397e groupe de bombardement

397e groupe de bombardement

397e groupe de bombardement

Histoire - Livres - Aéronefs - Chronologie - Commandants - Bases principales - Unités composantes - Affecté à

Histoire

Le 397th Bombardment Group était une unité de bombardiers moyens qui a servi dans la neuvième force aérienne et a soutenu l'invasion du jour J et la campagne qui a suivi.

Le groupe fut activé en avril 1943 et était équipé du B-26 Marauder. Il a déménagé en Angleterre en mars-avril 1944 et a rejoint la Ninth Air Force. Les opérations de combat ont commencé en avril et dans la période précédant le débarquement du jour J, il a été utilisé pour attaquer des sites d'armes en V, des ponts, des défenses côtières, des gares de triage et des aérodromes.

Le jour J, il a été utilisé pour attaquer les points forts allemands. Il soutient ensuite les combats en Normandie, attaquant notamment les dépôts de carburant et les points forts allemands. En juillet, il a soutenu la percée à St Lo. En août 1944, le groupe s'installe sur le continent. Il a été utilisé pour attaquer les garnisons allemandes isolées à Saint-Malo et à Brest, puis a aidé à soutenir l'avance rapide des Alliés à travers la France.

En septembre, il a commencé à opérer au-dessus de l'Allemagne, attaquant des ponts, des zones défendues et des décharges de stockage. Pendant la bataille des Ardennes, le groupe a attaqué les communications allemandes, aidant à isoler le champ de bataille. Il a reçu un Distinguished Unit Citation pour une attaque contre le pont ferroviaire à Eller le 23 décembre 1944.

En 1945, le groupe a soutenu l'avancée des Alliés en Allemagne. Il est revenu aux États-Unis en décembre 1945-janvier 1946 et a été inactivé le 6 janvier 1946.

Livres

Avion

Avril 1943- : Martin B-26 Marauder

Chronologie

20 mars 1943Constitué en tant que 397e groupe de bombardement (moyen)
20 avril 1943Activé
mars-avril 1944Vers l'Angleterre et la neuvième armée de l'air
avril 1945Dernier combat
décembre 1945-janvier 1946Retourné aux États-Unis
6 janvier 1946Inactivé

Commandants (avec date de nomination)

Maj Rollin M Winingham : v. Mai 1943
Lt Col John F Batjer : 18 juillet 1943
Col Richard T Coiner Jr : 5 octobre 1943
Lt Col Jimmie W Britt : 23 juillet 1945-inconnu.

Bases principales

MacDill Field, Floride : 20 avril 1943
Avon Park Bombing Range, Floride : 12 octobre 1943
Hunter Field, Géorgie : 1er novembre 1943-13 mars 1944
Gosfield, Angleterre : 5 avril 1944
Rivenhall, Angleterre : 15 avril 1944
Hurn, Angleterre : 5 août 1944
Gorges, France : août 1944
Dreux, France : env. 11 sept. 1944
Péronne, France : 6 octobre 1944
Venlo, Hollande : 25 avril 1945
Péronne, France : c. 24 mai-c. Déc 1945
CampKilmer, NJ : 5-6 janvier 1946.

Unités composantes

596e Escadron de bombardement : 1943-1945
597e Escadron de bombardement : 1943-1946
598e Escadron de bombardement : 1943-1945
599e Escadron de bombardement : 1943-1945

Assigné à

1944-45 : 98e escadre de bombardement ; 1944-45 : 9e division de bombardement (moyenne) ; Neuvième Armée de l'Air


RAF Hurn

Northrop P-61A-5-NO Black Widow Serial 42-5535 du 422e Escadron de chasse de nuit.

Martin B-26C-45-MO Marauder Serial 42-107832 du 598th Bomb Squadron.

Martin B-26B-55-MA Marauder Serial 42-96142 du 596th Bombardment Squadron.

Pour l'utilisation civile de cette installation après 1944, voir l'aéroport de Bournemouth

RAF Hurn est un ancien aérodrome de la Seconde Guerre mondiale dans le Dorset, en Angleterre. L'aérodrome est situé à environ 6,4 km au nord-est de Christchurch à environ 140 km au sud-ouest de Londres.

Ouvert en 1941, il a été utilisé à la fois par la Royal Air Force et l'United States Army Air Forces. Pendant la guerre, il a été principalement utilisé comme aérodrome de transport et de combat.

Depuis 1969, il s'appelle l'aéroport de Bournemouth, bien que certains l'appellent encore Hurn.


Contenu

La Seconde Guerre mondiale

  • Médias liés au 397e groupe de bombardement sur Wikimedia Commons

Constitué comme 397e groupe de bombardement (moyen) le 20 mars 1943. Activé le 20 avril 1943. Formé avec des B-26. Transféré à la RAF Gosfield en Angleterre, de mars à avril 1944, et affecté à la neuvième force aérienne, cependant. à peine étaient-ils arrivés qu'ils ont été transférés à la RAF Rivenhall. La marque d'identification du groupe était une bande diagonale jaune sur les deux côtés de l'empennage vertical.

Au cours des jours suivants, plus de 60 B-26 « bare metal » devaient être vus sur les hardstands de Rivenhall. Bien que fraîchement sorti des terrains d'entraînement du sud-est des États-Unis, et n'ayant atteint le Royaume-Uni qu'au début du mois d'avril. le 347th effectue sa première mission de combat le 20 avril : une attaque sur un site V-1 du Pas de Calais.

Au cours de son mandat de Rivenhall, le 397th a entrepris 56 missions de bombardement, dont 32 attaques sur des ponts. Les autres cibles étaient les aérodromes ennemis, les nœuds ferroviaires, les magasins de carburant et de munitions, les sites d'armes V et diverses installations militaires en France et aux Pays-Bas. Au cours de ces missions, un total de 16 B-26 ont été portés disparus et plusieurs autres ont fait naufrage lors d'atterrissages forcés à la base.

Au début du mois d'août, officiellement le 5, le 397th fut transféré de Rivenhall à la RAF Hurn dans le Hampshire, pour donner aux Maraudeurs un meilleur rayon d'action alors que la sortie des forces alliées de la tête de pont de Normandie signifiait que les cibles potentielles s'éloignaient.

Bien que se déplaçant de Rivenhall, le groupe est arrivé sans cesser ses opérations et a effectué 72 missions depuis Hurn avant de se rendre à l'Advanced Landing Ground à Gorges, en France (A-26) le 19 août, avec les derniers départs les 30 et 31. Trois Maraudeurs ont été perdus pendant le séjour du mois.

Sur le continent, le 397th a frappé des positions ennemies à Saint-Malo et Brest et a bombardé des cibles dans la région de Rouen alors que les armées alliées traversaient la Seine et avançaient jusqu'à la ligne Siegfried. Le groupe a commencé à effectuer des missions en Allemagne en septembre, attaquant des cibles telles que des ponts, des zones défendues et des dépôts de stockage.

Le 397th a frappé les communications de l'ennemi pendant la bataille des Ardennes (décembre 1944 - janvier 1945) et a reçu une mention d'unité distinguée pour une mission le 23 décembre 1944 lorsque le groupe a résisté à de lourdes attaques de flak et de chasseurs pour couper un pont ferroviaire à Eller, un maillon vital de la ligne de ravitaillement ennemie à travers la Moselle.

Le groupe a continué à soutenir la poussée des Alliés en Allemagne jusqu'en avril 1945, étant stationné à Venlo, aux Pays-Bas (Y-55) le jour de la victoire. Il est retourné aux États-Unis entre décembre 1945 et janvier 1946, étant inactivé à Camp Kilmer, New Jersey, le 6 janvier 1946.

Commandement aérien stratégique

Le 1er août 1958, le Strategic Air Command (SAC) organise la 4038e escadre stratégique à Dow AFB, Maine [2] et l'a affecté à la 820th Air Division le 1er janvier 1959 [3] dans le cadre du plan du SAC visant à disperser ses bombardiers lourds Boeing B-52 Stratofortress sur un plus grand nombre de bases, rendant ainsi plus difficile pour l'Union soviétique d'éliminer toute la flotte avec une première frappe surprise. L'escadre n'est restée un quartier général que jusqu'au 1er février 1960, date à laquelle la 4060th Air Refueling Wing a été interrompue et ses organisations de soutien transférées à la 4038th en plus des 71st et 341st Air Refueling Squadrons, pilotant des Boeing KC-97. Quinze jours plus tard, le 341e Escadron de bombardement (BS) a déménagé à Dow depuis son ancienne station de Blytheville AFB, Arkansas, où il avait été l'un des trois escadrons affectés à la 97e Escadre de bombardement et rééquipé de 15 B-52G. [5] À partir de 1960, un tiers des avions de l'escadre ont été maintenus en alerte de quinze minutes, entièrement ravitaillés et prêts au combat pour réduire la vulnérabilité à une frappe de missile soviétique. Ceci a été augmenté à la moitié de l'avion de l'unité en 1962. [6] Le 1er avril 1961, l'aile a été transférée au contrôle de la 6ème Division Aérienne. [7] En 1962, les bombardiers à voilure ont commencé à être équipés du GAM-77 Hound Dog et des missiles de croisière à lanceur aérien GAM-72 Quail, The 4038e Escadron de maintenance de missiles aéroportés a été activé en novembre pour maintenir ces missiles.

En 1962, afin de perpétuer la lignée de nombreuses unités de bombardement actuellement inactives avec d'illustres records de la Seconde Guerre mondiale, le quartier général SAC a reçu l'autorisation du quartier général de l'USAF de mettre fin à ses ailes stratégiques contrôlées par le commandement majeur (MAJCON) contrôlant l'escadron de combat, qui ne pouvait pas transporter un l'histoire ou la lignée, et d'activer des unités contrôlées par l'Air Force (AFCON) pour les remplacer, le temps qui pourrait porter une lignée et une histoire. En conséquence, le 4038th SW a été remplacé par le 397e escadre de bombardement, Heavy (397th BW), qui a assumé sa mission, son personnel et son équipement le 1er février 1963. [1]

De la même manière le 596th Bombardment Squadron, l'un des escadrons historiques de bombardement de l'unité pendant la Seconde Guerre mondiale, a remplacé le 341st BS. Les 860e groupe médical, 57e Escadron de maintenance des munitions et les deux escadrons de ravitaillement en vol ont été réaffectés au 397th. Les unités de soutien des composants ont été remplacées par des unités portant la désignation numérique de l'aile nouvellement créée. Dans le cadre de l'organisation Dual Deputate [8], tous les escadrons de vol et de maintenance étaient directement affectés à l'escadre, de sorte qu'aucun élément de groupe opérationnel n'a été activé. Par conséquent, l'histoire, la lignée et les honneurs du 397e groupe de bombardement ont été temporairement accordés à l'aile nouvellement créée lors de l'activation.

Le 397th Bomb Wing a continué à mener des opérations de formation au bombardement stratégique et de ravitaillement en vol pour répondre aux engagements opérationnels du Strategic Air Command, y compris des déploiements en Asie du Sud-Est pendant la guerre du Vietnam. Les éléments de ravitaillement de l'aile ont changé lorsque le 341e Escadron de ravitaillement en vol a été désactivé à l'automne 1963, tandis que le 71e a échangé ses KC-97 contre des Boeing KC-135 Stratotankers le printemps suivant. En 1968, des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) avaient été déployés et étaient devenus opérationnels dans le cadre de la triade stratégique des États-Unis, et le besoin de B-52 avait été réduit. En outre, des fonds étaient également nécessaires pour couvrir les coûts des opérations de combat en Indochine. La 397th Bombardment Wing a été désactivée le 25 avril 1968 [1] et ses avions ont été réaffectés à d'autres unités du SAC. Dans le cadre de l'inactivation, Dow a été fermé.


397e groupe de bombardement - Histoire

/07/1941, Ouvert comme satellite à Ibsley.
Du /11/1941 au /05/1942, Vol de service spécial de Christchurch et Liberators of 1425 Vol de Honeybourne.
/05/1942 à /10/1942, Escadron n°296 et 297 avec remorqueurs planeurs Albermarle.
/12/1942 au /03/1944, 1458 (TT) Vol avec Albermarles.
/10/1943 au /03/1944, Escadrons n°295 et 570.
Du 03/03/1944 au 07/07/1944, utilisé par de nombreux escadrons de chasseurs de nuit Mosquito et de chasseurs bombardiers Typhoon.
/06/1944 au /07/1944, 422e et 425e Escadrons de chasse de nuit IXe USAAF ici de Scorton avec six chasseurs de nuit P-61 Black Widow.
/08/1944 au /09/1944, 596e, 597e, 598e et 599e escadrons de bombes de la Le 397th Bomb Group avec des B-26 Marauders de Rivenhall a effectué 22 missions, perdant trois B-26 avant de passer à A-26, Gorges, France.
/10/1944 à /1946, BOAC de Whitchurch, suivi de KLM, Pan Am et Sabena. Dans l'aérodrome des années 1950 utilisé par Vickers pour les essais en vol de Valiant et la production de Varsity et de Viscounts. Airwork Services a formé la Fleet Requirements Unit pilotant la plupart des types d'avions de la Royal Navy, a déménagé à Yeovilton.

397e groupe de bombardement - Histoire

397e Escadron de bombardement (lourd)

Le 7th Aero Squadron (plus tard connu sous le nom de 397th Bombardment Squadron) a été organisé le 29 mars 1917 et affecté au département du canal de Panama, avec un lieu d'affectation à Ancon, CZ. Le 7th Aero Squadron était stationné à Empire, CZ, en mai 1917 Ft Sherman, CZ, le 29 août 1917 Cristobal, CZ, en mars 1918 et Coco Walk (plus tard France Field), CZ, en mai 1918. Le 7th Aero était affecté au 3e groupe d'observation (plus tard 6e d'observation, 6e composite et 6e groupe de bombardement) le 30 septembre 1919, et rebaptisé 7e escadron (observation) en avril 1921 7e escadron d'observation en 1923 et 7e escadron de reconnaissance (portée moyenne) le 1er septembre 1937. Le statut du 7e escadron de reconnaissance est passé d'affecté au 6e groupe de bombardement (lourd) à rattaché au 6e groupe de bombardement le 1er février 1940, son poste d'affectation restant à France Field, zone du canal.

Le 7th Reconnaissance Squadron (Medium Range) est rebaptisé 7th Reconnaissance Squadron (Heavy) le 20 novembre 1940.

Le mouvement de France Field à sa station permanente à Howard Field, Fort Kobbe, zone du canal, a été accompli le 26 novembre 1941 (Ordres généraux n° 56, Siège du Département du canal de Panama, 26 novembre 1941). Le 7e escadron, à cette date, avait 250 personnes affectées, huit B-17 et un autre avion.

Le déménagement de Howard Field, CZ, à David, R. de P., a eu lieu le 11 décembre 1941, en utilisant des convois motorisés et des avions tactiques disponibles.

Une grande partie du personnel volant du 7e Escadron de reconnaissance, sous le commandement du 1er. Le lieutenant T. K. Hampton (plus tard le lieutenant-colonel Hampton), s'est rendu aux États-Unis pour sécuriser des avions de type RLB-30 à livrer au 25e escadron de bombardement à Salinas, en Équateur.

Le 7th Reconnaissance Squadron (Heavy) est à nouveau affecté au 6th Bombardment Group (Heavy) le 25 février 1942

Le personnel volant du 7e a livré les avions de type RLB-30 sécurisés en janvier 1942 au 25e escadron de bombardement à Salinas, en Équateur, en mars 1942, et est retourné à David, R. de P., en avril 1942.

Le 7e escadron de reconnaissance (lourd) a été rebaptisé 397e escadron de bombardement (lourd), par l'ordre général numéro 18, quartier général, sixième force aérienne, le 11 mai 1942.

Le 19 juin, tout le personnel volant, composé de 70 officiers et hommes de troupe du 397e escadron de bombardement alors tactiquement inopérant, a été détaché à Guatemala City, au Guatemala, pour servir avec le 74e de bombardement. Le mouvement de l'escadron a été effectué par les avions tactiques du Groupe alors qu'il était en fonction normale de patrouilles et de vols spéciaux.

Le personnel volant du 397th affecté au service détaché du 74th Bombardment Squadron à Guatemala City en juin retourna à David, R. de P., à des intervalles allant jusqu'au 10 août 1942 inclus.

Le 397e Escadron de bombardement a quitté sa station temporaire de David, R. de P., le 15 août, pour une station temporaire à Tulara, Pérou, arrivant à cette station le 18 août 1942 (paragraphe 1b, Special Order Number 194, Headquarters, Sixth Armée de l'Air, 3 août 1942). Le déménagement a été accompli exclusivement par transport par eau, à l'exception du petit détachement au Guatemala qui est revenu plus tard à Tulara, au Pérou, via Galapagos et Salinas. L'unité est restée tactiquement inopérante jusqu'à ce que toutes les installations pour la fonction tactique soient terminées à la nouvelle station.

Les ordres généraux n° 41, Quartier général de la Sixième Armée de l'Air, 8 août 1942 inactivèrent le QG. & QG. Escadron, 6e groupe de bombes. Dix-neuf (19) personnes se sont rendues au 397e escadron de bombardement à Tulara, au Pérou.

Le 397e Escadron de bombardement comptait 202 personnes affectées et aucun aéronef au 31 août.

Trois cent treize (313) officiers et hommes de troupe (47 officiers, 266 hommes de troupe), et cinq avions quadrimoteurs et un autre avion ont été affectés, au 31 décembre.

La base aérienne de l'armée à Tulara, au Pérou, est devenue le lieu d'affectation permanent du 397e escadron de bombardement, sous l'autorité de l'ordre de mouvement n° 1, Quartier général, VI Bomber Command, le 27 mars 1943.

Le 4 mai 1943, un nouveau cadre identifié comme l'Escadron "X", et composé de 53 officiers et 323 hommes enrôlés du 39th Bombardment Group (Heavy), Second Air Force, Davis-Monthan Field, Tucson, Arizona, sous le commandement du capitaine Marvin H. Aherns, est arrivé à Rio Hato, R. de P., en remplacement de l'ancien personnel de l'escadron. À son arrivée à Rio Hato, le nouveau personnel prend la désignation de 397th Bombardment Squadron (Heavy). Le personnel de l'« ancien » 397e Escadron de bombardement a quitté Tulara, au Pérou, le 4 mai 1943, pour Howard Field, CZ, et est retourné aux États-Unis.

Le départ du 40th Bombardment Group (Heavy) en juin 1943 pour un redéploiement aux États-Unis, laisse le VI Bomber Command avec seulement le 6th Bomb Group qui comprend alors le 3rd Bombardment Squadron à David, le 29th Bombardment Squadron aux Galapagos, le 74e escadron de bombardement à Guatemala City et le 397e escadron de bombardement à Rio Hato. Le quartier général, le 6e groupe de bombardement et le quartier général du VI Bomber Command ont ensuite été regroupés pour former un quartier général conjoint.

L'attribution de la médaille de l'air a été faite à MSgt. Robert R. Walden, TSgt. George Todor, SSgt. Richard W. Mercer, Jr., SSgt. Russell P. Jorgenson et le sergent. Addison G. Saxton pour ses réalisations méritoires lors de sa participation à des vols de patrouille à longue distance au-dessus des approches du Pacifique et des Caraïbes vers le canal de Panama (Ordres généraux n° 41 et 44, QG, Sixième Armée de l'Air, 6 et 13 juin 1943, respectivement).

Le capitaine Marvin H. Aherns, commandant du 397e Escadron de bombardement, a été transféré au 3e Escadron de bombardement et a été remplacé par le lieutenant-colonel Lucius G. Drafts, le 7 juin 1943.

Après avoir fait avorter une mission de recherche radar le 15 juillet à cause du moteur n°1 d'un LB-30 piloté par 2d. Le lieutenant Clement Telep ne produisait pas d'électricité, le lieutenant Telep a rendu l'avion à la base aérienne de Rio Hato. Lorsque le problème n'a pas pu être reproduit lors d'une vérification au sol de l'avion, le lieutenant Telep son copilote 2d.Lt.Theodore B. Small SSgt. Steve M. Taylor et SSgt. Earl Stopher, deux autres membres d'équipage MSgt. William Armstrong, le chef de ligne et le chef d'équipe, un autre sergent, au nom inconnu, ont regagné l'ancien bombardier pour un saut d'essai, en prévision de retourner à la base pour le reste de l'équipage si le saut prouvait que l'avion allait bien. Le test a montré que le moteur instable ne développait toujours pas la puissance appropriée, et alors que le lieutenant Telep dirigeait le LB-30 sur la partie vent arrière du circuit d'atterrissage, le moteur a commencé à brûler. Les extincteurs n'ont fait que vaciller momentanément l'incendie avant de reprendre vie. L'hélice électrique ne serait pas en plumes. Le lieutenant Telep a escaladé le LB-30 pour permettre à l'équipage d'atteindre une altitude d'environ 900 pieds à partir de laquelle il peut sauter. Le lieutenant Telep a ordonné au lieutenant Small, dont le parachute s'est imbibé d'eau, le rendant inutilisable, de remonter à la taille du Liberator et de sauter avec l'un des parachutes de secours laissés par les autres membres d'équipage qui attendaient toujours au sol. Le lieutenant Small et SSgt. Taylor a sauté de la ceinture de l'avion, le chef d'équipage non identifié ayant déjà sauté. Le lieutenant Small et les trois membres d'équipage qui ont été parachutés de l'avion en feu ont survécu. MSgt. William L. Armstrong, le chef de ligne, est mort parce que son parachute a brûlé. Lorsque le Liberator en feu s'est écrasé, le lieutenant Telep et le SSgt. Earl Stopher, son opérateur radio, était toujours à leur place et est décédé dans l'accident.

Le major Elmer A. Dixon succéda au lieutenant-colonel Lucius G. Drafts en tant que commandant du 397th le 28 juillet 1943.

2d. Le lieutenant Clement Telep a reçu à titre posthume la Distinguished Flying Cross par General Orders Number 56, Headquarters, Sixth Air Force, le 4 août 1943, pour héroïsme alors qu'il participait à un vol aérien le 15 juillet 1943.

L'attribution de la Médaille de l'Air a été faite au TSgt. Victor F. Cartwright, TSgt. Robert C. Isemann, SSgt. George Zaharakis et le sergent. Jean V.Schauer pour ses réalisations méritoires lors de sa participation à des vols de patrouille à longue distance au-dessus des approches du Pacifique et des Caraïbes jusqu'au canal de Panama (Ordres généraux n° 67 et 44, QG, Sixième Armée de l'Air, 26 septembre 1943).

L'attribution du Oak Leaf Cluster en plus de la Air Medal a été décernée au TSgt. Victor F. Cartwright, TSgt. Robert C. Iseman, SSgt. George Zaharakis et le sergent. Addison G. Saxon pour ses réalisations méritoires lors de sa participation à des missions d'interception aérienne et de patrouille tactique au-dessus des approches du Pacifique et des Caraïbes vers le canal de Panama, et des vols tactiques au-dessus d'un terrain dangereux dans la jungle (Ordres généraux numéro 68, QG, Sixième Force aérienne, 28 septembre 1943).

Le quartier général, 6th Bombardment Group (Heavy), a été inactivé en octobre 1943, ne laissant que le quartier général du VI Bomber Command.

2d. Le lieutenant Eugene J. Williams, aux commandes d'un BT-13, a été tué en vol le 30 octobre 1943 lorsque son avion s'est abattu tout droit dans une plongée verticale dans l'océan à l'extrémité sud de la piste.

Les 3e, 29e, 74e et 397e escadrons de bombardement ont été réaffectés du 6e groupe de bombardement (lourd) et placés directement sous la juridiction de commandement du VI Bomber Command le 1er novembre, à la suite de la désactivation du 6e groupe en octobre.

Le 8 janvier 1944, lors d'un vol de patrouille de routine vers Bluefields, Nicaragua, 1st. Le lieutenant Edwin H. Gibb, Jr., le pilote, a pris sur lui de commander toutes les pièces amovibles du LB-30 #640 jeté par-dessus bord. A 1515Z, l'arbre du tachymètre n°3 s'est cassé. Alors que le mécanicien revenait vérifier l'équipement, le moteur n°1 a pris feu et la température de l'huile n°1 a atteint sa limite extrême. Le pilote salves les bombes tandis que le copilote met le moteur en drapeau et tire l'extincteur, éteignant l'incendie dans le moteur n°1. Lors de cette urgence, l'altitude de l'avion avait chuté à 500 pieds et étant incapable de maintenir l'altitude, toutes les pièces amovibles ont été jetées par-dessus bord. Des préparatifs ont été faits pour atterrir à Limon, au Costa Rica, mais après un examen du terrain, il a été décidé d'essayer de faire un vol de retour vers France Field. A 1600Z, le tachymètre n°4 s'est éteint et en même temps, on a observé que le moteur n°2 avait développé une fuite d'huile. Des conditions météorologiques difficiles ont été rencontrées lors du voyage de retour et le pilote a décidé de se diriger vers Bogas Del Toro, mais après avoir examiné le terrain, il a été décidé que les conditions ne permettraient pas un atterrissage en toute sécurité. De Bogas Del Toro à France Field, l'opérateur radio a appelé toutes les cinq minutes et finalement, l'avion a éclaté d'un orage à un point adjacent à Salud, au Panama. A 1855Z, un atterrissage a été effectué avec trois (3) moteurs à France Field. Le lieutenant Gibb a reçu une mention élogieuse pour l'excellente manière et le jugement avisé utilisés pour piloter l'avion vers France Field dans des conditions d'urgence. Les résultats des missions ont été négatifs et tous les avions sont retournés à Rio Hato le 12 janvier.

Le 397e Escadron de bombardement a reçu l'ordre de l'A-3, VI Bomber Command, APO #825, le 1er janvier 1944, par téléphone, d'envoyer quatre (4) avions à France Field dans le but de participer à une patrouille anti-sous-marine tout au long de la Zone des Caraïbes. 1er. Le lieutenant Edwin H. Gibb, Jr., (LB-30 # 640), 1er. Le lieutenant Jefferson F. Wilcoxson, Jr., (LB-30 # 634), 2e. Le lieutenant James E. Rinks (LB-30 # 628) et 1er. Le lieutenant John J. Hriczo (LB-30 # 641) a été affecté à l'accomplissement de la mission.

Letter Order #1, Subject: "Orders", Quartier général, Département du canal de Panama, 3 janvier 1944, assigna 15 officiers et 18 hommes enrôlés à l'école de tactique appliquée de l'armée de l'air à Orlando, en Floride. Le but de la mission était de former le personnel aux dernières tactiques utilisées par l'armée de l'air.

Des rubans de bonne conduite ont été remis le 12 janvier 1944 aux membres enrôlés de l'unité qui s'étaient distingués pour leur excellente efficacité dans la manière et l'exercice de leurs fonctions. La présentation a été faite dans le Post Theatre devant l'escadron assemblé.

Cpl. William M. Carter, mécanicien d'avion et artiste commercial dans la vie civile, a peint des insignes sur les bombardiers de l'escadron.

Le 397e Escadron a participé à un exercice de poste de commandement du VI Bomber Command (CPX) le 18 janvier. Sept (7) avions ont été dépêchés pour rechercher et détruire la cible, un porte-avions au large de la côte ouest du Costa Rica. La cible a été localisée et détruite par des avions de l'escadron à l'aide d'avions du 10e escadron de bombardement (moyen) et du 3e escadron de bombardement (lourd). L'escadron a reçu une mention élogieuse du VI Bomber Command pour l'efficacité affichée dans l'exercice.

La force, commissionnée et enrôlée, était de 63 officiers et 348 hommes enrôlés.

Le 397e Escadron de bombardement a participé à un CPX le 6 février. L'Escadron a été informé d'une alerte à 1450Z, et à 1523Z, le statut d'alerte complet était atteint. Le VI Bomber Command a fourni la cible et les données opérationnelles, et six avions ont été désignés pour effectuer la mission. Le décollage a été effectué à 1652Z. et le vol s'est rendu à David, où un rendez-vous a été pris avec deux (2) B-24 du 74th Bombardment Squadron (Heavy) et trois (3) B-17 du 3rd Bombardment Squadron (Heavy). La formation de 11 avions a intercepté la cible - deux (2) porte-avions - à 2105Z. Un bombardement a été effectué sur la cible, des bombes simulées ont été larguées et le vol est retourné à Rio Hato. Un avis a été reçu de l'arbitre créditant la formation du naufrage des deux porte-avions. La mission a été un succès et une mention élogieuse a été reçue du général commandant du VI Bomber Command pour l'excellent travail accompli dans le cadre de l'exercice.

Les équipages de combat de l'escadron ont été affectés à l'école d'oxygène à l'APO #825 pour suivre un cours de trois jours de formation en vol à haute altitude.

L'effectif au cours du mois était de 63 officiers et 349 hommes de troupe.

Des raids simulés ont été effectués sur le canal le 17 mars et à nouveau le 27 mars, dans le but de tester la vigilance des batteries de projecteurs et des stations de contrôle. Ces raids ont été effectués par le 397th avec l'aide de B-17 et d'équipages du 3rd Bombardment Squadron (Heavy), APO #832, et d'un (1) B-24 piloté par le colonel Roberts du VI Bomber Command. Aucune autorisation de commandement de chasse n'a été obtenue, de sorte que l'élément de surprise a pu être utilisé. Les puissants faisceaux de projecteurs des défenseurs ont capté certains avions, tandis que d'autres ont profité de la couverture nuageuse et de manœuvres intelligentes pour les échapper avec succès. Le capitaine Leland H. Agard (397e), 1er. Le lieutenant-lieutenant HR Schlesinger (397e), le capitaine Olin D. Mason (3e), le capitaine Britton A. Storey (3e), le capitaine Norman C. Conaway (3e) et le capitaine Earl L. Stevens (3e) et leurs équipages respectifs ont participé à la mission du 17 mars. Le colonel Roberts (VIBC), le capitaine Robert W. Scheller (397e), 1er. Le lieutenant John J. Hriczo (397e), 1er. Le lieutenant Charles E. Hall (397e), 1er. Le lieutenant William E. Christensen (3e), 1er. Le lieutenant Thomas L. Ruddy (3e), et 1er. Le lieutenant Joe E. Shelton, Jr., (3e) a participé à la mission du 27 mars.

De nombreuses missions de navigation de nuit et de fond vers Esmeraldes Equateur et Kingston, Jamaïque, ont été accomplies au cours du mois, certaines avec difficulté en raison de boussoles, de faisceaux radio défectueux et du mauvais temps.

Le 397th Bombardment Squadron a fourni un (1) avion et deux (2) équipages de combat pour effectuer des patrouilles anti-sous-marines depuis France Field.

Tous les LB-30 ont été transférés au dépôt aérien de Panama (Aircraft Assignment Orders n° 47 et n° 51, Quartier général, Sixième Armée de l'Air, 15 mars 1944). Deux (2) nouveaux B-24J ont été affectés au 397th Squadron.

Le capitaine Roy L. Fisher, navigateur de l'escadron, a été mis en service temporaire en tant que navigateur du général Brett, commandant général du Caribbean Defence Command (Lettre, Quartier général, Caribbean Defence Command, 24 mars 1944).

Le 397e Escadron de bombardement a tenu sa première fête de la bière de l'année le samedi 25 mars 1944. L'événement a eu lieu au terrain de pique-nique de la base, à une courte distance du club des officiers. La fête a commencé par un concours de consommation de bière remporté par le Sgt. John V. Schauer. Vient ensuite une série de combats de boxe. Le combat principal était un match entre Pvt. Jack J. DeSalvo et Pvt. Charles Bond, qui s'est soldé par un match nul. À la suite de cet événement, ont eu lieu des matchs de football, des courses de relais et un match de volley-ball dans lequel les hommes enrôlés ont vaincu les officiers.

Bob Hope, le comédien n°1 d'Amérique et sa célèbre troupe, qui comprenait Frances Langford, Jerry Colonna, Vera Vague, Tony Romano et Ken Niles, sont arrivés à Rio Hato le 11 mars dans un C-47 argenté, pour être accueilli par un foule acclamée d'officiers et d'hommes enrôlés qui s'étaient entassés autour de la piste de taxis pendant plus de trois heures en prévision de ce célèbre spectacle. La représentation a commencé immédiatement avec Bob Hope agissant en tant que maître de cérémonie. La performance, composée de blagues, de bouffonneries et de chansons, a duré une demi-heure et a maintenu le public excité dans un rire hilarant et joyeux. Le spectacle a été rendu possible grâce aux efforts persistants et diligents du colonel Richard M. Bristol, commandant de la base aérienne, et du major. Elmer A. Dixon, commandant du 397e Escadron de bombardement

Cette année a vu de nombreuses promotions d'officiers d'escadron, dont les suivantes : Capitaine au majeur: Frank P. Wood, responsable des opérations. Premier lieutenant à capitaine: Roy L. Fisher, officier de navigation George K. Hutchings, officier du renseignement George A. Dunn, officier de bombardement Leland H. Agard, commandant de bord et Robert W. Scheller, officier adjoint des opérations. Sous-lieutenant au premier lieutenant: Charles E. Hall, pilote John J. Hriczo, pilote Donald W. McMahon, Bombardier Sumner R. Andrews, adjudant-adjudant Lester Glew, officier d'équipement personnel Gordon R. Sutton, officier adjoint du renseignement Robert P. Hazlehurst, navigateur John S. Whittlesey , Ordnance Officer Alphonse W. Jaegers, chargé de communication et Donald J. Watkins, navigateur.

L'adjudant-chef (CMO) Perry M. Mann, officier adjoint du renseignement, a reçu l'ordre de se rendre à l'école de tactique appliquée des forces aériennes de l'armée, à Orlando, en Floride, le 14 mars, pour suivre un cours universitaire de trois semaines sur le renseignement.

L'effectif en mars était de 60 officiers et 346 hommes de troupe.

Le 397e Escadron de bombardement (lourd) a été relevé de son affectation à Rio Hato, R. de P., et transféré à la base aérienne de l'armée à l'île Seymour, Galapagos, Équateur, sous l'autorité de l'ordre de mouvement n° 4, Siège, VI Bomber Command, 8 avril 1944, et ses annexes. Le mouvement débute le 7 avril avec le départ de l'échelon avancé aérien composé de 10 officiers et 20 hommes de troupe chargés de s'installer en vue de l'arrivée du reste du personnel de l'Escadron.

Le personnel de la base aérienne de Rio Hato a organisé des fêtes d'adieu pour les officiers et les hommes enrôlés du 397e escadron de bombardement. La fête de la bière et le souper des sous-officiers ont eu lieu le 5 avril et le gala des officiers a eu lieu au club des officiers le 8 avril.

Le mouvement du 397th Bombardment Squadron vers les îles Galapagos s'est achevé le 12 avril avec l'arrivée de l'échelon de l'eau composé de cinq (5) officiers et 181 hommes de troupe. Un service de convoyage aérien continu a été maintenu par le 397e personnel volant, habilement assisté par des membres du 29e Escadron de bombardement (lourd) et des avions de transport de troupes du VI Service Command. Les vols ont repris le 15 avril avec des vols de formation et d'orientation, et le rythme a progressivement augmenté avec la programmation de nombreuses missions de bombardement, de tir et de formation.

Quatre (4) nouveaux B-24J sont arrivés à l'escadron le 8 avril, portant le nombre total d'avions affectés à huit (8) avions - deux (2) B-24D et six (6) B-24J.

Le 2d.Lt.Felix W. Stone, Jr., (Pilote), le 2d.Lt.Alfred C. Polchow (Navigateur) et le 2d.Lt.Francis A. Ferko (Bombardier) ont été promus au grade de premier lieutenant, par Ordre spécial n° 85, Quartier général, Commandement de la défense des Caraïbes, 16 avril 1944.

La force organisationnelle en avril était de 59 officiers et 348 hommes enrôlés.

Des contingents d'officiers et de soldats ont transporté des avions LB-30, l'un des anciens avions du VI Bomber Command, de Howard Field, APO #832, à San Diego, Californie, les 1er et 18 mai. 1 vol inclus 1er. Le lieutenant Charles E. Hall, 2d.Lt.Walton C. Touchton, 2d. Le lieutenant James F. Lambert, TSgt. Ralph V. Renner, et SSgt. James J. Dowd. 1er. Le lieutenant Harold R. Schlesinger, 2e. Le lieutenant Lace M. Asbury, 2e. Le lieutenant Francis M. O'Conner, TSgt. Charles R. Krieg, et TSgt. Finnis C. Ewing a transporté le LB-30 le 18 mai.

Le 397th Squadron, le 4 mai, a célébré le premier anniversaire de l'arrivée à Rio Hato AAB du cadre identifié comme Squadron "X" qui a remplacé le personnel de "l'ancien" 397th, et a pris la désignation de 397th Bombardment Squadron (Lourd)

L'équipe de boxe du 397th Bombardment Squadron, composée de 15 fils fidèles, a fait sa première apparition dans le ring de boxe "Rock" le 12 mai. Les boxeurs de l'escadron ont remporté trois (3) des quatre (4) combats sur la carte.

L'Adjuc Perry M. Mann est retourné à l'escadron pour le service actif le 14 mai, après avoir passé un mois à l'école de tactique appliquée de l'armée de l'air, à Orlando, en Floride.

Le B-24J, "Shoo Shoo Baby", n° 9951 s'est écrasé sur l'île Seymour à 2235Z, le 15 mai 1944, à un demi-mile au nord-est de la piste nord-sud, causant un minimum de blessures au personnel impliqué. L'avion avait participé à une mission de bombardement en formation et retournait à la base. Les officiers et les hommes impliqués dans l'accident comprenaient le capitaine Leland H. Agard, 1er. Le lieutenant Felix W. Stone, Jr., 1er. Le lieutenant Donald J. Watkins, 2d.Lt.Walter R. Meier, TSgt. Stanley Sneed, TSgt. John E. Wadinski, SSgt. Arthur J. Tjenstrom, Sgt. William F. Doyle, et le Sgt. Marvin P. Jenkins. Aucun membre de l'équipage n'a été tué dans l'accident, cependant, le lieutenant Meier a été grièvement blessé et n'a repris ses fonctions de vol qu'en janvier 1945.

Le major Frank P. Wood, ancien officier des opérations de l'escadron, a pris le commandement du 397e Escadron de bombardement le 17 mai. Ce jeune officier populaire a rejoint le 397e en juillet 1943. La Dallas Power and Light Company employait le major Wood, diplômé de l'Université du Texas. School of Electrical Engineering, avant d'entrer dans le service en février 1941, en tant qu'ingénieur électricien. Après avoir obtenu son diplôme de la Brooks Field Advanced Flying School, il a reçu ses ailes de pilote et a été nommé sous-lieutenant dans l'Air Corps.

Une école de navigation a été créée sous la supervision du capitaine Roy L. Fisher dans le but de vérifier les bombardiers en navigation à l'estime.

Le VI Bomber Command Training Bulletin No. 2, du 22 mai 1944, a établi un calendrier pour un nouveau programme de formation pour les équipages de combat qui comprenait des blocs de formation sur l'entraînement aérien, les procédures de pilotage, les communications, la formation à la navigation et le cours de recyclage Bombardier.

Le Capitaine Jesse F. Cotton, Jr., Pilot 2d. Le lieutenant Frances J. Yorke, officier mécanicien adjoint et les pilotes suivants : 2e. C'est. Franklin B. Allen, Irwin A. Ailara, Dennet S. Gurman, Warren M. Baldridge, Rudolph J. Cherkauer et William R. Williams.

De nombreux changements dans les affectations de service ont eu lieu au cours du mois de mai. Le capitaine Robert W. Scheller a été nommé officier des opérations et le capitaine Leland H. Agard a assumé les fonctions d'officier adjoint des opérations. 2d. Le lieutenant Lace M. Asbury a repris les fonctions d'inspecteur technique, remplaçant le 1er. Le lieutenant Charles L. Smith qui a quitté l'escadron. Le capitaine George K. Hutchings a été nommé officier d'orientation.

1er. Le lieutenant William B. Seaman, médecin de l'air de l'escadron, a été promu au grade de capitaine (Radiogram, commandant du VI Bomber Command, 21 mai 1944).

La force organisationnelle en mai était de 67 officiers et 346 hommes enrôlés.

2d. Le lieutenant Jess W. Jones, Ted V. Sawyer et 2d. Le lieutenant Theodore B. Small a été promu au grade de premier lieutenant le 1er juin.

Le mois de juin a commencé par un grand « adieu » sous la forme d'une Squadron Party qui a eu lieu le 3 juin, entre 1900Z et 2400Z. Cpl. Albert C. Kunkel a remporté le concours d'appel au porc. Les hommes enrôlés ont battu les officiers deux des trois matchs dans un concours de volley-ball. Sgt. John V. Schauer a de nouveau remporté le concours de consommation de bière. De nombreux officiers et hommes de troupe, grâce à des efforts diligents et un travail ardu, étaient responsables du succès sans précédent du parti.

Cinquante-six (56) hommes de troupe reçurent des ordres les 6 et 22 juin 1944, pour transfert aux États-Unis. Des remplaçants pour le personnel en partance ont été reçus.

1er. Le lieutenant Ralph E. Gossett, adjudant d'escadron, a été transféré au VI Bomber Command, APO #832, le 8 juin. Le lieutenant Sumner R. Andrews, un vétéran du 397e Escadron, a repris les fonctions d'adjudant d'escadron.

Le VI Bomber Command a ordonné le début des patrouilles le 8 juin. Les patrouilles ont été divisées en deux groupes. L'un des groupes était composé de quatre pistes entre les îles Galapagos et San José, au Guatemala et l'autre groupe était composé de patrouilles en boucle de deux pistes entre les îles Galapagos et la côte de l'Amérique du Sud. Les patrouilles étaient complétées par des équipages des 29e et 74e escadrons de bombardement (lourds), et étaient sous la supervision directe du 397e pour les procédures opérationnelles et de renseignement. Les patrouilles, un succès louable, ont pris fin le 28 juin.

Les B-17E ont été transportés de Howard Field à Oklahoma City, Oklahoma le 21 juin dernier. Le lieutenant Alfred C. Polchow, 1er. Le lieutenant Theodore B. Small, 2d.Lt.Donald A. Smolik, 2d.Lt.William F. Singleton, TSgt. W. R. Morrison, TSgt. James W. Park, et SSgt. Vernon N. Thomas.

1er. Le lieutenant J. G. Scott a été affecté au 397th en tant qu'adjudant adjoint et officier du personnel le 21 juin.

1er. Le lieutenant Jess W. Jones, un bombardier de l'escadron, a été nommé officier adjoint de l'armement (service supplémentaire) le 22 juin.

Le personnel du 397e a remporté les honneurs athlétiques du "Rock" en juin, après avoir remporté le championnat de base en softball des officiers et en basket-ball masculin enrôlé. L'équipe masculine enrôlée devait représenter le "Rock" dans la sixième série de basket-ball de l'armée de l'air qui devait se tenir dans la zone en juillet.

La force organisationnelle en juin était de 65 officiers et 336 hommes enrôlés.

Le 397th a de nouveau été commandé pour effectuer des patrouilles de sécurité pour le canal de Panama dans la région du Pacifique du 6 au 18 juillet 1944. Cette opportunité a permis au personnel de l'escadron d'augmenter sa formation en procédures opérationnelles et en pénétration météorologique.

Le 397th Bombardment Squadron a reçu l'ordre de faire une attaque simulée sur les écluses du canal de Panama, à l'aube, le 24 juillet, conformément aux instructions contenues dans un radiogramme du VI Bomber Command, 24 juillet 1944. Huit (8) B- Des 24J et un (1) B-24D ont décollé à cinq (5) minutes d'intervalle. Le premier avion a décollé à 0447Z, le 24 juillet, et est arrivé au-dessus des écluses de Miraflores à 1040Z, l'heure exacte désignée pour l'attaque. Les huit autres avions suivaient à cinq minutes d'intervalle. Les avions ont atterri à Howard Field, CZ, à la fin de la mission.La mission, grâce à une excellente navigation et une coopération illimitée du personnel concerné, a été considérée comme un succès.

Les équipages aériens, qui avaient effectué les patrouilles de sécurité du 6 au 18 juillet, ont été autorisés à se rendre à La Havane, à Cuba, en reconnaissance de leur travail supérieur. Le vol a décollé à 0700Z, le mercredi 26 juillet, et est arrivé à Batista Field, Cuba, à 1230Z. Le personnel volant a passé la journée et la nuit à La Havane et est retourné à Batista Field le lendemain après-midi.

Une autre attaque simulée a été effectuée sur les écluses du canal de Panama, à 1200Z, le 28 juillet. Le premier avion a décollé de Batista Field à 0647Z, le reste des avions suivant à des intervalles de cinq minutes. Le premier avion est arrivé au-dessus des écluses de Gatun à zéro heure, et les autres avions ont suivi à des intervalles de cinq minutes. À la fin de la mission, le vol a atterri à Howard Field. Les avions sont rentrés à leur base d'attache le 29 juillet.

2d. Le lieutenant Burrell E. Jones et le capitaine Philip Y. Bombenek, respectivement Navigator et Bombardier, ont été affectés au 397th Squadron.

1er. Le lieutenant J. G. Scott a été transféré au 23rd Tow Target Squadron, APO #832, le 21 juillet.

Trente-cinq (35) hommes de troupe ont été affectés au 397th au cours du mois, la plupart ayant effectué leur dernier tour de service aux États-Unis. Trois (3) hommes enrôlés de la section radar sont partis pour les États-Unis pour de nouvelles affectations.

Le colonel EM Day, le commandant du VI Bomber Command et son équipe d'inspecteurs ont visité le 397e Escadron de bombardement les 16, 17 et 18 juillet. Après une inspection approfondie de l'escadron, le colonel Day a félicité l'organisation pour les vastes progrès réalisés dans l'efficacité et l'état de la formation qui avait été accomplie au cours de l'année écoulée, et a déclaré que le 397th était le meilleur du VI Bomber Command.

Le 397e Escadron de bombardement a remporté plus d'honneurs athlétiques lorsque les Golden Gloves Championships du "Rock" ont eu lieu dans l'après-midi du 4 juillet. Les membres de l'escadron ont remporté des championnats dans les divisions poids léger, poids moyen, poids welter et poids lourd.

La force organisationnelle en juillet était de 67 officiers et 374 hommes enrôlés. Les B-24J #0888, 0892 et 1000 ont été affectés à l'escadron en juillet. Le nombre total d'avions affectés était de 11 B-24J.

Un autre nouveau B-24J, 0997, a été affecté à l'escadron en août, portant le nombre total de B-24J affectés à 12. Les pilotes suivants ont été affectés à l'avion indiqué : 1st. Le lieutenant Edwin H. Gibb, Jr., #0745 1er. Le lieutenant Harold R. Schlesinger, #0675 1er. Le lieutenant John J. Hriczo, # 9953 Capitaine Leland H. Agard, # 0676 1er. Lt. Theodore B. Small, #9854 1er. Lieutenant Ted V. Sawyer, #9855 2d.Lt. James E. Rinks, #9856 Capitaine Chester A. Neel, #0687 Capitaine Jacob M. Huffman, Jr., #0892 1er. Le lieutenant Charles E. Hall, # 0997 Le capitaine Jesse F. Cotton, Jr., # 0888 et 1er. Lieutenant Jefferson F. Wilcoxon, Jr., # 1000.

Le 25 août, le VI Bomber Command a approuvé le vol de 11 B-24J sur un cross-country à destination de Salinas, en Équateur. Le vol a décollé à 1330Z, et a volé en formation à Salinas, y arrivant à 1830Z. Cette partie du voyage a permis aux bombardiers du 397th de tester leurs connaissances en navigation à l'estime. Le voyage de retour a été effectué de nuit, arrivant à 0430Z, et a permis aux navigateurs d'utiliser les bases de la navigation céleste.

Quatre (4) hommes enrôlés ont reçu des ordres de transfert vers les États-Unis, et des remplacements pour le personnel en partance ont été reçus.

La force organisationnelle était de 66 officiers et 380 hommes enrôlés.

Un événement "gala" sous la forme d'une Squadron Party a eu lieu le samedi après-midi 9 septembre dans l'exclusif Goat Garden. Le major Jesse A. Irwin et son état-major étaient les invités des hommes de troupe.

De nombreux vols internationaux ont été effectués à Tulara, au Pérou, à Salinas, en Équateur et à Guatemala City, au Guatemala, tout au long du mois. Cela a permis au personnel de combat et au sol de visiter ces villes d'Amérique centrale et du Sud et de briser la monotonie d'un long et fastidieux tour de service sur le « Rock ».

1er. Le lieutenant Allen F. Smith, officier radar adjoint et 2d. Le lieutenant Francis J. Yorke, officier mécanicien adjoint, a été transféré au 74th Bombardment Squadron (Heavy) les 1er et 15 septembre, respectivement.

Le major-général William O. Butler, commandant général de la sixième force aérienne, a effectué la première tournée d'inspection les 29 et 30 septembre et le 1er octobre depuis qu'il a pris le commandement. Les B-24J des 74e et 397e escadrons de bombardement, dans une démonstration de puissance aérienne, ont piloté une formation décalée de dix-huit avions de combat soulignant la visite de trois jours du général Butler.

Le 397th a obtenu plus d'honneurs athlétiques lors du sixième tournoi de boxe de l'Air Force organisé dans la zone au cours de la semaine du 23 au 30 septembre, remportant des championnats dans les catégories poids plume et poids moyen.

La force organisationnelle était de 65 officiers et 378 hommes enrôlés.

Le major Frank P. Wood, commandant du 397e Escadron de bombardement, est rentré de permission à son domicile de Dallas, au Texas. Le major Jesse A. Irwin, officier exécutif, s'est admirablement comporté en son absence.

Cinquante (50) officiers et hommes de troupe, comprenant cinq des premiers équipages de combat de l'escadron, ont été renvoyés aux États-Unis pour ce qui, selon la rumeur, impliquait quelques mois d'entraînement intensif avant le combat. Ces équipages ont été remplacés par de nouveaux officiers et des hommes enrôlés, la plupart des officiers étant fraîchement sortis des écoles de pilotage aux États-Unis.

Le capitaine George K. Hutchings, officier du renseignement, SSgt. Morris Rutenberg, et SSgt. Conrad E. Costello est rentré aux États-Unis en octobre avec des congés et des congés.

La force organisationnelle était de 59 officiers et 383 hommes enrôlés.

Le 397e Escadron de bombardement a participé à un CPX les 15, 16 et 17 novembre. Tous les avions disponibles ont été envoyés à Howard Field, la base d'opérations pour les attaques contre une force opérationnelle « hostile » approchant du canal à travers les Caraïbes. Bien que les attaques aient été menées dans des conditions météorologiques défavorables, des dommages simulés ont été infligés à la force navale. Tous les participants ont acquis une expérience précieuse.

Le major-général William O. Butler a effectué une inspection personnelle des troupes et des installations du 397e Escadron et a exprimé sa satisfaction quant à la configuration de l'Escadron et à l'apparence du personnel.

Beaucoup d'efforts et de temps ont été consacrés à la réalisation du nouveau programme d'entraînement aérien qui était divisé en différentes phases, similaires à la formation RTU utilisée aux États-Unis. L'objectif de ces activités était de rendre les équipages aériens aussi aptes et expérimentés que possible en dehors du combat réel.

Officiers nouvellement affectés en novembre inclus 2d. Le lieutenant Frank A. Horvath, pilote 2d. Le lieutenant James H. McAdoo, pilote 2d. Le lieutenant James V. Pelosi, pilote et 1er. Le lieutenant Warren E. Sisler, anciennement affecté à l'A-3, VI Bomber Command, est devenu adjudant-adjoint.

La force organisationnelle était de 61 officiers et 385 hommes enrôlés.

Début décembre, la détérioration de la piste des Galapagos a fait apparaître que le 397e escadron de bombardement devrait être transféré sur une base aérienne de la République du Panama pendant les travaux de réparation.

Le 397th Squadron a participé aux CPX les 27 et 28 janvier. Dix des B-24 du 397th se sont joints à 10 des B-24 du 74th et ont décollé des Galapagos à 1544Z. Pilotant une formation de box de combat, les escadrons ont atteint une altitude de 21 300 pieds vrais au-dessus de la cible composée d'un porte-avions et d'un destroyer. Un bombardement a été effectué à 2030Z, position 100N-9045W. La force du transporteur n'a tenté aucune action d'évitement, et la course a été considérée comme réussie. Avant d'atteindre la cible, le groupe de bombardiers a été attaqué par 20 corsaires du porte-avions. La formation a atterri à la base aérienne de San Jose, au Guatemala, à partir de 2133Z.

La deuxième phase du problème a commencé le matin du 28 janvier lorsque deux des bombardiers, agissant comme des « fouineurs », ont décollé à 1106Z et ont capté un contact radar avec la même cible. Les 18 bombardiers restants ont décollé à partir de 1301Z suite à un message radio des « fouineurs ». Les bombardiers de l'escadron ont attaqué le porte-avions et le destroyer à 1440Z à une altitude de 10 500 pieds. Les corsaires attaquèrent à nouveau. De retour à San José, le groupe a atterri à partir de 1610Z. Les deux escadrons sont retournés aux Galapagos le lendemain, le 29 janvier.

Six (6) officiers et 34 hommes de troupe ont été promus au cours du mois. Les agents suivants ont été promus aux grades indiqués : Promu au majeur: Capitaine Robert W. Scheller. Promu premier lieutenant: 2d. C'est. Walter R. Meier, Morris L. Hutton, Reginald Speir, Bernard B. Woodburn et Frank A. Norman, Jr.

Le capitaine Robert W. Tietjen, officier d'armement, et le capitaine Jacob M. Huffman, Jr, pilote, sont retournés à l'escadron après leur départ aux États-Unis.

La force organisationnelle était de 61 officiers et 310 hommes enrôlés. Cela reflétait une perte de 69 hommes enrôlés qui ont été transférés au 10e RCD, Howard Field, Air Corps Unassigned, le 30 janvier.

Le 397e escadron de bombardement a été réaffecté des îles Galapagos à la base aérienne de l'armée de Rio Hato, R. de P. L'échelon avancé est parti par voie aérienne le 6 février 1945 pour sa nouvelle base. Ceux qui ne sont pas partis par avion, 165 hommes enrôlés et 7 officiers, ont surveillé la zone de l'escadron, ont mis en caisse du matériel qui ne pouvait pas être emballé plus tôt et ont chargé les barges et le navire qui devaient transporter le reste du matériel et du personnel vers la nouvelle base. L'échelon de l'eau a quitté les îles Galapagos le 9 février sur l'USAT "Johnson" et est arrivé à Balboa le 12 février. Le transport motorisé a transporté du personnel à Rio Hato le même jour. Au moment où l'échelon aquatique est arrivé, toutes les sections fonctionnaient et une semaine après leur arrivée, le programme d'entraînement intensif battait son plein. Le mouvement a été accompli sous l'autorité de l'ordre d'opérations n° 1, quartier général, département du canal de Panama, 6 février 1945, tel que désigné par le général commandant, sixième force aérienne, par radiogramme.

1er. Le lieutenant William Dietsch, 0-856584, a été promu capitaine et 2d.Lt. Francis M. O'Connor, 0-797374, a été promu premier lieutenant.

Dix (10) officiers et hommes de troupe, représentant un équipage complet, et composé du capitaine Chester A. Neel, 1er. Le lieutenant Lace M. Ashbury, 1er. Le lieutenant Reginald Speir, 1er. Le lieutenant Bernard B. Woodburn, TSgt. Wilbur W. Johnson, SSgt. Marvin James, SSgt. Raymond Noyes, SSgt. Manuel Sylvia, SSgt. Richard H. Stinnette, et le cap. James B. Worden, est retourné aux États-Unis pour une réaffectation (Letter Order #1, Headquarters, Sixth Air Force, 6 février 1945). Les membres d'équipage au départ ont été remplacés par un nouvel équipage composé du 1er. Le lieutenant Charles E. Begole, 1er. Le lieutenant Harry W. Goodman, 1er. Le lieutenant Robert M. Richberger, 2e. Le lieutenant William J. Acker, 2e. Le lieutenant Jules Resnick, TSgt. Rudolph J. Jurcich, SSgt. William L. George, cap. Joseph N. Jones, Pfc.. William F. Dacey, Pfc.. Peter E. Kotila, et Pfc.. John J. Murphy (Paragraphes 2 et 3, Ordre spécial n° 8, Quartier général, VI Bomber Command, 8 février 1945 ).

2d. Le lieutenant Gene Lackey, officier d'artillerie de l'escadron, a été affecté à l'organisation le 9 février (paragraphe 11, ordre spécial n° 8, quartier général, VI Bomber Command, 8 février 1945). 1er. Le lieutenant William F. Singleton et 1er. Le lieutenant Harold L. Lovejoy, qui était avec l'escadron depuis 22 mois, a été transféré au 3e escadron de bombardement

1er. Le lieutenant Clyde J. Embert a quitté l'escadron le 9 février pour suivre un cours de deux mois sur la guerre chimique à Edgewood Arsenal, dans le Maryland.

Le 397e Escadron de bombardement est passé en état d'alerte complet à 0145R le 20 février et est resté dans cet état jusqu'à 1200R, le 24 février.

Le déménagement à Rio Hato a obligé le 397e Escadron à suspendre l'entraînement pendant environ deux semaines. Le programme d'entraînement, cependant, a repris avec vigueur une semaine après l'arrivée de l'escadron à Rio Hato. Le 397th, à la demande du VI Bomber Command, a effectué quatre (4) missions photographiques au cours du mois, en plus de dispenser la formation décrite dans la directive de formation.

La force organisationnelle était de 61 officiers et 296 hommes enrôlés.

Le 397e Escadron de bombardement a continué d'exécuter le programme de formation tel que décrit par le quartier général supérieur. Quatre cent quatre-vingt-neuf heures (489:00) de temps d'entraînement total ont été volées pour le mois.

Trois (3) agents ont été touchés par des changements importants dans la structure organisationnelle au cours du mois. Le major Robert W. Scheller a été affecté au VI Bomber Command et au capitaine Sumner R. Andrews et au 1er. Le lieutenant Lawrence H. Boeck a été affecté au service détaché du 3e escadron de bombardement et du VI Bomber Command, respectivement.

Le 397e Escadron de bombardement a participé à un CPX les 30 et 31 mai. La force opérationnelle ennemie construite se composait d'un porte-avions de taille moyenne et de trois destroyers d'escorte. Une grande formation d'avions des 3e, 74e et 397e escadrons de bombardement, avec une escorte de chasseurs, a réussi une attaque de jour contre la force de surface. Plus tard, la formation de bombardiers, avec un vol supplémentaire du 29e escadron de bombardement, a lancé une attaque de nuit contre la même force ennemie. Les bombardiers utilisaient des fusées éclairantes.

La fin des hostilités sur le théâtre européen et les critères de décharge établis dans le cadre du plan de démobilisation du ministère de la Guerre, à cette date, avaient affecté peu de membres du 397th.

La force organisationnelle était de 288 hommes enrôlés et 62 officiers.

Le 397e Escadron de bombardement a commencé à perdre du personnel selon les critères d'âge du plan de démobilisation. Cinq hommes enrôlés de plus de 40 ans ont quitté l'escadron en juin. La rotation du personnel radar a causé la perte de cinq hommes. Les hommes avec des notes de service ajustées (ASR) de plus de 85 ont commencé à "sueur" les remplacements et les commandes de réaffectation aux États-Unis et les renvois éventuels.

Le 397th Bombardment Squadron a reçu trois (3) B-24M à la fin du mois de juin. Les pilotes "plus âgés" suivants de l'Escadron ont été affectés aux avions indiqués : 1st. Le lieutenant Ted V. Sawyer (#1566), 1er. Le lieutenant Theodore B. Small (#1599), et 1er. Le lieutenant Walton C. Touchton, Jr., (#1400).

Le 397e Escadron a commencé à se préparer pour la réalisation du nouveau programme d'entraînement avancé du VI Bomber Command. Au total, 60 heures de vol et 100 heures de formation au sol par mois étaient prévues. Le programme devait durer six mois.

Dix-neuf (19) remplaçants des hommes appelés au service d'infanterie il y a quelque temps sont arrivés dans l'escadron.

L'absence d'une politique définie concernant la rotation, les congés et les congés avait tendance à empêcher le moral d'atteindre son plus haut niveau.

La force organisationnelle était de 289 hommes enrôlés et 61 officiers. Cela reflétait la perte d'un officier, le 2nd.Lt.William M. Nix, navigateur, qui a été transféré au 3e Escadron de bombardement (lourd), APO #841, en tant qu'instructeur.

Le major John R. Dunham a pris le commandement du 397e Escadron de bombardement le 7 juillet 1945, remplaçant le lieutenant-colonel Frank P. Wood qui est retourné aux États-Unis dans le cadre de la politique de rotation. Le major Dunham avait rejoint le 397th en mai 1945. Le major Dunham a été accueilli en tant que nouveau commandant par ses collègues officiers lors d'un banquet en son honneur organisé au Rio Hato Officers' Club le 8 juillet.

Le 397e escadron de bombardement a participé avec les 3e, 29e et 74e escadrons de bombardement à un exercice combiné les 26 et 27 juillet, opérant en tant que groupe provisoire sous la direction du colonel Rice, commandant de l'AAB Rio Hato. L'exercice impliquait l'attaque d'une force navale d'au moins un porte-avions qui avait été signalée à 1705N-7607W, à 0830Z, le 26 juillet. L'exercice consistait en quatre missions distinctes.

La première mission de l'exercice était une attaque de groupe le 26 juillet. Trente B-24 ont décollé de Rio Hato et ont poursuivi leur route à 4 500 pieds à 1207Z. Une force de combat P-38 n'a pas réussi à se rendre à Mandinga. Quatre B-24 du 3e à David ont rejoint la formation à Mandinga, portant le total à 34 avions. Les combattants ont rattrapé les bombardiers entre Mandinga et la cible. La task force d'un porte-avions de type "Essex" et de deux destroyers en tant qu'escorte a été aperçue à 1534Z, position 1424 N-7828 W, sur une route de 205 degrés, vitesse de 25 nœuds. Le bombardement a duré environ deux minutes, sur une trajectoire de 317 degrés à 18 000 pieds. Cette mission a réussi à localiser et à attaquer la cible. Il n'y a pas eu d'interception de la force de bombardiers par des avions porteurs et l'avion est retourné à Rio Hato.

La deuxième mission était une mission "snooper" pilotée par un avion "snooper" de la Marine. L'avion "snooper" a connu un dysfonctionnement de l'équipement et a perdu la force du porte-avions, mais a de nouveau localisé le porte-avions et a fourni des rapports de position pour des missions ultérieures.

La troisième mission était une escorte de navigation B-24 à deux avions pour diriger un escadron de P-38 au-dessus de la cible et à l'arrière. Le porte-avions, qui avait quitté sa route et se trouvait assez loin de la position briefée, n'a pas été localisé.

La quatrième et dernière mission, une formation de nuit, impliquait une attaque coordonnée de 18 avions qui devaient larguer des fusées éclairantes sur le porte-avions individuellement à des intervalles d'une minute. Les avions ont décollé à 2309Z, à des intervalles d'une minute et décalés en altitude. La cible, le même porte-avions de type Essex, était située à 1137N-7943W, à 0042Z, et des fusées éclairantes étaient larguées pour simuler des bombes, à une altitude de 6 000 à 8 000 pieds. La mission a été un succès et le colonel Rice a conclu que le premier groupe provisoire avait fait un travail exceptionnellement bon.

Le 397e Escadron a continué à perdre du personnel selon les critères d'âge de démobilisation. Les hommes de plus de 40 ans qui ont quitté l'escadron en juillet comprenaient le Cpl. Joseph F. Martin et Pfc. James C. Griffin.

Capitaine Harold R. Schlesinger, 1er. Le lieutenant Francis M. O'Connor, Sgt. John W. Cadle, cap. Herman O. Mudge, et le cap. Manny Raichelson est parti aux États-Unis pour des congés de récupération de 30 jours.

Le capitaine Gordon R. Sutton, S-2, est parti le 13 juillet pour Washington and Lee University, Lexington, Virginie, pour fréquenter la School for Personnel Services.

Le capitaine William Dietsch, officier radar, a quitté le 26 juillet pour fréquenter l'école de radar à l'école technique de l'AAF, à Boca Raton, en Floride.

1er. Le lieutenant Lawrence H. Boeck, assistant S-2, est revenu du service détaché au VI Bomber Command où il a accompli une mission photographique spéciale destinée à fournir des cibles supplémentaires pour le programme de bombardement par caméra.

Le programme d'entraînement avancé du VI Bomber Command, prévoyant six mois d'entraînement intensif, a été mis en œuvre au cours du mois et, à la fin du mois, l'escadron avait atteint son quota d'entraînement pour juillet.

L'entraînement de l'escadron s'est poursuivi avec relativement peu d'interruptions, à l'exception de celle occasionnée par la célébration du triomphe des Alliés sur les Japonais.

Les 3e, 74e et 397e escadrons de bombardement combinés ont participé à une mission du groupe de bombardement provisoire au-dessus de la zone du canal le 1er août 1945, en observation du « jour de l'armée de l'air ». Les 24 avions des unités combinées ont été assemblés à Rio Hato et la mission s'est déroulée dans des conditions de combat simulées. Des bombardements par caméra ont été effectués sur Albrook Field, le principal groupe de quais de Cristobal et les hangars de travail des quais de Balboa. La mission a été bien planifiée et menée à bien.

Les trois escadrons de bombardement lourd situés sur l'isthme, opérant en tant que groupe provisoire, accomplissant deux missions spéciales les 14 et 20 août. La mission effectuée le 14 août impliquait le bombardement simulé du dépôt aérien de Panama par 27 B-24, le largage de une bombe d'entraînement de 100 livres sur Iguana Island et l'interception d'un chasseur à une altitude de 19 000 pieds. La deuxième mission spéciale du 20 août était essentiellement du même modèle que celle de la première mission. Encore une fois, 27 B-24 y ont participé. Le bombardement simulé des écluses de Gatun, le largage d'une bombe d'entraînement de 100 livres sur l'île de Villa et l'interception de chasseurs ont constitué la base du problème. L'altitude opérationnelle était de 15 000 pieds. Les deux problèmes ont été résolus avec succès.

Les escadrons combinés ont effectué une autre mission de combat simulé le 30 août, avec 27 avions participant au vol. Un bombardement par caméra a été effectué sur les écluses de Gatun à 15 000 pieds. De là, la formation s'est rendue à Aguadulce, le deuxième IP, et a effectué un bombardement. Le motif de la bombe était bon.

1er. Le lieutenant Francis M. O'Conner, 1er. Le lieutenant Alfred C. Polchow, 1er. Le lieutenant Theodore B. Small, et 1er. Le lieutenant Donald A. Smolik est parti en août pour un congé aux États-Unis.

1er. Le lieutenant James E. Decker, 1er. Le lieutenant Ted V. Sawyer, et 1er. Le lieutenant Warren E. Sisler a été promu au grade de capitaine au cours du mois d'août (Ordre spécial #193, QG. CDC, 5 août 1945).

Les points nécessaires au licenciement dans le cadre du plan de démobilisation sont abaissés de 85 à 80 en septembre 1945, et enfin à 70 pour les hommes de troupe, et 75 pour les officiers. Cela a entraîné une perte de près de 40 pour cent du personnel enrôlé dans le 397e Escadron.

Les premiers individus à quitter l'organisation dans le cadre du plan de démobilisation étaient les hommes enrôlés de plus de 38 ans. Suivent 12 hommes âgés de 35 ans ou plus avec plus de deux ans de service, et 18 hommes avec plus de 80 points. Neuf (9) hommes enrôlés ont été honorablement libérés pour s'enrôler ou se ré-enrôler dans l'armée régulière, puis envoyés aux États-Unis en congé, pour être ensuite renvoyés dans un théâtre de leur choix.

Les hommes enrôlés avec un score ASR inférieur à 60 étaient éligibles à un congé de récupération, et six hommes de cette catégorie sont retournés aux États-Unis pour passer 45 jours chez eux. Les capitaines Warren E. Sisler et Alfonse W. Jaegers ont été renvoyés aux États-Unis pour être libérés selon le système de points. 1er. Le lieutenant Walton C. Touchton est parti en congé dans les foyers.

Le capitaine Gordon R. Sutton, ancien officier du renseignement qui a quitté le 397th le 13 juillet pour fréquenter la School for Special Services aux États-Unis, n'est pas revenu dans l'escadron. Il avait amassé plus de 85 points pour la décharge et a été détenu aux États-Unis pour décision.

Le capitaine William Dietsch, ancien officier radar parti le 26 juillet pour la Radar School aux États-Unis, n'est pas non plus revenu à l'escadron, comme prévu. Ayant plus de deux ans de service dans la région, il a également été détenu aux États-Unis pour disposition.

1er. Le lieutenant Francis A. Ferko, officier de bombardement de l'escadron, a été promu au grade de capitaine (paragraphe 12, ordre spécial n° 238, QG CDC).

La force organisationnelle s'élevait à 56 officiers et 281 hommes enrôlés.

La plupart des pertes en octobre étaient dues au plan de démobilisation. Soixante et un (61) hommes enrôlés avec des scores ASR de 70 à 79 ont été transférés à Fort Randolph, CZ, le 5 octobre, pour traitement et retour aux États-Unis pour décharge. Le capitaine James E. Decker, officier du génie de l'escadron, et 1er. Le lieutenant Clyde J. Embert, officier d'artillerie, a quitté l'escadron le 12 octobre. Le major John E. Dunham, commandant, et le capitaine Ted V. Sawyer, officier des opérations, sont partis le 30 octobre selon le même plan.

Le 397e Escadron de bombardement était gravement en sous-effectif par les transferts dans le cadre du plan de démobilisation, bien que quelques remplaçants soient arrivés le 10 octobre pour des hommes avec des scores ASR de 80 et plus qui ont quitté l'organisation.

Le major Jerry W. Dismuke, qui s'est joint à l'escadron le 24 octobre en remplacement du major Dunham, a pris le commandement le 30 octobre. 1er. Le lieutenant Woodrow E. Nielsen a été affecté au 397th le 9 octobre.

1er. Le lieutenant Lawrence E. Boeck, officier du renseignement, et le 2e lieutenant Earl G. Dare ont été transférés au QG. & QG. Escadron, Sixième Armée de l'Air. Le lieutenant Boeck a été affecté à la section A-2 pour écrire l'histoire de la sixième armée de l'air.

Neuf (9) officiers et 23 hommes de troupe ont été promus en octobre, tous les EM ayant des scores ASR de 60 à 69. Le 2 suivant. C'est. ont été promus au 1er. Lts., en vertu des paragraphes 1 et 2, ordre spécial n° 266, Hq. CDC, 23 octobre 1945 : Kenneth S. Ross, James N. Henderson, Allen M. Christenson, Conrad F. Gullixson, Albert L. Panzica, Martin R. Brechbill, William J. Acker, Clifton E. La Hue et Edward C. Van Orman.

Le programme de formation abrégé s'est déroulé comme prévu, les 397e et 3e escadrons de bombardement planifiant des vols deux jours une semaine et trois jours la semaine suivante. Ce système a été mis en rotation avec les 74e et 29e escadrons de bombardement. La plupart de ces vols étaient des sauts d'essai. Des vols en formation ont été effectués les 8, 15 et 30 du mois, sous la direction du général commandant la Sixième Force aérienne. Le lieutenant-général Crittenberger a signalé un problème de Nullus le 26 octobre et toutes les organisations terrestres et aériennes ont été alertées. La base aérienne de Rio Hato a été alertée à 1112R et s'est terminée à 1230R. Les escadrons tactiques de la base aérienne de Rio Hato ont assumé le rôle d'une force d'attaque ennemie et ont simulé une attaque à basse altitude sur les installations au sol du canal de Panama. La force d'attaque était théoriquement lancée à partir de porte-avions dans l'Atlantique.

Le 3e escadron de bombardement est arrivé à la base aérienne de l'armée de Rio Hato, en provenance de David, R. de P., la première partie d'octobre, et le 29 octobre a été attaché au 397e escadron pour les rations, les quartiers et l'administration.

Le 397e escadron de bombardement a participé avec les 3e, 29e et 74e escadrons de bombardement à un vol d'opérations combinées de 21 avions le 8 octobre pour intercepter un navire Pan Agra transportant le président Rios du Chili, décollant de la base aérienne de Rio Hato sur une route directe à Colombie. Après avoir intercepté le navire Pan Agra transportant le président Rios, les bombardiers et les chasseurs ont escorté jusqu'à ce que le navire Pan Agra fasse une approche pour atterrir à Albrook Field. Les bombardiers et les chasseurs ont ensuite encerclé l'île de Taboga et ont lancé une attaque à basse altitude sur Albrook Field et le Panama Air Depot, après quoi la formation a encerclé et attaqué Howard Field, après quoi la formation est retournée à Rio Hato.

La force organisationnelle s'élevait à 52 officiers et 225 hommes enrôlés.

Tous les officiers éligibles et les hommes enrôlés ont été transférés à Fort Randolph pour un retour aux États-Unis, la majorité partant le 21 décembre. Le 8 décembre, 37 officiers ont été transférés au 397th de Howard Field, CZ (paragraphe 7, commande spéciale n° 310 , QG Sixième Armée de l'Air, 6 décembre 1945). Trente-neuf (39) hommes enrôlés ont été affectés au 397th le 14 décembre (paragraphe 1, ordre spécial n° 177, QG. Base aérienne de l'armée de Rio Hato).

1er. Le lieutenant Allen M. Christenson et 1er. Le lieutenant Howard E. Day a été placé sur TDY pour servir de co-pilote et de navigateur, respectivement, sur un vol C-47 à destination de San Antonio, Texas (paragraphe 7, commande spéciale n° 315, QG. Sixth Air Force, 14 décembre , 1945).

Les promotions en décembre comprenaient 53 hommes enrôlés et les officiers suivants qui ont été promus du 2d. Lieutenant au 1er. Lieutenant : James V. Pelosi, Jules Resnick, James H. McAdoo, Walter R. Sapp, William M. Nix, William H. Baker, Clarence E. Ellis, Norbert E. Linhof, Joseph W. Satnik, William R. Estes , Arthur W. Riley, Jerome J. Gedemer, Leo A. Dewey, Robert J. Millar, Ronald C. Morey, Howard E. Day, Morton R. Cohn, James S. Wilson, Henry F. Baldwin, Jr., Keith Cook et Malcolm E. Hageman.

Les 3e et 397e escadrons de bombardement ont été consolidés au 31 décembre (Ordre spécial n° 183, QG de la base aérienne de l'armée de Rio Hato, 24 décembre 1945).

Les 3e, 29e, 74e et 397e escadrons de bombardement, participant à un vol en formation combiné, ont décollé de Rio Hato pour les îles Galapagos le 6 décembre pour participer au tournage du film de la sixième force aérienne, « Watch Dogs With Wings. "

Un C-47 avec un équipage choisi s'est envolé pour San Antonio, au Texas, le 14 décembre, pour un service temporaire de 20 jours. L'équipage se composait du 1er. Le lieutenant David D. Pollan (74e Escadron de bombardement, pilote) 1er. Le lieutenant Allen M. Christenson (397e Escadron de bombardement, co-pilote) 1er. Le lieutenant Howard E. Day (397e Escadron de bombardement, navigateur) SSgt. Holland Rankin (29e Escadron de bombardement, ingénieur) Sgt. William F. Thomey (74e Escadron de bombardement, opérateur radio) et le Cpl. William J. Hale (397e Escadron de bombardement, ingénieur adjoint).

Un vol de cinq avions s'est engagé dans un problème tactique de l'armée de l'air le 15 décembre, chacun en mission de recherche indépendante. L'objectif de la mission était de localiser deux croiseurs de combat censés envahir les eaux territoriales. Les cibles ont été localisées et la mission a été considérée comme un succès.

Les 3e, 29e, 74e et 397e escadrons de bombardement ont participé à un vol en formation combiné le 31 décembre pour intercepter le secrétaire de la Marine, Forrestal, qui se rendait à Panama dans un C-54 pour effectuer une tournée d'inspection du canal de Panama. Après avoir volé pendant deux heures, la formation a reçu un message radio indiquant que M. Forrestal avait déjà atterri à Albrook Field. La formation a immédiatement procédé à un survol d'Albrook Field à une altitude de 1 000 pieds et est retournée à la base aérienne de Rio Hato.

La force organisationnelle était de 121 officiers et 270 hommes enrôlés, ce qui représente une augmentation de 26 officiers et 15 hommes enrôlés par rapport aux chiffres de novembre.


340e Escadron de bombardement - Lourd

341e Escadron de bombardement - Lourd

342e Escadron de bombardement - Lourd

414e Escadron de bombardement - Lourd

Affecté au 8e AAF : 20 mai 1942

POLEBROOK 13 juin 1942 au 25 novembre 1942

GRAFTON UNDERWOOD 6 juin 1942 au 8 septembre 1942

Col. Cornelius W. Cousland 3 février 1942 au 29 juillet 1942

Colonel Frank A. Armstrong 31 juillet 1942 au 27 septembre 1942

Le colonel Joseph H. Atkinson du 27 septembre 1942 au 5 janvier 1943

Première mission : 17 août 1942

Tonnage total de bombes : 395 tonnes

A effectué la première mission de bombardiers lourds de la 8th AF depuis le Royaume-Uni le 17 août 1942.

Activé le 3 février 1942 à MacDill Field Fl. formé et entraîné là-bas jusqu'à la fin mars 1942 lorsque l'unité s'est déplacée à Sarosota AAB, Fl pour la formation. Est allé outre-mer le 15 mai 1942, avec les avions des 340e et 341e BS volant à Dow Field au Me., et ceux des 342e et 414e BS à Grenier Field dans le NH. Des éléments ont été détachés sur des bases de la côte Pacifique du 2 au 11 juin 1942. Les premiers B-17 sont partis pour le Royaume-Uni le 23 juin 1942, volant par la route de ferry du nord, Goose Bay, Groenland, jusqu'à Prestwick. Les premiers B-17 sont arrivés en Angleterre le 1er juillet 1942. L'unité terrestre a navigué sur le Queen Elizabeth le 4 juin 1942 et est arrivée à Clyde le 10 juin 1942.

Affecté à la 12th AF, XII BC, le 14 septembre 1942, mais continua à opérer sous VIII BC. La majeure partie de l'avion a quitté Polebrook le 18 novembre 1942 pour Hurn, avant de s'envoler directement vers l'Afrique du Nord. L'unité terrestre navigue en convoi fin novembre 1942. Opérations sur le théâtre méditerranéen avec la 12th Air Force pendant un an, puis le groupe établi en Italie dans le cadre de la 15th Air Force. L'unité a effectué la première mission de navette vers la Russie depuis l'Italie. Attaquer des cibles principalement dans le sud de l'Allemagne et dans les Balkins.

L'unité a été créée en tant que groupe de B-29 aux États-Unis en 1946 et a servi d'aile du Strategic Air Command pendant plus de 20 ans aux commandes de B-47, puis de B-52.

Équipage du Ruby F du 414th Squadron. L'ingénieur Doug Jenkinson est devant à droite.

L'équipage de WJ Jackson pris lors d'un entraînement aux États-Unis. Jackson est au premier rang, troisième en partant de la gauche. Son copilote est Bill Marshall au premier rang, deuxième en partant de la gauche.

L'équipage de WJ Jackson pris en Italie. Jackson est au quatrième rang en partant de la gauche. Le copilote Bill Marshall est au troisième rang en partant de la gauche.

2e lieutenant John Edward Abdallah (B), O-733505

Slt John Edward Abdallah (B), O-733505 (en bas à droite) avec les autres officiers de son équipage.


Maintien de l'héritage : un hommage aux 387e et 397e groupes de bombes.

C'est un immense honneur d'être ici ce soir pour représenter l'US Air Force, car vous . vous êtes notre plus grande génération d'aviateurs. L'US Air Force dans laquelle je sers est l'institution militaire la plus remarquable que l'histoire ait jamais vue. C'est la première et la seule force aérienne et spatiale au monde de portée mondiale. Et à bien des égards, nous devons tout cela aux jeunes aviateurs de l'Army Air Corps, qui ont lancé la révolution de la puissance aérienne moderne avec un mélange de courage, de dévouement et de sacrifice qui n'a jamais été égalé depuis. Vos efforts de pionniers ont prouvé qu'il était nécessaire pour la nation d'avoir un service aérien puissant et indépendant, et nous ont donné l'élan pour six décennies d'innovation technologique incroyable, d'expansion organisationnelle et de progrès dans la pensée stratégique, faisant de l'USAF ce qu'elle est aujourd'hui.

Dans le bureau des plans et programmes stratégiques de l'Air Force, nous sommes censés aider le chef d'état-major à construire la bonne armée de l'air pour les deux ou trois prochaines décennies. Je pense que vous, en tant que groupe, avez une perspective unique sur le défi que cela pose, car notre situation aujourd'hui est quelque peu analogue à celle à laquelle Hap Arnold a été confronté lors de la tempête qui s'est abattue avant la Seconde Guerre mondiale. Pensez au général Arnold en 1938, l'année où il est devenu chef de l'Army Air Corps. Le général Arnold était un véritable visionnaire : en 1938, il approuva la première commande de B-17, et il poussait le développement du radar et du viseur Norden. Mais comment aurait-il pu prévoir cela.

* Dans trois ans, nous serions entraînés dans une guerre mondiale qui finirait par dévorer 50 millions de vies. Les bombes atomiques détruiraient deux villes entières en 1945 - et nous les larguerions.

* Nous construirions près de 300 000 avions à moteur à pistons (contre 20 000 avions que Franklin Delano Roosevelt envisageait pour un corps aérien « largement élargi » en 1938) pour gagner cette guerre. et puis rapidement mettre au rebut presque tout l'inventaire peu de temps après en faveur du jet.

* En 10 ans, l'Army Air Corps deviendrait l'U.S. Air Force.

* Dans 31 ans, on mettrait un homme sur la lune

Donc cette idée de « transformation » est quelque chose dont vous avez tous été témoin et vécu. Le défi pour les dirigeants de l'Air Force aujourd'hui est que les cycles, entraînés par les progrès technologiques, sont de plus en plus rapides au fil des décennies. Nous devons constamment adapter notre culture et nos concepts de fonctionnement au rythme rapide du changement, et pour les planificateurs stratégiques, c'est particulièrement difficile, car pour nous, envisager 20 ans équivaut à un César ou à un Alexandre ayant dû attendre 200 ans, voire 500 ans.

Regardez comment les nouvelles technologies ont remodelé notre armée et notre société en seulement une décennie et demie depuis la première guerre du Golfe :

* Internet, qui n'est pas seulement un marché mondial, mais qui s'est avéré être un front majeur dans la guerre mondiale contre le terrorisme et l'extrémisme.

* Des ordinateurs toujours plus petits mais plus puissants : pensez à l'iPod de poche contenant un disque dur de 20 Go.

* Réseaux mondiaux sans fil, communications par satellite et navigation par satellite, qui produisent des capacités telles que le Centre combiné d'opérations aériennes et spatiales - le cœur du réseau de commandement et de contrôle avec lequel nous poursuivons la puissance aérienne et spatiale.

* Utilisation généralisée des drones (véhicules aériens sans pilote), y compris les drones armés

* Utilisation généralisée de la furtivité depuis que nous avons introduit une technologie à très faible section efficace radar lors de la première guerre du Golfe.

Et pourtant, même si nous dépendons entièrement de technologies que personne n'imaginait même en 1940, nous sommes toujours sur un continuum en tant qu'aviateurs, en tant que professionnels, en tant que guerriers - de l'Escadrille Lafayette aux raids B-26 contre Mayen et Prum en 1944, aux équipages survolant l'Irak et l'Afghanistan aujourd'hui. Lors de sa cérémonie de prise de commandement il y a 10 jours, le général Buzz Moseley, notre nouveau chef, a cité le « fier et riche héritage » derrière nous qui constitue la base et nous projette vers les horizons illimités qui s'offrent à nous. L'avenir peut donc être incertain, mais nous savons toujours d'où nous venons et d'où nous venons, et nous avons ce sentiment d'un lien avec le passé pour nous guider.

Permettez-moi d'utiliser "Long Range Strike", qui est ce que nous appelons maintenant la mission de bombardement, comme exemple.

Et je vais vous dire quoi : l'idée d'un "bombardier" moderne est aujourd'hui plus proche d'un B-26 que d'un B-17 ou B-29, même si ces derniers étaient les ancêtres directs des B-52 et B -1 et leur utilisation prévue en tant que plateformes stratégiques. L'histoire est revenue, et nous utilisons le B-1 et le B-52 dans un rôle qui est la version du 21e siècle du Marauder - en tant qu'avion d'attaque flexible qui peut frapper profondément contre les centres de gravité stratégiques (comme le 387e/397e les premières frappes sur les sites V-2 et les aérodromes allemands et l'industrie aéronautique), ou qui peuvent fournir un soutien plus direct à une campagne conjointe (comme les missions d'interdiction des groupes de bombardement contre les troupes allemandes, les centres de transport et les centres de communication pendant la campagne alliée en Normandie) .

En fait, nous sommes allés encore plus loin, nous utilisons des bombardiers dans un véritable rôle d'appui aérien rapproché, un rôle tactique que personne n'envisageait il y a encore 10 ans : larguer des bombes à courte distance en danger pour soutenir les forces terrestres en mouvement et au contact de l'ennemi. Et la façon dont nous faisons cela capture dans un microcosme tous les vecteurs sur lesquels nous évoluons en tant que service - en technologie, en concepts d'opération, en organisation - pour être la force aérienne la plus compétente et la plus pertinente du futur.

Comment faisons-nous ça? Nous employons des frappes à longue portée en utilisant un réseau de commandement, de contrôle et de renseignement. C'est la seule façon pour un B-52 de 50 ans, construit pour pénétrer les défenses aériennes soviétiques avec quelques bombes nucléaires à gravité B53, de fournir, en Afghanistan en 2001, une puissance de feu immédiate à un soldat des forces spéciales chargeant une position ennemie sur à cheval, style brigade légère. Le B-52 en lui-même n'est pas une frappe à longue portée. Le B-52 est l'extrémité pointue d'un système de systèmes de frappe à longue portée. Je parle d'un réseau de plates-formes, de capteurs, de liaisons de communication et d'armes qui s'étend de l'air à l'espace jusqu'au sol lui-même.

Permettez-moi d'illustrer cela avec une histoire de l'opération Enduring Freedom en Afghanistan. En octobre 2001, un contrôleur de combat de l'Air Force, Tech. Sgt. Calvin Markham, était avec la première équipe des forces spéciales américaines à infiltrer l'Afghanistan. Armé d'une radio satellite, d'un indicateur de cible laser (semblable au petit gadget avec lequel vous trichez sur le terrain de golf), d'un récepteur de système de positionnement global et d'un équipement de vision nocturne, il a été le premier nœud du réseau de frappe à être installé. endroit. Dans les 30 heures suivant son arrivée, le sergent Markham s'est présenté à ses nouveaux hôtes de l'Alliance du Nord en engageant des forces ennemies retranchées sur une ligne de crête opposée. Il a pris une observation au laser de leur position, puis, via satellite, il a remonté les coordonnées vers un B-52 en orbite à environ six milles au-dessus de sa tête - invisible pour quiconque au sol.Quelques instants plus tard, l'équipage du bombardier a sorti une chaîne de 2 000 livres. bombes, qui ont immédiatement acquis un signal du réseau satellite GPS.

Parce qu'elles fonctionnent à l'aide d'une grille de référence commune, les bombes "savent" essentiellement où elles se trouvent et où se trouve la cible, quelle que soit la météo. Ils utilisent des ailerons sur le corps de la bombe arrière pour se diriger vers le point de visée - un point de visée incroyablement petit.

Sous le regard du chef de guerre du sergent Markham, une série d'explosions a traversé la crête - 200 talibans ont été anéantis en un seul passage. Le seigneur de guerre s'est tourné vers Calvin et a dit : "Je fais ça depuis 15 ans et je n'ai jamais vu autant de mes ennemis mourir en même temps."

C'est ce que nous appelons la « précision de masse », ce que les vétérans des bombardiers comme vous, en particulier, peuvent apprécier.

Pour vous donner une idée : une seule munition interarmées d'attaque directe, ou « JDAM », larguée par un seul B-2 peut accomplir ce qui nécessitait généralement 1 000 à 1 500 sorties de bombardiers lourds pendant la Seconde Guerre mondiale - des sortes dont parfois 20 à 30 pour cent de l'avion (ainsi que des milliers d'aviateurs) n'est jamais revenu. Aujourd'hui, un B-2 peut lâcher 80 JDAM par sortie. Et, avec l'avènement d'armes de précision encore plus petites dans les 250 livres. classe, nous pourrons doubler ou quadrupler cela.

Et ce que vous avez avec cette précision de masse, c'est une grande flexibilité dans la façon dont vous composez la masse ou la façon dont vous composez la précision. Vous pourriez attaquer 80 cibles stratégiques dans la capitale d'un adversaire avec une quasi-simultanéité. Ou, vous pourriez flâner pendant des heures au-dessus d'un champ de bataille larguant des munitions ici et là comme le demande un aviateur de champ de bataille avançant avec les forces de l'armée ou de la marine - vous avez essentiellement remplacé une batterie d'artillerie de campagne. Vous pourriez même être au-dessus de l'eau libre, frapper une flotte de navires ennemis - nous avons en fait démontré ce genre de capacité, en utilisant des mises à jour très rapides des coordonnées des bombes afin qu'elles puissent se diriger vers une cible en mouvement.

Ce que j'essaie de communiquer, c'est l'idée que l'Air Force peut maintenant apporter des effets stratégiques, opérationnels et tactiques simultanés. Et "effets" est le mot clé. Alors que nous développons nos capacités de frappe pour l'avenir, nous nous concentrerons sur les effets que nous devons produire - réactivité, précision, persistance - plus que sur les plates-formes individuelles qui les produisent. Et nous intégrerons cette philosophie basée sur les effets dans toutes nos missions principales : pas seulement la frappe, mais aussi la mobilité et le « C4ISR » (qui signifie commandement, contrôle, communications, ordinateurs, renseignement, surveillance et reconnaissance), car ils tous doivent jouer ensemble.

Nous aurons besoin de ce type de flexibilité pour relever les défis de l'avenir, qui traverseront le spectre des challengers étatiques traditionnels « proches des pairs » aux groupes terroristes mondiaux aux insurgés sans visage dans les régions préoccupantes. L'air et l'espace ont apporté d'énormes contributions à ce qu'on appelle des opérations « irrégulières » en Irak et en Afghanistan qui n'ont pas reçu beaucoup de publicité. Par exemple .

* Tout ce qui s'est déployé en Afghanistan, un pays enclavé, est entré par pont aérien - chaque haricot, chaque balle, chaque hélicoptère, chaque Marine, chaque soldat. En prenant l'Afghanistan et l'Irak ensemble, nos avions de transport stratégiques ont déplacé environ trois millions de personnes et 1,5 tonne de fret. Cela se classe au deuxième rang après le pont aérien de Berlin en tant que plus grande opération de pont aérien de l'histoire.

* En Irak aujourd'hui, nos avions de transport tactiques traversent le pays pour livrer des tonnes de fournitures qui maintiennent des centaines de convois hors des routes dangereuses.

* L'USAF fournit également plus de 70 pour cent de la couverture de capteurs aéroportés à l'échelle du théâtre - surveillant les routes d'approvisionnement, surveillant les frontières, fournissant une reconnaissance réactive aux forces terrestres et mettant le réticule sur des cibles de grande valeur Nous avons des systèmes spatiaux et aéroportés, y compris des drones , qui peut suivre des cibles individuelles en mouvement sur un terrain complexe, comme des tireurs d'élite tapi sur les toits ou des sapeurs essayant de planter des engins explosifs improvisés (IED) le long des itinéraires de convoi.

* Grâce aux prévisions météorologiques, l'armée de l'air fournit à la force interarmées une forme de renseignement clé, mais souvent négligée.

Dans l'ensemble, vous pouvez être fier de votre armée de l'air et de ce que nos aviateurs font jour après jour.

Notre préoccupation dans les plans et programmes est que la Force aérienne continue à être aussi performante à l'avenir. Il s'agit d'une période de planification difficile - nous envisageons des budgets de défense très limités, alors que les capacités aériennes et spatiales continueront d'être de plus en plus demandées.

Même avec des dollars de défense rares à l'avenir, nous ne voulons céder aucun terrain à nos adversaires dans les domaines aérien, spatial ou cyberespace - contrôler ces "biens communs" est l'avantage asymétrique de l'Amérique.

Ainsi, au cours des deux dernières années, nous avons élaboré un plan global à long terme pour maintenir notre position de force aérienne et spatiale la plus compétente au monde. Nous augmenterons nos capacités globales en construisant une force capable à 100 % d'employer des armes à guidage de précision, hautement furtives et contenant un grand nombre de systèmes sans pilote, de systèmes spatiaux et de puissants réseaux d'information. En même temps, nous verserons des dividendes à vous, les contribuables. Nous prévoyons de réduire notre inventaire de chasseurs traditionnels de 25% dans l'ensemble, notre inventaire d'avions diminuera d'environ 10%. Pour mettre cela en contexte, ces 25 pour cent sont l'équivalent de la réduction des effectifs de la Marine par trois porte-avions.

Et je veux terminer en soulignant qu'en fin de compte, ce sont nos gens qui sont la clé du succès de ce plan. La technologie est soignée, mais elle n'est efficace que lorsqu'elle est entre les mains de grands aviateurs. Ces aviateurs sont les vraies stars du spectacle - ce sont les équipages qui effectuent de longues et dangereuses missions chaque jour et ils sont les aviateurs de Battlefield avec l'ennemi sur les routes et dans les ruelles de l'Iraq et ils sont les ingénieurs civils et les forces de sécurité qui vont de l'avant pour ouvrir des bases et ce sont des parasauveteurs qui travaillent 24 heures sur 24 pour tirer les victimes des ouragans des eaux de crue et ce sont nos assistants techniques inégalés qui font voler les constellations de satellites et les réseaux d'information fonctionnent. Ces hommes et ces femmes dévoués sont le vrai fil conducteur, la vraie continuité, du passé au présent de cette organisation, et vous pouvez être fier de la façon dont ils ont soutenu votre héritage.

Vous, les grands aviateurs, êtes l'héritage sur lequel l'armée de l'air d'aujourd'hui est bâtie, vous êtes aussi l'héritage sur lequel l'armée de l'air de demain sera bâtie. Ce n'est pas un héritage que nos dirigeants invoquent de temps en temps dans les livres d'histoire. C'est vivant, vibrant. C'est une énorme influence sur ce que nous faisons tous les jours. Surtout aujourd'hui, alors que notre nouveau chef insuffle l'esprit guerrier à tous les aviateurs, vous êtes important, car vous étiez les guerriers aériens ultimes. Vous nous avez montré la voie - nous venons de faire avancer le ballon sur le terrain. et continuera d'exceller dans les horizons illimités qui nous attendent.


397e groupe de bombardement - Histoire

Lignée du 397e Escadron de chasse
Copié de la publication de l'USAF
Escadrons de combat de l'Armée de l'Air - Seconde Guerre mondiale

Lignée.
Constitué le 397th Fighter Squadron le 24 mai 1943.
Activé le 1 juin 1943, Westover Field, Mass.
Inactivé le 20 août 1946, Straubing, Allemagne.

Devoirs.
368th Fighter Group, 1 juin 1943 - 20 août 1946.

Gares.
Westover Field, Mass, 1er juin 1943.
Mitchel Field, NY, 21 août 1943.
Farmingdale, NY, 29 novembre - 20 décembre 1943.
Greenham Common, Angleterre, 13 janvier 1944.
Chilbolton, Angleterre, 15 mars 1944.
Cardonville, France, (A-3), 16 juin 1944.
Chartres, France, (A-40), 27 août 1944.
Laon/Athies, France, (A-69), 11 septembre 1944.
Chièvres, Belgique, (A-84), 2 octobre 1944.
Juvincourt, France, (A-68), 27 décembre 1944.
Metz, France, (Y-34), 5 janvier 1945.
Francfort-sur-le-Main, Allemagne, (Y-73), 16 avril 1945.
Buchschwabach, Allemagne, (R-42), 16 mai 1945.
Straubing, Allemagne, (R-68), 13 août 1945 - 20 août 1946.

Avion.
P-47, 1943-1946.

Opérations.
Combat à l'ETO, 14 mars 1944 - 9 mai 1945.

Campagnes.
Offensive aérienne, Europe.
La Normandie.
Nord de la France.
Rhénanie.
Ardennes-Alsace.
Europe centrale.
Combat Aérien, Théâtre EAME.

Décorations.
Citation d'unité distinguée : Mons, Belgique, 3 sept 1944.
Cité dans l'Ordre du jour, Armée belge : 6 juin - 30 septembre 1944.
Cité dans l'Ordre du jour, Armée belge : 16 déc. 1944 - 25 janv. 1945.
Fourragère belge.

Emblème.
Au fil d'un disque jaune, un occidental caricatural chevauchant un brun
Bronco caricatural, blanc ailé, bleu ombré et vêtu de brun
pantalon, chemise bleue, chapeau de cowboy blanc, foulard rouge et blanc
gants, tenant en l'air deux revolvers à six coups gris, parés de bronzage, chacun
émettant du canon un petit nuage de fumée bleu clair, souligné de noir.
(Approuvé le 13 avril 1944.)


Catégories de blogs

À quelques kilomètres à l'ouest de Huntingdon, dans le Cambridgeshire, entre les villages de Stow Longa et Kimbolton, se trouve une zone de terres agricoles plane et balayée par le vent que la route B serpente. On peut facilement manquer le court tronçon de route étroite qui traverse le béton plus ancien et en ruine des voies de circulation de classe A qui transportaient autrefois des forteresses volantes B-17 jusqu'à la piste principale nord-ouest-sud-est. Si vous vous arrêtez et traversez le sentier public boueux qui se dirige plein ouest, vous rencontrerez des plaques de béton, souvent recouvertes de balles de foin pour le bétail local. C'est une scène étrange, car on ne peut s'empêcher d'imaginer les bombardiers lourds revenant d'une mission au-dessus de l'Allemagne, et dans les vents forts qui soufflent sur les champs plats, on peut presque entendre les moteurs des bombardiers.

Une découverte fascinante, lorsqu'on se tient sur l'accotement de la route B qui relie les villages de Stow Longa et Kimbolton, on peut voir la piste d'origine sur laquelle la route a été pavée au cours des décennies suivantes. © cambridgemilitaryhistory.com, 2014.

Ces terrains plats avec leurs petits morceaux de piste et de tarmac sont tout ce qui reste de la Royal Air Force Station Kimbolton, un aérodrome de classe A utilisé par la huitième force aérienne de l'armée de l'air américaine de 1942 à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Tout d'abord, le 91st Bomb Group (Heavy) est arrivé en 1942 et a commencé ses opérations depuis la RAF Kimbolton, mais a dû quitter le terrain rapidement car les pistes n'étaient ni suffisamment solides ni assez longues pour les lourdes charges de bombes que les B-17 transportaient. Jusqu'à ce que les pistes puissent être améliorées, le 17th Bomb Group (Medium) a utilisé le terrain, pilotant le Martin B-26 Marauder, d'octobre 1942 jusqu'au départ du groupe pour l'Afrique du Nord. Avec le départ du 17th Bomb Group, la piste principale a été renforcée et prolongée, comme le montre cette photo aérienne de la base prise le 10 août 1945 :

RAF Kimbolton le 10 août 1945. Le village de Stow Longa est juste visible en haut de la photographie aérienne. Le village de Kimbolton est au sud. Cette œuvre artistique créée par le gouvernement du Royaume-Uni est dans le domaine public.

Puis vint le 379th Bomb Group (Heavy), avec ses fameuses marques « triangle-K » sur les stabilisateurs verticaux des B-17, qui opéreront depuis la RAF Kimbolton jusqu'à la fin de la guerre. Quatre escadrons : les 524e, 525e, 526e et 527e escadrons de bombardement comprenaient le 379e qui a effectué sa première mission de combat le 19 mai 1943. Axé sur les capacités de guerre de l'Allemagne, le 379e a effectué des raids sur l'industrie lourde, les raffineries, les entrepôts, les sous-marins enclos, aérodromes, gares de triage et centres de commandement et de contrôle à travers l'Europe occupée. Ils ont effectué des missions de bombardement contre les usines à roulement à billes de Schweinfurt et de Leipzig, contre les usines de pétrole synthétique de Merseburg et Gelsenkirchen, contre les usines chimiques de Ludwigshaven et les aérodromes de la France occupée à Berlin.

Un ventre de B-17F a atterri à RAF Kimbolton. Un témoignage étonnant de la cellule robuste, ce B-17 a été réparé et est revenu à un statut de vol. Archives nationales des États-Unis, cette image ou ce fichier est une œuvre d'un aviateur ou d'un employé de l'US Air Force, prise ou réalisée dans le cadre de ses fonctions officielles. En tant qu'œuvre du gouvernement fédéral américain, l'image ou le fichier est dans le domaine public.

Le 11 janvier 1944, le 379th attaqua des usines d'avions au cœur de l'Allemagne sans couverture de chasse, ce qui lui valut la très convoitée Distinguished Unit Citation. Avant le jour J, le groupe s'est concentré sur des positions fixes fortes, des points de transfert et d'étranglement ferroviaires, et des batteries d'artillerie : ramollir le mur de l'Atlantique avant la plus grande invasion amphibie de l'histoire.

B-17F à RAF Kimbolton. Notez le marquage de queue “Triangle K”. Archives nationales des États-Unis, cette image ou ce fichier est l'œuvre d'un aviateur ou d'un employé de l'US Air Force, prise ou réalisée dans le cadre de ses fonctions officielles. En tant qu'œuvre du gouvernement fédéral américain, l'image ou le fichier est dans le domaine public.

Le B-17G Serial # 42-32024, nommé le "Swamp Fire" a effectué 100 missions sans un seul avortement - un accomplissement sans précédent pendant la guerre de la RAF Kimbolton. Quarante équipages différents ont pris l'avion pour ses missions au-dessus de l'Europe occupée et de l'Allemagne. Selon le site Web Swamp Fire, où les vétérans qui ont volé sur elle pendant la guerre affichent des souvenirs et des photos, une blague autour de la base en octobre 1944 était la suivante : « Après une nouvelle section de nez et de queue, une nouvelle tourelle à boule, 16 changements de moteur, trois remplacements d'ailes et plus de 1 000 patchs de balles et de trous de flak, il ne reste plus grand-chose de l'avion d'origine. Cependant, lors d'une cérémonie pour l'avion après sa 100e mission, le commandant du 379e, le colonel Lewis Lyle a déclaré : par ses équipages au sol et de combat. Elle est un excellent critère du plus grand bombardier du théâtre d'opérations européen.

B-17 Série # 42-32024 “Swamp Fire”. Ceci est une photo de l'équipage de la mission qui a volé sur sa 25e mission le 4 mai 1945 (note 24 bombes peintes sur son côté pour les missions terminées). Debout, de gauche à droite : opérateur radio TSGT Edward J. Przybyla, bombardier 2LT Harvey “Herk” Harris, SSGT Roy E. Avery, mitrailleur à la taille Jr., pilote 1LT Joseph L. Korstjens, tourelle à billes SSGT Andrew Stroman, Jr. , ingénieur SSGT Berj G. Bejian, mitrailleur de taille SSGT John K. Rose, navigateur 2LT Matthew J. Scianameo, mitrailleur de queue SSGT Elijah W. Lewis, copilote 2LT Byron B. Clark. Le chien est la mascotte du "Lt Scragg" Swamp Fire. Agenouillée de gauche à droite se trouve l'équipe au sol : Rube Cohn, Seymour Romoff, James Abbott, Henry Gerhart et Dominick DeSalvo. Merci au site Swamp Fire pour cette image.


Voir la vidéo: Bombardement massif en Syrie!