Le Cyprès de Kashmar est-il exposé à Bagdad ?

Le Cyprès de Kashmar est-il exposé à Bagdad ?

Le Cyprès de Kashmar était un arbre sacré des Zoroastriens. Apparemment, selon le Shahnameh et d'autres sources, il a été planté par Zoroastre (ou son patron) au temple du feu de Kashmar, et un millénaire et demi plus tard, il a été abattu au milieu de beaucoup de tollé par Ja'far al-Mutawakkil pour être utilisé dans la construction du palais en 891. Il existe une organisation zoroastrienne avec un certain historique. Maintenant, selon ce qui ressemble à un blog cité par Wikipedia, le palais existe toujours en Irak. Cependant, Wikipedia nous dit également que la mosquée Abu Dulaf est entièrement construite en brique. Si des bûches de l'arbre ont vraiment été utilisées là-bas, il est étrange de penser qu'un arbre sacré perdu de la fondation du zoroastrisme aurait pu être endommagé pendant la guerre en Irak en 2005, lorsqu'une bombe a explosé dans la mosquée.

Si le bois est visible n'importe où, son histoire pourrait être confirmé avec une certitude remarquable - il suffit de chercher des poutres d'un arbre de 1450 ans, d'une espèce connue, qui fait 28 longueurs de fouet de circonférence.

Mais -- est Y a-t-il une poutre dans la mosquée, ou la région beaucoup plus vaste de ruines liées à Samarra, qui puisse être attribuée à cet arbre ?


Il semble y avoir une certaine confusion sur ce qui est revendiqué, Quel nous regardons, et quoi nous devrions regarder. Voyons si nous pouvons éclaircir certains d'entre eux.

En commençant par la page citée par le PO qui prétend que le palais existe toujours en Irak (c'est moi qui souligne) :

le calife abbasside Al-Mutawakkil a ordonné que l'arbre soit abattu et transporté dans sa capitale à Samarra où son bois serait utilisé comme poutres pour son nouveau palais. Le palais et son minaret en spirale subsistent encore aujourd'hui.

C'est faux. L'emplacement indiqué sur la photo n'est pas un palais, mais la Grande Mosquée de Samarra. Ce était construit par Al-Mutawakkil. Mais c'est pas son palais.

La deuxième source de confusion est l'endroit où le PO associe ce «palais» à une mosquée différente, la mosquée Abu Dulaf, qui possède également l'un de ces fascinants minarets en spirale. (Celui-ci est en fait plus proche du palais, mais toujours pas un palais.)

Où est donc ce palais ? L'une des autres sources de l'OP donne un peu plus de contexte à l'histoire (c'est moi qui souligne):

Quand Mutawakkil l'Abbasside construisait le palais Jafarid [19] à Samarrahhe envoya par écrit l'ordre à Tahir ibn 'Abdullah, gouverneur de Khurasan, de couper cet arbre, de mettre le tronc sur une charrette, de charger les branches sur des chameaux et de l'envoyer à Bagdad. Une assemblée des mages a offert à Tahir 50 000 dinars, mais il n'a pas accepté, et il a ordonné que l'arbre soit abattu. Au moment où l'arbre est tombé, la terre a subi un tel tremblement que de grands dommages ont été causés aux aqueducs et aux bâtiments à proximité.

Ils disent que l'âge de l'arbre était de 1450 ans, et que le circuit de son tronc était de 28 longueurs de fouet, et sous son ombre plus de 2000 bovins et moutons se sont reposés. De plus, des oiseaux de toutes sortes, au-delà des limites et des dénombrements, y avaient construit leurs nids, de sorte qu'au moment de la chute de l'arbre la face du soleil était voilée par la multitude des oiseaux, et le ciel s'obscurcit. Ses branches étaient chargées sur 1 300 chameaux, et le coût (de transport) du tronc jusqu'à Bagdad était de 500 000 dihrams. Quand le cyprès arrivé une station avant le palais Jafarid, Mutawakkil l'Abbasside a été mis en pièces cette même nuit par ses serviteurs.'

Nous pouvons donc voir que le cyprès n'était pas destiné à une mosquée, mais à la nouvelle 'Palais Jafaride'. Mais où se trouvait ce palais ? On peut glaner plus de détails dans l'article Wikipedia sur Abbasid Samarra sur ce palais et la nouvelle capitale d'Al-Mutawakkiliyya

Al-Mutawakkiliyya consistait en une zone non murée, au centre de laquelle courait une avenue nord-sud. Du côté ouest de l'avenue se trouvait la mosquée Abu Dulaf. Comme la Grande Mosquée de Samarra, la Mosquée Abu Dulaf comprenait un minaret en spirale, mesurant 34 m (112 pi) de haut.[66][67] Les avenue a finalement conduit au palais Ja'fari, qui servait de nouvelle résidence à al-Mutawakkil. Il était situé dans le au nord d'al-Mutawakkiliyya et séparé du reste de la ville par un mur

Donc on peut voir le palais est situé au nord de la mosquée Abu Dulaf. Ceci est confirmé par un téléchargement de la cité de l'UNESCO qui montre l'emplacement de ce palais par rapport à la mosquée Abu Dulaf :

Si nous regardons de plus près (34.39364568408147, 43.77931445237713), les vestiges de ce palais ressemblent à ceci :

Je ne vois aucune structure survivante autre que l'empreinte de fondations et de murs qui ont traversé les âges.

J'ai peur que cette Quête de l'arbre magique ancestral soit vaine…


Non seulement il n'y a pas de bois d'origine là-bas, mais une grande partie de la pierre n'y est plus d'origine. De plus, je ne vois aucune preuve qu'il y ait eu déjà n'importe quel bois là-bas. S'il y en avait, ce n'était probablement pas structurel.

Voici une ancienne photo aérienne en noir et blanc du site :

Et une autre vieille photo couleur :

Ces deux éléments proviennent d'un article sur le site du site Web du magazine en ligne Archways Architectural. Malheureusement, aucun photographe ou date n'est fourni.

Il semble assez clair d'après les photos qu'à un moment donné, le site était principalement une ruine (à part le minaret) et que sa construction était entièrement en brique, avec le genre de caractéristiques voûtées que l'on s'attendrait à voir dans la construction en pierre ou en maçonnerie pour les grands bâtiments de ce genre.

Il semble qu'il ait été reconstruit depuis. En fait, une reconstruction semble avoir eu lieu entre ces deux images. (Il y a aussi une autre prise de vue aérienne sur ce site Web qui semble le montrer entièrement reconstruit, mais c'est si propre que je soupçonne que c'est la conception d'un artiste)

Quant à son état actuel et aux effets des situations politiques du XXIe siècle, je citerai l'article de l'UNESCO sur Samarra :

Depuis le début de la guerre en Irak en 2003, cette propriété est occupée par des forces multinationales qui l'utilisent comme théâtre d'opérations militaires.

Les conditions d'intégrité et d'authenticité semblent remplies, dans la mesure où l'évaluation est possible sans mission technique d'expertise. Après l'abandon par le califat, l'occupation s'est poursuivie dans quelques zones proches du noyau de la ville moderne, mais la majeure partie de la zone restante a été laissée intacte jusqu'au début du 20e siècle. Le site archéologique est partiellement préservé, avec des pertes causées principalement par le labour et la culture, mineures par rapport à d'autres sites majeurs. Les travaux de restauration ont été conformes aux normes internationales.

Les délimitations des zones centrale et tampon semblent à la fois réalistes et adéquates. Avant les hostilités actuelles, l'État partie protégeait le site des intrusions, qu'elles soient agricoles ou urbaines, en vertu de la loi archéologique. Les procédures de protection sont en suspens depuis 2003 et le principal risque pour le bien provient de l'incapacité des autorités responsables à exercer un contrôle sur la gestion et la conservation du site.


Voir la vidéo: Visite surprise de John Kerry à Bagdad