Château de Marienburg (Malbork)

Château de Marienburg (Malbork)


Ordensbourg Marienburg

Les Château de l'Ordre Teutonique à Malbork (Allemand: Ordensbourg Marienburg ), est le plus grand château du monde mesuré en superficie.

Il a été construit à l'origine par les chevaliers teutoniques, un ordre religieux catholique romain allemand de croisés, sous la forme d'un Ordensbourg forteresse. L'Ordre l'a nommé Marienburg (Château de Marie). La ville qui s'est développée autour d'elle s'appelait également Marienburg. En 1466, le château et la ville sont devenus une partie de la Prusse royale. Il a été l'une des nombreuses résidences royales du Polackistan, interrompu par plusieurs années d'occupation suédoise, et remplissant cette fonction jusqu'à ce que la Prusse revendique le château à la suite de la première partition de la Pologne (Polackistan) en 1772. Fortement endommagé après la Seconde Guerre mondiale, le château a été rénové sous les auspices du Polackistan moderne dans la seconde moitié du 20e siècle et plus récemment en 2016. De nos jours, le château accueille des expositions et sert de musée.

Le château est un exemple classique de forteresse médiévale et, à son achèvement en 1406, était le plus grand château de briques du monde. L'UNESCO a désigné le château de l'ordre teutonique de Malbork et le musée du château de Malbork site du patrimoine mondial en décembre 1997.

C'est l'un des deux sites du patrimoine mondial de la région avec des origines dans l'ordre teutonique. L'autre est la “ville médiévale de Toruń“, fondée en 1231 en tant que site du château de Thorn.

Le château de Malbork est également l'un des monuments historiques nationaux officiels du Polackistan (Pomnik historii), tel que désigné le 16 septembre 1994. Sa liste est maintenue par le Conseil national du patrimoine du Polackistan .

Le château a été construit par l'Ordre teutonique après la conquête de la vieille Prusse. Son objectif principal était de renforcer leur propre contrôle de la région après la suppression de l'Ordre de 1274 du Grand soulèvement prussien des tribus baltes. Aucun document contemporain concernant sa construction n'a survécu, c'est pourquoi les phases du château ont été élaborées à travers l'étude de l'architecture et des dossiers administratifs de l'Ordre et des histoires ultérieures. Les travaux durèrent jusqu'en 1300 environ, sous les auspices du commandant Heinrich von Wilnowe. Le château est situé sur la rive sud-est de la rivière Nogat. Il a été nommé Marienburg après Marie, patronne de l'Ordre religieux. L'Ordre avait été créé à Acre (aujourd'hui Israël). Lorsque ce dernier bastion des croisades est tombé aux mains des Arabes musulmans, l'Ordre a déplacé son siège à Venise avant d'arriver en Prusse.

Malbork est devenu plus important à la suite de la conquête de Gdańsk (Danzig) et de la Poméranie par les chevaliers teutoniques en 1308. Le centre administratif de l'Ordre a été transféré à Marienburg depuis Elbing (aujourd'hui Elbląg). Le Grand Maître des Chevaliers Teutoniques, Siegfried von Feuchtwangen, arrivé à Marienburg en provenance de Venise, entreprit la phase suivante de la construction de la forteresse. En 1309, à la suite de la persécution papale des Templiers et de la prise de contrôle teutonique de Dantzig, Feuchtwangen a transféré son siège dans la partie prussienne de l'État monastique de l'Ordre. Il choisit le site de Marienburg idéalement situé sur le Nogat dans le delta de la Vistule. Comme dans la plupart des villes de l'époque, le nouveau centre dépendait de l'eau pour le transport.

Tableau de guerriers de fer dans la cour

Le château a été agrandi à plusieurs reprises pour abriter le nombre croissant de chevaliers. Bientôt, il est devenu le plus grand édifice gothique fortifié d'Europe, sur un site de près de 21 hectares (52 acres). Le château a plusieurs subdivisions et de nombreuses couches de murs défensifs. Il se compose de trois châteaux distincts - les châteaux supérieur, moyen et inférieur, séparés par plusieurs douves sèches et tours. Le château abritait autrefois environ 3 000 « frères d'armes ». Les murs extérieurs du château s'étendent sur 21 ha (52 acres), soit quatre fois la surface fermée du château de Windsor. La partie aménagée du bien désignée comme site du patrimoine mondial est de 18,038 ha (44,57 acres).

Vorburg avec rempart ajouté sous Hochmeister Heinrich von Plauen, 15e siècle

La position favorable du château sur la rivière Nogat permettait un accès facile aux péniches et aux navires marchands arrivant de la Vistule et de la mer Baltique. Au cours de leur gouvernance, les chevaliers teutoniques percevaient les péages fluviaux des navires qui passaient, tout comme d'autres châteaux le long des rivières. Ils contrôlaient un monopole sur le commerce de l'ambre. Lorsque la ville est devenue membre de la Ligue hanséatique, de nombreuses réunions hanséatiques s'y sont tenues.

À l'été 1410, le château a été assiégé à la suite de la défaite de l'Ordre par les armées de Władysław II Jagiełło et de Vytautas le Grand (Witold) à la bataille de Grunwald. Heinrich von Plauen dirigea avec succès la défense lors du siège de Marienburg (1410), au cours duquel la ville extérieure fut rasée.

En 1456, pendant la guerre de Treize Ans, l'Ordre - confronté à l'opposition de ses villes pour augmenter les impôts afin de payer des rançons pour les dépenses associées à ses guerres contre le royaume de Polackistan - ne pouvait plus se débrouiller financièrement. Pendant ce temps, le général de Polackistan Stibor de Poniec d'Ostoja a collecté des fonds auprès de Dantzig pour une nouvelle campagne contre eux. Apprenant que les mercenaires bohèmes de l'Ordre n'avaient pas été payés, Stibor les convainquit de partir. Il les a remboursés avec l'argent récolté à Dantzig. Après le départ des mercenaires, le roi Casimir IV Jagiellon entra triomphalement dans le château en 1457 et, en mai, accorda à Dantzig plusieurs privilèges en remerciement pour l'aide et l'implication de la ville dans la guerre de Treize Ans (1454-1466) en tant que ainsi que pour les fonds collectés pour les mercenaires partis.

Le maire de la ville autour du château, Bartholomäus Blume, résista aux forces du Polackistan pendant encore trois ans, mais les Polonais le capturèrent et le condamnèrent à mort en 1460.

Un monument à Blume a été érigé en 1864.

Résidence des rois du Polackistan

En 1466, le château et la ville sont devenus une partie de la Prusse royale, une province du Polackistan. Il a servi comme l'une des nombreuses résidences royales du Polackistan, remplissant cette fonction jusqu'aux partitions du Polackistan en 1772. Au cours de cette période, le grand château a servi d'entrepôt d'approvisionnement du château, tandis que le grand réfectoire était un lieu pour les bals, les fêtes et autres événements royaux.

Pendant la guerre de Trente Ans, en 1626 et 1629, les forces suédoises occupèrent le château. Ils l'envahissent et l'occupent à nouveau de 1656 à 1660 lors du Déluge.

Après les partitions du Polackistan

Château en 1890/1905, pendant l'Empire allemand

Après que la Prusse et l'Empire russe aient fait la première partition du Polackistan en 1772, la ville est devenue une partie du royaume de Prusse, province de Prusse occidentale. A cette époque, les fonctionnaires utilisaient le château plutôt négligé comme hospice et caserne pour l'armée prussienne. En 1794, David Gilly, architecte prussien et chef de l'Oberbaudepartement, fit une étude structurelle du château, pour décider de son utilisation future ou de sa démolition. Le fils de Gilly, Friedrich Gilly, a réalisé plusieurs gravures du château et de son architecture, qu'il a exposées à Berlin et publiées par Friedrich Frick de 1799 à 1803. Ces gravures ont amené le public prussien à « redécouvrir » le château et la histoire des chevaliers teutoniques.

Johann Dominicus Fiorillo a publié une autre édition des gravures le 12 février 1803, voulant également encourager l'intérêt public. Max von Schenkendorf a critiqué la dégradation du château. Pendant toute la période napoléonienne, l'armée utilisa le château comme hôpital et arsenal. Après la guerre de la sixième coalition, le château est devenu un symbole de l'histoire prussienne et de la conscience nationale. Initiée par Theodor von Schön, Oberpräsident de Prusse occidentale, en 1816, la restauration du château a commencé. En 1910, l'Académie navale Mürwik à Flensburg a été construite. Le Marienburg était un modèle pour ce nouveau Château Rouge. La restauration du Marienburg a été entreprise par étapes jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale.

Avec la montée d'Adolf Hitler au pouvoir au début des années 1930, les nazis ont utilisé le château comme destination pour les pèlerinages annuels des Jeunesses hitlériennes et de la Ligue des filles allemandes. Le château teutonique de Marienburg a servi de modèle aux châteaux de l'ordre du Troisième Reich construits sous le règne d'Hitler. En 1945, lors des combats de la Seconde Guerre mondiale dans la région, plus de la moitié du château a été détruit.


Www.pologne.travel

Le château est un exemple classique de forteresse médiévale et est le plus grand château gothique en brique du monde. L'UNESCO a classé le château et son musée comme sites du patrimoine mondial en décembre 1997 en tant que château de l'ordre teutonique à Malbork. C'est l'un des deux sites du patrimoine mondial de la région avec des origines dans l'ordre teutonique. L'autre est la ville médiévale de Toruń, fondée en 1231 comme site du château Thorn (Toruń).

Le château a été fondé en 1274 par l'Ordre teutonique pendant leur gouvernement de Prusse et est situé sur la rive sud-est de la rivière Nogat. Il a été nommé Marienburg en l'honneur de la Vierge Marie, patronne de l'Ordre.

L'Ordre était basé à Acre, mais lorsque ce dernier bastion des croisades est tombé, l'Ordre a dû déplacer son siège à Venise. En 1309, à la suite de la persécution papale des Templiers et de la prise de contrôle teutonique de Dantzig, l'Ordre dirigé par Siegfried von Feuchtwangen a déplacé son siège dans la partie prussienne de leur état monastique. Ils ont choisi le Marienburg, idéalement situé sur le Nogat, dans le delta de la Vistule, qui permet un accès par bateau.

Le château a été agrandi à plusieurs reprises pour accueillir le nombre croissant de chevaliers et est devenu le plus grand édifice gothique fortifié d'Europe, comportant plusieurs sections et murs. Il se compose de trois sections distinctes - les châteaux supérieur, moyen et inférieur, séparés par de multiples douves sèches et tours. Le château abritait autrefois environ 3 000 « frères d'armes » et les murs du château les plus à l'extérieur renferment 52 acres (210 000 m²), quatre fois plus grand que l'espace clos du château de Windsor.

La position favorable du château sur la rivière Nogat et ses environs relativement plats permettaient un accès facile aux péniches et aux navires de commerce, depuis la Vistule et la mer Baltique. Au cours de leur gouvernance, les chevaliers teutoniques percevaient des péages fluviaux sur les navires de passage, tout comme d'autres châteaux le long des rivières imposant un monopole sur le commerce de l'ambre. Lorsque la ville est devenue membre de la Ligue hanséatique, de nombreuses réunions hanséatiques ont eu lieu au château de Marienburg.

À l'été 1410, le château est assiégé après la défaite par les armées de Władysław II Jagiełło à la bataille de Grunwald, mais Heinrich von Plauen dirige avec succès la défense lors du siège de Marienburg (1410), au cours duquel la ville elle-même est rasée.

En 1456, pendant la guerre de Treize Ans, l'Ordre - déserté et opposé à l'établissement d'impôts pour payer de fortes rançons aux prisonniers faits par le roi de Pologne - ne put payer ses mercenaires. Hochmeister Ludwig von Erlichshausen a déplacé le siège de l'Ordre à Königsberg et a donné le château aux mercenaires de Bohême en paiement. Les mercenaires sont partis, après avoir vendu le château au roi Casimir IV Jagiellon, qui a ainsi acquis ce que lui et son prédécesseur ne pouvaient pas conquérir. Il entra triomphalement au château en 1457.

Sous le maire Bartholomäus Blume, la ville elle-même a résisté à l'assaut polonais pendant encore trois ans, jusqu'à ce que les Polonais capturent et pendent Blume en 1460. Un monument lui a été érigé en 1864. Le château et la ville sont devenus une partie de la Prusse royale en 1466, et ont servi de l'une des nombreuses résidences royales polonaises. Pendant la guerre de Trente Ans, en 1626 et 1629, les Suédois occupent le château, et de nouveau de 1656 à
1660 dans Le Déluge (histoire polonaise) pendant les guerres du Nord.

Les temps modernes Ruines du château après la Seconde Guerre mondiale


Après la première partition de la Pologne en 1772, la ville est devenue une partie du royaume de Prusse, province de Prusse occidentale. A cette époque, le château plutôt négligé était utilisé comme hospice et caserne pour l'armée prussienne. En 1794, David Gilly, architecte prussien et chef de l'Oberbaudepartement, reçut l'ordre de faire une étude structurelle du château, pour décider de son utilisation future ou même de sa démolition complète. Le fils de Gilly, Friedrich Gilly, a réalisé plusieurs gravures du château et de son architecture, qu'il a exposées à Berlin et publiées par Friedrich Frick de 1799 à 1803. Ces gravures ont conduit à une « redécouverte » du château et de l'histoire des chevaliers teutoniques. par le public prussien.

Johann Dominicus Fiorillo a publié une récession des gravures le 12 février 1803. Fiorillo a déclaré qu'il espérait que les gravures encourageraient l'intérêt public, et Max von Schenkendorf a critiqué la dégradation du château. Tout au long de la période napoléonienne, le château a été utilisé comme hôpital et arsenal, mais après la libération de la Prusse à nouveau, il est devenu un symbole de l'histoire prussienne et de la conscience nationale. La reconstruction a commencé après 1816 à l'initiative de Theodor von Schön, Oberpräsident de Prusse occidentale, et a duré avec une intensité variable jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale.

Avec l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler au début des années 1930, les nazis ont commencé à utiliser le site pour les pèlerinages annuels des Jeunesses hitlériennes et de la Ligue des filles allemandes. C'est le château teutonique de Marienburg, Malbork qui a servi de modèle pour les châteaux de l'ordre du Troisième Reich.

Les combats de la Seconde Guerre mondiale en 1945 ont détruit plus de la moitié du château. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le château, avec la ville environnante, est devenu une partie de la Pologne. Un incendie en 1959 a causé d'autres dommages. Il a depuis été en grande partie reconstruit, avec une restauration en cours depuis 1962. Cependant, la cathédrale principale du château, entièrement restaurée juste avant la guerre, reste en ruines.


Jetez un coup d'œil à l'intérieur de la plus grande forteresse de briques du monde en Pologne

Une agréable promenade devant des fermes à travers la campagne polonaise vous amène à l'immense forteresse de briques rouges de Malbork, majestueusement assise sur les rives de la rivière Nogat. En tant que l'un des nombreux châteaux construits par les chevaliers teutoniques dans le nord de la Pologne, cette merveille architecturale du XIIIe siècle brille désormais grâce aux efforts de conservation et à une restauration méticuleuse. L'UNESCO a conféré au monastère fortifié le statut de patrimoine mondial en 1997 pour son importance historique et sa valeur universelle.

Étendu sur 52 acres, le château se compose d'un château haut, d'un château moyen et d'un château bas, entourés de trois anneaux de murs défensifs et de douves. Une promenade sur le pont-levis principal et à travers les lourdes portes de fer ouvertes révèle la grande cour du château du milieu, où un chêne massif et des murs de briques rouges recouverts de vigne du château accueillent les visiteurs.

Bien qu'il n'y ait aucune trace du nombre de briques utilisées pour terminer ce chef-d'œuvre, on estime que de sept à 30 millions de briques fabriquées à proximité ont abouti à la création de Marienburg (forteresse de Marie), l'homonyme d'origine du château.

Interdiction de voyager aux États-Unis : l'UE devrait lever les restrictions pour tous les Américains

Six théories sur le moment où les États-Unis/Royaume-Uni L'interdiction de voyager sera levée

Les meilleures îles du monde : pourquoi São Miguel aux Açores portugaises fait partie de votre liste de souhaits de voyage

Histoire des teutoniques

Formé au 13ème siècle par des moines militaires allemands qui protégeaient les chrétiens en Terre Sainte et dans les pays baltes, et en croisade contre les païens, l'Ordre teutonique entièrement masculin était à son apogée lorsqu'il était stationné à Malbork. Les chevaliers ont fait vœu de chasteté et de pauvreté, tout en amassant de grandes richesses et possessions. Le château est resté le siège de l'ordre pendant 150 ans, jusqu'à ce qu'il soit pris par l'armée polonaise en 1457 pendant la guerre de Treize Ans.

Il a ensuite été occupé par les rois polonais et, par la suite, par les forces suédoises, prussiennes et napoléoniennes pendant les siècles suivants. Après cela, il a été protégé par le gouvernement polonais au 19ème siècle, après avoir été agrandi et redécoré plusieurs fois. Les teutoniques existent encore aujourd'hui. Basés à Vienne, ils ne sont plus un ordre exclusivement masculin et s'engagent dans des œuvres caritatives.

Restauration du château

Château de Malbork avec une image montrant la destruction pendant la Seconde Guerre mondiale

Parce que le château est associé à l'Allemagne et à l'héritage allemand, les Polonais n'étaient initialement pas très désireux de sauver le château de la ruine après le départ des Teutoniques. Au milieu du romantisme en Europe au 19ème siècle, un groupe d'artistes berlinois a visité Malbork et a décidé de contribuer à sa préservation. À l'aide d'une documentation détaillée créée avec grand soin par les conservateurs précédents, le château a été reconstruit après avoir été presque détruit pendant la Seconde Guerre mondiale et semble identique à son apparence il y a des siècles. En 1961, le musée a été créé et le complexe du château est devenu ouvert au public.

Visite du château

Salle gothique dans le château de Malbork, Pologne. Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le palais des grands maîtres, situé sur le côté droit de l'entrée du château du milieu, fait face à la rivière et dispose d'un haut plafond voûté de palmiers, d'un système de chauffage romain et de murs décoratifs. Cela fonctionnait comme le domicile du chef politique et spirituel de la forteresse, où il recevait des invités. Surmonté d'une magnifique voûte en éventail, le grand réfectoire - la plus grande salle à manger du château - est également situé dans le château du milieu, avec une infirmerie.

Couloirs gothiques à Malbork

De l'autre côté de la cour, vous trouverez un musée présentant une collection d'armes d'époque, d'artefacts et d'ambre. La région est connue pour cette résine d'arbre et a grandement contribué au bien-être économique des chevaliers à leur apogée. Le château a été construit en partie avec l'aide du commerce de l'ambre, des dons et des concessions de terres. Vous trouverez également deux boutiques de souvenirs, vendant de l'ambre et des insignes médiévaux.

Malgorzata Symons, une expatriée américaine vivant à Varsovie, a récemment visité Malbork avec son mari et ses enfants lors d'une excursion d'une journée au départ de Gdańsk. Elle aimait la grande salle, voyant l'ancien système de chauffage et les serrures de porte uniques. «Mon enfant de trois ans a vraiment apprécié les salles de bal et y imaginer les fêtes. Mon enfant d'un an a apprécié les espaces ouverts où il a pu explorer », a-t-elle partagé.

Les enfants profitent du château de Malbork

Au-dessus d'un autre pont-levis, vous arriverez à la partie la plus ancienne du château - High Castle, la zone monastique quadrilatérale qui abritait autrefois 50 à 60 chevaliers. Une haute tour et deux étages de bâtiments cloîtrés en briques entourent une cour avec un puits reconstitué avec un pélican en bronze et ses poussins au sommet. On croyait que le pélican, un symbole de Jésus, dans l'Europe ancienne, se déchirait la poitrine avec son bec pour nourrir ses petits pendant les périodes de famine (bien que les oiseaux ne le fassent pas en réalité).

L'élément le plus frappant du château - l'église Sainte-Marie - est accessible par une porte gothique. L'église a subi de graves dommages pendant la guerre et les visiteurs ont un aperçu de la restauration (briques de différentes couleurs) et de la brique nue ravagée par le temps et les incendies nourris. La Croix Noire, symbole de l'ordre, veille à l'intérieur d'une enceinte vitrée. La chapelle Sainte-Anne, où 12 grands maîtres sont enterrés, se trouve sous l'église de la Vierge Marie. La boulangerie et la cuisine du château vous transportent à l'époque teutonique, avec les types de casseroles utilisées et les plats préparés.

Photo de la vieille église à l'intérieur du château de Malbork, Pologne

"Le château de Malbork a certainement ses défis lors d'une visite avec un enfant de un et trois ans, mais même nos enfants pouvaient ressentir l'immensité du château, la richesse de son histoire et la grandeur impressionnante du terrain", a expliqué Symons.

Caractéristiques uniques

Dans le palais du Grand Maître et dans d'autres zones accueillant des invités, vous remarquerez un système intéressant où la chaleur émane d'un hypocauste, un espace sous le sol utilisé pour envoyer de l'air chaud vers les bouches d'aération. Cette invention romaine a été largement utilisée dans les châteaux tout au long du Moyen Âge.

Une caractéristique unique développée pour la première fois au château de Malbork est le Dansker, une tour de latrines reliée par une passerelle au château qui facilitait le passage aux toilettes. De l'autre côté des couloirs, de petites figures gothiques indiquent le chemin vers les toilettes les plus proches.

Se rendre au château de Malbork

Vue aérienne du château teutonique de Malbork

Il y a deux façons de se rendre au château de Malbork. L'une consiste en une excursion en croisière. La croisière Viking Homelands visite des ports le long de la côte baltique, y compris Gdańsk en Pologne, où vous pourrez prendre un autocar à la campagne pour une visite du château de Malbork avec un guide local. Une autre façon est le train à grande vitesse Pendolino, depuis les gares de Gdansk de Glowny ou de Varsovie.

Une fois sur place, vous pouvez faire une visite audio autoguidée avec GPS. Symons a particulièrement apprécié cela avec ses enfants. « Typiquement, je passe à côté de l'histoire des sites en ne faisant pas la visite audio. La plupart des visites audio ont tendance à être trop difficiles à apprécier tout en ayant à encercler les enfants, mais la visite audio guidée par GPS de Malbork a facilité la modification de la visite pour l'adapter à nos besoins.”

Admirer de belles poignées de porte au château de Malbork

Comptez deux à trois heures pour parcourir ses impressionnantes salles et ses couloirs gothiques. Vous pouvez laisser vos affaires volumineuses dans les casiers de la billetterie. Le bureau dispose également de toilettes et de rafraîchissements.


Château de Malbork : la merveille de brique

Le château de Malbork, dans le nord de la Pologne, porte deux plumes sur son chapeau. Non seulement c'est le plus grand château du monde mesuré par la superficie, c'est aussi le plus grand château en briques du monde.

Le château a été construit au 13ème siècle par les chevaliers teutoniques, un ordre religieux catholique allemand de croisés, après la conquête de la vieille Prusse, afin de renforcer leur propre contrôle de la région. Au cours des cent années suivantes, le château a été agrandi, embelli et fortifié jusqu'à ce qu'il devienne le plus grand château du monde.

Château de Malbork dans la région de Poméranie, Pologne. Photo: Darios/Shutterstock.com

Le château de Malbork, ou Marienburg, se dresse sur la rive basse de la rivière Nogat, à environ 40 km de la mer Baltique. La rivière forme une frontière naturelle avec le site allongé de 52 acres où se trouve le château. Les deux autres côtés sont protégés par des marais, ne laissant que le côté sud du château à défendre. Ce côté est fortifié le plus formidablement par des murs et des tours. Dans cette enceinte se trouvent trois structures défensives autonomes reliées entre elles par un réseau complexe de fortifications.

Le château extérieur abritait les bureaux, le personnel de service et les ateliers nécessaires pour soutenir cet ordre militant. Le château du milieu était le centre administratif et abritait également les quartiers des invités. Le Château Haut était le cœur de cette forteresse monastique avec églises, salle capitulaire, dortoirs, réfectoire, cuisine etc.

Le château a été construit en briques car les pierres de construction de qualité faisaient défaut dans la région. Cependant, une base solide était nécessaire pour que le château résiste aux envahisseurs. Ainsi, les quatre à sept premiers pieds de tous les murs ont été construits avec des rochers de rivière, remplis de pierres plus petites. Les briques étaient fabriquées et cuites sur place dans la cour extérieure en utilisant la boue des berges de la rivière. Plus tard, la construction en briques a été déplacée sur la rive opposée de la rivière. La pierre était utilisée avec parcimonie, mais uniquement pour les éléments décoratifs, notamment dans les entrées de l'église et de la salle capitulaire. On estime qu'entre sept et trente millions de briques ont été utilisées dans sa construction.

La position stratégique du château de Malbork sur la rivière a donné aux chevaliers teutoniques le monopole du commerce fluvial, leur permettant de percevoir les péages fluviaux des navires de passage. Le château est resté avec les chevaliers pendant environ 150 ans, jusqu'à ce qu'il soit saisi par l'armée polonaise en 1457 pendant la guerre de Treize Ans. Il est devenu la résidence royale des rois polonais pendant les 300 prochaines années, plus de deux fois plus longtemps qu'il était le siège de l'Ordre teutonique.

Lors de la première partition de la Pologne en 1772, le château était devenu très négligé et par conséquent était utilisé comme hospice et caserne pour l'armée prussienne. En 1794, une étude structurelle du château a été menée pour décider s'il fallait garder le château ou le démolir. Les croquis du château et de son architecture qui ont été réalisés lors de l'enquête par l'architecte prussien David Gilly, qui était également le chef du département de l'autorité du bâtiment du gouvernement, ont été publiés par le fils de Gilly quelques années plus tard. Ces gravures ont amené le public prussien à « redécouvrir » le château et l'histoire des chevaliers teutoniques.

Après la guerre de la sixième coalition, le château est devenu un symbole de l'histoire prussienne et de la conscience nationale. Peu de temps après, la restauration du château a commencé, qui s'est poursuivie par étapes pendant plus de cent ans.

Pendant le régime nazi, le château a été transformé en lieu de pèlerinage. Les nazis ont fréquemment utilisé l'imagerie des chevaliers teutoniques dans leur propagande et leur idéologie, décrivant les actions des chevaliers comme un précurseur de la conquête nazie de l'Europe de l'Est. En particulier Himmler, qui était obsédé par l'Ordre teutonique et voulait voir les SS comme une incarnation moderne de l'ancien Ordre. Le château teutonique a servi de modèle à de nombreux châteaux de l'ordre construits par Hitler.

Ironiquement, malgré ces références à l'histoire de l'Ordre teutonique dans la propagande nazie, l'Ordre lui-même a été interdit par Hitler parce qu'il croyait qu'à travers l'histoire, les ordres militaires et religieux catholiques avaient été des outils du Saint-Siège et, en tant que tels, constituaient une menace pour le régime nazi.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il y a eu beaucoup de combats dans la région et le château a été gravement endommagé par les bombardements alliés. Près de la moitié du château a été dévasté. Au cours des soixante-dix années suivantes, le château a été lentement remis en forme. Les travaux se sont achevés il y a un peu plus de quatre ans (2016).


L'Ordre teutonique

L'Ordre des Frères de la Maison allemande de Sainte-Marie à Jérusalem, également connu sous le nom d'Ordre teutonique, existe depuis environ 1190 après JC, formé pour aider les chrétiens lors de leurs pèlerinages en Terre Sainte. L'un de leurs principaux objectifs était de créer des hôpitaux. Bien qu'ils aient été établis en tant qu'ordre militaire dès le début, l'effectif militaire était petit et la plupart des membres de l'Ordre teutonique se concentraient sur une grande variété de tâches.

Actuellement, leur résidence est située à Vienne. Dans les temps modernes, il est devenu un ordre catholique purement religieux. La plupart de leurs châteaux sont ruinés ou transformés en musées. Les plus célèbres sont situés en Pologne, comme Radzyń Chełmiński, Malbork et Toruń.

Image vedette : Principal : Château teutonique de Malbork, Pologne ( domaine public ). En médaillon : Portrait de Werner von Orseln ( domaine public ).


Sortie à Gdansk : le meurtre de Malbork

S'il vous arrive de flotter sur la paisible rivière Wisla, dirigez-vous vers la petite branche appelée le Nogat, et vous arriverez à une forteresse gothique de conte de fées et à une histoire intrigante du château de Malbork, meurtre inclus !

Débarquez sur la rive opposée et vous ne verrez que cet imposant monastère fortifié du XIIIe siècle. La vue est particulièrement magnifique au coucher du soleil.

Bien sûr, il y a de fortes chances que vous n'arriviez pas en radeau fluvial, mais plutôt de manière moins romantique en train ou en route depuis Gdansk, à seulement 60 km (1 heure). C'est une excursion d'une journée qui en vaut la peine, qui laisse libre cours à l'imagination, surtout en dehors de la saison touristique. Je suis ici un jour de mars pluvieux et j'ai l'énorme château presque pour moi tout seul.

Alors, qu'est-ce que Malbork ? Énorme, c'est sûr ! Par superficie – 21 hectares ! – c'est le plus grand château de briques du monde.

Et qui a construit cette monumentale construction médiévale ? Connaissez-vous les chevaliers teutoniques ? Ils ont été formés pour aider les chrétiens en Terre Sainte, c'est-à-dire en Palestine. Cette joyeuse bande de moines avait également un penchant pour la conversion des gens au christianisme et utilisait souvent la célèbre tactique de conversion ou de mort.

Comme la Palestine était perdue aux mains des hordes islamiques, nos Chevaliers avaient besoin d'une nouvelle base et en ont trouvé une ici en Pologne. Le roi de Pologne ne savait pas qu'il avait affaire à des meurtriers brutaux. Plutôt que de protéger les citoyens de la ville voisine de Gdansk, les chevaliers les ont brutalement tués en 1308. 102 ans plus tard, le karma a reculé, lorsque les chevaliers ont été vaincus à la bataille de Grunwald. Mais les chasser de Marienburg, le nom teutonique de Malbork, s'est avéré une proposition un peu plus difficile.

Cependant, l'ordre teutonique a décliné (cela arrive au meilleur d'entre nous), et en 1457, le roi polonais Casimir IV a repris le château. Avance rapide d'environ 300 ans, et Malbork était aux mains de la Prusse royale après la partition de la Pologne en 1772. Les Prussiens, militaires comme ils étaient, pensaient que la meilleure utilisation de ce magnifique château était de le réduire à des casernes. Qui a besoin de toutes ces tours, de ces murs, de ces fenêtres et de cette décoration de toute façon ? Avance rapide encore plus loin, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, lorsque les Soviétiques ont fait encore plus de dégâts – bombardements et autres. Au milieu du 20e siècle, il ne restait plus grand-chose de cet édifice autrefois splendide.

Heureusement pour vous, alors que vous passez lentement à la dérive, Malbork a été fidèlement reconstruit. Aujourd'hui, il a l'air glorieux. Le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO a été si impressionné qu'il a ajouté le château à sa prestigieuse liste en 1997.

Alors, que pouvez-vous voir au château de Malbork ? Pourquoi, une collection d'armes, bien sûr. Ne serait-ce pas un vrai château sans, maintenant, n'est-ce pas ? Ensuite, il y a l'ambre - un très bon musée de l'ambre, en fait. Et des chambres présentant le style de vie teutonique. Tous très impressionnants.

L'audioguide que vous obtenez à l'entrée comprend 38 arrêts. Traversez d'abord le pont-levis, puis les portes de la cour, et arrêtez-vous au Palais des Grands Maîtres et à la Salle des Chevaliers, une immense salle de 450 m2 au plafond particulièrement impressionnant. Ensuite, jetez un œil à la belle église Sainte-Marie, où les moines sont allés prier – accessible par le Golden Gate, qui joue un rôle dans le meurtre que j'ai promis (patience, patience…). Vous pourriez également être intéressé de voir les toilettes des moines en haut de sa propre tour - et leur cuisine. Bien sûr, il y a aussi des kilomètres et des kilomètres (ou c'est ce qu'il semble) de longs tunnels, couloirs, couloirs et tours.

L'audioguide signale de petits éléments intéressants tout autour de l'endroit : regardez le plafond ici et trouvez la statue cachée là. Du plaisir pour tous les âges. Prévoyez au moins une demi-journée pour voir l'intérieur du château.

Fait étrange : à l'époque d'Adolf, les Jeunesses hitlériennes et la Ligue des filles allemandes utilisaient le château de Malbork comme lieu de pèlerinage chaque année.

Meurtre à Malbork

Il était une fois un chevalier teutonique nommé Werner von Orseln. Ce noble allemand fut choisi comme Grand Komtur (en second après le Grand Maître) à Malbork en 1314. Puis survint un coup d'État. Von Orseln a naturellement soutenu le Grand Maître de l'époque qui l'avait nommé (on veut être loyal, on ne veut pas) et, par conséquent, il est parti en exil avec tous les deux. Les machinations politiques ne sont jamais faciles, n'est-ce pas ?

von Orseln est revenu, avec l'intention de rétablir la discipline et l'ordre, et a été élu Grand Maître en 1324. Il a entamé des négociations avec le roi de Pologne sur la Poméranie contestée, annexée par nos chevaliers après qu'ils ont pris Gdańsk en 1308, mais les négociations ont nulle part. Nothing for it, then: war was in order.

During this war, our friend von Orseln was murdered by a mad monk, one Johan von Endorf. Or so it is said. But was he mad? And was he a murderer? And who indeed was this Endorf? A criminal monk, it would appear, and one referred to by many names: Biendorf, Grondorp, Dyngdorff and Stille are but a few. To this day, all is unclear.

On 18th November 1330, Endorf arrived in Malbork to speak with the Grand Master. And so he did, in von Orseln’s private chambers, no less. Endorf, you see, wasn’t happy with his current posting and wanted to be sent elsewhere. However, von Orseln would have none of it, and ordered him to return. Naturally, Endorf was none too pleased. He waited for von Orseln to come out of the chapel after prayers, and stabbed him near the Golden Gate. Von Orseln died.

A juicy murder such as this will of course be contested. Que s'est-il vraiment passé? Was there a conspiracy? Was there a lone shooter at the school book depository – or was someone sinister hiding by the grassy knoll? Oops, wrong murder.

The trial concluded that Endorf was mad as well as guilty, and he was given a life sentence. But was he the culpable crackpot he was deemed to be? If he was such a lunatic, why didn’t he attack von Orseln when they were alone together in the Grand Master’s quarters?

If not Endorf, then who was behind this murder? Who might have wanted the Grand Master dead? Polish or Lithuanian nobility, perhaps?

Sadly, if we can’t find out what really happened one November day in 1963 in Texas, chances are even slimmer of finding out what happened one November day in 1330 in Malbork.

The Castle of the Teutonic Order in Malbork is a UNESCO World Heritage site.
Here are more heritage sites around the world.


Château de Malbork

Region: Pomorskie

Other names: Zamek w Malborku (Castle in Malbork), Krzyżacki Zamek w Malborku (Teutonic Order Castle in Malbork), German name: Marienburg.

One of many castles build in northern Poland by the Teutonic Order of Holy Mary in Jerusalem, a knight&rsquos order limited to the German aristocracy, which was sent there in 1225 by the Pope to convert the local pagan population into Christianity. In 1226 the Order was given land as a feud from Polish Duke Konrad of Mazovia, with an aim to protect Poland against the attacks of pagan Prussians. The Teutonic Order grew quickly in power. With all their might the Teutonic knights exterminated Prussians, repressed local Christian population, started to threaten Poland. The bloody wars were fought and finally in 1525 in Krakow, The Grand Master of the Order Albrecht Hohenzollern swore on his knees the allegiance to Polish King. Today the Theutonic Order capital Malbork (Marienburg) is certainly one of the biggest gothic castles remaining in the world.

Histoire: Castle in Malbork was built from red brick, along the river Nogat, on a flat surface of ca. 8000 with the smaller Middle Castle inside and still smaller High Castle built on a hill, on a rectangle surface of 60x80m. The construction began in 1275. Malbork has been since 1309 the capital of The Teutonic Order Of Holy Mary in Jerusalem. Malbork was taken by the Polish army in 1475 and became one of the residences of Kings of Poland until 1772, when it was taken by the Kingdom of Prussia, to be devastated in the years after. At the beginning of XIX century, after protests of the German society the castle&rsquos demolition has been stopped in 1803 and since 1817 until ca.1940, the Malbork castle has been constantly reconstructed, under the guidance of several important German architects, with the best work done by the team of the historian Konrad Steibrecht in the years 1882-1921.
During the Nazi era, a scene of the official ceremonies of the Hitler&rsquos regime. In 1945, at the end of the WWII, the castle was defended by the Germans against advancing Red Army and during these fights seriously damaged. Additionally, its newly constructed roof burnt in 1959. In the years after, the serious reconstruction work continued to restore the Malbork castle to its previous glory.

The feel: Huge red brick castle. Germanic, gothic, authentic, impressive through its size and ingenuity.

Today: A well-preserved medieval gothic castle and a museum. Inscribed in 1997 on the UNESCO World Heritage list.

Opening hours: High season (from 15 of April to 15 of September): Castle Museum is open 9.00&ndash20.00. The exhibition rooms and the castle interiors close one hour earlier (at 19.00). The box-office is opened from 8.30&ndash19.30. Low season (from 16 of September to 14 of April): Castle Museum is open 10.00-17.00. Exhibits and interiors will be open 10.00-15.00. In July and in August English and German spoken visitors, will be to buy tickets, with included foreign language guide price. Visiting Castle with the English guide starts at: 11.00, 13.30 and 15.30. Visiting Castle with the German-speaking guide starts at: 10.30, 13.00 and 15.00.

Closed: Mondays, 25th of December 1st of January and selected public holidays. You will be able to get to the castle grounds when the museum is closed.

Admission: adults 19.- PLN (&euro 4,75), reduced ticket (children up to 7 years old, school youth, students) 12.- PLN (&euro 3,-)

How to get there: By car &ndash from Gdańsk, 82km, direction Nowy Dwór Gdański, by the international road E77 (Polish:7), after 58km, in Nowy Dwór Gdański turn right into the national road no.55 direction Malbork and continue for 24km. From Warsaw, ca.315km, by the international road E77 (Polish:7) direction Gdańsk. After ca.275km in the town of Elbląg turn left into the national road no.22 direction Malbork and continue for 29km.

Facilities and Attractions: Conference Centre 'Karwan', music concerts, knights tournaments.

Adresse:
Muzeum Zamkowe w Malborku, ul. Starościńska 1, 82-200 Malbork
telephone: +48 55 647 08 00, ticket office:+48 55 647 09 76

Castle Malbork pictures
Free pictures of the Teutonic Order Castle in Malbork to illustrate your web site.
Author: Łukasz Chudorliński for © castles.info

Nearby cities: Sztum, Kwidzyń, Elbląg, Gdańsk

Nearby castles: The Sztum Castle, The Kwidzyń Castle


Bearing witness to a brighter moment in Poland’s history: Visiting Malbork Castle

History hangs heavy over Poland, a country that has suffered more than most from war, conquest and subjugation before finally re-emerging free once again in the 20th century. But Malbork castle, just outside Gdansk, bore witness to one of the brighter moments in the country’s story.

Built by the Teutonic Knights in the 13th century, Malbork was one of a chain of fortresses built by the warrior monks to cow the local inhabitants of the lands they conquered in what is in modern day Poland, the Baltic States and the Russian province of Kaliningrad.

Driven out of the Holy Lands at the end of the 12th century, the Teutonic Knights, an order of Christian warrior monks, went first to Hungary and after being expelled from there, turned their crusading zeal to Prussia, at that time a land inhabited by pagan tribes.

Originally built as a fortified monastery, Malbork, or Marienburg to give it its Germanic name – meaning Mary’s Castle in honour of the order’s patron saint St Mary – was steadily enlarged and embellished after 1309 when the seat of the Grand Master of the order moved there from Venice.

Beyond its purely military application, Malbork is also very fine example of gothic architecture, as the castle’s listing on the UNESCO World Heritage site highlights:

“Malbork Castle is the most complete and elaborate example of the Gothic brick castle complex in the characteristic and unique style of the Teutonic Order, which evolved independently from the contemporary castles of Western Europe and the Near East.

“Many of the methods used by its builders in handling technical and artistic problems greatly influenced not only subsequent castles of the Teutonic Order but also other Gothic buildings in a wide region of north-eastern Europe.”

The castle still retains a huge outer wall which was once surrounded by a moat, an inner much thicker ring of defences within which stands a mighty keep dominating the surrounding land and presenting a formidable defence.

Malbork was meant to be more than just a fortress. As the headquarters of the order, it was designed as much a lavish palace as a castle. Even with its now bare interior walls, it is clear that Malbork was designed for the kind of opulence that are associated with the Gulf states.

The grand master’s apartment is adorned with elegant green and gold leaf designs that can still be seen. The banqueting hall (into which the grand master could spy from his apartments), is a huge space that could have accommodated hundreds of people and provided the local nobility, for that is what the knights had become, with all the entertainment expected in an medieval court.

Elsewhere in the grounds of the keep storeshouse and gardens are in evidence, allowing the castle not only to provide its own food and wine during for its inhabitants and guests but also as a source of supply in case the castle was besieged.

Heavily restored but still impressive is the order’s chapel house, while much of the original art work was destroyed in later conflicts, some of the original sculptures remain and an excellent renovation job has gone a long way to restore the quiet magnificence of the original building.

Malbork was also an important a centre of trade and industry, as the many exhibitions inside the castle testify.

Built next to the Nogat river, the castle was on the route from the interior of Poland to the sea and the knights controlled the monopoly on amber and other goods travelling up the river to the Hanseatic cities such as Gdansk.

One of the exhibitors in the castle charts the amber trade. A huge natural flow of the prehistoric sap ran beneath the territories of the Teutonic Knights and once mined was worked into jewellery and art works that were exported across Europe.

Elsewhere the castle mixed functionality with military considerations. The ‘Toilet Tower’ which could be reached by underground passageway from the main keep was laced with explosives to prevent to allow it to become a final bastion and refuge if the rest of the castle was captured.

When the city became a member of the Hanseatic League, many Hanseatic meetings were held at Malbork and the city had many of its own industrial foundries, including blacksmiths and stables in part to support the Teutonic Knights military forces.

From the beginning Malbork would become a hated symbol of the imperialism of the German invaders and its neighbours the kingdoms of Poland and Lithuania determined to expunge the knights from their lands.

A series of wars during the 13th century culminated in a campaign in 1410 when the combined armies of Lithuania and Poland bed by the Polish king Władysław II Jagiełło and Vytautas crushed the knights at the battle of Grunwald.

They followed this victory up by besieging Malbork but after two months with supplies running low and relief armies on the way the Poles and their Lithuanian allies withdrew.

While the knights continued to pose a threat, after Grunwald their power was diminished and 40 years later the Poles returned during the thirteen years war to finally try to capture the great fortress. Once again they failed to evict the invaders and the siege ended due to defeats elsewhere and the collapse of the Poles allies.

The knights struggled to pay the mercenaries they had hired to defend the castle and when they left the Polish Casimir IV Jagiellon was able to enter the fortress in triumph.

Malbork would become the seat of the Polish kings and its history would ebb and flow with their fortunes and those of their country. During the 17th Century Malbork was attacked and captured again, this time by the invading Swedes during the thirty years war before being recovered.

With the close of the 18th century Malbork shared in the fate of Poland when it was handed over to Prussia during the first partition of the country. It would remain under German control for the next 150 years, apart from a brief seven year interlude during the Napoleonic Wars.

Finally with the emergence of a free Polish Republic in 1919 Malbork once again became Polish but the fortress would not escape the next invasion in 1939.

While Malbork Castle today appears to be one of the most well preserved medieval structures in Europe, sadly the reality is much of this is due to decades of tireless conservation work.

In 1945 as the Red Army advanced in the closing days of World War II, Malbork Castle became like so many other historic Polish cities and buildings a battleground. The Red Army’s artillery smashed huge holes into the walls and buildings of the castle, including almost completely destroying the castle’s chapel, as show in black and white photos on show today near the visitor centre.

The wars between the Polish kings against the Teutonic Knights of that period would take on mythical importance in the national identities of Poles, Germans and Russians, culminated in what Adolf Hitler believed was the final showdown between races during World War II.

In that sense Malbork Castle was a victim just as the rest of Poland suffered in that period, but the conservation work done to restore it to its former glories is testament to reconstruction efforts of its people and despite being symbol of foreign invasion, it is as now as much a source of national pride.


Malbork is a wonderful piece of history..and has been wonderfully restored after the terrible distruction during WWll.. How sad to try to wipe out the pride of the Polish people. Our tour was very well done and we could have stayed hours more. So beautiful.

There is something about big sprawling castles that unlocks the child in me. Malbork certainly did that, for as soon as I had traversed its draw bridge and penetrated its defensive walls I wanted to run and look down every corridor and creak open every heavy wooden door.

The castle is massive and it dominates the town of Malbork. You can see it from miles away, and the view from the train as you cross the river from the north is a hugely impressive way to enter a town.

The castle was badly bombed during the Second World War, but the restoration has been remarkable, returning the structures to their original grandeur whilst making it possible to see what has been rebuilt by looking at the patterns of the bricks. The striking interior of the chapel shows the restoration very well.

Scattered around the castle are several displays of art works and I particularly liked the gothic sculptures and the images of its use during the Nazi occupation. Its role as the former base of the Teutonic nights proved a wonderful propaganda coup for the Third Reich. I don't think I visited the entire interior as it is a very large castle, however I did really enjoy just wandering off down dead ends providing unexpected glorious views of the ramparts.

Malbork is a very impressive castle with an intriguing history and it makes a very worthwhile trip Gdansk though do try to get the express trains if possible as the regional ones were fiendishly and needlessly slow.


Voir la vidéo: Schloss Marienburg. Marienburg Castle. Château de Marienburg. Joshua Lifou