ennemis des saints, les gangsters du Missouri. Depuis ce point jusqu'à l'endroit où la piste des pionniers bifurquait de la route de l'Oregon, de nombreux émigrants ont été vus se diriger vers la côte ouest par la route dite du nord. Rien d'important ne semble se produire pendant le reste du voyage du détachement vers Salt Lake Valley. Le commandement n'a pas réussi à rattraper les pionniers, à l'exception de onze hommes qui les ont rattrapés à Green River le 4 juillet 1847. Quelques jours après que les pionniers du président Brigham Young étaient entrés dans la vallée. Ici, le 29 juillet 1847, ils ont été chaleureusement accueillis par les pionniers, dont certains, dont le président Brigham Young lui-même, les ont rencontrés à l'embouchure d'Emigration Canyon et ont escorté le détachement jusqu'au camp de pionniers de City Creek.

Au campement des pionniers dans la vallée du Grand Lac Salé, le détachement a été officiellement dissous sans avoir à se rendre en Californie comme prévu. (Tyler 201)"

Avec le détachement du Mississippi, il y avait plusieurs femmes et filles, de sorte qu'elles, avec les femmes et les enfants du groupe de pionniers du bataillon, ont été les premières des femmes pionnières à entrer dans la vallée du lac Salé, à l'exception des trois femmes qui accompagnaient la caravane principale. .

Notre grand-mère, Mary Ann Brown, était l'une des premières douzaines d'âmes féminines à entrer dans la vallée du lac Salé. Elle aurait eu quatre ans et demi. John était aussi avec ce groupe.

Le détachement de Pueblo était sous le commandement du capitaine James Brown, (pas notre James Polly) Brown, mais d'un autre James Brown qui est ensuite monté et a installé Brown's Hole dans la région d'Ogden. ) Notre grand-père Brown ne doit pas être confondu avec le James Brown original. Ce James Brown commandait le détachement des malades. Notre James (Polly) Brown était un gardien avec les blanchisseuses et les enfants.

Quand ils sont arrivés à Salt Lake, ils ont été renvoyés de l'armée et plus tard, ils ont reçu leur solde pour le temps qu'ils avaient passé, mettant ainsi fin au travail du bataillon mormon en ce qui concerne le détachement des malades de Pueblo.

Presque avec l'arrivée des saints des derniers jours dans les vallées des montagnes, ils ont commencé à se répandre dans toutes les directions. Brigham Young a envoyé des groupes d'exploration au nord de l'Idaho à la recherche de zones où les gens pourraient vivre. Il les envoya à l'ouest du Nevada, essayant de nouveau de trouver des espaces verts et des endroits où les gens seraient en sécurité et où ils pourraient établir des fermes et des villes et étendre les frontières de Sion dans cette direction. Il a envoyé des explorateurs dans le sud-ouest, le long du Rio Virgin River (à l'époque, les gens l'appelaient le Muddy River), jusqu'à Las Vegas et au-delà en Californie et dans la région de San Bernardino. D'autres éclaireurs ont été envoyés vers le sud et ont exploré Sanpete et Sevier, puis, bien sûr, le pays de Beaver et de Cedar City jusqu'à St. George et Santa Clara.

C'était l'intention de Brigham Young et le sentiment des frères qu'ils devaient posséder et contrôler tout le territoire contenu dans le Grand Bassin, du nord au sud et d'est en ouest. Ils pensaient que s'ils pouvaient contrôler l'eau et les terres de choix dans toute cette zone, il serait plus difficile pour leurs ennemis de les atteindre. Ce devait être une terre de Sion en effet - et ainsi, dès que les saints ont émigré en Utah, ils ont été envoyés dans toutes les directions pour s'installer et vivre. Des colonies ont été implantées à travers le comté de Davis jusqu'à Ogden, jusqu'à Cache Valley et jusqu'en Idaho. Les gens ont été envoyés à l'ouest dans la vallée de Carson et une colonie florissante de saints a finalement été établie dans cette région. Il y avait aussi plusieurs communautés établies sur la Boue. Sanpete a reçu des colons à la fin des années quarante et au début des années cinquante. Au fur et à mesure de leur exploration, ils cherchaient des ruisseaux qui sortaient des montagnes pour irriguer leurs terres.

D'autres avaient été là avant eux, et dans la plupart des cas vivaient sur des lieux de choix. C'étaient les Amérindiens qui avaient vécu sur ces mêmes ruisseaux et dans ces belles régions depuis le début de la population lamanite en Occident. Naturellement, il y avait du ressentiment et des frictions entre les deux cultures.

Les Indiens ont vu leurs pâturages leur être enlevés. Ils ont vu les belles prairies et prairies qui, dans certains cas, s'étendaient de montagne en montagne, envahies par les moutons et le bétail. Ils ont vu leurs moyens de subsistance détruits, leurs cours d'eau pris. À leur retour d'une expédition de chasse, ils ont découvert qu'une cabane en rondins mormone avait été construite là où leurs wickiups et leurs maisons s'étaient autrefois assis. Ils ont trouvé des clôtures en construction et des cultures en train d'être plantées. Tout cela, ils ne comprenaient pas complètement. Dans l'esprit de l'Indien, l'homme ne pouvait pas posséder la terre. Ce n'était pas à lui d'acheter ou de vendre, La terre et toutes ses ressources naturelles appartenaient à Dieu, et l'homme devrait être libre d'aller et venir à sa guise.

Lorsque les colons sont venus et ont pris possession de la terre, naturellement, ils ne voulaient pas que les Indiens y empiètent. C'était « la leur », leur propriété. Lorsque les Indiens sont venus avec leurs chevaux et les ont mis dans un champ, les pionniers en ont ressenti le ressentiment. Les indigènes avaient vécu sur la même terre pendant des générations et maintenant ils la trouvaient occupée par des intrus. Les colons et les Indiens pensaient qu'ils avaient raison et la friction en était le résultat naturel.

C'était le sentiment des pionniers que les Indiens n'utilisaient pas la terre et qu'elle était donc ouverte à leurs colonies et à leur utilisation. Les Indiens estimaient, d'autre part, qu'ils l'utilisaient et qu'ils l'avaient utilisé pendant des années et donc personne n'avait le droit d'interférer avec leur mode de vie et leur utilisation de la terre.

En plus de ces différences fondamentales dans les concepts sur l'utilisation de la terre et des ressources naturelles, telles que le bois et divers autres actifs qui appartenaient naturellement à la terre, il y avait des différences personnelles. Chaque côté ne pouvait pas comprendre l'autre. Les Indiens avaient leur lot de valeurs. Il n'incluait pas les valeurs telles que ces nouveaux intrus ont apporté. Ils n'avaient jamais connu l'argent ni ses utilisations, et ils ne pouvaient pas non plus comprendre pourquoi et comment l'argent pouvait les aider dans leur vie. Ils étaient habitués au troc et au commerce entre eux, alors ils l'ont compris. Mais que les gens revendiquent la propriété de quelque chose qui appartenait à tout le monde était une contradiction complète avec leur pensée.

À de nombreuses reprises, les pionniers ne pouvaient pas accepter l'éthique ni les manières des autochtones, telles que l'achat et la vente d'enfants et même de femmes, et ainsi, au fil du temps, il y avait un bord de désaccord entre eux. Essayez comme les gens le feraient, ils ne pouvaient pas et n'ont même pas commencé à approcher les idéologies de base des peuples autochtones. Par conséquent, des effusions de sang ont commencé à se produire ici et là. Les gens rencontraient les Indiens, échangeaient peut-être des chevaux, puis l'Indien voulait échanger, ou un autre incident personnel qui avait provoqué une bagarre.

Cette difficulté faisait déjà son apparition dans le comté de Sanpete lorsque Nancy Ann Bache et sa famille, maintenant toutes adultes, sont entrées dans le comté de Sanpete et ont commencé à s'y installer en tant qu'unité. Notre grand-père Archie avait maintenant vingt-deux ans, un jeune homme fort, bien bâti et en bonne santé qui, avec le temps, allait devenir un grand ami et champion de ces Amérindiens.Afin d'aider à résoudre certains des problèmes avec le peuple indien, avant même qu'ils ne surviennent, Brigham Young a estimé que s'il pouvait établir des missions ou des colonies parmi le peuple indien dans certains de leurs emplacements centraux, nous pourrions peut-être leur enseigner et pour leur montrer que nous étions leurs amis, peut-être pour leur enseigner les activités agricoles et les aider à devenir un peuple de communautés plutôt qu'un peuple vivant en bandes itinérantes et itinérantes.

En conséquence, les jeunes gens de l'Église ont été appelés à se rendre au nord de l'Idaho pour s'établir sur la rivière Salmon. Ils ont établi la communauté de Limhi mais ont été expulsés de cette zone très peu de temps après sa création.

Les Indiens Ute causaient des problèmes aux habitants du sud, en particulier dans le comté de Sanpete, et menaçaient les petits groupes dispersés le long du Sevier. Pour faire face à cette situation, les frères ont décidé d'établir une mission au cœur du pays d'Ute. Cette mission devait être connue sous le nom de Mission Elk Mountain. Dès le début, il était voué à l'échec.

Quarante et un frères ont été appelés lors d'une Conférence générale de l'Église en avril 1855 à s'installer dans les environs des montagnes Elk (maintenant appelées les montagnes LaSalle) près de Moab, en Utah, pour éduquer et convertir les bandes itinérantes d'Utes qui fréquentaient cette région. . Alfred N. Billings a été nommé président de la mission par Brigham Young. Ils ont été mis à part le 7 mai 1855 avec l'ordre de se rassembler à Manti et de partir de là avec l'équipement et le bétail nécessaires pour établir une mission et vivre parmi les Indiens. Ce groupe a quitté Manti le 21 mai 1855.

Parmi ceux qui ont été appelés se trouvait notre grand-père Archie. Son nom figurait sur la liste et faisait partie du groupe qui est parti.

Pour ceux qui pourraient être intéressés, il y a un monument érigé par les Filles des Pionniers de l'Utah à Moab avec les noms des missionnaires, et le nom de notre grand-père Archibald Waller Overton Buchanan est parmi eux.

Je trouve extrêmement intéressant de lire la liste du matériel qu'ils ont emporté avec eux :

Le voyage jusqu'à la rivière Grand (aujourd'hui la rivière Colorado) a duré vingt jours et le groupe est arrivé à Moab, dans le comté de Grand, en Utah, où ils ont construit un fort. Un canal d'irrigation de trois milles de long a été creusé et des cultures ont été plantées. Ils y arrivèrent le 11 juin 1855.

Leur journal rapporte que le 21 juin 1855, aucun Indien n'était encore venu en vue du groupe, cependant, en juillet 1855, quelques-uns sont venus et ont été baptisés. Il semble que ce groupe était intéressé à faire un baptême immédiatement.

La communication a été établie avec Salt Lake City par des coureurs qui transportaient du courrier dans les deux sens. Notre grand-père était peut-être l'un de ces cavaliers car nous le trouvons à Manti, comme notre histoire le dira, avant la fermeture de la mission à Moab. Ceci, cependant, n'est qu'une supposition.

Leur journal indique que lorsque les Indiens sont venus au fort pour leur parler, les missionnaires leur ont dit qu'ils étaient devenus leurs amis. Ils étaient venus s'installer et ils voulaient planter des cultures et vivre parmi eux.

Dès que les Indiens ont commencé à comprendre que ce groupe d'hommes allait vivre là, ils ont remarqué qu'il n'y avait pas de femmes parmi eux, et donc pour être vraiment amicaux et pour aider cette question d'intégration, ils ont commencé à amener leurs jeunes femmes , tous peints et vêtus de leur meilleur costume indigène, et on leur a dit que ces jeunes femmes devaient devenir leurs épouses et vivraient parmi elles et élèveraient des familles pour elles. Il semble qu'il s'agissait d'un mouvement tout à fait inattendu que les missionnaires n'avaient pas prévu. Après une conférence hâtive, ils refusèrent d'emmener les filles. C'était une insulte non seulement pour les filles, mais aussi pour les pères des filles et pour le peuple en général. On a demandé aux pionniers si ces filles n'étaient pas assez bien pour eux. Ils avaient dit qu'ils voulaient s'installer et vivre là-bas et maintenant ils n'accepteraient pas les jeunes filles les plus choisies pour leurs épouses.

Les colons pionniers ont essayé de pacifier les Indiens, leur disant que se marier et y vivre en tant que colons n'était pas exactement ce qu'ils avaient en tête. Ainsi, presque dès le début, il y a eu frustration des deux côtés. À partir de ce moment-là, leur journal rapporte que les Indiens sont devenus « impertinents et impudents ».

L'un des missionnaires, James W. Hunt, s'est inquiété de son cheval qui était au pâturage à une certaine distance du fort et est allé le chercher. Il était accompagné d'un Indien qui, jusqu'alors, était considéré comme un ami. Le nom de l'Indien était Charles. Sur le chemin du cheval, il voulait suivre Hunt, lui demandant pourquoi il avait peur. Après s'être éloignés du fort, Charles a tiré dans le dos de Hunt. A partir de ce moment, une guerre ouverte a commencé entre les groupes. Deux autres missionnaires ont été tués. Edward Edwards et William Behunin ont été pris en embuscade et tués.

Les Indiens ont commencé à brûler des meules de foin et à chasser tout le bétail qu'ils pouvaient, et généralement pour menacer la sécurité du groupe.

Le lendemain matin, lundi 24 septembre, les missionnaires ont abandonné le fort et ont commencé leur marche de retour vers Manti. Cela a mis fin à la mission Elk Mountain dans Grand Valley. Ils ont marqué un sentier et construit une route qui serait suivie par d'autres colons.

Il convient de noter ici que ce fut le premier contact sérieux avec le peuple Ute par notre grand-père Archie, et c'est ici qu'il a commencé à apprendre la langue Ute. Au fil du temps, dans et autour de Manti, il a continué l'étude de la langue jusqu'à ce qu'il devienne assez compétent dans son utilisation.

Il semblerait d'après les dossiers qu'avant que la mission ne soit finalement abandonnée, notre grand-père Archie était de retour à Manti, peut-être en tant que l'un des cavaliers ou peut-être pour des raisons personnelles, mais en tout cas, il a épousé Helen Amelia Whiting le 22 août 1855.

John et Archie étaient tous les deux mariés et il a semblé pendant un certain temps que la paix pouvait être dans leurs maisons et qu'ils pouvaient vivre une vie en quelque sorte normale à la frontière. Il y avait des terres à défricher, des cultures à planter, des armoises à creuser et du bois à transporter, des canaux à creuser et des sauterelles à combattre.

La quantité habituelle de maladie et de mort était parmi la colonie. Ils ont même été troublés pendant les premières années de leur établissement par une invasion de serpents à sonnettes qui sortaient des rochers et des corniches au printemps alors que le soleil réchauffait les falaises du côté sud de la colline où se trouve maintenant le temple Manti. Il y avait littéralement des milliers de ces serpents. Les gens ont commencé à les éradiquer aussi vite qu'ils le pouvaient et heureusement personne n'a été mordu.

Cette paix ne devait pas durer longtemps. Les Indiens qui vivaient autour d'eux étaient de plus en plus exigeants. Ils voulaient plus de nourriture et on leur en a donné parce que Brigham Young avait dit aux colons qu'il valait mieux nourrir les Indiens que de les combattre. Cependant, les Indiens sont devenus plus exigeants et les ennuis étaient sur le point de commencer.

Au cours de l'hiver 1864-1865, une petite bande d'Indiens campant près de Gunnison avait contracté la variole et, parce qu'ils n'étaient pas immunisés contre la maladie, nombre d'entre eux étaient morts. Ils pensaient que leur maladie était causée par les Blancs et ils ont menacé de tous les tuer et de voler leurs chevaux et leur bétail. La variole et d'autres maladies particulières à l'homme blanc n'étaient pas connues des tribus de l'ouest et elles n'avaient donc aucune résistance contre elles. Pour régler le problème, des dispositions ont été prises pour tenir une réunion à Manti dans l'après-midi du 9 avril 1865. Archibald Buchanan et John Lowry, qui allait devenir plus tard le beau-frère d'Archie, devaient servir d'interprètes et essayer de persuader les Indiens de ne pas se battre. Parmi le groupe d'Indiens se trouvait un jeune chef appelé "Yene-wood" qui s'appelait aussi Jake Arrowpan. Il ne serait tout simplement pas apaisé. Il a continué à parler et à manifester pendant les négociations de paix.

John Lowry, qui aurait été quelque peu sous l'influence de l'alcool, a exigé que le jeune chef se tienne tranquille et le laisse parler, après quoi quelqu'un a crié : « Attention, il prend ses flèches », John Lowry s'est rapidement avancé et a pris le jeune chef. par le bras et l'a tiré de son cheval et allait lui donner un "léchage". Grand-père Archie ne le permettrait pas et il y a eu quelques petites bagarres et difficultés.

Indian Joe monta à cheval et sortit de la ville pour se rendre au camp indien de Gunnison et rapporta ce qui se passait. Cela a provoqué beaucoup d'excitation parmi les Indiens et ils ont envoyé des coureurs dans des camps indiens éloignés avec l'information. En raison des difficultés, les Indiens ont rompu le camp à Gunnison et se sont déplacés dans la vallée de Sevier, principalement sur le site actuel de Richfield. Immédiatement après cela, ils ont commencé à voler du bétail et à tuer les pionniers chaque fois qu'ils pouvaient en trouver un seul. Ils ont tué un homme du nom de Peter Ludvickson et ils ont causé d'autres difficultés.

Grand-père Archie pensait toujours que s'il pouvait atteindre les chefs des tribus et les dirigeants des différents camps autour de la région, il pourrait parvenir à un règlement sans guerre et sans effusion de sang. Il a eu du mal à persuader les autorités de Manti qu'il devait partir seul. Beaucoup pensaient qu'ils devaient lever une petite armée et aller combattre les Indiens et en tuer autant qu'ils le pouvaient. Ce n'était pas la pensée d'Archie et il savait que cela ne ferait que conduire à des meurtres supplémentaires,

Finalement, il reçut la permission d'emmener avec lui un homme nommé Fred Cox. Ils sont allés dans un camp indien à Shumway Springs pour parler avec le chef. (Je n'ai pas pu localiser Shumway Springs). À leur arrivée là-bas, ils ont remis les rênes de leurs chevaux à un jeune Indien pour qu'il les tienne pendant qu'ils se rendaient dans la tente du chef. Il semblait maussade au début et ne voulait pas parler. Grand-père Archie lui a dit pourquoi ils étaient venus et finalement le vieil Indien a demandé sa pipe. Grand-père savait qu'il pouvait obtenir une audience. Le vieux chef a dit qu'il n'y avait qu'un seul Indien qui était fou et que s'il (Grand-père) l'accompagnait, il pourrait récupérer le stock que les Indiens avaient pris.

Grand-père a décidé d'y aller mais a estimé qu'ils devraient faire rapport à Manti et raconter leur conversation avec le chef. En conséquence, lui et Cox retournèrent vers les pionniers du fort de Manti et firent leur rapport. Les dirigeants de la communauté ont estimé que les Indiens étaient des traîtres et ils ne permettraient pas à Grand-père de poursuivre son projet de paix. Grand-père a toujours pensé qu'il aurait pu empêcher la guerre qui a suivi s'il avait été autorisé à retourner chez les Indiens et à parler avec « l'homme qui était fou ».

Divers historiens ont estimé que ce fut le tournant du début de la guerre de Black Hawk.

L'histoire de la guerre de Black Hawk est un événement bien enregistré et nous n'y consacrerons pas beaucoup de temps. Qu'il suffise de dire ici que pendant ce temps, grand-père Archie était occupé à essayer de protéger les saints et généralement à essayer d'instaurer la paix. Il avait appris à aimer les Indiens et s'était rendu compte qu'ils avaient un point de vue très précis et essayaient seulement de protéger leur terre et leur approvisionnement alimentaire, qui comprenait du poisson, des élans et des cerfs et les produits naturels du pays. Il estimait qu'ils avaient le droit de vivre mais qu'ils devaient tous vivre en paix. Il a passé la plus grande partie de sa vie à essayer d'amener chaque partie à voir les besoins et les désirs de l'autre.

Dans un chapitre ultérieur, nous raconterons certaines des expériences personnelles et des histoires qui sont arrivées en particulier à grand-père Archie, mais pour l'instant, nous continuerons la partie historique de manière chronologique.

Cet événement marqua l'ouverture des hostilités entre les colons blancs et les Indiens du sud de l'Utah, qui durent plusieurs années et furent des plus désastreuses pour les populations blanches. Les guerres et les déprédations se sont poursuivies pendant le reste des années 1865, 1866 et 1867, au cours desquelles de nombreux saints ont été tués dans les vallées du sud de l'Utah, y compris les premiers pionniers qui s'étaient installés dans le comté de Sevier, comté de Piute, Beaver County, Panguitch et même jusqu'à Iron County.

Les hostilités sont devenues si graves que les colons du comté de Sevier ont été appelés à quitter leurs maisons et à retourner à Manti. Cela comprenait ceux de Glenwood, Richfield, Salina et Monroe. Au mois d'avril 1868, l'évêque Frederick Olson et un groupe de colons rentrèrent et réoccupèrent Richfield, qui avait été abandonné l'année précédente. Ils ont été attaqués à Rocky Ford sur la rivière Sevier entre Salina et Richfield. Deux hommes y ont été tués. Les combats se sont poursuivis jusqu'en 1869. Le chef Black Hawk a été persuadé d'arrêter d'autres combats. Il a pris sa retraite en tant que chef actif des Indiens hostiles et s'est rendu dans la réserve d'Uintah et a vécu dans la région du fleuve Colorado pendant le reste de la guerre. Cependant, divers autres chefs ont continué leurs raids. Notre grand-père Archie était continuellement en mouvement pour essayer de pacifier un groupe puis l'autre.

Il semblerait que pas plus d'une centaine d'Indiens renégats soient activement engagés dans la guerre. Une quarantaine ou une cinquantaine d'entre eux ont été tués. En août 1868, un traité de paix fut négocié à Strawberry Valley avec plusieurs des chefs restants. Il semble que bon nombre des meurtres attribués à Black Hawk aient en fait été commis par d'autres chefs qui se sont vantés lors de cette conférence de paix d'avoir tué certains des pionniers. Même après la signature du traité de paix en 1868, des raids décousus ont eu lieu dans le sud de l'Utah contre de nombreuses communautés. Il convient de noter que le chef Blackhawk, après avoir décidé d'arrêter de se battre, a tenu sa promesse et a eu une grande influence pour la paix et a persuadé tous les chefs d'« enterrer la hache de guerre ». Cette action devrait être à son crédit éternel.

Il convient de noter que le grand-père Archie n'était pas occupé tout le temps par la guerre de Black Hawk car tous les enfants de la première famille, engendrés par tante Amelia, sont nés avant la fin des activités de guerre. Il avait épousé Mary Ann Brown le 1 janvier 1860 et certains de ses enfants sont nés avant la signature du traité de paix.

Environ un an après le traité de paix, grand-père a ressenti le besoin d'avoir une troisième épouse et, le 11 octobre 1869, il a épousé Anna Maria Larson. Immédiatement après, il a déménagé à Glenwood.

Comme indiqué précédemment, grand-père Archie a déménagé à Glenwood en 1871. Il avait maintenant 41 ans. Immédiatement après son arrivée à Glenwood, il a été mis à part en tant que président de la filiale de Glenwood et a occupé ce poste pendant plusieurs années.

Glenwood Ward, comté de Sevier, Utah, se composait de saints des derniers jours de la ville de Glenwood et de quelques colons dispersés dans le voisinage immédiat. La ville, à l'origine appelée Glenn's Cove, est agréablement située dans une crique naturelle de Cove Creek, du côté est de la vallée de Sevier. L'agriculture et l'élevage fournissent principalement la subsistance. Les agriculteurs irriguent leurs terres à partir de Cove Creek, un ruisseau remarquable qui prend sa source dans les montagnes au sud-ouest de la ville, à partir de deux sources principales, l'une sort de la montagne assez grande pour faire fonctionner un moulin et l'autre sort d'un petit lac. La rivière Cove prend sa source à une courte distance à l'ouest de Glenwood, à partir d'une série de sources au pied d'un éperon de basse montagne. Après une courte course avec très peu de chutes, elle se jette dans la rivière Sevier.

Glenwood est la plus ancienne et par certains classée comme la colonie la mieux située de la vallée de Sevier. Il est à six milles et demi à l'est de Richfield. Elle a été colonisée par les saints des derniers jours en 1864, par Robert W. Glenn et d'autres, qui avaient été appelés par l'apôtre Orson Hyde pour coloniser la vallée de Sevier. Ils sont arrivés le 11 janvier 1864 et James Warren a été nommé pour prendre en charge la colonie. L'apôtre Hyde visita la colonie en novembre 1864 et nomma l'endroit Glenwood à la place de Glenn's Cove.

D'autres familles de saints arrivèrent à l'automne 1864 et vingt-cinq familles passèrent l'hiver 1864-1865, vivant dans des cabanes en rondins, des maisons en pisé, des pirogues, etc. Des travaux considérables sur le canal furent effectués et d'autres améliorations apportées. Une école a été construite en 1865, et en mars 1865, l'enceinte de Glenwood a été créée.

Les guerres indiennes menaçaient l'existence même de la colonie. En 1866, il a été temporairement abandonné et les femmes et les enfants sont allés à Richfield pour la sécurité. Au printemps de 1867, il a été entièrement libéré et les gens se sont rendus dans les anciennes colonies du comté de Sanpete pour se mettre en sécurité.

La ville a été rétablie en 1870 par Joseph Wall et d'autres, et une réunion tenue le 28 février 1871 a choisi Archibald Waller 0, Buchanan comme président de la filiale, succédant à Abraham Shaw. Le président Buchanan a été remplacé par Helaman Pratt, qui a été remplacé en 1873 par George T. Wilson, qui a été remplacé en 1874 par Archibald T. Oldroyd qui a présidé jusqu'au 13 juillet 1887, lorsque Glenwood a été nommé paroisse avec Archibald T. Oldroyd comme évêque . Il a été remplacé en 1886 par Herbert H. Bell, qui en 1914 a été remplacé par Andrew Oldroyd, qui a été remplacé en 1930 par Elmer Sorensen. La paroisse comptait alors 364 membres, dont 51 enfants.

Au cours de l'été 1871, une conférence missionnaire spéciale se tint à Prattsville. Cette conférence était sous la direction de Helaman Pratt qui était venu de Salt Lake pour rencontrer les saints. Lors de cette conférence, grand-père Archie a été appelé en tant que missionnaire spécial pour travailler avec les Indiens. Nous n'avons aucune trace qu'il ait été libéré de cet appel. Il devait passer son temps à enseigner et à aider le peuple indien et à maintenir la paix chaque fois que cela était possible. [Dans] les années restantes de sa vie, il a été actif dans cet appel.

C'est à peu près à cette époque qu'il, en compagnie de deux autres interprètes, A. K. Thurber et G. W. Bean, se rendit avec Brigham Young pour rencontrer les chefs indiens dans le Red Cedar Grove de Grass Valley. Là, ils ont élaboré les détails d'un traité de paix pour mettre fin à la guerre de Black Hawk. Ces trois frères servaient d'interprètes.

Le 27 septembre 1876, grand-père Archie prit sa quatrième et dernière épouse. Leur famille est née à Glenwood, à l'exception de la paire de jumeaux nés au Mexique.

En 1878, l'Ordre Uni a été créé à Glenwood et Grand-père et ses quatre épouses ont rejoint l'ordre. Il est devenu la responsabilité de la famille Buchanan de s'occuper des vaches laitières de la communauté.

Toutes les vaches ont été rassemblées et conduites dans le canyon jusqu'au pays du plateau dans et autour de Burrville. Ici, ils étaient gardés en troupeau, traitaient et le lait était transformé en fromage et en beurre qui était renvoyé dans la vallée pour y prendre soin des saints. Cela n'a duré qu'un an ou deux jusqu'à ce que l'ordre soit dissous. Il semblait que l'esprit était disposé mais la chair était faible et les gens n'étaient tout simplement pas prêts à vivre la Loi de Consécration ou même l'Ordre Uni tel qu'il avait été décrit.

Au cours des années 1880, la persécution de la polygamie a commencé sérieusement par les officiers des États-Unis. Tous ceux qui avaient plus d'une épouse ont été chassés d'un endroit à un autre au fil des ans. C'est une question d'histoire que grand-père et ses épouses se cachaient dans une communauté ou une autre pour échapper aux maréchaux. Une grande partie de cette difficulté sera racontée par ceux qui étaient réellement là. Je dois dire ici que grand-père, ses épouses et sa famille ont traversé toute cette épreuve mais n'ont jamais été attrapés. Beaucoup de frères ont été capturés et sont allés au pénitencier où ils ont purgé diverses peines. Ces persécutions ont continué jusqu'à ce qu'il semble préférable qu'au moins une partie de la famille quitte Glenwood et déménage au Colorado, ou même au Mexique.Dans un premier temps, la décision fut prise d'aller à Mancus Creek, Colorado, car certains de leurs amis s'y trouvaient déjà, notamment la famille John R. Young. Il semblait préférable que grand-père Archie prenne sa plus jeune épouse, tante Caroline, et déménage au Colorado, au moins pour une période de temps, jusqu'à ce que les persécutions cessent. Les trois autres épouses devaient rester à Glenwood et s'occuper d'elles-mêmes du mieux qu'elles pouvaient. Cela a dû être une décision difficile à prendre et difficile à mettre en œuvre.

Au printemps 1890, grand-père Archie, tante Caroline et sa famille, ainsi qu'un fils Eugene, quittèrent Glenwood pour se rendre au Colorado. Ils traversèrent le comté de Wayne en passant par Fruita et Hanksville, puis traversèrent le désert au nord jusqu'au site actuel de Green River. Ici, ils ont loué un ferry pour les faire traverser la rivière. Cependant, ils ont dû attendre plusieurs jours car le ferry était de l'autre côté de la rivière et ne reviendrait pas. Il semblait que les hommes faisaient une sorte de fête ou buvaient de la bière. Eugène a décidé qu'il nagerait la rivière alors il est allé en amont d'un ou deux milles, puis a plongé dans la rivière et a finalement traversé et a ramené le ferry vers la rive ouest où la famille a chargé et a traversé la rivière. Ils ont ensuite continué jusqu'à Moab, le long du même sentier que grand-père Archie avait aidé à tracer lors de la mission Elk Mountain. Encore une fois, Eugene a dû nager la rivière Grand [maintenant Colorado] pour prendre le ferry. Ils ont ensuite continué vers le sud et sont arrivés à Mancus Creek et y ont vécu quelques mois. Eugène a trouvé la tombe de sa femme et a décidé de s'y installer où il pourrait être près de sa tombe. Sur les conseils de l'apôtre John Henry Smith et d'autres, lui et tout le groupe ont décidé de se rendre au Mexique, car ce pays permettait maintenant aux colonies polygames d'entrer dans leur pays et de vivre en paix.

Grand-père Archie est tombé malade en descendant et il a fallu que tante Caroline conduise les équipes la plupart du temps.

Encore une fois dans les conditions les plus primitives, les Buchanans ont commencé à construire une nouvelle vie. Grand-père avait 60 ans maintenant. L'écrivain a visité les colonies il y a plusieurs années et s'est entretenu avec l'un des anciens évêques qui se souvenaient des Buchanans. Il a dit que la chose dont il se souvenait d'eux était leur extrême pauvreté. Ils sont arrivés au Mexique sans rien et il leur a été difficile de démarrer. Ils ont vécu plusieurs mois dans leurs wagons et dans des tentes.

Finalement, grand-père a obtenu un emploi pour s'occuper d'un moulin à farine et cela a aidé à leur fournir de la nourriture et de l'argent. Eugene est allé travailler pour le chemin de fer pour voir combien d'argent il pourrait gagner pour son propre enfant et pour aider la famille de toutes les manières possibles.

Tante Lyle nous raconte l'histoire suivante de leur déménagement au Mexique et des difficultés en cours de route : « La première partie d'octobre 1890, nous avons commencé le long voyage vers le Vieux-Mexique, frère John R. Young avait quatre chariots et chariots et équipes, frère Maynard Wright de Koosharem avait une tenue. Eugene nous a accompagnés pour conduire l'une des équipes. Les chariots étaient chargés de provisions et de choses dont nous aurions besoin après avoir atteint notre destination au Mexique.

"Père était malade de la fièvre des montagnes pendant une partie du voyage, alors maman a dû conduire l'équipe la plupart du temps. Le groupe était dix-huit et nous nous sommes tous reposés le jour du sabbat et avons fait des exercices de dévotion. Nous avons passé Noël (1890) à Deming, Nouveau-Mexique. Avant que nous puissions traverser la frontière mexicaine, les fonctionnaires mexicains ont vérifié tout ce que nous avions et ont marqué les lettres AFA sur chaque wagon. Père a ri et a dit que les lettres signifiaient « un autre imbécile est arrivé ».

« Nous avons passé le jour de l'an à Colonia Dias, une petite communauté de mormons qui s'étaient rendus au Mexique pour qu'ils puissent vivre en paix avec leurs familles. Après deux jours de plus, nous sommes arrivés à Dublan, notre destination.

Tante Lyle poursuit : "C'était un nouveau pays et il y avait des épreuves à endurer, mais c'était sans aucun doute un soulagement pour mon père de se sentir libre et de savoir que les marshals n'étaient pas sur sa piste."

Tante Lyle déclare en outre que leur première maison était une tente et une caisse de chariot posées sur le sol avec la porte coupée au bout de la tente, ce qui leur donnait une chambre et une cuisine. Elle ne précise pas combien de temps ils ont vécu dans la tente, mais ils vivaient dans une maison en adobe le 25 octobre 1891. Les jumeaux, Earl et Myrle, sont nés dans la maison en adobe.

Pendant son séjour au Mexique, Archibald était maître des eaux, il a également travaillé au moulin à farine Joe Jackson. Pendant qu'il dirigeait le moulin, une bande de Mexicains est venue un jour et a agi comme s'ils avaient l'intention de voler quelque chose. Il se dirigea vers la porte et enfonça son poing dans le panneau de bois. Cela a impressionné les Mexicains et ils sont partis immédiatement car ils ont remarqué que grand-père était un grand homme fort et qu'ils ne voulaient tout simplement pas faire quoi que ce soit qui le ferait perdre son sang-froid.

Une autre histoire pourrait être ajoutée. Une nuit alors qu'il irriguait à Dublan, il s'allongea sur le bord du fossé pour dormir un moment. Quand il s'est réveillé, il avait un serpent à sonnettes enroulé à côté de lui. D'une manière ou d'une autre, le serpent est parti sans frapper. Lorsqu'on lui a demandé s'il avait tué le serpent, il a répondu « Si le serpent était assez bon pour ne pas blesser les hommes, je n'allais pas le tuer. » Il n'a jamais tué de serpent par la suite.

En 1892[3], grand-père Archie est venu à Salt Lake pour la dédicace du temple de Salt Lake. Lui et quelques autres frères du Mexique ont fait le voyage. Après la dédicace, il a voulu rendre visite à sa famille à Glenwood et les persuader, si possible, de revenir avec lui au Mexique pour rejoindre tante Caroline et la famille là-bas. Après avoir passé quelques semaines avec des amis et constaté que les persécutions liées à la polygamie s'étaient quelque peu apaisées, la famille a décidé de rester à Glenwood et grand-père Archie est retourné au Mexique et a récupéré sa famille et les a ramenés à Glenwood.

À leur retour en Utah, une décision intéressante a dû être prise par la famille. Grand-père a dit à ses femmes que si elles devaient vivre en Utah, elles devraient obéir aux lois du pays. Tante Caroline déclare qu'après leur retour, elle et grand-père n'ont plus jamais vécu ensemble en tant que mari et femme, bien qu'elle ait pris soin de lui pour le reste de sa vie.

Le grand-père Archie a vécu avec sa famille à Glenwood pendant huit ou neuf ans après leur retour, puis a déménagé à Venise avec tante Caroline. Ils auraient déménagé à Venise vers l'année 1900 ou même 1901. Grand-père aurait eu 70 ans lorsqu'ils sont venus à Venise.

Même pendant ces dernières années de sa vie, il fut appelé à jouer le rôle d'interprète pour le problème indien. Nous trouvons que l'histoire rapporte qu'il était dans la région de Koosharem en tant qu'interprète pour le président Seegmiller du pieu de Sevier et les Indiens là-bas.

Sa santé a commencé à décliner et avec la famille tous mariés et avec leurs propres problèmes et vie de famille, grand-père a été laissé à peu près à lui-même. Earl et Myrle étaient les deux seuls enfants à la maison pendant la dernière partie de sa vie. Tante Caroline travaillait et en 1908, elle est allée à Salt Lake City et a étudié pour devenir sage-femme. Le reste de sa vie a donc été passé avec les malades dans les environs de Venise.

Il rendait visite à ceux de ses fils et filles qui vivaient près de lui, en particulier oncle Will et mon père Eugene, et tante Lyle. Je m'intéressais particulièrement au vieil homme parce que j'adorais entendre ses histoires et son histoire. Je me suis assis sur ses genoux ou près de lui pendant de nombreuses heures alors qu'il me racontait sa jeunesse, sa conversion à l'Évangile, les persécutions des saints et le meurtre du prophète à Nauvoo, le voyage à travers les plaines, de ses expériences indiennes en tant qu'interprète et artisan de la paix et ces histoires sont donc restées avec moi. Certains d'entre eux sont un peu flous dans les détails mais le contour reste fort dans ma mémoire. Ce sont ces souvenirs et ces histoires que je vais maintenant mettre dans les prochains chapitres de cet ouvrage.

Grand-père Archie est décédé de cette vie le 7 mai 1915 à son domicile de Venice, dans l'Utah, et a été enterré en mai 1915 au cimetière de Glenwood.

Cela met fin à la vie de l'un des premiers pionniers de l'Utah. Il avait passé quatre-vingt-cinq ans aux frontières, se déplaçant d'un endroit à l'autre. Il se consacra à sa famille et à l'Église, mais surtout il avait consacré sa vie à la paix et à aider le peuple indien à réaliser que son meilleur mode de vie serait de suivre celui de ses voisins mormons. C'était un missionnaire, un artisan de la paix, un ami et quelqu'un de confiance. Ses amis indiens disaient de lui qu'il était un homme qui n'avait pas de "langue fourchue".

Ce qui suit est tiré du Deseret Evening News du 18 mai 1915 :

DERNIER HOMMAGE RENDU AU VILLANT PIONNIER

Venise, Sevier Co. 17 mai - Les funérailles d'Archibald W. Buchanan ont eu lieu ici dimanche. M. Buchanan est décédé le 7 mai des suites d'infirmités liées à la vieillesse, alors qu'il avait plus de 85 ans. Il est né dans le Kentucky, le 9 février 1830. Ses parents se sont joints à l'Église pendant les premières persécutions et ont aidé à construire la ville de Nauvoo où leur fils Archibald, alors qu'il était jeune, fit la connaissance de Joseph Smith, le prophète. Il se souvint du martyre du prophète et de son frère Hyrum et était présent à la réunion dans les bosquets lorsqu'il fut rendu manifeste aux saints que la direction de l'Église était tombée sur Brigham Young. M. Buchanan est resté toute sa vie un membre fidèle et dévoué de l'Église et a toujours rendu un témoignage fervent de l'appel divin de Joseph Smith et de ses successeurs et de la véracité des principes de l'Évangile. Il est venu avec ses parents en Utah en 1862 [1852]. Il est devenu un pionnier des comtés de Sanpete et de Sevier et à ces débuts, il était connu comme médiateur et artisan de la paix entre les Indiens et les pionniers. Il était père de 30 enfants et avait 104 petits-enfants et 76 arrière-petits-enfants. Il fut évêque de Glenwood pendant plusieurs années et se rendit au Mexique en 1890, retournant quelques années plus tard et s'installant à Venise, où il vécut le reste de ses jours.

Lors des funérailles, la chorale de la paroisse de Venise a chanté des sélections appropriées et des duos ont été interprétés par Miss Ence et Christensen et par M. et Mme Payne. La prière d'ouverture était par James M. Peterson et la prière de clôture par Prest. James Christensen. Les orateurs étaient A. T. Oldroyd, le patriarche J. S. Horn, Prest. Robert D. Young, Mme Hepler, Newell K. Young et le patriarche W. H. Seegmiller. Tous ont parlé dans les termes les plus élevés du pionnier robuste et fidèle et du père et ami dévoué, le représentant de la paix et de l'amour et le travailleur solide et vaillant dans la cause de la vérité. L'inhumation a eu lieu au cimetière de Glenwood.

Scanné par Joseph F. Buchanan - 6 mai 1996 (image modifiée le 27/06/96, lien vers le bataillon mormon page 4/7/97) - corrections 26/11/97


mv2.jpg/v1/fill/w_75,h_86,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01,blur_3/magnolia2.jpg" />

mv2.jpg/v1/fill/w_106,h_80,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01,blur_3/TN%20stars.jpg" />

mv2.jpg/v1/fill/w_75,h_86,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01,blur_3/magnolia2.jpg" />

Alors que l'occupation fédérale de Nashville s'est poursuivie au début des années 1860, la vie des Nashvilliens a été profondément touchée. Les écoles publiques et de nombreuses écoles privées ont été fermées pendant l'occupation fédérale. Les familles de Nashville ont fait face à des menaces physiques de la part de maraudeurs, de voleurs et de tueurs qui les ont chassés de chez eux, les ont volés ou les ont physiquement blessés. Des maladies épidémiques, comme la variole, ont éclaté dans toute la ville. Il y avait pénurie de nourriture et de main-d'œuvre. [Partenaires réticents Nashville et Union, 1987]


BUCHANAN Généalogie

WikiTree est une communauté de généalogistes qui développe un arbre généalogique collaboratif de plus en plus précis et 100% gratuit pour tout le monde pour toujours. S'il vous plaît rejoignez-nous.

Veuillez vous joindre à nous pour collaborer sur les arbres généalogiques de BUCHANAN. Nous avons besoin de l'aide de bons généalogistes pour développer une complètement libre arbre généalogique partagé pour nous connecter tous.

AVIS DE CONFIDENTIALITÉ IMPORTANT ET AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : VOUS AVEZ LA RESPONSABILITÉ D'UTILISER LA PRUDENCE LORS DE LA DISTRIBUTION D'INFORMATIONS PRIVÉES. WIKITREE PROTEGE LES INFORMATIONS LES PLUS SENSIBLES, MAIS UNIQUEMENT DANS LA MESURE INDIQUÉE DANS LE CONDITIONS D'UTILISATION ET POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ.


BUCHANAN Généalogie

WikiTree est une communauté de généalogistes qui développe un arbre généalogique collaboratif de plus en plus précis et 100% gratuit pour tout le monde pour toujours. S'il vous plaît rejoignez-nous.

Veuillez vous joindre à nous pour collaborer sur les arbres généalogiques de BUCHANAN. Nous avons besoin de l'aide de bons généalogistes pour développer une complètement libre arbre généalogique partagé pour nous connecter tous.

AVIS DE CONFIDENTIALITÉ IMPORTANT ET AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : VOUS AVEZ LA RESPONSABILITÉ D'UTILISER LA PRUDENCE LORS DE LA DISTRIBUTION D'INFORMATIONS PRIVÉES. WIKITREE PROTEGE LES INFORMATIONS LES PLUS SENSIBLES, MAIS UNIQUEMENT DANS LA MESURE INDIQUÉE DANS LE CONDITIONS D'UTILISATION ET POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ.


L'histoire trouble et honteuse de la traite négrière de l'Écosse alors que les appels se multiplient pour que les noms des rues soient changés

C'est un fait peu connu que de nombreuses rues et bâtiments d'Écosse ont été construits sur le dos de la traite des esclaves.

La richesse de l'histoire, de la culture et de l'architecture de l'Écosse est ce qui rend le pays si unique.

Mais il est souvent rarement question que les monuments et les rues écossais célèbres portent le nom de riches propriétaires d'esclaves et révèlent un passé trouble et honteux.

De la capitale de l'Écosse à la côte ouest, les villes ont été enrichies par la traite des esclaves au XVIIIe siècle.

Lire la suite
Articles Liés
Lire la suite
Articles Liés

Une poignée de riches marchands écossais sont devenus connus sous le nom de &aposTobacco Lords&apos, qui possédaient des plantations en Amérique et en Jamaïque et pouvaient posséder jusqu'à 300 esclaves transportés d'Afrique.

Les Écossais ont maintenant tourné leur attention vers les rues et les bâtiments alors qu'une pétition les appelant à être renommés à Glasgow a gagné du terrain à la suite de la mort de George Floyd&aposs, qui a déclenché un mouvement mondial contre le racisme.

Les liens de l'Ecosse avec la traite des esclaves ont commencé avec le tabac, qui était vendu dans toute l'Europe.

Lire la suite
Articles Liés

Un tiers des plantations jamaïcaines appartenaient à des Écossais qui gardaient des esclaves - et ils avaient très peu de droits humains.

Ils ont été achetés et vendus comme du bétail et leur état a été vérifié par des acheteurs potentiels, les prix variant en fonction de la santé et de la force des personnes, selon le National Trust for Scotland.

Voici quelques-unes des rues et des bâtiments les plus célèbres de Glasgow nommés d'après les figures infâmes de la traite négrière :

Galerie d'Art Moderne

Lire la suite
Articles Liés

Lire la suite
Articles Liés

Cette magnifique pièce d'architecture est une partie bien connue de Glasgow, mais elle a une histoire sombre associée à la traite négrière.

C'était autrefois la maison de William Cunninghame, qui a payé 10 000 £ pour le manoir à l'arrière des plantations qu'il possédait en Jamaïque.

Le seigneur du tabac né à Kilmarnock possédait un énorme domaine en Jamaïque et il aurait possédé 300 esclaves.

Cunninghame a fait fortune en stockant du tabac bon marché peu de temps avant la Révolution américaine dans les années 1770 et en le vendant plus tard à des prix élevés.

Rue Glassford

Ceux qui connaissent Glasgow auront parcouru cette route nichée dans le centre-ville juste à côté de la rue Argyle.

Mais peu d'Ecossais savent qu'il porte en fait le nom de John Glassford, un seigneur du tabac qui possédait des plantations en Virginie et dans le Maryland et dont le nom est synonyme de traite négrière.

Il possédait également 21 magasins de tabac et dirigeait une flotte de navires pour transporter le produit.

L'immense richesse du marchand né à Paisley lui a permis de construire de nombreuses propriétés à Glasgow.

Le portrait de la famille Glassford est actuellement accroché au Palais du Peuple et montre le marchand et sa famille comme sa maison du manoir Shawfield dans le centre-ville.

Le portrait présente le faible contour d'un esclave noir qui a été recouvert.

Il était autrefois très à la mode d'être propriétaire d'un esclave, mais on pense qu'il a peut-être été repeint au 19ème siècle lorsque le commerce a été aboli et que la pratique a été considérée comme honteuse.

Rue Ingram

Archibald Ingram était un autre riche marchand qui a fait fortune dans les plantations grâce à l'exploitation d'esclaves noirs.

Le seigneur du tabac du XVIIIe siècle, qui était le beau-frère de John Glassford, possédait plusieurs plantations sur la côte est de l'Amérique.

Environ 30 navires qui ont quitté Glasgow au cours des années 1700 ont été directement impliqués dans des voyages d'esclaves, semble-t-il.

Rue Buchanan

Le Style Mile est l'une des rues principales les plus célèbres d'Écosse, célèbre pour ses boutiques.

Mais il a en fait été nommé d'après l'un des « lords du tabac » les plus célèbres de Glasgow.

Andrew Buchanan de Drumpellier était un marchand de tabac écossais possédant des plantations en Virginie.

Il a également créé Virginia Street, l'une des rues du centre-ville nommée d'après les zones esclavagistes où le marchand du XVIIIe siècle a fait fortune.

Les rues Jamaica, Tobago et Antigua à Glasgow rappellent l'emplacement de leurs domaines et de leurs partenaires commerciaux occidentaux.

La capitale écossaise est également chargée d'histoire liée à la traite négrière.

Édimbourg&aposs Bute House - la résidence officielle du premier ministre Nicola Sturgeon - abritait le riche John Crawford qui a fait fortune après avoir hérité de la plantation de sucre de Bellfield alors qu'il n'avait que cinq ans.

Sur la place St Andrew&aposs, il y a une statue dédiée à Henry Dundas, également connue sous le nom de Melville Monument.

Il use de son influence pour recommander de retarder de 15 ans l'abolition de la traite négrière.

La pétition portant sur le nom de la rue de Glasgow préconise de retirer les Tobacco Lords "du piédestal sur lequel ils semblent se tenir et de reconnaître à la place d'autres militants écossais qui méritent une telle estime".

Il mentionne également comment la ville pourrait suivre les traces de l'Espagne, qui a changé les noms des rues loin des figures du régime fasciste de Franco.

La mort choquante de George Floyd la semaine dernière a secoué le monde et déclenché l'indignation alors que les gens sont descendus dans la rue pour protester contre le racisme.

L'Afro-américain de 46 ans est décédé à Minneapolis après qu'un policier se soit agenouillé sur le cou pendant plus de huit minutes.

Une vidéo poignante de l'incident montre M. Floyd en train de mendier : « S'il vous plaît, je ne peux pas respirer » et « Ne me tuez pas ».

L'ancien officier de police Derek Chauvin a été arrêté et accusé de meurtre au troisième degré et d'homicide involontaire coupable au deuxième degré à la suite de manifestations pacifiques et d'émeutes mondiales.

La mort choquante a déclenché la traction du mouvement mondial Black Lives Matter, où la colère profondément ancrée face à la brutalité policière et aux inégalités enracinées dans la société s'est déplacée de l'autre côté de l'étang vers l'Écosse.

Cela survient alors que la manifestation Black Lives Matter prévue à Glasgow ce week-end a été annulée en raison de craintes pour la santé.

Le mouvement mondial contre le racisme a gagné du terrain grâce à Black Lives Matter, un groupe mondial de défense des droits humains qui fait campagne contre la violence et le racisme systémique envers les Noirs.

Il a été fondé en 2013 en réponse à l'acquittement du meurtrier de Trayvon Martin qui a abattu l'adolescent afro-américain de 17 ans lors d'une visite à son père et sa fiancée dans sa maison de ville en Floride.

Les gens font preuve de solidarité avec le mouvement et "prennent le genou" dans la position de protestation rendue célèbre par la star du football américain Colin Kaepernick.


Archibald Buchanan - Histoire

Histoires de clan/famille
- Buchanan

L'origine précoce de cette famille serait un fils du roi d'Ulster qui a débarqué en Argyll vers 1016 et a été récompensé par des terres sur la rive est du Loch Lomond par le roi Malcolm II, pour avoir servi dans la lutte contre les envahisseurs nordiques. La région était connue sous le nom de « Buth chanain », en gaélique pour « maison du chanoine » et peut avoir été liée à l'ancienne église celtique. La terre devait rester en possession de Buchanans jusqu'en 1682, date à laquelle le 22e laird de Buchanan mourut et les domaines durent être vendus pour rembourser les dettes. Le manoir de Buchanan appartient maintenant aux ducs Graham de Montrose.

Le clan a prospéré après avoir soutenu Robert le Bruce pendant les guerres d'indépendance au début du 14ème siècle.

Au XVe siècle, Sir Alexander Buchanan faisait partie des 7 000 Écossais qui combattirent en France contre le roi Henri IV d'Angleterre, se distinguant à Azincourt et à Beauge. Lors de cette dernière bataille en Normandie en 1421, il tua le duc de Clarence et captura son bonnet ducal - qui est maintenant représenté dans les armoiries du clan.

Le chef du clan est tombé à la bataille de Flodden en 1513 et le clan a été impliqué dans la bataille de Pinkie en 1547 et Langside en 1568.

Au XVIe siècle, George Buchanan, né à Killearn dans le Stirlingshire en 1506, a beaucoup voyagé à l'étranger et a mené une carrière d'écrivain, de poète, d'humaniste et de réformateur protestant. Il fut le tuteur de Mary Queen of Scots et plus tard de son fils, le roi Jacques VI. Il est crédité d'avoir jeté les bases de la réussite académique incontestable du monarque.

Andrew Buchanan était le Lord Provost de Glasgow au moment du soulèvement jacobite de 1745 et a refusé d'aider les forces du Young Pretender lorsqu'il est arrivé dans la ville. Plus tard, un baron du tabac Buchanan à Glasgow a donné son nom à Buchanan Street, qui est maintenant l'un des quartiers commerçants à la mode de la ville.

James Buchanan (1791-1868) était le 15e président des États-Unis. Ses ancêtres avaient déménagé en Ulster et Donegal avant d'émigrer aux États-Unis.

La devise du clan Buchanan est « Clarior hinc honos » qui signifie « Plus brillant, d'où l'honneur ».

Les noms de famille considérés comme septs (sous-branche) du clan Buchanan incluent Colman, Cormack, Cousland, Donleavy, Donlevy, Dove, Dow, Dowe, Gibb, Gilbert, Gilbertson, Harper, Lennie, Lenny, MacAslan, MacAuselan, MacAuslan, MacAusland, MacAuslane, McCalman, MacCalmont, MacChruiter, MacColman, MacCormack, MacCubbin, MacDonleavy, MacGilbert,MacInally, MacIndoe, MacKinlay, MacMaster, MacMaurice, MacMurchie, MacWattie, MacWhirter, Masterson, Morris, Murchison, Ruchison, Risque, Murchison, Spittal, Watt, Yuill, Yule.

Il existe des sites Web du clan Buchanan ici et ici.


Voir la vidéo: КРУТОЕ ПРОЧИТАННОЕ ИЮЛЯ ПОБИЛА РЕКОРД