Pourquoi Mary I, Mary II et Anne ne sont-elles pas aussi célèbres qu'Elizabeth I, Victoria et Elizabeth II ?

Pourquoi Mary I, Mary II et Anne ne sont-elles pas aussi célèbres qu'Elizabeth I, Victoria et Elizabeth II ?

Autant que je sache, il s'agissait des seules reines régnantes d'Angleterre/du Royaume-Uni. Je me suis toujours demandé pourquoi certains ne sont pas aussi connus/populaires. Elizabeth II a du sens pour des raisons évidentes, mais à part ça, je suis perplexe.


(Notez qu'il n'y a plus de rois et de reines d'Angleterre. La dernière personne portant ce titre était la reine Anne. Victoria et Elizabeth II sont plus proprement « reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande ».)

Elizabeth I a régné pendant 45 ans et a régné pendant la défaite de l'Armada espagnole, qui a marqué la montée de l'Angleterre en tant que puissance navale prééminente, et aussi pendant la floraison des lettres anglaises représentées par Shakespeare et d'autres.

Victoria a régné pendant 63 ans, a supervisé l'apogée de l'empire britannique, régnant sur plus de terres et de personnes que quiconque auparavant ou depuis.

Donc, ces deux-là ne sont pas des gens aléatoires, mais tous deux parmi les plus longs règnes de l'histoire anglaise, tous deux à des moments charnières de l'histoire anglaise.

Elizabeth II est bien sûr le monarque vivant actuel, et donc évidemment populaire par ce jeton, et aussi le monarque anglais régnant le plus longtemps.

En revanche…

Marie I a régné pendant cinq ans et était impopulaire en tant que dirigeant catholique dans une nation largement protestante.

Marie II n'a également régné que cinq ans et était co-dirigeante avec son mari William.

Anne régna douze ans.

Vous avez donc trois femmes qui font partie des monarques au règne le plus long de l'histoire, toutes qui ont supervisé des moments charnières de l'histoire anglaise contre trois femmes aux règnes courts, qui dans un cas, ont été explicitement éjectées, les deux autres ont régné pendant des périodes relativement sans incident. Ainsi, les popularités relatives ne devraient pas être inattendues.

Ou pour voir les choses sous un autre angle, Elizabeth I, Victoria et Elizabeth II représentent plus de 160 ans d'histoire anglaise. Mary I, Mary II et Anne représentent 22 ans d'histoire anglaise.


Ce dernier groupe de reines "se projetait" mieux. Comme l'a souligné une autre affiche, ce dernier groupe de monarques a régné, individuellement et collectivement, bien plus longtemps que le premier groupe de monarques, mais ce n'est qu'une partie de l'histoire.

La reine Elizabeth II est considérée par certains comme un monarque « à la retraite », mais fait sensation dans les médias en raison de son règne à l'époque moderne. Elle a également soutenu l'institution de la monarchie comme un phare pendant une période où la Grande-Bretagne était en déclin relatif.

La reine Victoria était la "grand-mère de l'Europe" (de la royauté européenne), en fait). Ses enfants se sont mariés avec la royauté européenne et ont produit 42 petits-enfants, dont le Kaiser Wilhelm d'Allemagne et le tsar Nicolas de Russie, ainsi que la famille royale britannique. Elle régnait aussi sur un empire sur lequel le « soleil ne se couchait jamais », le plus vaste de l'histoire.

La reine Elizabeth I était à l'opposé de la reine Victoria, la « reine vierge », qui a néanmoins « flirté » avec un certain nombre de princes européens éligibles dans le but de maintenir l'équilibre des pouvoirs européen. Comme la reine Anne ci-dessous, elle a régné à une époque de troubles et de triomphes militaires, mais plus que la reine Anne, Elizabeth I était connue pour ses politiques intérieures réussies, y compris l'exploration de ce que nous appelons maintenant les eaux "américaines". Elle était également la fille d'Henri VIII, qui était l'un des monarques masculins les plus "projectables".

D'autre part,

Mary I était connue sous le nom de « Bloody Mary » pour avoir brûlé les protestants sur le bûcher, est plus infâme que célèbre, et mieux oubliée.

Mary II était une femme à la retraite qui a laissé son mari néerlandais prendre la vedette pour leurs réalisations conjointes dans la Glorieuse Révolution, et est mieux connue comme la moitié féminine de "William et Mary".

La reine Anne a régné pendant une période très notable, la guerre de succession d'Espagne, mais a été éclipsée par le grand chef militaire, le duc de Marlborough. Ceci, et son autre grande réalisation, l'Acte d'Union de 1707, n'était pas aussi triomphant ou aussi complet que celui d'Elizabeth I. (La guerre de succession d'Espagne était un « match nul » plus qu'une victoire, et l'Acte d'Union ne comprenait que l'Écosse, qui a contesté le Royaume-Uni jusqu'en 1745, et non l'Irlande.)


Sur son lit de mort, Guillaume le Conquérant accorde le duché de Normandie à son fils aîné Robert Curthose, le royaume d'Angleterre à son fils Guillaume Rufus, et de l'argent à son plus jeune fils Henri Beauclerc pour lui permettre d'acheter des terres. Ainsi, à la mort de Guillaume Ier le 9 septembre 1087, l'héritier du trône était :

Guillaume II n'avait pas d'enfants. Lui et son frère aîné Robert avaient auparavant accepté d'être l'héritier l'un de l'autre. Cependant, à sa mort, le 2 août 1100, Robert était parti en croisade. Leur frère cadet, Henri Beauclerc, se fait élire roi par la noblesse. Plus tard, Henri fit la guerre à Robert et fut reconnu par traité comme roi.

La succession d'Henri Ier fut modifiée par la mort de son fils, William Adelin. Laissé sans héritiers mâles, Henri a pris la décision sans précédent de faire jurer à ses barons d'accepter sa fille l'impératrice Mathilde, veuve d'Henri V, empereur du Saint-Empire, comme héritière. Cependant, le trône a été usurpé par le neveu d'Henri, Étienne de Blois (le troisième fils d'Adèle de Normandie) qui a affirmé qu'Henri avait changé d'avis sur son lit de mort. Avec le soutien des barons, il devint le roi Etienne.

La succession d'Etienne est altérée par la mort de son fils Eustache, qu'il souhaite faire couronner roi de son vivant (à l'imitation de la monarchie capétienne). Bien que Stephen ait encore un fils, William, le garçon était encore jeune et n'était pas prêt à défier Henri d'Anjou, le fils de sa cousine Mathilde, pour le trône.

Par le traité de Wallingford, Stephen a accepté de faire d'Henry son successeur. Ainsi, le jour de la mort d'Etienne, le 25 octobre 1154, Henri devient le roi Henri II.

La succession à Henri II a été modifiée par la mort de son fils, Henri le Jeune Roi, qui a été couronné roi du vivant de son père. Henri II avait souhaité partager ses terres entre ses enfants à sa mort, mais fut contraint de signer le traité défavorable d'Azay-le-Rideau le 4 juillet 1189 (deux jours avant sa mort) avec le roi de France et ses fils rebelles, par lequel il a reconnu son fils aîné Richard comme seul héritier.

Le jour de la mort d'Henri II, le 6 juillet 1189, le trône passa en douceur à son fils aîné vivant : Richard I.

Richard n'avait pas d'enfants légitimes. Le jour de sa mort, le 6 avril 1199, si la ligne de succession au trône d'Angleterre avait suivi la primogéniture, il aurait été remplacé par son neveu Arthur Ier, duc de Bretagne (né en 1187), fils du frère de Richard Ier Geoffrey , duc de Bretagne. Cependant, depuis qu'Arthur s'était rangé du côté de Philippe II de France, l'ennemi de Richard, Richard a nommé son jeune frère John comme son héritier, et il est devenu roi.

Jean mourut, le 19 octobre 1216, au milieu d'un conflit contre ses barons dont la plupart avaient déjà reconnu le prince Louis de France comme roi. Cependant, avec la mort de John, ses barons ont vu son jeune fils comme une option plus sûre. Le fils aîné de Jean devint Henri III et les Français furent chassés du pays.

À la mort d'Henri III, le 16 novembre 1272, le trône passa à son fils aîné, Edouard Ier.

À la mort d'Edouard Ier, le 7 juillet 1307, le trône passa à son fils aîné survivant, Edouard II.

Le jour de l'abdication d'Edouard II, le 25 janvier 1327, le trône passa à son fils aîné, Edouard III.

La succession à Edouard III fut régie selon son implication à la couronne en 1376. [1] A sa mort, le 21 juin 1377, la ligne de succession au trône anglais était :

    (né en 1367), fils d'Edouard III, le fils du Prince Noir (né en 1330) (né en 1340), fils d'Édouard III (né en 1367), fils de Jean, duc de Lancastre (né en 1341), fils d'Edouard III (né en 1373), fils d'Edmund, comte de Cambridge (né en 1355), fils d'Edouard III

Le trône passa en douceur à la première personne en ligne, qui devint Richard II.

Après la mort de l'oncle de Richard, Jean de Gand, en 1399, les deux principaux prétendants à l'héritier de Richard II étaient :

    (b. 1391), fils de Roger Mortimer, 4e comte de March et arrière-arrière-petit-fils d'Edouard III par Philippa, 5e comtesse d'Ulster (b. 1367), petit-fils d'Edouard III par Jean de Gand.

Richard a déshérité Henry, qui était en exil, mais Richard a été déposé et Bolingbroke est devenu roi sous le nom d'Henri IV. [2]

Henry avait justifié son usurpation en insistant sur sa descendance dans la lignée masculine. Ainsi, la ligne de succession Lancastre est agnatique, semblable à la succession française.

Le jour de la mort d'Henri IV, le 20 mars 1413, la ligne de succession au trône d'Angleterre après la primogéniture agnatique était :

    (b. 1386), fils d'Henri IV (b. 1387), fils d'Henri IV (b. 1389), fils d'Henri IV (b. 1390), fils d'Henri IV (b. 1373), fils d'Edmund, 1er duc d'York (né en 1385), fils d'Edmund, 1er duc d'York (né en 1411), fils de Richard, comte de Cambridge

À sa mort, le trône passa en douceur à la première personne en ligne, qui devint Henri V.

Le jour de la mort d'Henri V, le 31 août 1422, la ligne de succession suivant la primogéniture agnatique était :

    (né en 1421), fils d'Henri V (né en 1389), frère d'Henri V (né en 1390), frère d'Henri V (né en 1411), fils de Richard, comte de Cambridge

À sa mort, le trône passa sans heurts au premier en ligne, qui devint Henri VI.

Le jour de la première déposition d'Henri VI, le 4 mars 1461, la ligne de succession suivant la primogéniture agnatique était

    (b. 1453), fils d'Henri VI (b. 1442), fils de Richard, 3e duc d'York (b. 1449), fils de Richard, 3e duc d'York (b. 1452), fils de Richard, 3e duc d'York

Cependant, pendant les guerres des roses, Henri VI fut destitué de force par son cousin au troisième degré deux fois écarté, Edouard, duc d'York, devenu Edouard IV.

Le jour de la déposition d'Edouard IV, le 3 octobre 1470, la ligne de succession suivant la primogéniture de préférence masculine était

Cependant, Edward IV a été déposé et le trône a été restitué à Henry VI, le monarque précédent, au cours de la période connue sous le nom de Readeption d'Henri VI.

Le jour de la seconde déposition d'Henri VI, le 11 avril 1471, la ligne de succession suivant la primogéniture agnatique était :

    (né en 1453), fils d'Henri VI
      (né en 1442), fils de Richard, 3e duc d'York. Edward a été exclu de la succession en raison de son élève. (né en 1470), fils d'Edouard Plantagenet. Edward a également été exclu de la succession en raison de l'acquéreur de son père.
    (né en 1449), fils de Richard, 3e duc d'York
      (né en 1452), fils de Richard, 3e duc d'York. Richard a été exclu de la succession en raison de son successeur.

Cependant, la noblesse anglaise est à nouveau frustrée par l'incapacité d'Henri à gouverner avec compétence et réinstalle Édouard IV en tant que roi après moins d'un an.

Le jour de la mort d'Edouard IV, le 9 avril 1483, la ligne de succession suivant la primogéniture de préférence masculine était :

    (né en 1470), fils d'Édouard IV (né en 1473), fils d'Édouard IV
      (né en 1475), fils de George, duc de Clarence. Edward a été exclu de la succession en raison de l'acquéreur de son père.
    (b. 1452), fils de Richard, 3e duc d'York (b. 1473), fils de Richard, duc de Gloucester

À sa mort, le trône passa en douceur à la première personne en ligne, qui devint Edward V.

Le jour de la déposition d'Edouard V, le 25 juin 1483, la ligne de succession suivant la primogéniture de préférence masculine était :

    (né en 1473), fils d'Edouard IV
      (né en 1475), fils de George, duc de Clarence. Edward a été exclu de la succession en raison de l'acquéreur de son père.
    (b. 1452), fils de Richard, 3e duc d'York (b. 1473), fils de Richard, duc de Gloucester

Le trône a été usurpé par l'oncle d'Edward V, Richard, duc de Gloucester, qui a affirmé qu'Edward V (et tous ses frères et sœurs) étaient illégitimes et ne pouvaient donc pas monter sur le trône. Gloucester, en tant qu'héritier suivant par primogéniture, devint Richard III.

Jusqu'au jour de la mort de Richard III, le 22 août 1485, il avait reconnu comme ses héritiers les enfants de sa sœur, Elizabeth d'York, duchesse de Suffolk :

    , premier fils de la duchesse de Suffolk , quatrième fils de la duchesse de Suffolk , sixième fils de la duchesse de Suffolk , septième fils de la duchesse de Suffolk

Cependant, Richard III a été tué à la bataille de Bosworth Field, et il a été remplacé par le vainqueur de la bataille, Henry Tudor, 2e comte de Richmond, un descendant dans une lignée légitimée de Jean de Gand. Il devient Henri VII. Il a également protégé sa demande en épousant Elizabeth d'York, fille d'Edouard IV, son héritier par primogéniture de préférence masculine à la mort de ses frères.

Le jour de la mort d'Henri VII, le 21 avril 1509, le trône passa à son seul fils vivant, Henri VIII.

Le jour de la mort d'Henri VIII, le 28 janvier 1547, la ligne de succession était régie par le troisième acte de succession :

    (b. 1537), seul fils légitime d'Henri VIII (b. 1516), fille aînée d'Henri VIII (b. 1533), fille cadette d'Henri VIII Descendants de la sœur aînée d'Henri Margaret, reine d'Écosse qui aurait été la prochaine en ligne ont été exclus par la volonté d'Henry :
      (b. 1542), la petite-fille de Margaret par James V d'Écosse (b. 1515), la fille de Margaret par Lord Angus (b. 1545), le fils de Lady Lennox.
    Frances Grey, fille de la sœur cadette d'Henry Mary Tudor, a été exclue par le testament d'Henry, mais ses héritiers du corps ont été inclus. (b. 1536/7), la fille aînée de Frances Grey (plus tard brièvement reine régnant) (b. 1540), la deuxième fille de Frances Grey (b. 1545), la troisième fille de Frances Grey Eleanor Clifford, comtesse de Cumberland (b. 1519), La sœur de Frances Grey a également été exclue par la volonté d'Henry, mais pas ses héritiers du corps : (b. 1540), la fille d'Eleanor Clifford

À la mort d'Henri, le trône passa au fils d'Henri, qui devint Edouard VI.

Le jour de la mort d'Édouard VI, le 6 juillet 1553, la ligne de succession au trône d'Angleterre était la suivante selon la volonté d'Henri VIII, qui excluait les descendants de sa sœur aînée, Margaret, reine d'Écosse (note : Henry VIII's testament a été signé d'un tampon sec plutôt que de sa main, une technicité qui a finalement permis aux Stuart de réussir) :

    (née en 1516), première fille d'Henri VIII (née en 1533), deuxième fille d'Henri VIII (née en 1536/7), fille aînée de Frances Brandon (née en 1540), deuxième fille de Frances Brandon (née en 1545), Troisième fille de Frances Brandon (née en 1540), fille de la sœur de Frances Brandon, Eleanor, comtesse de Cumberland

Edward VI a laissé un dispositif pour la succession, dans une tentative de supprimer la particularité de l'illégitimité et des droits de succession de ses sœurs. La validité de l'appareil a été contestée après sa mort. Dans l'appareil d'Edward,

    (née en 1516), première fille d'Henri VIII (née en 1533), deuxième fille d'Henri VIII
    (b. 1542), sa petite-fille par James V d'Écosse (b. 1515), la fille de Margaret par Lord Angus (b. 1545), le fils de Lady Lennox
    (née en 1517), fille de la sœur d'Henry, Mary
    (née en 1536/7), fille aînée de Frances Brandon (née en 1540), deuxième fille de Frances Brandon (née en 1545), troisième fille de Frances Brandon (née en 1540), fille de la sœur de Frances Brandon, Eleanor Clifford, comtesse de Cumberland

À sa mort, la première personne en ligne selon l'appareil d'Edward a été proclamée reine Jane. En quelques jours, Lady Mary revendique le trône sous le nom de Mary I.

Le jour de la mort de Marie I, le 17 novembre 1558, le trône passa à sa demi-sœur, qui devint Elizabeth I.

Pendant son règne, Elizabeth I n'a jamais nommé de successeur. Le jour de la mort d'Elizabeth, le 24 mars 1603, les héritiers potentiels d'Elizabeth étaient issus de la lignée des deux sœurs de son père :

    (b. 1566), son arrière-petit-fils par Marie, reine d'Écosse (b. 1594), son premier fils (b. 1600), son deuxième fils (b. 1596), sa fille (b. 1575), arrière- petite-fille de Margaret Tudor, par Margaret Douglas et Charles Stuart, comte de Lennox
    (né en 1561), arrière-petit-fils de Mary Tudor
  • L'honorable Edward Seymour (né en 1586), premier fils de Lord Beauchamp (né en 1588), deuxième fils de Lord Beauchamp (né en 1590), troisième fils de Lord Beauchamp
  • L'honorable Honora Seymour (née en 1594), première fille de Lord Beauchamp
  • L'honorable Anne Seymour, deuxième fille de Lord Beauchamp
  • L'honorable Mary Seymour, troisième fille de Lord Beauchamp
    (née en 1580), arrière-arrière-petite-fille de Mary Tudor
  1. Lady Frances Egerton (b. 1583), la sœur de Lady Anne (b. 1587), la sœur de Lady Anne (b. 1561), l'oncle de Lady Anne

À la mort d'Élisabeth, malgré la volonté d'Henri VIII, le trône passa au roi Jacques VI d'Écosse, qui devint Jacques Ier d'Angleterre.

Le jour de la mort de Jacques Ier, le 27 mars 1625, la ligne de succession au trône d'Angleterre était :

    (né en 1600) Fils de Jacques Ier (né en 1596) Fille de Jacques Ier (né en 1614) Premier fils d'Élisabeth (né en 1617) Deuxième fils d'Élisabeth (né en 1619) Troisième fils d'Élisabeth (né en 1620) Quatrième fils d'Élisabeth (né en 1618) Première fille d'Elizabeth (née en 1622) Deuxième fille d'Elizabeth (née en 1588) Cousin au troisième degré de Jacques Ier, enlevé deux fois par l'arrière-arrière-grand-père de Jacques Henri VII
  1. William Seymour (né en 1621) Fils aîné de William

À sa mort, le trône passa en douceur à la première personne en ligne, qui devint Charles Ier.

Lorsque Charles Ier fut décapité le 30 janvier 1649, la ligne de succession aux trônes anglais et écossais était :

    (né en 1630) 1er fils de Charles Ier (né en 1633) 2e fils de Charles Ier (né en 1639) 3e fils de Charles Ier (né en 1631) 1re fille de Charles Ier (né en 1635) 2e fille de Charles Ier (né en 1644) 3e fille de Charles Ier (née en 1596) Sœur de Charles Ier (née en 1617) 2e fils d'Élisabeth de Bohême (née en 1619) 3e fils d'Élisabeth de Bohême (née en 1620) 4e fils d'Élisabeth de Bohême

Cependant, la monarchie en Angleterre a été abolie et Oliver Cromwell est devenu Lord Protecteur. Après la mort de Cromwell, la monarchie fut restaurée en 1660 sous le fils aîné de Charles Ier, Charles II.

Le jour de la mort de Charles II, le 6 février 1685, la ligne de succession aux trônes anglais et écossais était :

    , (b. 1633) frère de Charles II , (b. 1662) 1ère fille du prince James , (b. 1665) 2e fille du prince James , (b. 1650) neveu de Charles II via Mary, princesse royale et princesse d'Orange (b. 1662) Nièce de Charles II via Henrietta Anne Stuart (b. 1669) Sœur de Maria Luisa (b. 1651) Cousin de Charles II une fois enlevé par la tante Elizabeth de Bohême (b. 1652) Sœur de Charles II Electeur Palatin (b. 1674) Elisabeth Charlotte's fils (né en 1676) fille d'Elisabeth Charlotte

À sa mort, le trône passa au premier en ligne, qui devint Jacques II.

Le jour où Jacques II a fui le pays, le 11 décembre 1688, la ligne de succession aux trônes anglais et écossais était :

    (né en 1688) Fils de Jacques II (né en 1662) Première fille de Jacques II (née en 1665) Deuxième fille de Jacques II (née en 1650) Neveu de Jacques II par l'intermédiaire de sa sœur Mary, princesse royale et princesse d'Orange (née en 1662) James Nièce de II via soeur Henrietta Anne Stuart (née en 1669) Sœur de Maria Luisa (née en 1685) Première fille d'Anne Marie
  1. Princesse Marie Anne d'Orléans (née en 1687) 2e fille d'Anne Marie (née en 1688) 3e fille d'Anne Marie (née en 1652), la 1ère cousine de Jacques II une fois enlevée par la tante Elizabeth de Bohême

Le Parlement a offert le trône conjointement à la fille aînée de Jacques II, qui est devenue Marie II, et à son mari et cousin germain, Guillaume III.

La Déclaration des droits de 1689 a établi que, quel que soit l'un des monarques conjoints, Guillaume III et Marie II, mourrait en premier, l'autre régnerait seul. Comme Marie II est décédée en premier, le 28 décembre 1694, Guillaume III est devenu le seul monarque restant. Le jour de la mort de Marie, la ligne de succession aux trônes anglais et écossais était :

Le jour de la mort de Guillaume III, le 8 mars 1702, la ligne de succession au trône d'Angleterre fut déterminée par l'Act of Settlement 1701 :

    (b. 1665), sœur de feu l'épouse du roi et fille de Jacques II (b. 1630), cousin germain d'Anne une fois enlevé (b. 1660), premier fils de l'électrice Sophie (b. 1683), fils de l'électeur de Hanovre (née en 1687), fille de l'électeur
      (né en 1666), deuxième fils de l'électrice Sophia a été exclu de la succession par la Déclaration des droits de 1689 pour être catholique.
  1. Prince Christian Henry de Hanovre (b. 1671), troisième fils survivant de l'électrice Sophia (b. 1674), quatrième fils survivant de l'électrice Sophia (b. 1668), fille de l'électrice Sophia (b. 1688), fils de la reine Sophie Charlotte

La ligne de succession au trône écossais était régie par le Claim of Right Act 1689 :

À sa mort, le trône passa à la première personne en ligne, qui devint la reine Anne.


Lady Jane Gray (octobre 1537-12 février 1554)

La reine d'Angleterre réticente de neuf jours, Lady Jane Gray, a été soutenue par le parti protestant pour suivre Édouard VI, pour tenter d'empêcher la catholique romaine Mary de prendre le trône. Elle était une arrière-petite-fille d'Henri VII. Marie I l'a déposée et l'a fait exécuter en 1554


La grossesse fantôme de Marie I

Première reine d'Angleterre à part entière, Mary I était connue sous le nom de « Bloody Mary » pour sa brutale persécution des protestants. Mais on se souvient également d'elle pour sa grossesse fantôme de 1555. Peut-être en raison du désir irrésistible de la reine d'avoir un enfant, cet épisode particulier a eu de grandes conséquences politiques pour son règne.

Ce concours est maintenant terminé

Publié: 12 mai 2015 à 15h59

Ici, le professeur Carole Levin de l'Université du Nebraska enquête sur…

Avec la naissance récente de la princesse Charlotte Elizabeth Diana, fille du prince William et de la duchesse de Cambridge, il y a eu beaucoup d'excitation, de plaisir et de célébration.

Le 30 avril 1555, il y eut une même réjouissance à l'occasion de la naissance d'un enfant royal : des cloches sonnèrent, des feux de joie furent allumés et il y eut des célébrations dans la rue, suite à la nouvelle que Marie Ier avait donné naissance à un fils en bonne santé. Mais en réalité, il n'y avait pas de garçon, et finalement tout espoir d'un enfant s'est évanoui. Ce que l'on croyait être une grossesse royale s'est soldée par de la tristesse, de l'humiliation et des troubles politiques. Ce fut la grossesse fantôme de Mary I.

Mary a été déclarée reine le 19 juillet 1553, moins de quinze jours après la mort de son demi-frère, Edward VI, et quelques jours seulement après que Lady Jane Gray a été brièvement acclamée reine [la décision de faire de Grey la reine a été annulée à la lumière de la généralisation de Mary soutien populaire]. Lorsque le garçon-roi, Edward, est mort, il n'y avait pas d'héritiers masculins appropriés au trône, et donc sa demi-sœur aînée Mary, l'aînée des enfants d'Henri VIII, est devenue reine d'Angleterre – et une reine catholique en plus.

Dès que Marie a été couronnée, tout le monde – y compris Marie elle-même – s'attendait à ce qu'elle se marie pour qu'elle puisse avoir un enfant. Ce serait, espérons-le, un fils, afin que les Anglais puissent espérer avoir un jour à nouveau un roi. Comme Mary avait déjà 37 ans, il n'y avait pas de temps à perdre.

Marie a décidé d'épouser Philippe II d'Espagne, le fils de Charles Quint. Pendant plusieurs mois, les Espagnols ont craint que Philippe ne vienne en Angleterre en toute sécurité en raison du tollé suscité par le mariage proposé. Bien qu'il soit finalement venu, cela signifiait que les deux n'étaient pas mariés avant le 25 juillet 1554, plus d'un an après l'ascension de Marie sur le trône.

En septembre, il y avait des rumeurs selon lesquelles Mary était enceinte, bien qu'en novembre, la reine elle-même n'était pas sûre. Selon les textes médicaux de l'époque, il était très difficile de distinguer une fausse grossesse d'une vraie – du moins jusqu'à la naissance d'un bébé, ou jusqu'à ce que trop de temps se soit écoulé. Cependant, Mary a déclaré vers la fin du mois qu'elle sentait l'enfant bouger dans son ventre.

Ceux des tribunaux anglais et espagnol étaient ravis de la grossesse de Mary, mais il y en avait encore, dont l'ambassadeur espagnol Simon Renard, qui se demandait si la reine était vraiment enceinte. Mais il pensait que ce serait bien pour l'alliance anglo-espagnole si elle l'était, aurait-il annoncé dans l'une de ses dépêches : « Si c'est vrai, tout se calmera et se passera bien ici. [Jo Eldridge Carney's Fairy Tale Queens: Représentations de la reine du début de l'ère moderne, Palgrave Macmillan, 2012].

c1554, Philippe II (roi d'Espagne à partir de 1556) avec la reine Mary I d'Angleterre. Le couple se maria en 1554. Oeuvre originale : gravée par Joseph Brown d'après le dessin de G P Harding de 1812, d'après le tableau d'Antonio Moro. (Photo par Hulton Archive/Getty Images)

Mary, maintenant parfaitement convaincue qu'elle était enceinte, s'attendait à ce qu'elle accouche en mai 1555. La chambre d'accouchement a été préparée, tout comme la chambre d'enfant avec un berceau magnifiquement sculpté, et de nombreuses femmes ont été embauchées pour aider à prendre soin du bébé. Des lettres annonçant la naissance ont été écrites, avec juste la date et le sexe de l'enfant à remplir. L'historien Chris Skidmore affirme que le mot « Fil » (fils) a été écrit sur les lettres car il pourrait facilement être modifié en « fille » si le bébé était la fille. [Chris Skidmore’s La Mort et la Vierge : Elizabeth, Dudley et le mystérieux destin d'Amy Robsart, Orion, 2010]. Mary et Philip sont allés à Hampton Court, où ils voulaient que la naissance ait lieu.

Les rumeurs de l'accouchement sain et sauf de Marie se sont rapidement propagées à l'étranger, et ceux du continent ont même envoyé des lettres de félicitations. A Londres, un prédicateur a rapporté que personne n'avait jamais vu un prince aussi beau. Mais en fait, personne n'avait vu ce prince. On sut bientôt que la rumeur était fausse, mais Marie et Philippe attendirent.

Alors que mai est devenu juin, Mary est restée dans sa chambre, refusant de voir les gens, mais ne désespérant pas. Bien qu'en juillet, Mary ait affirmé qu'elle était toujours enceinte et qu'elle avait simplement mal calculé ses horaires, à la fin du mois, tout espoir avait disparu. Début août, Mary a quitté sa chambre à Hampton Court pour une résidence plus petite et plus privée. Giovanni Michieli, l'ambassadeur vénitien, a écrit que la grossesse de Mary était plus susceptible de « se terminer par le vent qu'autre chose ».

Partout, il y avait des potins et des spéculations. A-t-on dit aux gens qu'elle était enceinte pour les garder heureux et soutenir leur reine ? C'était sûrement une idée à courte vue, si c'est le cas ! Certains étaient convaincus que Mary était malade et s'étaient simplement convaincus qu'elle était enceinte, tandis que d'autres ont affirmé qu'elle avait été enceinte et que sa fausse couche était tenue secrète. Certains étaient convaincus qu'elle n'avait jamais été enceinte, et le plan pour qu'un autre petit garçon soit introduit clandestinement dans le tribunal s'était en quelque sorte effondré. Quelques-uns se sont demandé si la reine était encore en vie, ou si les personnes au pouvoir avaient mis une effigie d'elle dans la fenêtre pour que les gens puissent la voir. Une idée particulièrement étrange était qu'au lieu d'un bébé, Mary avait donné naissance à un grain de beauté !

L'histoire de la grossesse fictive ratée de la reine était si puissante qu'elle est revenue plus d'un siècle plus tard, lorsque la deuxième épouse de Jacques VII et II, une autre catholique Marie [de Modène], est tombée enceinte. Beaucoup ont parlé de Marie I, et comment maintenant une fois encore une reine n'était pas vraiment enceinte. Il a été affirmé plus tard qu'un garçon véreux avait été introduit clandestinement dans le palais dans une casserole chauffante pour être présenté comme l'enfant de Mary.

Marie de Modène avec son fils, James Francis Edward Stewart (ou Stuart), Chevalier de St George, c1689. James a ensuite revendiqué les trônes anglais, écossais et irlandais et était connu sous le nom de « The Old Pretender ». (Photo par Hulton Archive/Getty Images)

Le règne de « Bloody Mary » s'est terminé dans la déception et le désespoir, sans héritier du trône. Le pays s'est plutôt tourné vers sa jeune demi-sœur, Elizabeth. Pour les historiens protestants écrivant au siècle suivant, la grossesse fantôme futile est devenue une métaphore de tous les échecs de Marie - en particulier l'incendie d'environ 300 personnes comme hérétiques.

Carole Levin est professeure d'histoire Willa Cather et directrice du programme d'études médiévales et de la Renaissance à l'Université du Nebraska. Elle est également boursière Fulbright à l'Université de York.

Levin parlera de Mary I et des grossesses fantômes dans le cadre du festival des arts de l'University College London le mercredi 20 mai. Pour plus d'informations, cliquez ici.


Marie I

Marie I a régné sur l'Angleterre de 1553 à 1558. Elle était une fervente catholique romaine et a détourné le pays de la religion protestante que son père, Henri VIII, avait introduite. Elle était mariée au roi Philippe II d'Espagne. Ils n'avaient pas d'enfants, alors quand Mary mourut après seulement cinq ans sur le trône, elle fut remplacée par sa sœur, Elizabeth I.

Début de la vie

Mary Tudor est née à Greenwich Palace le 8 février 1516. Elle était la fille d'Henri VIII et de sa première épouse, Catherine d'Aragon. En tant que jeune princesse, Mary était le centre d'attention à la cour. Cependant, au fur et à mesure que le temps passait et qu'il devenait clair que Catherine n'aurait plus d'enfants, le roi s'inquiéta de ne pas avoir de fils pour lui succéder.

En 1525, Henri avait demandé le divorce de Catherine. À l'époque, Henry était catholique romain et l'Église catholique romaine n'autorise pas le divorce. Lorsque le pape (le chef de l'Église catholique) a refusé d'accorder le divorce, Henry a abandonné le catholicisme et a créé l'Église protestante d'Angleterre. En tant que chef de cette nouvelle église, Henri s'est accordé le divorce.

La vie de Marie a radicalement changé après cela. En 1533, son père épousa Anne Boleyn et la princesse Mary fut déclarée illégitime. Cela signifiait qu'elle n'hériterait jamais du trône. Quand Anne Boleyn a donné naissance à une fille, Elizabeth, Mary a été amenée à servir de dame d'honneur à sa demi-sœur.

Affaires de famille

Anne a été exécutée en 1536 et Henry a rapidement pris sa troisième épouse, Jane Seymour. En octobre 1537, Jane donna naissance à Edward, le fils tant attendu d'Henry. Marie est devenue sa marraine.

Jane est décédée peu après la naissance d'Edward. Le roi se maria encore trois fois mais n'eut plus d'enfants. Il a annoncé qu'Edward serait son héritier et que Mary succéderait à son demi-frère s'il mourait sans enfant. Elizabeth était la suivante si Mary mourait sans enfant.

Henri VIII mourut en janvier 1547 et Edward, neuf ans, devint roi. En moins de cinq ans, il tomba gravement malade, probablement atteint de tuberculose. Un groupe d'hommes puissants du pays craignait que si Edward mourait, Mary ne ramènerait le pays à la foi catholique. Ces hommes comprenaient le duc de Northumberland et le duc de Suffolk. Ils ont comploté pour mettre le fils de Northumberland, Lord Guildford Dudley, et la fille de Suffolk, Lady Jane Grey, sur le trône en tant que roi et reine.

Jane était la suivante dans la lignée de succession après Mary et Elizabeth, et les ducs pensaient qu'ils pourraient contrôler le royaume à travers elle. Alors qu'Edward était mourant, Northumberland a convaincu le jeune roi de laisser la couronne à sa cousine protestante Jane plutôt qu'à sa sœur catholique Mary. À la mort d'Édouard en juillet 1553, Northumberland déclara Jane reine d'Angleterre.

Reine d'Angleterre

Mary réalisa ce que les ducs prévoyaient, mais elle ne pouvait pas faire grand-chose tant qu'Edward était encore en vie. Dès qu'elle apprit qu'il était mort, Marie envoya des proclamations dans tout le pays annonçant qu'elle était reine. Elle est allée à Londres avec Elizabeth et de nombreux supporters. Le peuple d'Angleterre l'a acceptée comme la reine légitime. Le duc de Northumberland a été exécuté, et Jane Gray et Guildford Dudley ont été emprisonnés dans la Tour de Londres. Ils ont tous deux été exécutés le 12 février 1554.

Bloody Mary

Mary a immédiatement commencé à essayer de restaurer la foi catholique en Angleterre. En trois ans, elle avait ordonné que de nombreux protestants soient brûlés vifs. Ceux-ci comprenaient un certain nombre de dirigeants de l'Église importants tels que l'archevêque Thomas Cranmer. Cela lui a valu le surnom de "Bloody Mary".

Beaucoup de gens étaient mécontents d'avoir une reine catholique et surtout de ses méthodes pour traiter avec les protestants. There were several plots to remove her from the throne and make the Protestant Elizabeth queen in her place. The most famous of these became known as Wyatt’s Rebellion after its leader, Sir Thomas Wyatt. Wyatt and the duke of Suffolk gathered an army to overthrow the queen. They marched to London but were defeated by Mary’s supporters. About 100 rebels were hanged. Mary realized that Elizabeth was a danger to her as a focus for Protestant support, so she imprisoned her sister.

Marriage and Death

Mary married the Catholic king Philip of Spain in 1554. Many people in England disapproved of the marriage, but Mary was deeply in love with Philip and knew that she had to produce an heir. She had no children, however.

The connection with Spain dragged England into a war with France. In 1558 the French captured Calais, which had been in England’s possession since 1347. This was a severe loss for England.

The same year Mary became very ill, and in late October she finally agreed to pass the crown to Elizabeth. Mary died on November 17, 1558.

Did You Know?

Mary I married Philip II, the son of Charles V. Mary was engaged to Charles V when she was young.


King William III and Queen Mary II (1689 - 1702)

William was born in The Hague in the Netherlands. He was an only child and never knew his father William II who died of smallpox before his birth. His mother was Mary eldest daughter of Charles I of England. William was appointed Stadtholder (chief magistrate) and captain-general of the Dutch forces in 1672 to resist the French invasion of the Netherlands. He forced Louis XIV to make peace in 1678 and then concentrated on building up a European alliance against France. In 1677 he married his cousin Mary, eldest daughter of James, Duke of York, the future James II. The marriage was intended to repair relations between England and The Netherlands following the Anglo-Dutch wars. William was a successful soldier, but had several male favourites, was dour, asthmatic, 12 years older and several inches shorter than his English wife Mary who was a reluctant bride.

In 1688 they were invited by the parliamentary opposition to Mary s father James II to take the crown on England and were assured of English support. William landed at Torbay on 5 November 1688, in 463 ships unopposed by the Royal Navy, and with an army of 14,000 troops which gathering local support grew to over 20,000 and advanced on London in what became known as The Glorious Revolution . James fled to France, and in February 1689 William and his wife were crowned King William III and Queen Mary II. Parliament passed the Bill of Rights which prevented Catholics for succeeding to the throne ensuring that Mary s sister Anne would become the next queen, and after the autocratic rules of Kings Charles II and his brother James II limited the powers of monarchs so that they could neither pass laws nor levy taxes without parliamentary consent.

William and Mary were faced in 1689 with two Jacobite attempts to regain the throne. In Scotland government troops were defeated at Killiekrankie by Scottish Jacobites but won shortly afterwards at Dunkeld, and James II landed in Ireland with French troops and laid siege to Londonderrry. William s navy relieved the siege and he led is army to victory at the Battle of the Boyne in July 1690. James fled back to France. William returned several times to the Netherlands but found the English parliament reluctant to support his continuing war with France. The Bank of England was founded in 1694 to control public expenditure. Williamsburg and the college of William and Mary in Virginia, were named after the King and Queen in 1693.

Mary died of smallpox in 1694 and had no surviving children. William now ruled alone. The Peace of Rijswijk in 1697 marked the end of the war with in Flanders with Louis XIV. William formed an alliance between England, Holland and Austria to prevent the union of the French and Spanish crowns. This became known as the War of Spanish Succession . In 1701 following death of Prince William, the only surviving son of Mary s sister Anne, the Act of Settlement was passed ensuring succession of Protestant heirs of Sophie of Hanover instead of the Catholic heirs of James. William died on 1702 of pneumonia following a broken collar bone after a fall from his horse. Because his horse had reputedly stumbled on a mole s burrow Jacobites toasted 'the little gentleman in the black velvet waistcoat.'


55 Photos of Queen Elizabeth II Through the Years

At 94 years old, Queen Elizabeth II is the longest-living, longest-reigning British monarch. And while she and her famous family regularly make headlines, fans are learning more about her (dramatized) past thanks to Netflix's La Couronne , which introduces two new cast members in season 4 with the arrival of Princess Diana and Prime Minister Margaret Thatcher. Olivia Coleman continues her reign in her portrayal of the Queen in this season. However, it has already been announced that in season 5, Harry Potter alum Imelda Staunton will replace her.

In 1947, Queen Elizabeth II married Prince Philip, Duke of Edinburgh, a former prince of Greece and Denmark. The couple has four children: Charles, Prince of Wales Anne, Princess Royal Prince Andrew, Duke of York and Prince Edward, Earl of Wessex. When her father died in 1952, Elizabeth, then 25, became the head of the Commonwealth. The following year, Elizabeth was crowned and officially recognized as sovereign. Since then, the Queen has served in her role as the Queen of England, and in 2017, she became the first British monarch to reach a Sapphire Jubilee&mdasha celebration to mark 65 years of her reign. On Instagram, the official Royal Family account announced that a date has been set in preparation for the Queen's Platinum Jubilee in 2022, which would mark 70 years as queen.

To celebrate Queen Elizabeth II's record-breaking streak, here are some photos of her life through the years.


Who succeeded Elizabeth I?

King James VI of Scotland.

By the early 1600s, Elizabeth’s health had been failing for some time. Frail and melancholy over the deaths of many of her close friends and advisors, she would stand for hours, refusing to rest. She was balding, had bad breath due to her rotting teeth – eww! – and spent a lot of her time expressing regret over decisions she’d made during her reign – especially the execution of Mary, Queen of Scots.

Au 24th March 1603 Elizabeth I died, having reigned for 44 years as a very popular queen. As she had no children, and therefore no direct heir to the throne, she was the last Tudor monarch. Following her death, Mary, Queen of Scots’ son – James VI of Scotland – was named le roi Jacques Ier d'Angleterre.

The cause of her death was never determined. But whilst no theory has been proven, many people think Elizabeth may have had blood poisoning from the make-up she wore. Make-up in the Tudor era was full of toxic ingredients such as lead – and Elizabeth famously wore a lot of it!


Biographie

The Princess Mary was born in 1516, the daughter of Catherine of Aragon and Henry VIII of England. As the daughter of the King of England, Mary's value during her childhood as a potential marriage partner for the ruler of another realm was high. Mary was promised in marriage to the dauphin, son of Francis I of France, and later to the emperor Charles V. A 1527 treaty promised Mary to Francis I or to his second son.

Soon after that treaty, however, Henry VIII began the long process of divorcing Mary's mother, his first wife, Catherine of Aragon. With the divorce of her parents, Mary was declared illegitimate, and her half-sister Elizabeth, the daughter of Anne Boleyn, successor to Catherine of Aragon as wife of Henry VIII, was declared princess instead. Mary refused to acknowledge this change in her status. Mary was then kept from seeing her mother from 1531 on Catherine of Aragon died in 1536.

After Anne Boleyn was disgraced, charged with being unfaithful and executed, Mary finally capitulated and signed a paper accepting that her parents' marriage was unlawful. Henry VIII then restored her to the succession.

Mary, like her mother, was a devout and committed Roman Catholic. She refused to accept Henry's religious innovations. During the reign of Mary's half-brother, Edward VI, when even more Protestant reforms were implemented, Mary held fast to her Roman Catholic faith.

On Edward's death, Protestant supporters briefly put Lady Jane Grey on the throne. But Mary's supporters removed Jane, and in 1553 Mary became Queen of England, the first woman to rule England with full coronation as Queen in her own right.

Queen Mary's attempts to restore Catholicism and Mary's marriage to Philip II of Spain (July 25, 1554) were unpopular. Mary supported harsher and harsher persecution of the Protestants, eventually burning more than 300 Protestants at the stake as heretics over a four-year period, earning her the nickname "Bloody Mary."

Two or three times, Queen Mary believed herself pregnant, but each pregnancy proved to be false. Philip's absences from England grew more frequent and longer. Mary's always-frail health finally failed her and she died in 1558. Some attribute her death to influenza, some to stomach cancer, which was misinterpreted by Mary as pregnancy.

Queen Mary named no heir to succeed her, so her half-sister Elizabeth became queen, named by Henry as next in succession after Mary.


Wife 4: Anna of Austria, Married 1570 - 1580

Anna of Austria, Philip II’s fourth wife, was also his sororal niece and paternal cousin once removed. Her mother was Maria of Spain, Philip’s sister. Her father was Maximilian II, Holy Roman Emperor, Philip’s paternal first cousin. Anna’s brother, Albert VII, married Philip’s daughter from his third marriage, Isabella Clara Eugenia, so Albert was Philip’s nephew, brother-in-law, and son-in-law.

Philip and Anna had five children, only one surviving childhood: Ferdinand, who died at seven Charles Laurence, who died before he was two Diego, who died at seven Philip, later Philip III of Spain, who lived to age 43 and a daughter Maria, who died at three. Anna died giving birth to Maria in 1580.

After Anna’s death, a marriage to her sister, Elisabeth of Austria, was proposed, but Elisabeth declined. Elisabeth had been widowed at the death of Charles IX of France, a brother of Philip’s third wife Elizabeth (Anna of Austria had been considered for marriage to him before she married Philip) Elisabeth had also refused to marry Henry III, her husband’s successor and brother.

Philip did not remarry after Anna’s death. He lived until 1598. His son from his fourth marriage, Philip, succeeded him as Philip III. Philip III married only once, to Margaret of Austria, who was both his paternal second cousin and his cousin once removed. Of their four children who survived childhood, Anne of Austria became Queen of France by marriage, Philip IV ruled Spain, Maria Anna became Holy Roman Empress by marriage, and Ferdinand became a cardinal.


Voir la vidéo: Elizabeth I 1533-1603 Queen of England