Le temple Byodoin de l'ère Heian

Le temple Byodoin de l'ère Heian


Les implications religieuses du Byodoin

Le bouddhisme a les caractéristiques de ce qu'on attendrait d'une religion cosmique pour l'avenir, il transcende un Dieu personnel, évite les dogmes et la théologie, il couvre à la fois le naturel et le spirituel, et il est basé sur un sens religieux aspirant à l'expérience de toutes choses, naturel et spirituel, comme une unité significative. Albert Einstein (bouddhisme)

Le bouddhisme a touché de nombreuses personnes. Des premiers disciples de Bouddha à mon voisin d'à côté, les gens de partout ont suivi les enseignements du bouddhisme. Le bouddhisme a été lancé par un prince, un prince qui en voulait plus. De nombreuses manières différentes de montrer son appréciation à Bouddha sont présentes dans la société d'aujourd'hui ainsi qu'au début du bouddhisme. Il existe des peintures, des sculptures, des statues et des bâtiments dédiés à Bouddha, mais l'un des plus répandus de ces moyens d'appréciation est le temple Byodoin à Uji, au Japon. Ce temple est un bel exemple de l'architecture bouddhiste japonaise, y compris la peinture et les sculptures à l'intérieur. Pour comprendre tout l'impact de ce temple et de son contenu, nous devons d'abord comprendre la pensée bouddhiste. En commençant par Bouddha et en passant par la pensée bouddhiste, l'art et la période de construction du Byodoin, nous apprendrons le véritable impact de ce bâtiment sur la culture bouddhiste.

Le bouddhisme est né à une époque où l'hindouisme régnait dans les rues. Pour beaucoup, il semblait que d'une manière ou d'une autre, quelque part, il devait y en avoir plus. Pour un homme, ce puzzle le conduirait dans un voyage à travers la campagne et les villes de l'ancien Népal et finalement en lui-même, là où réside le vrai sens du bouddhisme. C'est l'histoire de cet homme, le prince Siddhartha Gautama.

Le prince Siddhartha Gautama, né de Shuddhodana et de Maya, le roi et la reine des Sakyas, est né à Lumbini, au Népal, vers 563 av. Selon la croyance bouddhiste, Siddhartha a été divinement conçu. Sa mère a fait un rêve une nuit, et dans ce rêve un éléphant avec six défenses est venu vers elle avec une fleur de lotus dans sa trompe et lui a touché le côté droit. C'est à ce moment-là que Siddhartha a été conçu.

Lorsque Siddhartha est né, son père a convoqué des brahmanes pour dire ce que son avenir lui réservait. Ils lui ont donné deux options : il serait soit un conquérant du monde, soit un grand professeur. Voulant le premier destin pour son fils, Shuddhodana a embelli son fils avec tous les plaisirs de la vie, ne voulant pas qu'il voit la mort ou la maladie. Un jour, Siddhartha a demandé à son conducteur de char de l'emmener faire un tour à travers la ville. En roulant, il a vu trois choses qu'il n'avait jamais vues auparavant. L'un était un homme âgé, un autre était un homme malade, et finalement il a vu un cadavre entouré de personnes en deuil. Comme il n'avait jamais rien vu de tel auparavant, il demanda à son conducteur de char ce qu'étaient ces choses. Il répondit au Prince que ces choses étaient naturelles et inévitables, et arrivaient à tout le monde. Une fois de plus, Siddhartha a demandé à son conducteur de char de l'emmener dans la ville. Cette fois, il devait voir la dernière des quatre images qui changeraient sa vie pour toujours. La dernière vue qu'il a vue était un vieil homme saint errant sans possessions. Sa tête était complètement rasée et il portait une robe jaune. Ayant vu toutes ces choses, Bouddha a non seulement pris conscience de la douleur et de la souffrance de l'humanité, mais a également été incité à faire quelque chose à ce sujet. Il a quitté sa famille à la recherche des réponses à ses questions (le bouddhisme).

Siddhathra a voyagé dans toute la partie nord-est de l'Inde, à la recherche d'hommes saints et d'enseignants qui lui ont enseigné les anciennes techniques indiennes de méditation. Même si la méditation était importante pour lui, sa quête principale était de trouver la réponse au problème de la souffrance. Il voulait savoir pourquoi ils souffraient et comment cela pouvait s'arrêter. Siddhartha étudia donc les enseignements de l'hindouisme. Il était très fasciné par la croyance en la réincarnation ou Samsara. (C'était la croyance que l'âme, après la mort, voyagerait vers un nouveau corps et renaîtrait.) Selon la vie antérieure de la personne, son âme pouvait entrer dans un corps d'un état d'existence supérieur ou inférieur. Le facteur déterminant d'une nouvelle existence d'une âme est basé sur la façon dont la personne a vécu sa vie précédente - c'est ce qu'on appelle le Karma. Siddhartha a trouvé cela très intéressant, alors il a adopté une vie d'abnégation et de pénitence, méditant constamment afin, espérons-le, d'être réincarné à un statut plus élevé.

Après avoir consulté les nombreux enseignants et saints hommes, Siddhartha a appris que la réponse est à l'intérieur de vous-elle ne peut pas être trouvée à l'extérieur. C'est à ce moment-là qu'il fut illuminé. L'expérience de l'illumination était vraiment le début de l'histoire du bouddhisme et de la religion elle-même. C'est à ce moment-là que Siddhartha est devenu le Bouddha, ce qui signifie l'éveillé. En tant que Bouddha, Siddhartha a expérimenté le Nirvana, la condition de ne rien vouloir. Bouddha s'est rendu compte que c'était le moyen de mettre fin à la souffrance, alors il a partagé son illumination avec les autres afin que toutes les âmes vivantes puissent mettre fin aux cycles de leur propre renaissance et de leur souffrance. Pour exprimer ses nouvelles croyances, Bouddha a conçu les Quatre Nobles Vérités. Ils se composent de :
1) La souffrance consiste en la maladie, la vieillesse et la mort, la séparation de ceux que nous aimons, désireux de ce que nous ne pouvons pas avoir et haïssant ce que nous ne pouvons éviter.
2) Toute souffrance est une conséquence du désir et de la tentative de satisfaire nos désirs.
3) Par conséquent, la souffrance peut être surmontée en cessant de désirer.
4) Le chemin pour mettre fin au désir est de suivre le Sentier Octuple (Smith).

Bouddha a également développé le Sentier Octuple. Ce Sentier Octuple était le chemin pour atteindre le Nirvana, ou la fin du désir et donc la fin de la souffrance. Son principe de base est de huit étapes que vous devez suivre ou avoir avant d'atteindre le Nirvana. Ces étapes sont :
1) Connaissance juste : C'est la connaissance des Quatre Nobles Vérités.
2) Aspiration juste : c'est savoir quel est le problème de la vie et ce que vous voulez de la vie.
3) Discours juste : c'est remarquer combien de fois par jour vous mentez, faites des commérages, calomniez, portez de faux témoignages et abusez de votre discours. Il essaie également de rectifier ces choses.
4) Comportement correct : Ce sont comme les 10 Commandements. Il comprend également l'abstinence pour les moines et les célibataires et l'abstinence de drogues ou d'alcool.
5) Moyen d'existence juste : c'est être dans une occupation qui favorise la vie au lieu de la détruire.
6) L'effort juste : c'est être inébranlable dans votre poursuite du Nirvana, cela pourrait aussi être appelé effort moral.
7) Pleine conscience juste : C'est combattre l'ignorance par l'auto-examen.
8) Bonne absorption : c'est la méditation pour essayer de vivre le monde d'une manière différente

Théoriquement, si vous les suivez, vous atteindrez le Nirvana et finirez par mettre fin à votre souffrance.

En raison de la simplicité des enseignements du Bouddha, de son importance sur l'action personnelle et de son opposition au système des castes, Bouddha s'est rapidement fait de nombreux adeptes. Comme d'autres enseignants religieux, il utilisait généralement des histoires ou des paraboles pour expliquer ses croyances. Vers l'an 483 avant JC, Bouddha mourut à l'âge de quatre-vingts ans. Juste avant sa mort, les gens se sont rassemblés autour de lui et lui ont posé leurs dernières questions. Bouddha a lancé un grand mouvement religieux qui s'est répandu dans le monde entier et reste toujours une force vitale 2500 ans après sa mort (le bouddhisme).

Le bouddhisme a commencé avec un homme qui voulait quelque chose de plus. Il voulait comprendre le monde qui l'entourait. Il s'est lancé dans une grande quête, à la recherche de nombreux philosophes et a finalement créé les Quatre Nobles Vérités et l'Octuple Sentier, l'épine dorsale de la croyance bouddhiste. C'était un enseignant, un philosophe, et pourtant, juste un homme ordinaire. Il a accompli de grandes choses, mais surtout, il a établi une religion qui influencera la société pendant des siècles.

Le bouddhisme a été établi pendant la période Heian, une époque au cours de laquelle le Japon a radicalement changé dans plusieurs domaines, notamment la culture et le gouvernement. Ces changements affecteraient le Japon pour toujours, laissant une marque permanente sur l'ensemble de la société.

En 794, l'empereur transféra la capitale de Nara à Kyoto. La période de 794 à 1192 est appelée l'ère Heian, car Kyoto s'appelait Heian-kyo à cette époque. À cette époque, le pouvoir de l'empereur était tombé et les nobles sont venus diriger le gouvernement à la place. La littérature a prospéré, comme les romans et les poèmes écrits par les nobles. Parmi les nobles, les plus influents étaient Fujiwara no Michinaga et son fils, Fujiwara no Yorimichi. Ils avaient une grande confiance de la part des empereurs pendant de nombreuses générations et à l'ère Heian, leurs filles sont devenues les impératrices et leurs petits-enfants sont devenus les prochains empereurs et impératrices. De cette façon, la famille Fujiwara prospéra de plus en plus. Ils se faisaient également passer pour le Sessho, qui gouvernait le pays lorsque l'empereur était encore jeune ou malade, et le Kanpaku, qui soutenait l'empereur une fois qu'il était devenu adulte. Ils ont toujours eu accès au pouvoir. La première culture Heian a été fortement influencée par la Chine, mais après la fin du système Kentoshi, la culture originale du Japon s'est formée. Cette culture s'appelle la culture Kokufu, qui convient au climat et aux modes de vie japonais. Une autre caractéristique est le développement de la littérature, avec l'invention de l'écriture kana. Des paysages japonais et des dessins liés à des histoires ont également été réalisés. Au cours de ces quatre siècles, le Japon s'est éloigné de l'influence directe de la culture continentale alors qu'une culture aristocratique de style japonais a fleuri et mûri.

Le plus couramment sculpté ou dessiné était, bien sûr, le Bouddha lui-même (Paine). Dans l'art, le Bouddha est très spécial et chaque partie a une signification. Ses mains sont toujours dans l'une de plusieurs positions (mudras). Quand sa main est sur son genou (bhumisparsha), il appelle les premiers êtres à être les témoins de son illumination. Sa main sur ses genoux représente le monde physique. Une main ouverte (abhaya) signifie bénédiction et protection, et lorsque l'index est levé, il est dans une position d'octroi de faveur. Les mains jointes sur ses genoux signifient qu'il enseigne. Son chignon, ou chignon de sagesse (ushnisa), représente sa connaissance supérieure. Ses longs lobes d'oreilles nous rappellent son époque en tant que prince lorsqu'il portait des boucles d'oreilles élaborées et sa robe lorsqu'il abandonnait sa propriété à la recherche de l'illumination. Nous le reconnaissons généralement pour ses longs orteils droits et sa position assise (dyanasana) (bouddhisme).

Au dernier siècle de la période Heian, le rouleau à main narratif horizontal et illustré (l'emaki) est apparu au premier plan. Datant d'environ 1130, le Dit du Genji illustré représente l'un des sommets de la peinture japonaise. Il a été écrit par Murasaki Shikibu, une dame d'honneur de l'impératrice Akiko (988-1074), vers 1000. Le roman traite de la vie et des amours du prince Genji et du monde de la cour de Heian après sa mort. Le constructeur du Byodoin, Fujiwara no Michinaga a été l'inspiration du personnage principal, le prince Genji. Les artistes du XIIe siècle de la version emaki ont conçu un système de conventions picturales qui transmettent visuellement le contenu émotionnel de chaque scène. Dans la seconde moitié du siècle, un style différent et plus vivant d'illustration narrative continue est devenu populaire. (Art Fujiwara).

L'art bouddhiste est très spécial pour les croyants, le sujet d'art le plus populaire étant le Bouddha lui-même. L'art bouddhique ne se limitait pas seulement à la peinture. Il comprenait également la sculpture et l'architecture.

Alors que le Japon entrait dans le 9ème siècle, de nouveaux styles architecturaux ont été produits, et comme le bouddhisme était une si grande partie de leur culture, leur architecture reflétait leurs opinions religieuses. Les idées du bouddhisme sont visibles dans les pagodes des bâtiments gouvernementaux de cette époque. S'inspirant de l'architecture chinoise, les architectes japonais se sont construits une nouvelle ère de bâtiments et de jardins qui dureraient toute une vie.

Le bouddhisme a été et est toujours très important pour façonner l'architecture japonaise. Il avait tendance à être très orné. Le bouddhisme et le shintoïsme (la foi basée sur la nature et le culte des ancêtres) ont tous deux deux approches très différentes de l'architecture. Le shintoïsme a tendance à être très simple et le bouddhisme a tendance à être très orné de ces deux éléments opposés luttant l'un contre l'autre. Le résultat semble prouver la force du goût inné pour la simplicité comme le montre le fait que certains des sanctuaires shintoïstes conservent encore leur simplicité d'origine, tandis que les temples bouddhistes montrent des traces marquées d'avoir été simplifiés à bien des égards. La simplicité est la note dominante des maisons d'habitation japonaises (Harada). De cette façon, l'architecture japonaise s'est éloignée de son influence chinoise pour aider à former sa propre culture.

Vers le IXe siècle, le bouddhisme japonais a évolué vers des formes plus démocratiques et inclusives, dont la plus importante était le bouddhisme de la Terre Pure. Le bouddhisme de la Terre Pure ou Amida était orienté autour de la figure du Bouddha Amida. Dans l'incarnation précédente, en tant que bodhisattva, il refusait d'accepter la bouddhéité à moins qu'il ne puisse accorder le bonheur éternel dans la Terre Pure à celui qui l'invoquait. Cette promesse compatissante était appelée le « Vœu originel ». Quiconque appelle son nom, "Namu Amida Butsu", avec une foi, une confiance et une dévotion sincères, se verra accorder la vie éternelle par Amida de bonheur dans la Terre Pure qui a été spécialement réservée à ceux qui l'invoquent (Art Fujiwara) .

Le Byodoin était un lieu de culte pour les membres de la secte Jodo du bouddhisme. La secte Jodo s'est concentrée sur le Bouddha Amida, ou le Bouddha de la lumière éternelle. Pure Land fait partie de Mayahana, une branche du bouddhisme qui croit que les gens devraient travailler pour l'illumination de tous les êtres, pas seulement eux-mêmes. Les Mahayanans accordent une grande importance aux Boddhisatvas, qui sont des créatures qui ont juré de ne pas entrer dans le Nirvana jusqu'à ce que tous les êtres ne souffrent plus. Ayant vu au-delà du monde de la forme, les boddhisatvas sont presque éternels et omniprésents. L'un des boddhisatvas les plus célèbres est Amida.

La foi en Amida était centrée sur la croyance qu'à l'instant de la mort, Amida descendrait sur terre pour transporter l'âme au "Paradis occidental", un paradis bouddhiste de félicité éternelle. Certaines branches de la foi se sont tellement simplifiées que prononcer des louanges à Amida est devenu la seule condition préalable à la naissance en Terre Pure, une foi si simple que même les paysans pouvaient la comprendre (Heian Era).
Bouddha Amida dans le Byodoin

Selon cette secte Jodo, le monde est considéré comme l'Enfer, mais en rendant service à Bouddha dans ce monde, on naîtra dans la Terre du Bonheur dans le monde à venir. Il soulignait l'agonie de ceux qui étaient en enfer et la joie de ceux qui étaient nés au pays du bonheur. En conséquence, les aristocrates se sont affrontés pour construire des temples, des images bouddhistes, des peintures de Bouddha et copier des écritures bouddhistes. Ces activités culturelles ont accéléré la japonisation de la culture bouddhiste. L'architecture du temple est devenue élégante grâce à la fusion du temple et de la résidence de l'aristocrate. Dans la sculpture, les sculptures sur bois sont devenues les représentations idéales de Bouddha qui ont été dessinées comme des figures belles et élégantes faciles à aimer pour les Japonais dans d'autres peintures, le style japonais appelé Yamato-e a été adopté. Ce style a été utilisé pour dessiner des personnages et des paysages japonais, et uni à la littérature japonaise pour établir une nouvelle forme de rouleau d'images (ore-makimono) utilisée pour représenter des histoires.

De nombreux domaines culturels ont été influencés par le bouddhisme de la Terre Pure. Ils comprennent, sans s'y limiter, la peinture, la sculpture et l'architecture. L'une des plus évidentes est bien sûr l'architecture. Dans tout le Japon se trouvent de nombreux temples et bâtiments qui témoignent de l'architecture de l'ère Heian. L'un des plus acclamés par la critique est le Byodoin.

L'un des exemples les plus courants de cet éloignement de l'influence chinoise est le temple bouddhiste Byodoin à Uji, au Japon. Bien que la majeure partie de ce temple ait été détruite en 1336 par la guerre, une partie reste encore un exemple de la façon dont les Japonais appréciaient leur religion et leur art. Le bâtiment Byodoin lui-même a commencé comme une villa de campagne appartenant à Michinaga Fujiwara, un puissant ministre de la cour. Le Phoenix Hall a été construit en 1503 par son successeur, Fujiwara no Yorimichi, qui l'a ensuite transformé en temple pour le Bouddha Amida. La salle, peinte en rouge avec son intérieur somptueusement décoré, est considérée comme la quintessence de l'art et de l'architecture de la période Heian. A l'intérieur se trouve une image du Bouddha Amida, sublimement assis dans la position du lotus. Cette sculpture a été créée par le célèbre artiste Heian Jocho, qui a également conçu le plafond orné brillant de miroirs en bronze et les murs portant des images de Bouddha chevauchant des nuages ​​vers la « Terre Pure ». La porte faisant face au Bouddha a un trou carré à travers lequel les roturiers pouvaient contempler son visage à travers le temple. Au début, la rivière Uji-gawa coulait sous cette salle et les pêcheurs tentaient leur chance depuis un porche qui surplombait la rivière. Il est également admis que Yorimasa Minamoto s'est éventré dans cette salle en 1180 après avoir subi une défaite militaire aux mains des Taira. En accomplissant cet acte fatal, il se serait assis sur son éventail ouvert. En commémoration, un monument marquant l'endroit est entouré d'une clôture en forme d'éventail en pierre (Japan Travel Updates).

Byodoin est l'un des rares exemples d'architecture de l'ère Heian au Japon. C'est tout ce qui reste de l'énorme temple bouddhiste de la Terre Pure qui a pratiquement disparu. Les peintures survivantes de la Terre Pure du 11ème siècle représentent souvent des bâtiments, suggérant que Byodoin est une représentation littérale de l'au-delà de la Terre Pure.

Le Phoenix Hall, ou Hoo-do (du nom d'un oiseau mystique), à ​​Byodoin est le paradis occidental mis dans la réalité architecturale. Assis sur le bord ouest d'un étang en forme de rein, se trouve Amida. Le logement de la statue est la seule fonction de toute la structure. Les pavillons des ailes et des tours sont purement ornementaux, donnant une flottabilité à la structure centrale appropriée à un lieu qui représente le ciel élevé. Le Hoo-do se compose d'une structure rectangulaire principale flanquée de deux couloirs d'aile en forme de G et d'un couloir de queue, situé au bord d'un grand étang artificiel. A l'intérieur, une seule image dorée d'Amida est installée sur une haute plate-forme. La sculpture Amida créée par Jocho en utilisant une nouvelle technique dans laquelle plusieurs morceaux de bois sont sculptés comme des coquillages et joints de l'intérieur. Sur les murs de la salle se trouvent de petites sculptures en relief de célestes, l'hôte aurait accompagné Amida lorsqu'il est descendu du paradis occidental pour rassembler les âmes des croyants au moment de la mort et les transporter dans des fleurs de lotus au paradis. Les peintures Raigo (descente du Bouddha Amida) sur les portes en bois du Hoo-do sont un exemple précoce de la peinture de style japonais Yamato-e car elles contiennent des représentations du paysage autour de Kyoto (temple Byodoin).

Le Byodoin a été construit afin de créer une Terre de Bonheur. Tout à l'intérieur du Byodoin est le meilleur de l'architecture et de l'art du milieu de l'ère Heian. Byodoin devait être un palais paradisiaque dont tous les nobles Heian rêvaient. « Si vous priez fort Amitabha Tathagata, vous pourrez aller au Pays du Bonheur. » De quels beaux rêves rêvaient ces gens qui cherchaient un monde idéal dans l'autre monde ? La réponse est peut-être le Byodoin (bouddhisme).

À la fin de l'ère Heian, on dit que le jardin de style Jyodo est apparu pour la première fois. Dans les dessins du Pays du Bonheur de l'époque, il y aurait toujours une Amida au milieu de la maison de style palais avec un étang à l'avant. Le jardin de style Jyodo a été réalisé sur la base de ces dessins. Les nobles avaient tout l'argent et le pouvoir entre leurs mains, et ils n'avaient pas de rêves impossibles. Bien que rien ne puisse être fait pour eux après leur mort, leur souhait fort les a poussés à créer une terre de bonheur dans ce monde. Ils ont créé des statues ornées, construit des maisons de style palais et également construit des étangs et des jardins. C'est le début du jardin de style Jyodo.

Le jardin du Byodoin est un grand jardin de l'ère Heian et est désigné comme un jardin d'une beauté pittoresque. Le jardin de Byodoin d'Uji, Kyoto est le genre typique de jardin de style Jyodo. Le Byodoin est célèbre pour être l'architecture représentative, restant encore du style palais. Bien qu'il représente le style du palais, le bâtiment et le jardin sont contre les règles de ce style. Par exemple, l'étang du Byodo-in est à l'Est et non au Sud. Fujiwara no Yorimichi a peut-être volontairement enfreint les règles du style palais pour pouvoir traverser la rivière Uji où flotte l'île Naka-jima, pour se rendre au Hoo-do en bateau. Un autre exemple est celui du Hoo-do qui se dresse sur l'île de Naka-jima et non au-delà de l'île. Là, depuis le sanctuaire Uji-jinjya de l'autre côté de la rivière, les gens pouvaient voir le Hoo-do se refléter sur l'eau (jardins).

Les jardins de l'ère Heian étaient très importants pour la structure des temples. Il sert de piscines réfléchissantes et aussi un moyen d'accéder au temple. Ces jardins étaient la véritable interprétation du Pays du Bonheur. Ils ont essayé de représenter physiquement ce à quoi ils pensaient que la Terre du Bonheur était, à quoi les nobles et les aristocrates voudraient que leur Nirvana ressemble.

Pour toutes ces raisons, Byodoin est l'un des monuments intrigants et pourtant éducatifs du Japon. Il nous parle de la religion du peuple, de la culture à l'époque de sa construction et de ce que les gens valorisaient dans leur art. Le Byodoin, ou plutôt le Hoo-do, n'est aujourd'hui qu'un aperçu de la vie non seulement de la famille Fujiwara, mais aussi des autres aristocrates de la période Heian. Non seulement il y a de l'art, de la sculpture et des gravures pour apaiser le spectateur, mais il y a aussi un sentiment de paix. Ce temple est tellement vénéré qu'une réplique a été construite à Oahu, à Hawaï, et en décembre 1994, le temple a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO comme l'un des biens culturels de Kyoto (patrimoine mondial) et reste aujourd'hui l'une des œuvres les plus appréciées. de l'architecture dans le monde.

Ouvrages cités

Bouddhisme. http://www.religioustolerance.org/buddhism.htm
Indice Byodoin. http://cti.itc.virginia.edu/yh6d/byodoinindex.htm
Temple de Byodoin. http://www.pref.kyoto.jp/intro/trad/isan/byoudo_e.html
Art Fujiwara. http://www.fwkc.com/encyclopedia/low/articles/j/j013000206f.html#jjjjj013000206aaaaa
Jardins à Kyoto. http://shuttle.food.kyoto-u.ac.jp/private/taibara/GARDEN/teien.html
Harada, Jiro. http://www.takase.com/JiroHarada/Chapter04.htm
Hicks, Nigel. http://www.nol.net/jeffh/aikiclub/docs/byodo.txt
L'ère Heian. http://cti.itc.virginia.edu/yh6d/byodoinindex.htm
Hooker, Richard. http://www.wsu.edu:8000/dee/GLOSSARY/AMIDA.HTM
Temples japonais. http://www.jinjapan.org/museum/temple/about_te.html
Secte Jodo. http://www.isei.or.jp/books/63/63_7.html
Mises à jour sur les voyages au Japon http://www.jnto.go.jp/regions/kinki/kyoto/vicinity_of_kyoto/545.html
Mackenzie, Lynn. Art non occidental, un bref guide. Prentice Hall, New Jersey. 1995. P. 84-86.
Paine, Robert et Alexandre Sober. Chronologie de l'architecture japonaise.
Bouddhisme de la Terre Pure. http://www.ibiblio.org/wm/paint/tl/japan/heian.html
Smith, Huston. Les religions des mondes illustrés. Harper Collins, San Francisco. 1994. Pages 60-61, 64, 70-72, 74-75.
Penser la quête. http://library.thinkquest.org/29295/byodo-in.htm
http://www.kanzaki.com/jinfo/jart-fine.html
Trésors nationaux du patrimoine mondial. http://www.kiis.or.jp/kansaida/uji/uji01-e.html

Pour exporter une référence à cet essai, veuillez sélectionner un style de référencement ci-dessous :


Byodoin

Si vous êtes intéressé par le Japon, vous voudrez peut-être en savoir plus sur Byodoin. Avez-vous déjà regardé de près la pièce de 10 yens japonais ? Presque tous les pays ont des pièces qui représentent quelque chose de leur vie et de leur culture. Au Japon, une image de Byodoin est estampée sur la pièce de 10 yens.

Ce bâtiment est célèbre en tant que site du patrimoine mondial, nous aimerions donc vous présenter ici les cinq bâtiments principaux qui composent le complexe.

Houdo

Houdo est le bâtiment principal du centre de Byodoin et est entouré d'un plan d'eau nommé Aji Pond. Il a été construit à la fin de l'ère Heian (794 - 1185) par Fujiwara Yorimichi (une personne très célèbre au Japon) en tant que salle du Bouddha Amida. La caractéristique la plus remarquable est la façon dont il est situé comme un palais, semblant flotter sur un tapis d'eau magique. « Houdo » signifie phénix, et la raison en est que le contour du bâtiment lui-même ressemble à un oiseau se reposant sur l'eau. Il apparaît particulièrement beau lorsque son image se reflète sur la surface de l'étang environnant. Dans le bâtiment principal se trouvent de nombreuses statues du Bouddha Amitabha. Cependant, comme le plafond et les murs qui ont été peints selon un design spécial, le temps a réussi à estomper une partie de la gloire d'origine. Au milieu de ce bâtiment, il y a une grande cloche de temple appelée Bonsyo. Cette pièce impressionnante était autrefois située au sud de Houdo, mais a été déplacée au centre à un moment donné. Vous pouvez le voir dans Byodoin Houshoukan que nous présenterons ensuite.

Byodoin Houshoukan

Le 1er mars 2001, Byodoin a inauguré un nouveau musée nommé Hoshokan, pour abriter les nombreux trésors précieux que le temple a à offrir. Ce bâtiment a été spécialement conçu pour utiliser l'éclairage à fibre optique, et grâce à la combinaison équilibrée de la nature et de l'espace, on peut mieux apprécier les œuvres d'art proposées.

Une fonction spéciale

En utilisant le plus grand mur de verre du Japon, les concepteurs ont créé une formidable sensation d'espace pour le spectateur. De plus, grâce à l'utilisation de la technologie de l'infographie, le visiteur peut expérimenter une visite des zones intérieures de Byodoin qui restent interdites au public. Cette visite virtuelle dure 50 minutes, donc si vous ne manquez pas de temps, nous vous suggérons de l'essayer.

Espace du site : 30600 carré
Espace de construction : 816.04 carré
Surface au sol : 2249,42 carré

Jodoin

Ce bâtiment a été érigé à la fin du XVe siècle alors que Byodoin était en réparation, et se dresse au nord de Houdo. Il y a quelques trésors supplémentaires ici, tels que des images murales et des statues de Bouddha.

Saisyoin

Ce bâtiment a été construit en 1654, il n'est donc pas aussi ancien que les autres. Destiné à l'origine à abriter les prêtres, il prend peu à peu le nom de Saishoin.

La zone autour de Byodoin

Cette zone est considérée comme d'une grande importance historique, et il y a de nombreux temples et sanctuaires dans les environs de Byodoin.

Sanctuaire Ujigami

Il s'agit d'un autre site classé au patrimoine mondial et à environ 10 minutes à pied de la gare d'Uji. Ce sanctuaire, construit en 901, n'est ni très célèbre ni chic mais était très important pour les habitants de la région à cette époque. Il a été construit avant Byodoin, car les gens qui construisaient Byodoin avaient besoin d'un endroit pour se reposer et rester. Par conséquent, ce sanctuaire servait également d'hôtel et de lieu de culte.

Temple de Mimuroto

Vous pouvez avoir une idée réelle des saisons dans ce temple car le temple Mimuroto regorge de fleurs, donc chaque fois que vous y allez, vous trouverez des fleurs qui fleurissent selon la saison.

Il y a une statue très intéressante située ici appelée "Houshougyu", qui est en fait une statue de vache. La légende raconte qu'il y a longtemps, un homme de la région avait de nombreux problèmes parce qu'il était propriétaire d'un bétail très faible. Cet homme a rendu hommage à la déesse de la miséricorde dans ce sanctuaire pour changer sa situation. Un jour, cette déesse a agi selon ses souhaits et a rendu son bétail si fort qu'il a remporté des compétitions locales avec eux. Maintenant, il est dit que si vous touchez la balle que la statue de la vache mord, vous pouvez vous aussi gagner la chance dont vous avez besoin pour gagner. Donc, quand vous voulez battre quelqu'un ou gagner quelque chose, c'est une bonne idée d'y aller.

Jusanjunoto (pagode)

Dans la rivière Uji, il y a un banc de sable, et ce Jusanjunoto, ou pagode, est construit dessus. Lorsque vous regardez des images sur le Japon, vous verrez généralement des pagodes de trois ou cinq étages. Cependant, cette pagode a treize étages, ce qui en fait celle avec le plus d'étages au Japon. En raison des inondations, cette pagode a été rasée à plusieurs reprises, la plus longue période étant submergée, 150 ans. Il n'y a pas d'inondations de nos jours, donc cette tour est fière à la vue de tous.


Comment se rendre à Uji depuis la gare de Kyoto

Gare JR Uji
Uji est situé juste au sud de la ville de Kyoto. Vous trouverez ci-dessous des suggestions d'itinéraires pour vous rendre à Uji depuis Kyoto.

Voyager de la gare de Kyoto à la gare d'Uji en train

Depuis la gare de Kyoto, vous voudrez prendre la ligne JR Nara. Sans transfert, un aller simple vers Uji prend environ 30 minutes (si vous prenez le train rapide Miyakoji, cela ne prend que 17 minutes) et coûte 240 yens.

Voyager de Kyoto à Uji en taxi

Comme Uji est relativement proche de Kyoto, il est également possible de prendre un taxi de la gare de Kyoto à Uji. En moyenne, il vous en coûtera environ 4 500 à 5 000 yens pour prendre un taxi pour Uji. Si vous voyagez en famille, en groupe ou si vous avez beaucoup de bagages, c'est une méthode confortable à prendre. Une estimation prudente du temps de trajet est d'environ 30 minutes, mais cela dépend des conditions de circulation.

Concernant le voyage de Kyoto à Uji en bus

Malheureusement, il n'y a pas de bus reliant la ville de Kyoto à Uji. Si vous souhaitez voyager en transports en commun, l'itinéraire en train mentionné ci-dessus est votre seule option.


Temple Byodoin : Le temple que vous pouvez tenir dans la paume de votre main

Kyoto est peut-être mieux connue pour l'atmosphère ancienne traditionnelle que vous pouvez ressentir en vous promenant dans ses vieilles rues. C'est un musée vivant des traditions du Japon où vous pouvez encore apercevoir le passé sous la forme de maiko se précipitant dans les rues, assister à une représentation de l'art historique du Kabuki, découvrir une ancienne forme de cérémonie du thé dans l'un des classiques en bois maisons de thé et visitez plus de temples que vous n'auriez jamais pensé pouvoir le faire. Kyoto est riche en culture japonaise, avec de nombreux sites du patrimoine mondial et plus de 2000 sanctuaires et temples à explorer.

Bien que pour voir tous les temples de Kyoto, vous aurez probablement besoin d'un peu plus d'une semaine, un temple en particulier peut être trouvé dans les poches arrière de n'importe qui au Japon. Ouvrez votre portefeuille et sortez une pièce de 10 yens, retournez-la vers l'arrière et vous tiendrez maintenant l'un des anciens temples de Kyoto dans la paume de votre main. Le temple imprimé au dos de la pièce de 10 yens est la salle Hoo-do de Byodoin, une pièce importante de l'histoire qui peut encore être visitée aujourd'hui. Bien qu'il vous en coûtera un peu plus de 10 yens pour vous y rendre.

Ce que vous pouvez trouver sur le terrain de Byodoin

Byōdōin est en retrait au milieu d'un jardin pittoresque et paisible dans la petite banlieue traditionnelle de Kyoto, Uji. Cette petite partie de Kyoto est mondialement connue pour sa culture traditionnelle du thé, qui produit encore à ce jour le type de thé vert le plus populaire au Japon. La région abrite également le plus ancien pont de pierre du Japon, qui a été au cœur d'innombrables batailles et affrontements horribles dans l'histoire de Kyoto.

Le temple a été converti d'une villa du clan Fujiwara en 1052 au sanctuaire bouddhiste de Byodoin. La salle Hoo-do du temple, qui se traduit en anglais par la salle du phénix, a été construite en 1053, ce qui en fait le seul bâtiment d'origine restant du complexe. La salle fait plusieurs références au phénix mythologique, que les Japonais croyaient être un protecteur de Bouddha. Il y a deux phénix en bronze perchés l'un en face de l'autre sur le toit du bâtiment, et l'architecture de la structure elle-même représente également la forme de l'oiseau de feu.

Inside the hall sits a 2.4 meter tall statue of Amida Buddha and 52 smaller statues of Bodhisattvas which date back to the 11th century, and are said to have been carved by the famous Heian era buddhist sculptor, Jocho. The hall is said to be an earthly representation of the buddha’s heavenly palace, and the surrounding gardens and grounds are meant to mirror the paradise of the pure lands in Japanese Buddhism. Over the centuries the majority of the original buildings were continuously lost in fires and battles, however, the Phoenix hall has continued standing, which makes it one of the only remaining examples of Heian period architecture in Japan.

After paying the entrance fee, you will be free to explore the well kept traditional Japanese gardens of Byodoin. Aside from the main Phoenix hall, there are a few other buddhist structures as well as the grave of the famous samurai warlord Minamoto-no-Yorimasa inside the temple grounds. After being defeated in battle Minamoto-no-Yorimasa committed suicide in the precinct of Byōdōin temple. This famous suicide is believed to have been the first seppuku suicide committed by a samurai in the history of Japan.

Standing proudly on a small island in the centre of the complex, is the Phoenix hall, which takes a beautiful picture when it is reflected in the glistening emerald water of the temple’s ponds.

Following the path through the grounds of Byodoin, you will come across the entrance to the Homotsukan Treasure House just behind the Phoenix hall. This treasure house is a museum attributed to the history of Byodoin, and contains the original temple bell and door paintings of the temple complex as well as the original phoenix roof sculptures and tiles. The majority of the museum is constructed underground so as not to disturb the view of the Phoenix hall.

How to get to Byodoin

The old town of Uji can be reached by taking a 40 minute train ride on the Keihan Uji line or the JR Nara line from Kyoto Station. If you are planning to see the ancient Uji Bridge as well as Byōdōin Hoo-do, take the Keihan Uji line. Exiting the station, you will come outside at the bank of the Uji river. The main bridge here is the ancient stone Uji Bridge. After taking in the wide expanse of the river, cross over and turn left to find Byodoin. Alternatively, Byodoin temple is 10 minutes east on foot from JR Uji station.

Basic entrance to the garden and treasure house cost 600 yen, and for an additional fee of 300 yen, you can take a tour of the inside of the phoenix hall.


Highlights and how to get to Byodo-in Temple.

Byodo-in Temple in Uji of Kyoto is one of the cultural assets on behalf of Japan.

This temple was founded in 1052, and there is the history of about 1, 000 years.

In addition, Byodo-in Temple is appointed as the World Heritage List as part of the cultural assets of ancient capital of Kyoto.

The scenery of 鳳凰堂(Hoo-do) and the garden which are a representative building is very beautiful.

鳳凰堂(Hoo-do) ‘s repair is completed in 2014, and the design of the Heian era was revived!

Contenu:

1.World Heritage ‘Historic Monuments of Ancient Kyoto

17 places of temples and shrines of Kyoto are designated in ‘Historic Monuments of Ancient Kyoto’.

↓Details of the “Historic Monuments of Ancient Kyoto” is here.↓

2.About Byodo-in Temple

Byōdō-in ( 平等院 ) is a Buddhist temple in the city of Uji in Kyoto Prefecture, Japan, built in late Heian period. It is jointly a temple of the Jōdo-shū (Pure Land) and Tendai-shū sects.
引用(citation):https://en.wikipedia.org/wiki/By%C5%8Dd%C5%8D-in

As well as 鳳凰堂(Hoo-do) which is representative in Byodo-in Temple, there is the highlight such as “平等院鳳翔館(Byodoin Museum Hoshokan)” which is the Japan’s first religious corporation art museum.

There are a lot of souvenir shop and cafes on the approach to this temple.

The Uji River on my way to the temple is also very beautiful.

Uji is the place noted in connection with the Tale of Genji(Author: Murasaki Shikibu).

The entrance of Byodo-in Temple.

Admission fee is 600 yen for adults.

300 yen needs the inside visit of 鳳凰堂(Hoo-do) separately.

3.The relations between Byodo-in Temple and Japanese bill and coin.

When you ask a Japanese as follows… “What is Byodo-in Temple?”
Most Japanese answer is as follows… “It is a 10 yen coin!!”

The reason is because 鳳凰堂(Hoo-do) is designed to 10 yen coin.

Two-shot of a genuine building and 10 yen coin.(○´艸`)

In addition, 鳳凰(phoenix) in the roof of 鳳凰堂(Hoo-do) was designed to ten-thousand yen bill.

4.Highlight of Byodo-in Temple

There is a lot of highlight as well as 鳳凰堂(Hoo-do) in Byodo-in Temple.

●鳳凰堂(Hoo-do)

Byodo-in Temple is 鳳凰堂(Hoo-do), after all.

鳳凰堂(Hoo-do) was appointed as a national treasure and Michelin green guide ★★.

The Amitabha image which is enshrined in 鳳凰堂(Hoo-do) was appointed as a national treasure and Michelin green guide ★★★.

As for the season of the fresh green and colored leaves, it is particularly beautiful.

The flower of the lotus blooms in July.

This lotus is called “平等院蓮(Byodo-in Temple lotus)”, and it is the natural scene or object which adds poetic charm to the season of the early summer of Byodo-in Temple.

Garden scenery to look at from 鳳凰堂(Hoo-do) side.

●観音堂(Kannon-do)

This is the important cultural property of a country built in the Kamakura era.

As for the wisteria trellis of Kannon-do, it is in full bloom about the end of April… (> <)b

●平等院鳳翔館(Byodoin Museum Hoshokan)

This is the first real museum in Japan for a religious corporation.

Unfortunately photography is prohibited in this museum.
The exhibition area where 26 statuees of WorshipingBodhisattvas on Clouds which are a national treasure are exhibited is splendid.

From the photograph of the brochure…

It is the break space outside the building.

●鐘楼(bell tower)(The one of the Japan’s three biggest ancient bells.)

This bell tower is one of the Japan’s three biggest ancient bells.
(Two of others are Jingo-ji (Kyoto) and Mii-dera Temple (Shiga).)

The bell displayed on the bell tower is a replica. The original bell is exhibited in a museum.

●浄土院(Jodo-in)

Jodoin is a sub-temple of Byodo-in.

This is a sub temple of Byodo-in, but it is an excellent temple.

This is大書院(Daishoin (large drawing room)) and 養林庵書院(Shoin of Yorinan) of Jodo-in. It is important cultural property.

●最勝院(Saisho-in)

最勝院(Saisho-in) is also a sub-temple of Byodo-in.

There is a grave of Yorimasa Minamotono .

5.Goshuin of Byodo-in Temple

There are two kinds of Goshuin((鳳凰堂(Hoo-do) and 阿弥陀如来(Amitabha))) in Byodo-in Temple.

This is the shrine seal of “鳳凰堂(Hoo-do)”. The red seal of the design of phoenix is characteristic.

6.How to get to Byodo-in Temple

●World Heritage ‘Historic Monuments of Ancient Kyoto’

Nearest station of Byodo-in is “Keihan Uji Line Uji Station” or “JR Uji Station”.

■Keihan Uji Station→Byodo-in

About 10 minutes walk.
3 minutes by taxi.(About 620 yen.(Starting fare))

<Let’s search the sightseeing information of Kansai in Japan on ‘Japan’s Travel Manual‘!!>
<This site introduces the easiest way to get Japanese (Kansai) sightseeing spots to you.>


Byodoin temple: The temple you can hold in the palm of your hand

Kyoto is perhaps best known for the traditional ancient atmosphere that you can experience by walking through its old streets. It is a living museum of Japan’s traditions where you can still catch glimpses of the past in the form of maiko scuttling through the streets, witness a performance of the historic art of Kabuki, experience an ancient form of tea ceremony in one of the classical wooden tea houses, and visit more temples than you ever thought you could. Kyoto is rich in Japanese culture, with numerous world heritage sites and over 2000 shrines and temples to explore.

Although to see all the temples in Kyoto, you will probably need a little longer than a week, one temple in particular can be found in the back pockets of anyone in Japan. Open up your wallet and take out a 10 yen piece, flip it over to the back and you will now be holding one of Kyoto’s ancient temples in the palm of your hand. The temple printed on the back of the 10 yen coin is the Hoo-do Hall of Byodoin, an important piece of history that can still be visited today. Although it will cost a little more than 10 yen to get you there.

What you can find at the grounds of Byodoin

Byōdōin is set back in the middle of a quaint and peaceful garden in the small traditional suburb of Kyoto, Uji. This small slice of Kyoto is internationally famed for its traditional tea cultivation, which to this day, still produces the most popular kind of green tea in Japan. The area is also home to the oldest stone bridge in Japan, which has been at the heart of countless horrific battles and clashes in Kyoto's history.

The temple was converted from a Fujiwara clan villa in 1052 to the buddhist sanctuary of Byodoin. The temple’s Hoo-do hall, which translates into english as the phoenix hall, was built in 1053 which makes it the only remaining original building of the complex. The hall makes several references to the mythological phoenix, which was believed by the Japanese to be a protector of Buddha. There are two bronze phoenixes perched opposite each other on the roof of the building, and the architecture of the structure itself also represents the shape of the firebird.

Inside the hall sits a 2.4 meter tall statue of Amida Buddha and 52 smaller statues of Bodhisattvas which date back to the 11th century, and are said to have been carved by the famous Heian era buddhist sculptor, Jocho. The hall is said to be an earthly representation of the buddha’s heavenly palace, and the surrounding gardens and grounds are meant to mirror the paradise of the pure lands in Japanese Buddhism. Over the centuries the majority of the original buildings were continuously lost in fires and battles, however, the Phoenix hall has continued standing, which makes it one of the only remaining examples of Heian period architecture in Japan.

After paying the entrance fee, you will be free to explore the well kept traditional Japanese gardens of Byodoin. Aside from the main Phoenix hall, there are a few other buddhist structures as well as the grave of the famous samurai warlord Minamoto-no-Yorimasa inside the temple grounds. After being defeated in battle Minamoto-no-Yorimasa committed suicide in the precinct of Byōdōin temple. This famous suicide is believed to have been the first seppuku suicide committed by a samurai in the history of Japan.

Standing proudly on a small island in the centre of the complex, is the Phoenix hall, which takes a beautiful picture when it is reflected in the glistening emerald water of the temple’s ponds.

Following the path through the grounds of Byodoin, you will come across the entrance to the Homotsukan Treasure House just behind the Phoenix hall. This treasure house is a museum attributed to the history of Byodoin, and contains the original temple bell and door paintings of the temple complex as well as the original phoenix roof sculptures and tiles. The majority of the museum is constructed underground so as not to disturb the view of the Phoenix hall.

How to get to Byodoin

The old town of Uji can be reached by taking a 40 minute train ride on the Keihan Uji line or the JR Nara line from Kyoto Station. If you are planning to see the ancient Uji Bridge as well as Byōdōin Hoo-do, take the Keihan Uji line. Exiting the station, you will come outside at the bank of the Uji river. The main bridge here is the ancient stone Uji Bridge. After taking in the wide expanse of the river, cross over and turn left to find Byodoin. Alternatively, Byodoin temple is 10 minutes east on foot from JR Uji station.

Basic entrance to the garden and treasure house cost 600 yen, and for an additional fee of 300 yen, you can take a tour of the inside of the phoenix hall.


The kanji 凡帆汎鳳風嵐 –“wind”

We are discussing kanji that originated from nature. There is one more important kanji that is related to metrological phenomenon — 風 “wind.” The kanji 風 was closely related to the kanji 凡and 鳳 in its origins. The shape 凡 is also in other Joyo kanji including 帆 and 汎. We first look at the three kanji 凡帆汎, then 鳳 before 風嵐.

In the history of the kanji 凡, shown on the left, the writings in oracle bone style, (a) in brown, and in bronze ware style, (b) and (c) in green, were explained as “a large piece of cloth or board.” The two vertical lines were the masts and the two short horizontal lines were the outline of a sail. Covering a large area meant “all nearly all approximation.” The shape is also viewed as the same as 盤 /ba’n/. 盤 is a type of a shallow bowl or a boat having the function of transporting stuff to another place. From that it also meant “to extend spread.” The kanji 凡 meant “all common spreading.”

The kun-yomi 凡そ /oyoso/ means “roughly all approximately.” Another kun-yomi凡て /su’bete/ means “all.” The on-yomi /bo’n/ is in 平凡な (“mediocre commonplace” /heebon-na/), 凡人 (“ordinary person” /bonjin/), 非凡な (“extraordinary unique” /hibon-na/), 平々凡々な暮らし (“ordinary life living uneventfully” /heeheebonbon-na-kurashi/). Another on-yomi /ha‘n/ is in 凡例 (“legend (on a map) guide (to a dictionary) /hanree/).

For the original meaning of “sail of a boat,” a new kanji 帆 was created by adding a piece of cloth 巾on the left. There is no ancient writing for 帆. The kun-yomi 帆 /ho/ means “sail of a boat,” and is in 帆掛け船 “a sail boat.” The kun-yomi /pa’n/ is in 出帆する “to set sail.”

When “water” was attached to 凡, it created the kanji 汎. Together from “water spreading to a wide area” it meant “all covering all pan-.”

There is no kun-yomi. The on-yomi /han/ is in 汎用する (“to overuse” /han-yoo-suru/), 汎用性 (“universal use versatility“ /han-yoosee/), 汎アジア主義 (“pan-Asianism” /ha’n-ajiashu’gi/) and 汎太平洋 (“pan-pacific” /ha’n-taihe’eyoo/).

For the kanji 鳳, we have two oracle bone style writings here, (a) and (b). (a) was a mythological bird which was believed to create wind, called 鳳凰 /hooo’o/ or おおとり /ootori/. (b) was the same as the oracle bone style writing for 風, which we look at next in 5, and had a sail of a boat on the right. In ten style the sail was placed on top of this bird. In kanji the sail became a three-way enclosure, and the bird had the kanji 鳥 “bird” with an extra stroke at the top. The word 鳳凰 is said to be a pair of birds – a male (鳳) and a female (凰).

The kun-yomi /ootori/ means same as the on-yomi word 鳳凰 /hooo’o/ and mean “mythical sacred bird.”

When we look at the oracle bone style writings 風, (a) and (b), and the ten style writing 風, (c), shown on the left, the two styles do not look alike. We now know from 1. 凡 and 2. 鳳 that (a) and (b) consisted of a mythical bid and a sail. The mythical bird had a large crown on the head, which signified being divine, big wings with long feathers and a long trailing tail. When this large bird flapped its large wings, it brought forth wind. This bird was considered to be “the god of wind.” The god of wind and a sail to catch wind together meant “wind.”

Setsumon explained (c) as “when winds in all eight directions blow, 蟲 are brought forth.” Some scholars think that 蟲, which is the kyujitai for 虫, was not just a “worm” but was more inclusive of all creatures. Shirakawa treated it as a dragon 龍 (/ryu’u/), another mythical creature. Wind gave breathing air for creatures large and small. A dragon rose up the sky riding on wind, thus the kanji 風 meant “wind.” (Our reader may recall that Setsumon’s explanation of the ten style 雲 was that a dragon was also in the clouds. The Kanji 雨雲曇雪霜霧露—あめかんむり(1) [March 27, 2016])

So the kanji 風 had two different origins. One was a sail of a boat that catches wind and a mythical divine bird 鳳 and the other was a sail and a dragon 龍. Ancient people used a mythical creature to describe an invisible entity that they could only see when they saw things moving and their skin feeling sensation. Wind, being movement of air, never staying the same, also described trend, style and manner. The kanji 風 meant “wind breeze style manner.”

The kun-yomi 風 /kaze/ means “wind breeze,” and is in 春風 (“spring breeze” /harukaze/), 風邪を引く (“to catch a cold” /kaze-o-hiku/). Another kun-yomi /kaza-/ is in 風上 (“the windward” /kazakami/) and in the expression 風上に置けない (“intolerable insufferable” /kazakami-ni-okenai/). The on-yomi /hu’u/ is in 台風 (“typhoon” /taihu’u/), 風景 (“scenery” /hu’ukee/), 風俗 (“customs conventions sex-oriented business” /hu’uzoku/), 和風 (“Japanese style” /wahuu/) and 風化する (“to weather fade with the passage of time” /huuka-suru/).

Mythical birds on the rooftop in Byodoin Temple Ten-en coin

Throughout history a divine mythical bird 鳳 was considered to be auspicious, and it appeared in many types of art work to signify a heaven, a wish for eternal prosperity and a blissful life. The recent restoration work on the Heian era villa called Byoodooin Temple/Villa 平等院 /byoodo’oin/ (びょうどういん) outside Kyoto city, has a building called 鳳凰堂 /hoooodoo/ (ほうおうどう). The building had a pair of hoooo birds on the rooftop. The picture on the left is a golden replica of a standing figure of hoooo—it had long colorful crowns, sharp eyes, and a long feathered tail, and the body was gilded. (Photo: Asahi Shinbun) The building was built in 1053, at the time when, after many natural disasters, thoughts of doomsday were prevalent. People of the Heian era must have looked at a pair of hoooo birds as a symbol of a Buddhist promise of heaven and afterlife. The 鳳凰堂 building itself is particularly familiar to all Japanese people because it is on a ten-yen coin, as shown on the right.

Incidentally another imaginary mythical animal that we are familiar with is kirin 麒麟 /kirin/, sometimes called a Chinese unicorn. The legend is that a kirin had the head of a dragon with a single horn, and the body of a deer with golden scales on the body. Sighting a kirin was considered to be lucky because a sage or great ruler would appear soon.
The famous Japanese beer called Kirin Beer uses an image of a kirin as its company logo. (P.S. While walking along the Aoyama-dori street in Tokyo yesterday, we came across a giant Kirin’s beer can in front of a beer garden, as shown on the right.June 15, 2016)

There is no ancient writing for the kanji 嵐. In kanji the top is 山 “mountain” and the bottom is 風 “wind.” Together they meant “fresh wind that comes down from a mountain.” In Japanese it meant “storm stormy wind.”

The kun-yomi 嵐 /a‘rashi/ means “stormy wind storm,” and is in the expression 嵐の前の静けさ (“lull before a storm” /a’rashi-no-mae-no shizuke’sa/). There is no on-yomi in Joyo kanji.

Next time when you have a glass of Kirin beer on your outside porch chair, as you feel a pleasant breeze, you might have a sighting of a 鳳凰 (ほうおう) crossing the sky or a 龍 (りゅう) climbing through the clouds. [June 12, 2016 Japan time]


What is the origin of name “Phoenix Hall”?

The era Byodoin Phoenix Hall was built is Heian era. However, when people started calling it “Phoenix Hall” was in Edo era. It started to be called “Phoenix Hall” because when you look at the hall from the front, it looks like a bird spreading its wings, and also because there is a statue of phoenix on the roof.

Byodoin Phoenix Hall is facing the east and it is considered that there is the Pure Land in the west across the pond. This phoenix is a mythical creature in China and is said that the phoenix appears when the great emperor appears.

Two phoenixes in the south and north of Phoenix Hall has different sizes. The one in the north is 98.8 centimeters and the one in the south is 95.0 centimeters. It is said that the one in the north is a male and the one in the south is a female.

The statues on the roof now are replicas, but the original ones are exhibited in the museum so you can see the differences between the two.


The welcome reception will be held at The Kyoto Modern Terrace which is located on the other side across the road of the conference site. Please be noted that the registration desk on Sunday is located at the mixer venue but NOT the conference venue.

We are planning to have the following 5 courses as the excursion. If you wish to participate in the excursion, please select a course when registering (each course is limited in number, so please select up to the third choice). There are no meals available on the excursion, so please gather after having lunch.

Course A:Uji Byodoin Temple
Course B:Fushimi-Inari Shrine
Course C:Kiyomizu-Dera Temple / Yasaka Shrine
Course D:Nijo-jo Castle
Course E:Shorinji Temple (Zazen activity experience)

A: Uji Byodoin Temple

  • Visit Byodoin Temple and enjoy the traditional atmosphere in town Uji.
  • Byodoin was one built in the 11 th century, in Heian-era, now certified as one of the world heritage.
  • The design and decollation in the main building is impressively beautiful, therefore it is certified as Japanese national treasure as well. Also, in the museum lots of national treasures are displayed.
  • Uji town is well known as one of the biggest tea leaf production areas in Japan. Walking around the town and looking around Japanese tea cafes would be also enjoyable.
  • Official HP: https://www.byodoin.or.jp/en/
  1. Conference Center => Sanjo station (by walk for 10 minutes)
  2. Sanjo station =>Uji station (by train for 45 minutes)
  3. Walk around Uji town and visit (2 hours)
    *Uji station to Byodoin would take 15 minutes by walk directly
  4. Uji station => Sanjo station (by train for 45 minutes)
  • Tour guides would go with you on the way.
  • Train tickets (One-day ticket) should be provided for each.
  • Entrance ticket of the temple should be also delivered on each.

B: Fushimi-Inari Shrine

  • Visit Fushimi-Inari Shrine, look around the most popular place to see in Kyoto.
  • Fushimi-Inari Shrine was built in the 8 th century, now certified as one of the World Heritage sites.
  • The 10,000 trii gates on the road in the shrine look so spectacular that this shrine is now the most popular place to visit for foreign guests.
  • Inari is the type of shrine strongly related with economy, so a lot of people who concern the business.
  • Official HP: http://inari.jp/en/
  1. Conference Center => Sanjo station (by walk for 10 minutes)
  2. Sanjo station => Fushimi-Inari station (by train for 30 minutes)
  3. Walk to Fushimi-Inari Shrine and have a visit (2 hours)
    *The station to shrine would take 5 minutes by walk directly
  4. Fushimi-Inari station => Sanjo station (by train for 30 minutes)
  • Tour guides would go with you on the way.
  • Train tickets (One-day ticket) should be provided for each.
  • Entrance ticket of the temple should be also delivered on each.

C: Kiyomizu-Dera Temple / Yasaka Shrine

  • Visit east area of central Kyoto and mainly go to two buildings, Kiyomizu-Dera Temple and Yasaka Shrine.
  • Kiyomizu-Dera Temple was built in the 8 th century, and now is well known as one of the most popular temples in Kyoto.
  • Yasaka Shrine is located near Kiyomizu-Dera Temple. Also popular place to visit in Kyoto as it was built in the 7 th century and served for ancient gods in Japanese history.
  • Official HP
  1. Conference Center => Bus stop around Heian-Jingu Shrine (by walk for 5 minutes)
  2. Heian-Jingu Shrine => Yasaka Shrine (by bus for 20 minutes)
  3. Go to Kiyomizu-Dera Temple after Yasaka Shrine (by walk for 10 to 15 minutes)
  4. Bus stop near Kiyomizu-Dera Temple => Heian-Jingu Shrine bus stop (by bus for 20 to 30 minutes)
  • Tour guides would come along with you on the way to Yasaka Shrine.
  • The tour guides would set a time to visit Yasaka Shrine for an hour, therefore please gather the time on time, then they take you to Kiyomizu-Dera Temple.
  • If you wish to stay longer at Yasaka Shrine or move to Kiyomizu-Dera Temple earlier, please visit Kiyomizu-Dera by yourself.
  • Train/bus tickets (One-day ticket) should be provided for each.

D: Nijo-jo Castle

  • Visit Nijo-jo Castle, one of World Heritage sites in Kyoto.
  • Nijo-jo Castle was built in the early 17 th century, as the Kyoto residence of the Shogun when he visited Kyoto. When the Shogun was not in residence, samurai guards were garrisoned there.
  • Famous as the place where the last Shogun to declare authority over the country would return to the Imperial Court and Emperor Meiji.
  • Official HP: http://nijo-jocastle.city.kyoto.lg.jp/?lang=en
  1. Conference Center => Higashiyama station (by walk for 10 minutes)
  2. Higashiyama => Nijo-jo Castle station (by metro for 10 minutes)
  3. Sightsee around Nijo-jo Castle
  4. Nijo-jo Castle station => Higashiyama (by metro for 10 minutes)
  • Tour guides would go with you on the way.
  • Train tickets (One-day ticket) should be provided for each.
  • Entrance ticket of the castle should be also delivered on each.
  • Train/bus tickets (One-day ticket) should be provided for each.
  • Entrance fee for the optional building or museum would be paid by yourself.

E: Shorinji Temple (Zazen activity experience)

  • Visit Shorinji Temple which serves the Zazen experience to visitors.
  • Zazen is generally regarded as a means of insight into the nature of existence, by keeping sitting quietly, and concentrating to yourself.
  • A Buddhist priest will guide you how to do Zazen meditation and you will calm your inner tumult and find your inner peace.
  • The activity would take 1 hour, including 30 minutes of Zazen experience and short break with snacks.
  • Official HP: http://shourin-ji.org/english/
  1. Conference Center => Shorinji temple (By bus for 30 minutes)
  2. Start Zazen activity (taking for about 60 minutes)
  3. Take a look around Shoriniji Temple (taking for about 30 minutes)
  4. Go back to the conference center (by bus for 30 minutes)
  • Tour guides would go with you on the way.
  • Train tickets (One-day ticket) should be provided for each anyway.
  • The activity fee would be also included to the conference participation fee.

Voir la vidéo: Byōdō-in 平等院