Ce jour dans l'histoire : 14/12/1911 - Amundsen atteint le pôle Sud

Ce jour dans l'histoire : 14/12/1911 - Amundsen atteint le pôle Sud

Le 14 décembre 1799, le premier vrai héros américain est décédé ; George Washington. Le 13 décembre marquait la dernière fois que les Américains marcheraient sur la Lune. Apollo 17 a marqué la dernière mission lunaire de la NASA pour le 20e siècle. Cette mission s'est terminée le 13 décembre 1972. Le pôle Sud a également été découvert par un Norvégien nommé Roald Amundsen ce jour-là en 1911. Le 13 décembre 1959 marque le développement du grand Motown Records par le grand esprit de Barry Gordy. Pour en savoir plus sur ces événements, regardez la vidéo This Day in History le 14 décembre.


Roald Amundsen

Pourquoi célèbre : A dirigé l'expédition antarctique norvégienne de 1910-12, qui a été la première à atteindre le pôle Sud, battant l'expédition de Robert Scott de 33 à 34 jours.

Amundsen est reconnu comme la première personne à avoir atteint les deux pôles. Il est également connu comme ayant la première expédition à traverser le passage du Nord-Ouest de l'Arctique (1903-1906).

En 1926, Amundsen et 15 autres hommes effectuent également la première traversée de l'Arctique par voie aérienne, à bord du dirigeable Norge.

En juin 1928, alors qu'il participait à une mission de sauvetage de l'Airship Italia, l'avion dans lequel il se trouvait a disparu et il est présumé être mort dans le crash ou peu de temps après.

Naissance : 16 juillet 1872
Lieu de naissance: Borge, Østfold, Norvège
Signe astrologique : Cancer

Décédé : 18 juin 1928 (55 ans)
Cause de décès: Crash d'avion


Ce jour dans l'histoire : 14/12/1911 - Amundsen atteint le pôle Sud - HISTOIRE

Aujourd'hui, en 1911, le Norvégien Roald Amundsen est devenu le premier explorateur à atteindre le pôle Sud. Cet exploit a marqué le point culminant de la vie d'Amundsen en tant qu'explorateur, un chemin qu'il avait suivi pendant presque toute sa vie d'adulte.

Les aventures polaires d'Amundsen ont commencé en 1897 lorsqu'il a rejoint une expédition belge à destination de l'Antarctique. Cette expédition est devenue célèbre en tant que premier groupe à avoir jamais passé un hiver dans un environnement hostile. En 1903, Amundsen a guidé un navire à travers le célèbre passage du Nord-Ouest, cette zone océanique entre le Canada et le cercle polaire arctique. Le voyage était long et périlleux, et quand il fut terminé, Amundsen et son équipage avaient accompli une autre première.

La prochaine étape pour Amundsen était un voyage au pôle Nord. Alors qu'il se préparait pour le voyage, il apprit que Robert Peary était devenu le premier homme à visiter le sommet du monde. Intrépide, Amundsen a poursuivi sa préparation mais au lieu de se diriger vers le nord, il a mis le cap sur l'Antarctique dans l'espoir d'être le premier humain à atteindre le pôle Sud.

Amundsen n'était pas seul dans son désir L'explorateur britannique Robert Scott était également en route vers le sud. Amundsen a installé son camp de base dans la baie des baleines, à 60 milles plus près du pôle que le camp de Scott. Leurs moyens de déplacement variaient considérablement : Amundsen utilisait des chiens de traîneau éprouvés tandis que Scott employait des traîneaux à moteur et des poneys sibériens en plus des chiens. Les deux hommes sont partis avec leurs équipes en octobre.

Le voyage d'Amundsen s'est déroulé sans incident et après avoir atteint le pôle, l'équipe est retournée au camp de base, qu'elle a atteint en janvier 1912. Scott est arrivé au pôle 35 jours plus tard, ignorant le succès d'Amundsen jusqu'à ce qu'il trouve sa gauche. derrière la tente. Sur le chemin du retour, la météo a apporté une tragédie à l'équipe de Scott. Les traîneaux à moteur sont tombés en panne, les poneys se sont avérés inaptes au mauvais temps et ont dû être abattus et les attelages de chiens ont dû être renvoyés en route vers le pôle. Après avoir perdu deux membres de son groupe, Scott et les autres survivants se sont retrouvés piégés par une terrible tempête. Un an plus tard, leurs corps gelés ont été découverts à seulement 11 miles de leur camp de base.

Amundsen ne s'est pas reposé sur son succès mais a continué dans sa quête d'autres premières. Par exemple, il a survolé le pôle Nord dans un dirigeable en 1926 seulement 72 heures après que Richard Byrd a survolé le même point dans un avion. Malheureusement, ce sont les voyages en avion qui ont coûté la vie à Amundsen en 1928 lorsqu'il est mort en essayant de sauver un ami dont le dirigeable s'est écrasé en mer au large des côtes norvégiennes.


MARINER 2 DE LA NASA EST LE PREMIER VAISSEAU SPATIAL À ATTEINDRE VENUS 14 DÉCEMBRE 1962



Mariner 2 (Mariner-Venus 1962), une sonde spatiale américaine vers Vénus, a été la première sonde spatiale à mener une rencontre planétaire réussie. Premier vaisseau spatial à succès du programme Mariner de la NASA, il s'agissait d'une version simplifiée du vaisseau spatial Block I du programme Ranger et d'une copie exacte de Mariner 1. Les missions des vaisseaux spatiaux Mariner 1 et 2 sont parfois appelées missions Mariner R. Mariner 2 est passé à moins de 35 000 kilomètres (22 000 mi) de Vénus le 14 décembre 1962.

La mission principale était de recevoir les communications du vaisseau spatial à proximité de Vénus et d'effectuer une mesure radiométrique de la température de la planète. Un deuxième objectif était de mesurer le champ magnétique interplanétaire et l'environnement des particules chargées.

La fusée Atlas-Agena à deux étages transportant Mariner 1 a dévié de sa trajectoire lors de son lancement le 22 juillet 1962 en raison d'un signal défectueux de l'Atlas et d'un bogue dans les équations du programme de l'ordinateur de guidage au sol, puis du vaisseau spatial. a été détruit par l'officier de sécurité du champ de tir. Un mois plus tard, le même vaisseau spatial Mariner 2 a été lancé avec succès le 27 août 1962, l'envoyant pour un vol de 3,5 mois vers Vénus. Le vaisseau spatial est désormais en orbite héliocentrique. [La source]


Amundsen devient le premier à atteindre le pôle Sud, le 14 décembre 1911

Il y a cent ans aujourd'hui, le pôle Sud était atteint par un groupe d'explorateurs norvégiens sous le commandement de Roald Amundsen. L'existence du pôle était connue, mais le paysage inhospitalier présentait une barrière jusqu'à ce que le groupe d'Amundsen fasse le dangereux voyage à travers la glace et la neige pour se tenir au pôle Sud géographique ce jour-là il y a un siècle.

L'un des concurrents d'Amundsen, Robert Falcon Scott et son groupe, ont atteint un autre type de gloire : ils sont arrivés le 17 janvier 1912 pour constater qu'ils étaient deuxièmes dans la course à la gloire, et ils ont péri en revenant vers le nord.

La nouvelle de la réalisation d'Amundsen a été télégraphiée au monde le 7 mars 1912, à son retour à Hobart, en Australie.


De Scientifique américain, Vol. CV1, n° 11, 16 mars 1911
La découverte du pôle Sud

Il est beaucoup trop tôt pour dresser un bilan critique de l'exploit du capitaine Roald Amundsen. De nombreuses semaines doivent s'écouler avant que nous soyons en possession complète de toutes ses données. Pourtant, même le récit laconique, qu'il a câblé à la presse, jette un flot de lumière sur le mystère de la géographie antarctique. Amundsen semble avoir rassemblé suffisamment de preuves pour étayer la théorie selon laquelle la grande chaîne de montagnes qui s'étend presque sans interruption de l'Alaska à la Patagonie trouve son prolongement dans une crête reliant Victoria Land et King Edward VII Land, et qui, en l'honneur de sa reine, il a nommé "Queen Maude's Range."

La barrière de glace, qui s'était avérée pendant un siècle et demi un formidable obstacle à l'exploration de l'Antarctique, se termine dans une baie, située entre la chaîne de montagnes sud-est allant de South Victoria Land et une chaîne qui est probablement une continuation de King Edward la Terre VII et qui s'étend dans une direction sud-ouest. Contrairement à son plan initial, Amundsen a envoyé un de ses officiers, le lieutenant. Prestud, pour arpenter la Baie des Baleines et la grande barrière de glace et explorer la Terre du Roi Edouard VII, dont on ne sait pratiquement rien. Nul doute que l'aiguillon de la concurrence a joué son rôle dans la révélation des secrets de la dernière région glaciale inexplorée de la terre.

Pas moins de quatre autres expéditions étaient alors dans les régions antarctiques alors qu'Amundsen forçait son chemin vers le sud. Outre celle d'Amundsen, il y avait l'expédition japonaise dirigée par le lieutenant. Shirase, qui a dû se retirer en Australie au printemps dernier afin de reconstituer son stock de chiens, et qui, selon Amundsen, a débarqué le 16 janvier dans la baie des baleines, deux semaines avant son départ pour l'expédition australienne du Dr Mawson, pour laquelle 215 000 $ avaient été levée jusqu'au 1er novembre dernier, et qui devait débarquer trois parties entre le cap Adare et Gaussberg l'expédition allemande sous le lieut. Filchner dans le "Deutschland," minutieusement équipé d'appareils sans fil, magnétiques et météorologiques, plein de l'espoir d'établir une base au sud-ouest de Coats Land dans une latitude aussi élevée que possible et enfin, l'expédition anglaise du capitaine Scott dans la "Terra Nova," qui quitta la Nouvelle-Zélande en novembre 1910, gravement endommagée par un temps orageux si gravement, en effet, que les réparations nécessaires et le coût de réparation des provisions perdues épuisèrent sérieusement les ressources du parti.

Amundsen semble avoir été aidé par des conditions météorologiques exceptionnellement favorables. Certes, il y a eu des orages, mais pas ces affreux ouragans qui ont déjoué Shackleton. Il faisait froid, si froid que les chiens souffraient visiblement, mais la température moyenne n'était pas inférieure à celle de bien des régions habitées du Canada. Amundsen lui-même déclare qu'une partie de son voyage ressemblait beaucoup à un voyage d'agrément - "un terrain excellent, de la luge fine et une température uniforme". Les glaciers et les crevasses rendent les détours nécessaires, mais malgré eux, les progrès étaient remarquablement rapides. Le groupe a grimpé de 2 000 à 5 000 pieds en une journée. Pendant une grande partie de son voyage, Amundsen a parcouru un terrain entièrement nouveau. Il rapportera donc des informations absolument nouvelles sur la géographie de l'Antarctique. Il décida qu'il atteindrait le plateau sur lequel se situe le pôle par une autre route que celle du glacier Beardmore. Chance, instinct, expérience, appelez cela comme vous voudrez, la nouvelle route s'est avérée plus facile que celle que Shackleton ou Scott ont empruntée lors de leurs expéditions. C'est à cette route relativement facile, associée à une météo exceptionnellement favorable, que l'on peut attribuer le succès d'Amundsen.

De Scientifique américain, Vol. CVI, n° 12, 23 mars 1912
L'atteinte du pôle Sud par Amundsen
Progrès de l'exploration de l'Antarctique
Par G. W. Littlehales, Service hydrographique, Marine des États-Unis

Les limites légendaires de la Terra Australis des cartographes antiques et médiévaux, dont la côte nord était représentée dans l'art à l'époque de Ptolémée comme s'étendant vers l'est de l'Afrique australe vers la Chine et enfermant l'océan Indien, ont commencé à reculer vers le sud sur la carte de la monde dans la génération qui a produit Colomb, de Gama et Magellan et a révélé l'Amérique, la route des Indes et le tour du monde. Dans la dernière partie du XVIe siècle, le nombre de cartes représentant avait sensiblement diminué, et, à la fin du XVIIIe siècle, il avait disparu de l'esprit des géographes.

Les voyages de Cook dans la dernière partie du XVIIIe siècle constituèrent la première circumnavigation des régions polaires du sud. Il a atteint des latitudes dans certaines parties de son circuit qui ont même à l'heure actuelle été à peine dépassées, et, réfutant l'ancienne croyance dans une grande Terra Australis Incognita s'étendant au nord du soixantième degré parallèle de latitude sud, l'état des connaissances géographiques tel que les cartes après son temps marquent "l'océan Antarctique" à travers les régions du pôle Sud. La somme totale ou ajoutée des connaissances au cours des soixante années qui ont suivi les voyages de Cook avait conduit à une croyance générale selon laquelle autour du pôle Sud se trouvait un archipel dispersé et non une masse continentale, un état de l'information géographique qui n'a pas été sensiblement modifié jusqu'à la découverte par Charles Wilkes qu'après tout il existe une grande terre antarctique, même si elle est plus petite que la terre des légendes.

On se souvient qu'au cours de l'année 1839, après avoir examiné plusieurs des groupes d'îles dont la vaste zone de l'océan Pacifique est parsemée, l'expédition d'exploration des États-Unis, dont Wilkes était le commandant, avait atteint les côtes australiennes. Le lendemain de Noël en 1889, le " Vincennes""Peacock""Porpoise" et"Flying Fish" se sont dirigés vers le sud depuis Sydney et, tombant avec la terre par 64 degrés de latitude sud et 158 ​​degrés de longitude est de Greenwich, le 16 janvier suivant, a longé la frontière d'un nouveau continent à l'ouest jusqu'à 97 degrés de longitude à l'est de Greenwich. De retour à Sydney, Wilkes a annoncé sa découverte, dans les termes suivants, dans un rapport au secrétaire de la Marine, daté du 11 mars 1840 : "Cela me fait beaucoup de plaisir d'annoncer que nous avons découvert une grande étendue de terre à l'intérieur du cercle antarctique , que j'ai nommé le continent antarctique, et je vous renvoie au rapport de notre croisière et aux cartes qui l'accompagnent, ci-joint, pour des informations complètes à ce sujet."

En un ou deux points le long de cette ligne de côte, l'expédition française de Dârquourville, à peu près en même temps, confirma l'existence de la terre ainsi signalée. Le travail de Wilkes était important non seulement parce qu'il a tracé cette côte sur 1 700 milles, mais aussi en raison des collections géologiques faites par l'expédition dirigée par lui, qui ont montré que la terre est formée de granit, de grès massifs et d'autres roches d'origine continentale. type, et en outre en raison des observations magnétiques qui étaient si nombreuses et bien prises nous pour permettre la déduction de la première position attribuée du pôle sud magnétique.

Un an plus tard, l'extension de Wilkes Land vers l'est et le sud a été cartographiée par la célèbre expédition britannique dirigée par James Clark Ross, qui a découvert Victoria Land et les montagnes d'Erebus et de Terror et a dépassé tous les records précédents de l'Antarctique en atteignant la latitude de 78 degrés. Après les voyages de Wilkes et Ross, il s'écoula un long intervalle avant que les travaux sérieux en Antarctique ne reprennent. Jusqu'à la fin du dix-neuvième siècle, il n'y avait aucune partie du monde dont on sût moins connu, et aucune pour laquelle on s'intéressât si peu. Cela était probablement dû en partie à son éloignement du centre de la richesse et de la pensée, et en partie aussi à sa pénurie de vie animale et végétale et à son état de non-peuplement. Ce n'est que du côté scientifique que l'intérêt humain peut être évoqué dans les déchets désolés de l'Antarctique. Que ce continent, dont l'étendue actuelle inexplorée et non visitée est le double de la superficie de l'Europe, était plus vaste dans les âges géologiques antérieurs, cela ne fait guère de doute. Selon toute probabilité, il a été lié à l'Afrique, à l'Amérique du Sud, à l'Australie et à la Nouvelle-Zélande, bien que très probablement pas avec tous en même temps. Ceci est suggéré par les flores et faunes vivantes et fossiles de ces terres.

Au moment de la renaissance de l'exploration de l'Antarctique au début du siècle présent, la connaissance de l'Antarctique était de deux degrés : dans certaines régions les approches de la mer avaient été explorées du reste rien n'était connu, la connaissance du premier degré n'existait que par rapport à deux ou trois parties du continent. Il s'agissait de Palmer Land avec ses îles associées, de la côte de Victoria Land avec la mer de Ross adjacente et, dans une moindre mesure, de la côte de Wilkes Land. Le reste des limites continentales de l'Antarctique n'était connu que par l'interprétation de les observations enregistrées et les spéculations découlant de points de vue distants et incertains.

Les travaux de Krech, Gerlache, Borchgravink, et Bruce n'avaient pas encore été fait les examens de la &ldquoBelgica,» le &ldquoFrancais,» et le &ldquoPourquoi Pas» n'avaient pas encore fait connaître l'extension de Palmer Land au sud-ouest le long des confins sud de la Océan Pacifique, les explorations de l'expédition antarctique allemande dans le "Gauss" n'avaient pas encore confirmé la conclusion de Wilkes selon laquelle la longue côte qu'il avait découverte en 1840 s'étendait encore plus à l'ouest, le continent antarctique n'avait encore été saisi à aucun moment et par conséquent que la connaissance de la topographie générale qui constitue le premier élément essentiel à l'investigation scientifique d'un pays manquait totalement,

C'est l'expédition antarctique nationale britannique de 1901 à 1904, dirigée par le capitaine R. F. Scott, qui a pénétré pour la première fois l'Antarctique. Cette expédition a débarqué sur les confins sud-ouest de la mer de Ross et, par ses explorations, a montré que la grande barrière de glace est en réalité le front d'un énorme champ de glace ou glacier, flottant principalement à la surface d'une baie ou d'une mer étendue, et alimenté par les glaciers descendant des terres élevées du côté ouest et probablement aussi du côté est. Scott a voyagé vers le sud jusqu'à la marge ouest du champ de glace sur 400 milles jusqu'à un point situé à 82 degrés de latitude. 16 minutes 33 secondes Sud. Il a également grimpé de son quartier général sur MacMurdo Sound jusqu'au sommet de la haute table à l'ouest.

Carte du voyage d'Amundsen, de Scientific American, Vol. CVI, n° 12, 23 mars 1912.
CRÉDIT : SCIENTIFIQUE AMÉRICAIN

L'expédition de Shackleton de 1907 à 1909 a pénétré au même endroit où Scott est entré, et a remonté la frontière ouest du champ de glace le long de la route qui avait été suivie par son prédécesseur jusqu'à ce qu'il atteigne un grand glacier, nommé Beardmore Glacier, descendant de la hautes terres à l'ouest. Il a suivi ce glacier jusqu'au sommet du plateau puis a continué vers le sud jusqu'à atteindre un point à 88 degrés de latitude. 23 minutes au sud, à seulement 97 miles du pôle Sud. À ce stade, l'altitude était de 10 000 pieds au-dessus du niveau de la mer. Alors que ce voyage vers le sud était en cours, une autre partie de l'expédition a escaladé le mont Erebus, et une troisième a atteint le pôle magnétique sud et l'a localisé, à 72 degrés. 25 minutes sud, et 155 deg. 16 minutes à l'est, dans une position distante de 40 milles de la position déduite des observations magnétiques environnantes de l'expédition sous Scott. Les observations dans les deux cas n'étaient cependant pas suffisantes pour justifier de tirer une conclusion quant au changement réel de la position du pôle magnétique entre 1903 et 1909.

Cinq expéditions ont été envoyées en Antarctique au cours de l'année écoulée, dans le but d'atteindre le pôle Sud, ou pour l'exploration du continent antarctique, ou les deux. Le premier est l'expédition britannique sous le commandement du capitaine RF Scott, qui était le chef de l'expédition antarctique nationale britannique de 1901 à 1904. Il a navigué de Port Chalmers, en Nouvelle-Zélande, à bord de son navire, le "Terra Nova" le 29 novembre 1910 Il réussit un atterrissage à un point proche de son ancien emplacement dans le détroit MacMurdo, et continua à être engagé dans l'exploration vers le sud. Une expédition allemande sous le lieutenant. Wilhelm Filchner partit au début de l'année 1911, avec l'intention d'atterrir quelque part sur le rivage de la mer de Weddell, peut-être sur Coats Land, de l'autre côté du continent antarctique depuis le quartier général du capitaine Scott. Aucun rapport n'a encore été reçu de sa part.

Une expédition japonaise a commencé pour l'Antarctique, avec l'intention d'atterrir sur la terre du roi Edwrd VII. Avant d'atteindre son lieu d'atterrissage prévu, cependant, cette expédition a subi une série d'incidents, dont le principal était la perte de presque tous les chiens sur lesquels on avait mis la confiance pour le transport.

Vers la fin de l'année 1911, une autre expédition commença pour son champ d'exploration dans l'Antarctique. Il s'agit de l'expédition australienne sous la houlette du Dr Douglas Mawson, géologue de l'expédition Shackleton. Le &ldquoAurora,» une barkentine de 580 tonnes avec propulsion à vapeur auxiliaire dans laquelle l'expédition a navigué, est récemment rentré en Australie apportant le rapport que deux parties distinctes ont été débarquées sur cette partie de Wilkes Land connue respectivement comme Adelie Land et Termination Land.

Le capitaine Roald Amundsen, le découvreur du passage du Nord-Ouest, a quitté la Norvège en juin 1910, dans le &ldquoFram,» apparemment avec l'intention de naviguer autour du Cap Horn, cependant, il a navigué vers l'ouest à travers le Pacifique Sud, et a fait un débarquement à Whale Bay sur la calotte glaciaire recouvrant la mer de Ross. Cet endroit est dans le roi Edouard VII. Terre, près de l'extrémité orientale du front glaciaire et sur la rive opposée de la mer de Ross, à partir du point où Scott et Shackleton ont réussi leur entrée à l'intérieur du continent.

L'expédition fut en quartiers d'hiver à Whale Bay jusqu'en septembre 1911 et le 20 octobre. la partie principale a fait le départ définitif pour le pôle Sud, laissant une partie subsidiaire pour poursuivre les explorations et faire une collection géologique dans la terre du roi Édouard VII. En moins d'un mois. l'expédition en direction du sud avait dégagé cette vaste plaine de glace flottante qui descend des grandes montagnes de l'intérieur et couvre la partie sud de la mer de Ross sur une superficie de plus de 20 000 milles carrés avec une calotte glaciaire d'environ 800 pieds d'épaisseur, et avait commencé à gravir les hauteurs qui forment la baie montagneuse à la tête de la mer de Ross. Les ruisseaux glaciaires descendant à travers les dépressions parmi les pentes des montagnes constituaient les lignes habituelles de voyage, et la route développée était nouvelle et indépendante, passant parmi les sommets des montagnes s'élevant à 15 000 et 18 000 pieds au-dessus de la mer et montant progressivement jusqu'à un niveau maximum. avant que le pôle ne soit atteint et de là descendant très progressivement sur 140 milles sur un vaste plateau jusqu'à la position qui fut occupée les 15 et 16 décembre 1911, et déterminée comme étant le pôle Sud. A la suite de l'expédition d'Amundsen, des ajouts importants peuvent être apportés à la carte de l'Antarctique dans le secteur de la surface terrestre s'étendant du pôle Sud au 80e parallèle de latitude entre les méridiens 160 degrés et 180 degrés à l'ouest de Greenwich.

La théorie de l'unité structurelle du Pacifique est bien établie, et, selon elle, l'océan Pacifique doit être limité au sud par une côte du « type Pacifique ». À une exception près en Amérique centrale. l'ensemble des côtes connues du Pacifique appartiennent à ce type. La principale caractéristique de cette forme de côte est que la tendance est déterminée par des chaînes de montagnes parallèles au rivage. Dans le Pacifique Sud, ce type est bien illustré en Nouvelle-Zélande d'un côté et dans les Andes d'Amérique du Sud de l'autre. Dans la partie sud de la Patagonie, les Andes sont détournées de leur cours méridional et se dirigent vers l'est à travers la Terre de Feu. La ligne tectonique des Andes est alors apparemment courbée vers le sud, et réapparaît à Palmer Land. Il se poursuit probablement autour du Pacifique sud, rencontrant l'extrémité de la ligne néo-zélandaise et la chaîne Victoria dans les puissantes montagnes qu'Amundsen, dans ses approches du pôle Sud, découvrit sous la forme de ce qu'il a nommé la chaîne Maude s'étendant jusqu'à le sud-est jusqu'à 88 degrés sud. Les principes de la géomorphologie suggèrent également qu'à partir de l'axe montagneux élevé bordant le Pacifique, il devrait descendre, à travers le pôle, un large plateau jusqu'à la mer de Weddell d'un côté et la baie entre Wilkes Land et Enderly Land de l'autre et cette interprétation est corroboré par la description des conditions de plateau qui se sont avérées exister autour du pôle Sud.

Jusqu'à présent, les faits publiés concernant les informations recueillies par Amundsen sont principalement géographiques et topographiques. et donc l'illustration de la nature des auditions scientifiques des acquisitions de connaissances que son expédition a produites sont tirées de ces matériaux mais, à mesure que d'autres branches de l'information embrassée dans ses observations sont dévoilées, d'autres applications théoriques apparaîtront pour l'avancement de la philosophie et celles des sciences géographiques comme la météorologie et le magnétisme terrestre, dont les observations faites dans les régions polaires du Sud tendent à certains égards à donner le coup décisif dans l'élaboration.


Course éprouvante pour voir le pôle Sud – 1911

Les Norvégiens étaient tellement déterminés à gagner qu'ils prévoyaient à l'avance de profiter des chiens les plus faibles pour nourrir les autres chiens et les gens pendant l'expédition, tandis que les Britanniques trouvaient cela déplaisant.

Aujourd'hui, l'anniversaire de la première conquête humaine du pôle Sud est commémoré. Cette entreprise a été réalisée par une expédition de cinq personnes dirigée par le Norvégien Roald Amundsen. Il est intéressant de noter que, presque simultanément, une autre équipe se dirigeait vers le pôle Sud, dirigée par le Britannique Robert F. Scott. Une sorte de course a donc eu lieu pour voir qui arrivera le premier au pôle.

L'équipe d'Amundsen a eu plus de succès pour plusieurs raisons. Premièrement, ils utilisaient des chiens pour le voyage, tandis que Scott utilisait principalement des poneys. De plus, l'équipe d'Amundsen avait des vêtements de style esquimau en fourrure, tandis que les Britanniques avaient des vêtements en laine, qui se sont avérés insuffisamment chauds. Les Norvégiens se déplaçaient sur des skis auxquels ils étaient habitués depuis leur plus jeune âge, tandis que les Britanniques marchaient. Enfin, alors que les Britanniques prélevaient des échantillons géologiques pour des recherches scientifiques durant le voyage, Amundsen fit de la conquête du pôle Sud son seul objectif.

Il était tellement déterminé à gagner qu'il prévoyait dès le départ de faire tuer des animaux plus faibles afin de nourrir les autres animaux et les hommes eux-mêmes, alors que les Britanniques trouvaient cela déplaisant. Amundsen a fait un voyage avec 52 chiens et est revenu avec 11. Le résultat final a été que l'équipe d'Amundsen est arrivée au pôle 34 jours plus tôt et que tous ses membres sont revenus. L'équipe de Scott était en retard et, à leur retour, lui et ses hommes ont été piégés dans la glace et sont morts. Le corps de Scott a été retrouvé dans la neige six mois plus tard.


14 décembre 1911 : Amundsen atteint le pôle Sud

Le Norvégien Roald Amundsen devient le premier explorateur à atteindre le pôle Sud, battant son rival britannique, Robert Falcon Scott.

Amundsen, né à Borge, près d'Oslo, en 1872, fut l'une des grandes figures de l'exploration polaire. En 1897, il fut premier lieutenant d'une expédition belge qui fut la première à hiverner en Antarctique. En 1903, il a guidé le sloop de 47 tonnes Gjoa à travers le passage du Nord-Ouest et autour de la côte canadienne, le premier navigateur à accomplir le voyage perfide. Amundsen prévoyait d'être le premier homme à franchir le pôle Nord, et il était sur le point de s'embarquer en 1909 lorsqu'il apprit que l'Américain Robert Peary avait réussi l'exploit.

Amundsen acheva ses préparatifs et, en juin 1910, s'embarqua à la place pour l'Antarctique, où l'explorateur anglais Robert F. Scott se dirigeait également dans le but d'atteindre le pôle Sud. Au début de 1911, Amundsen a fait naviguer son navire dans la baie des baleines de l'Antarctique et a établi un camp de base à 60 milles plus près du pôle que Scott. En octobre, les deux explorateurs sont partis à Amundsen en utilisant des chiens de traîneau et Scott en utilisant des traîneaux à moteur sibériens, des poneys sibériens et des chiens. Le 14 décembre 1911, l'expédition d'Amundsen remporta la course vers le pôle et retourna sain et sauf au camp de base fin janvier.

L'expédition de Scott a eu moins de chance. Les traîneaux à moteur sont tombés en panne, les poneys ont dû être abattus et les attelages de chiens ont été renvoyés alors que Scott et quatre compagnons continuaient à pied. Le 18 janvier 1912, ils atteignirent le pôle pour découvrir qu'Amundsen les avait précédés de plus d'un mois. Le temps sur le voyage de retour était exceptionnellement mauvais, deux membres ont péri et une tempête a ensuite piégé Scott et les deux autres survivants dans leur tente à seulement 18 km de leur camp de base. Le corps congelé de Scott a été retrouvé plus tard cette année-là.

Après son voyage historique en Antarctique, Amundsen a créé une entreprise de transport maritime prospère. Il a ensuite tenté de devenir le premier explorateur à survoler le pôle Nord. En 1925, dans un avion, il vola à moins de 150 milles du but. En 1926, il a survolé le pôle Nord dans un dirigeable trois jours seulement après que l'explorateur américain Richard E. Byrd l'ait apparemment fait dans un avion. En 1996, un journal que Byrd avait gardé pendant le vol a été trouvé qui semblait suggérer qu'il avait fait demi-tour à 150 milles de son objectif en raison d'une fuite de pétrole, faisant de l'expédition dirigeable d'Amundsen le premier vol au-dessus du pôle Nord.

En 1928, Amundsen a perdu la vie en essayant de sauver un autre explorateur dont le dirigeable s'était écrasé en mer près du Spitzberg, en Norvège.


Ce jour dans l'histoire — 14 décembre

Blasts From the Past se penche sur des événements importants qui se sont produits ce jour-là dans l'histoire.

Le moment fort de l'histoire d'aujourd'hui

Le 14 décembre 1799, le premier président des États-Unis, George Washington, est décédé à son domicile de Mount Vernon, en Virginie, à l'âge de 67 ans.

A cette date

En 1911, l'explorateur norvégien Roald Amundsen et son équipe sont devenus les premiers hommes à atteindre le pôle Sud, battant une expédition britannique dirigée par Robert F. Scott.

En 1946, l'Assemblée générale des Nations Unies a voté pour établir le siège de l'ONU à New York.

En 1964, la Cour suprême des États-Unis, dans Heart of Atlanta Motel c. États-Unis, a statué que le Congrès était dans son autorité pour faire appliquer le Civil Rights Act de 1964 contre la discrimination raciale par les entreprises privées (dans ce cas, un motel qui a refusé de s'occuper des Noirs ).

En 1981, Israël a annexé le plateau du Golan, qu'il avait pris à la Syrie en 1967.

En 1985, Wilma Mankiller est devenue la première femme à diriger une grande tribu amérindienne lorsqu'elle a pris ses fonctions de chef principal de la nation Cherokee de l'Oklahoma.

En 1995, les présidents Alija Izetbegović de Bosnie, Slobodan Milo&scaronević de Serbie et Franjo Tudjman de Croatie ont signé le traité de paix bosniaque à Paris.

En 2012, un homme armé avec un fusil semi-automatique a tué 20 élèves de première année et six éducateurs à l'école primaire Sandy Hook de Newtown, dans le Connecticut, puis s'est suicidé à l'arrivée de la police. Adam Lanza, 20 ans, avait abattu sa mère à leur domicile avant d'effectuer l'attentat contre l'école.

Il y a dix ans: La Chambre des représentants des États-Unis a voté 251-174 pour renouveler le USA Patriot Act.

Il y a cinq ans: La Maison Blanche a insisté sur le fait que la mise en œuvre de la loi historique sur les soins de santé du président Barack Obama ne serait pas affectée par une décision négative de la Cour fédérale, et le ministère de la Justice a déclaré qu'il ferait appel.


14 décembre, AMUNDSEN ATTEINT LE POLE SUD - Aujourd'hui dans l'histoire à travers les objets de collection

14 DECEMBRE 1911 : AMUNDSEN ATTEINT LE POLE SUD
Le Norvégien Roald Amundsen est devenu le premier explorateur à atteindre le pôle Sud en battant son rival britannique, Robert Falcon Scott.

Roald Amundsen né à Borge, près d'Oslo - Norvège, en 1872. Il fut l'un des héros de l'exploration polaire.
Amundsen prévoyait d'être le premier homme à atteindre le pôle Nord, et était sur le point de se lancer dans sa mission en 1909 lorsqu'il fut informé que l'Américain Robert Peary avait déjà réalisé l'exploit. Il a plutôt navigué pour l'Antarctique en juin 1910, où Robert F. Scott, l'explorateur anglais, se dirigeait également dans le même but d'atteindre le pôle Sud. Amundsen a fait naviguer son navire dans la baie des baleines en Antarctique au début de 1911, où il a installé son camp de base plus près du pôle que Scott. Les deux explorateurs sont partis en octobre. Amundsen a utilisé des chiens de traîneau tandis que Scott a utilisé des traîneaux à moteur sibériens, des poneys sibériens et des chiens. L'expédition d'Amundsen remporta la course vers le pôle Sud le 14 décembre 1911 et il retourna sain et sauf au camp de base fin janvier.

L'expédition de Scott a été entachée de malheur. His team reached the pole on 18 January 1912 only to find that Amundsen had preceded them by over a month.

Amundsen established a successful shipping business after his historic Antarctic journey. He later made attempts to become the first explorer to fly over the North Pole. In 1925 he flew within 150 miles of the goal, but in1926 he succeeded and he passed over the North Pole in a dirigible just three days after American explorer Richard E. Byrd had apparently done so in an aircraft. A diary that Byrd had kept on the flight was however found in 1996 that suggested that the he had to turn back 150 miles short of his goal due to an oil leak. This thus confirms that Amundsen's dirigible expedition was in fact the first flight over the North Pole.

Amundsen disappeared on June 18, 1928 while trying to rescue a fellow explorer whose new airship Italia had crashed at sea near Spitsbergen, Norway while returning from the North Pole. It is believed that the plane Amundsen was in crashed in fog in the Barents Sea, and that he was killed in the crash, or died shortly afterwards. His body was never found.

Collectibles on Colnect that Commemorate This Day in History:

➢ COINS:
Russia issued a silver coin in 1995 in their Expedition & Exploration series to honor this great man.

➢ STAMPS:
Several countries have honoured this noble man by featuring Amundsen on stamps:


Contenu

Amundsen was born into a family of Norwegian shipowners and captains in Borge, between the towns Fredrikstad and Sarpsborg. His parents were Jens Amundsen and Hanna Sahlqvist. Roald was the fourth son in the family. His mother wanted him to avoid the family maritime trade and encouraged him to become a doctor, a promise that Amundsen kept until his mother died when he was aged 21. He promptly quit university for a life at sea. [6]

When he was fifteen years old, Amundsen was enthralled by reading Sir John Franklin's narratives of his overland Arctic expeditions. Amundsen wrote "I read them with a fervid fascination which has shaped the whole course of my life". [7]

Belgian Antarctic Expedition Edit

Amundsen joined the Belgian Antarctic Expedition as first mate. This expedition, led by Adrien de Gerlache using the ship the RV Belgique, became the first expedition to overwinter in Antarctica. [8] Le Belgique, whether by mistake or design, became locked in the sea ice at 70°30′S off Alexander Island, west of the Antarctic Peninsula. The crew endured a winter for which they were poorly prepared.

By Amundsen's own estimation, the doctor for the expedition, the American Frederick Cook, probably saved the crew from scurvy by hunting for animals and feeding the crew fresh meat. In cases where citrus fruits are lacking, fresh meat from animals that make their own vitamin C contains enough of the vitamin to prevent scurvy, and even partly treat it. This was an important lesson for Amundsen's future expeditions.

The Northwest Passage Edit

In 1903, Amundsen led the first expedition to successfully traverse Canada's Northwest Passage between the Atlantic and Pacific oceans. He planned a small expedition of six men in a 45-ton fishing vessel, Gjøa, in order to have flexibility. His ship had relatively shallow draft. His technique was to use a small ship and hug the coast. Amundsen had the ship outfitted with a small 13 horsepower single-screw paraffin engine. [9]

They traveled via Baffin Bay, the Parry Channel and then south through Peel Sound, James Ross Strait, Simpson Strait and Rae Strait. They spent two winters at King William Island, in the harbor of what is today Gjoa Haven. [8] [9] During this time, Amundsen and the crew learned from the local Netsilik Inuit about Arctic survival skills, which he found invaluable in his later expedition to the South Pole. For example, he learned to use sled dogs for transportation of goods and to wear animal skins in lieu of heavy, woolen parkas, which could not keep out the cold when wet.

Leaving Gjoa Haven, he sailed west and passed Cambridge Bay, which had been reached from the west by Richard Collinson in 1852. Continuing to the south of Victoria Island, the ship cleared the Canadian Arctic Archipelago on 17 August 1905 . It had to stop for the winter before going on to Nome on Alaska's Pacific coast. The nearest telegraph station was 500 miles (800 km) away in Eagle. Amundsen traveled there overland to wire a success message on 5 December, then returned to Nome in 1906. Later that year he was elected to the American Antiquarian Society. [dix]

At this time, Amundsen learned of the dissolution of the union between Norway and Sweden, and that he had a new king. The explorer sent the new king, Haakon VII, news that his traversing the Northwest Passage "was a great achievement for Norway". [11] He said he hoped to do more and signed it "Your loyal subject, Roald Amundsen." [11] The crew returned to Oslo in November 1906, after almost three-and-a-half years abroad. Gjøa was returned to Norway in 1972. After a 45-day trip from San Francisco on a bulk carrier, she was placed on land outside the Fram Museum in Oslo, [11] where she is now situated inside her own dedicated building at the museum.

South Pole Expedition Edit

Amundsen next planned to take an expedition to the North Pole and explore the Arctic Basin. Finding it difficult to raise funds, when he heard in 1909 that the Americans Frederick Cook and Robert Peary had claimed to reach the North Pole as a result of two different expeditions, he decided to reroute to Antarctica. [12] He was not clear about his intentions, and Robert F. Scott and the Norwegian supporters felt misled. [12] Scott was planning his own expedition to the South Pole that year. Using the ship Fram, earlier used by Fridtjof Nansen, Amundsen left Oslo for the south on 3 June 1910. [12] [13] At Madeira, Amundsen alerted his men that they would be heading to Antarctica, and sent a telegram to Scott: "Beg to inform you Fram proceeding Antarctic – Amundsen." [12]

Nearly six months later, the expedition arrived at the eastern edge of the Ross Ice Shelf (then known as "the Great Ice Barrier"), at a large inlet called the Bay of Whales, on 14 January 1911. Amundsen established his base camp there, calling it Framheim. Amundsen eschewed the heavy wool clothing worn on earlier Antarctic attempts in favour of adopting Inuit-style furred skins. [6]

Using skis and dog sleds for transportation, Amundsen and his men created supply depots at 80°, 81° and 82° South on the Barrier, along a line directly south to the Pole. [6] Amundsen also planned to kill some of his dogs on the way and use them as a source for fresh meat. A small group, including Hjalmar Johansen, Kristian Prestrud and Jørgen Stubberud, set out on 8 September, but had to abandon their trek due to extreme temperatures. The painful retreat caused a quarrel within the group, and Amundsen sent Johansen and the other two men to explore King Edward VII Land.

A second attempt, with a team of five made up of Olav Bjaaland, Helmer Hanssen, Sverre Hassel, Oscar Wisting and Amundsen, departed base camp on 19 October. They took four sledges and 52 dogs. Using a route along the previously unknown Axel Heiberg Glacier, they arrived at the edge of the Polar Plateau on 21 November after a four-day climb. The team and 16 dogs arrived at the pole on 14 December, a month before Scott's group. [n 1] Amundsen named their South Pole camp Polheim. Amundsen renamed the Antarctic Plateau as King Haakon VII's Plateau. They left a small tent and letter stating their accomplishment, in case they did not return safely to Framheim.

The team arrived at Framheim on 25 January 1912, with 11 surviving dogs. They made their way off the continent and to Hobart, Australia, where Amundsen publicly announced his success on 7 March 1912. He telegraphed news to backers.

Amundsen's expedition benefited from his careful preparation, good equipment, appropriate clothing, a simple primary task, an understanding of dogs and their handling, and the effective use of skis. In contrast to the misfortunes of Scott's team, Amundsen's trek proved relatively smooth and uneventful.

The Northeast Passage Edit

In 1918, an expedition Amundsen began with a new ship, Maud, lasted until 1925. Maud was carefully navigated through the ice west to east through the Northeast Passage. With him on this expedition were Oscar Wisting and Helmer Hanssen, both of whom had been part of the team to reach the South Pole. In addition, Henrik Lindstrøm was included as a cook. He suffered a stroke and was so physically reduced that he could not participate.

The goal of the expedition was to explore the unknown areas of the Arctic Ocean, strongly inspired by Fridtjof Nansen's earlier expedition with Fram. The plan was to sail along the coast of Siberia and go into the ice farther to the north and east than Nansen had. In contrast to Amundsen's earlier expeditions, this was expected to yield more material for academic research, and he carried the geophysicist Harald Sverdrup on board.

The voyage was to the northeasterly direction over the Kara Sea. Amundsen planned to freeze the Maud into the polar ice cap and drift towards the North Pole – as Nansen had done with the Fram – and he did so off Cape Chelyuskin. But, the ice became so thick that the ship was unable to break free, although it was designed for such a journey in heavy ice. In September 1919, the crew got the ship loose from the ice, but it froze again after eleven days somewhere between the New Siberian Islands and Wrangel Island.

During this time, Amundsen suffered a broken arm and was attacked by polar bears. [15] As a result, he participated little in the work outdoors, such as sleigh rides and hunting. He, Hanssen, and Wisting, along with two other men, embarked on an expedition by dog sled to Nome, Alaska, more than 1,000 kilometres (620 mi) away. But they found that the ice was not frozen solid in the Bering Strait, and it could not be crossed. They sent a telegram from Anadyr to signal their location.

After two winters frozen in the ice, without having achieved the goal of drifting over the North Pole, Amundsen decided to go to Nome to repair the ship and buy provisions. Several of the crew ashore there, including Hanssen, did not return on time to the ship. Amundsen considered Hanssen to be in breach of contract, and dismissed him from the crew.

During the third winter, Maud was frozen in the western Bering Strait. She finally became free and the expedition sailed south, reaching Seattle, in the American Pacific Northwest in 1921 for repairs. Amundsen returned to Norway, needing to put his finances in order. He took with him two young indigenous girls, a four-year-old he adopted, Kakonita, and her companion Camilla. When Amundsen went bankrupt two years later, however, he sent the girls to be cared for by Camilla's father, who lived in eastern Russia. [16]

In June 1922, Amundsen returned to Maud, which had been sailed to Nome. [17] He decided to shift from the planned naval expedition to aerial ones, and arranged to charter a plane. He divided the expedition team in two: one part, led by him, was to winter over and prepare for an attempt to fly over the pole in 1923. The second team on Maud, under the command of Wisting, was to resume the original plan to drift over the North Pole in the ice. The ship drifted in the ice for three years east of the New Siberian Islands, never reaching the North Pole. It was finally seized by Amundsen's creditors as collateral for his mounting debt.

Although they were unable to reach the North Pole, the scientific results of the expedition, mainly the work of Sverdrup, have proven to be of considerable value. Much of the carefully collected scientific data was lost during the ill-fated journey of Peter Tessem and Paul Knutsen, two crew members sent on a mission by Amundsen. The scientific materials were later retrieved by Russian scientist Nikolay Urvantsev from where they had been abandoned on the shores of the Kara Sea. [18]

Aerial Expeditions to the North Pole Edit

The 1923 attempt to fly over the Pole failed. Amundsen and Oskar Omdal, of the Royal Norwegian Navy, tried to fly from Wainwright, Alaska, to Spitsbergen across the North Pole. When their aircraft was damaged, they abandoned the journey. To raise additional funds, Amundsen traveled around the United States in 1924 on a lecture tour.

In 1925, accompanied by Lincoln Ellsworth, pilot Hjalmar Riiser-Larsen, flight mechanic Karl Feucht and two other team members, Amundsen took two Dornier Do J flying boats, the N-24 and N-25, to 87° 44′ north. It was the northernmost latitude reached by plane up to that time. The aircraft landed a few miles apart without radio contact, yet the crews managed to reunite. The N-24 was damaged. Amundsen and his crew worked for more than three weeks to clean up an airstrip to take off from ice. [19] They shovelled 600 tons of ice while consuming only one pound (400 g) of daily food rations. In the end, the six crew members were packed into the N-25. In a remarkable feat, Riiser-Larsen took off, and they barely became airborne over the cracking ice. They returned triumphant when everyone thought they had been lost forever.

In 1926, Amundsen and 15 other men (including Ellsworth, Riiser-Larsen, Oscar Wisting, and the Italian air crew led by aeronautical engineer Umberto Nobile) made the first crossing of the Arctic in the airship Norge, designed by Nobile. [20] They left Spitsbergen on 11 May 1926, flew over the North Pole on 12 May, [21] and landed in Alaska the following day.

Controversy over Polar Priority Edit

The three previous claims to have arrived at the North Pole: Frederick Cook in 1908 Robert Peary in 1909 and Richard E. Byrd in 1926 (just a few days before the Norge) are disputed by some, as being either of dubious accuracy or outrightly fraudulent. [22] [23] If these other claims are false, the crew of the Norge would be the first explorers verified to have reached the North Pole, when they floated over it in the Norge in 1926. [4] [21] If the Norge expedition was the first to the North Pole, Amundsen and Oscar Wisting were the first men to have reached both geographical poles, by ground or by air.

Amundsen disappeared on 18 June 1928 while flying on a rescue mission in the Arctic. His team included Norwegian pilot Leif Dietrichson, French pilot René Guilbaud, and three more Frenchmen. They were seeking missing members of Nobile's crew, whose new airship Italie had crashed while returning from the North Pole. Amundsen's French Latham 47 flying boat never returned. [24]

Later, a wing-float and bottom gasoline tank from the plane, which had been adapted as a replacement wing-float, were found near the Tromsø coast. It is assumed that the plane crashed in the Barents Sea, [25] and that Amundsen and his crew were killed in the wreck, or died shortly afterward. The search for Amundsen and team was called off in September 1928 by the Norwegian government, and the bodies were never found.

In 2004 and in late August 2009, the Royal Norwegian Navy used the unmanned submarine Hugin 1000 to search for the wreckage of Amundsen's plane. The searches focused on a 40-square-mile (100 km 2 ) area of the sea floor, and were documented by the German production company ContextTV. [26] [27] They found nothing from the Amundsen flight.

Amundsen was a lifelong bachelor, though he had a relationship with the Norwegian-born Kristine Elisabeth ('Kiss') Bennett, the wife of an Englishman, Charles Peto Bennett. [28] He met her in London in 1907 and they remained close for many years, although Amundsen kept the relationship a secret from everyone outside his intimate circle. Later, he became engaged to Bess Magids, an American divorcee whom he had met in Alaska. [29] Though there is little evidence, it was said that Amundsen had a brief affair with his landlady in Antwerp — until he came home and found her dead of an apparent suicide. [30]

Author Julian Scanton noted that in his younger years, Amundsen was said to have ignored romantic relationships in pursuit of his goals. He "found little use in activities that didn't help him fulfill his polar ambitions". [31]

Amundsen was awarded the Grand Cross of the Imperial Austrian Order of Franz Joseph in 1907. [32] In 1925, Amundsen was awarded the Hans Egede Medal by the Royal Danish Geographical Society. [33]


Voir la vidéo: Pingviner i Antarktis Fra Roald Amundsens sydpolekspedisjon i 1911