Sarcophage d'Eshmunazor II

Sarcophage d'Eshmunazor II


Sarcophage d'Eshmunazar II

Le sarcophage de Eshmunazar II (Phénicien: mnʿzr ), un roi phénicien de Sidon et le fils du roi Tabnit (peut-être le grec Tenes), a été créé au début du 5ème siècle avant notre ère. Il a été mis au jour en 1855 sur un site près de Sidon et se trouve aujourd'hui au Louvre. Le sarcophage a probablement été créé en Égypte, étant sculpté à partir d'amphibolite de Wadi Hammamat.

L'inscription indique que le "Seigneur des Rois" a accordé aux rois de Sidonie un territoire en Palestine : Dor, Jaffa, la plaine de Sharon. [1]

L'inscription est la première découverte en langue phénicienne de la région connue sous le nom de Phénicie. [2]


Le sarcophage d'Eshmunazar II a été volé à sidon au liban et mis en l&# x27ouvre musée paris france. Signez cette pétition pour que nous puissions la ramener au Liban ce qui nous renforcerait culturellement

S'il revient, il sera d'une manière ou d'une autre volé ou explosé.

Laisse le ici. Ce pays n'est pas digne de son histoire.

Pourquoi? Qu'est-ce que la corruption a à voir avec ça ?

gardez-le là où les gens peuvent apprécier l'art. Le Liban est débordé démographiquement de sauvages.

Si les artefacts culturels nous "renforçaient culturellement" d'une manière ou d'une autre, nous serions déchirés en termes de culture. Mais nous ne sommes pas parce que nous ne gérons pas la merde et ça ne marche pas comme ça hahaha

Lol anjad nous avons besoin d'un cadavre pour nous renforcer Quelle tristesse

Non seulement le Louvre et 10 000 autres musées ont volé notre histoire. Tout doit être retourné

Enfin quelqu'un qui n'est pas trop négatif

Il serait soit volé, bombardé pendant la guerre, soit même pas encore fouillé.

gardez-le mieux que de le vendre sur un marché noir à la seconde où ils reviennent ici

. ouais eh bien, nous devons d'abord revoir le délai de prescription des vols. ce sarcophage a d'abord été volé dans une tombe égyptienne, envoyé à Sidon où les inscriptions égyptiennes ont été effacées et des inscriptions phéniciennes inscrites dessus afin que ce type puisse s'enterrer. Si les statuts s'étendaient aux Français jusqu'aux années 1800, s'étendraient-ils également à nous en Colombie-Britannique ? C'est compliqué maintenant. Chut... ne le dites pas aux Égyptiens. Maman est le mot. :)


Descriere

Sarcofagul în stil antropoid egiptean este format dintr-un bloc solid, bine lustruit, de amfibolit albastru-negru . Măsoară 256 centimetri (8,40 ft) lungime, 125 centimetri (4,10 ft) lățime și 119 centimetri (3,90 ft) înaltă.

Capacul prezintă o sculptură în relief a figurii unei persoane decedate în stilul sarcofagelor mumiei egiptene. decedatul este portretizat cu un zâmbet plăcut, înfășurat până la gât într-un giulgiu gros lăsând capul descoperit. Decedatul poartă o perucă mare nubiană , o barbă falsă împletită și un guler Usekh care se termină cu capete de șoim la fiecare dintre extremitățile sale, așa cum se vede adesea la gâtul mumiilor egiptene.

Originea și datarea sarcofagului

Sarcofagele antropoide egiptene ale lui Eshmunazar al II-lea și cele ale tatălui său Tabnit au fost fabricate în timpul celei de-a 26-a dinastii a Egiptului (664-525 î.Hr.). Sarcofagele egiptene similare , cu fețe largi caracteristice plinute și pătrate, și corpuri netede nearticulate, se tie că au fost produse în zona Memphis , în timpul domniei lui Psamtik II (cca. ( 570-526 î.Hr.).

Sarcofagele găsite în Sidon au fost fabricate inițial în Egipt pentru membrii elitei egiptene antice, dar au fost apoi transportate în Sidon și destinate înmormântării regilor sidonieni. Fabricarea acestui stil de sarcofage din Egipt a încetat în jurul valorii de 525 î.Hr. cu căderea dinastiei 26 , postulează , prin urmare , Elayi că sarcofagele au fost confiscate și aduse Sidonului de sidonieni în timpul participării la Cambyses al II - lea e cucerirea Egiptului în 525 î.H .

În timp ce sarcofagul Tabnit , aparținând tatălui lui Eshmunazar al II-lea, a repartizat un sarcofag deja dedicat pe fața sa cu o lungă inscripție egipteană în numele unui general egiptean, sarcofagul folosit a sarcofagul folosit a pentru o lungime completă dedicare în fenicieni pe o suprafață curată. Potrivit lui René Dussaud , noul sarcofag ar fi putut fi comandat de mama sa supraviețuitoare, regina Amoashtart, care a aranjat să se facă inscripția.

Sarcofagele au fost probabili, cel puțin parțial, capturate ca pradă de regii Sidoni. Herodot relatează un eveniment în care Cambyses II „a jefuit un cimitir la Memphis, unde au fost deschise sicriele i au fost examinate cadavrele pe care le conțineau”, oferind foarte probabili ocazia în care sarcofagele au fost îndepărtate i u. Acesta este mai ales cazul sarcofagului din Tabnit, care a fost deja dedicat unui militar numit Penptah și poate că a fost desacrat, in timp ce sarcofagul neterminat, care nu a fost încă dedicat, din Eshmunazar ar fi putut fi ob-inut Memphis.

Aceste sarcofage (al treilea aparțineau probabili reginei Amoashtart), sunt singurele singurele sarcofage egiptene care au fost găsite vreodată în afara Egiptului propriu-zis.

Evoluie ulterioară

Sarcofagele din Tabnit și Eshmunazar au servit probabili ca model pentru sarcofagele ulterioare din Sidon. După Tabnit i Eshmunazar II, sarcofagele au continuat să fie folosite de demnitarii fenicieni, dar cu evoluții stilistice marcate. Aceste sarcofage local, construit din secolul al V-lea î.Hr. până în prima jumătate a secolului al IV-lea î.Hr., și numite în general „sarcofage antropoide”, au continuat să fie sculptate sub forma unui corp neted, fără formă, dar au folosit marmură albă și fețele au fost sculptate stiluri elene mai realiste , posibil de artiști greci. Nu este sigur dacă au fost importate din Grecia sau produse local. Acest tip de sarcofage feniciene au fost găsite în toată Marea Mediterană în ruinele coloniilor feniciene.


Carte des premiers emplacements des mages phéniciens fondés par le Noé biblique

Carte des premiers emplacements des mages phéniciens fondés par le Noé biblique

Géographiquement, il semble que le premier navire phénicien soit verrouillé au sommet du mont Ararat. Si seulement des investigations étaient autorisées sur ce site, cela confirmerait peut-être une fois pour toutes cette théorie des mages phéniciens mais elle est réservée à tout le monde depuis très longtemps. Après avoir atterri là-bas, nous voyons des preuves que Noé biblique a peut-être été l'un des premiers mages à suivre le recul de l'eau pour construire Göbekli Tepe. De là, il a continué vers l'ouest et a fondé l'empire phénicien dans le Liban moderne. Mais à l'époque, il s'appelait Sidon d'après le nouveau petit-fils de Noé du même nom. Cette théorie suggère que Noé et les autres mages phéniciens ont laissé des empreintes de leurs constructions non seulement en Turquie, mais qu'ils se sont étendus par voie terrestre et maritime pour couvrir le globe entier. Les pièces qu'ils ont laissées contiennent une carte au fond de la Terre entière. D'autres preuves en sont la Bulgarie, tout comme la comparaison avec la connexion Internet universelle Magi établie entre le Perperikon et le Mont Cheminis offrant des tables.

Culturellement, nous voyons cette expansion de Magi à Egypte théorie que possible parce que les Phéniciens ont également utilisé des momies, des Sphinx, des ovnis mages et ont construit d'impressionnants mégalithes de pierre alignés avec le ciel. Cela présente l'idée que les Phéniciens et leurs traditions mages étaient ceux qui ont vraiment aidé à construire la grande pyramide en Egypte et plus encore. Ils auraient utilisé le Miroirs Mages et d'autres outils chamaniques comme le Corps de lumière mages pour aider dans leur construction. Il y a aussi une chance qu'ils aient construit Stonehenge et d'autres Dolmans trouvés dans le monde.

Bibliquement parlant, nous savons maintenant que le disque ailé porté par les Phéniciens correspond aux roues dans les roues vues par Ézéchiel à Babylone. Dieu à l'intérieur de ce disque s'appelait Ashur, d'où Noé avait également un autre petit-fils nommé. De plus, nous savons que les trois mages qui suivaient l'étoile jusqu'à la crèche adoraient le même dieu du disque ailé des Phéniciens. Donc, essentiellement, les Phéniciens ont été les premiers à connaître l'arrivée de Jésus sur Terre et les premiers à lui rendre visite. De plus, les preuves linguistiques montrent que Jésus parlait même l'araméen plus proche de la langue phénicienne que de l'hébreu. Nous savons que le style de texte hébreu n'a pas été plus couramment utilisé jusqu'à des dates ultérieures dans l'histoire. Même le léger ton rouge des cheveux de Jésus correspond à cette lignée phénicienne.

Dans les Amériques, nous voyons des récits de mages phéniciens débarquant avec leurs navires impressionnants et apportant des connaissances. Lorsque vous comparez les représentations d'artistes des deux, vous pouvez voir pourquoi il était si facile pour les premières nations de confondre le conquérant espagnol avec le retour des commerçants phéniciens. Ils avaient tous les deux des cheveux et des barbes similaires et utilisaient des navires impressionnants. Compte tenu des explications actuelles, pouvez-vous penser à un meilleur ajustement pour la légende de Quetzalcoatl que l'idée qu'il était vraiment basé sur un mage phénicien ?

Curieusement, beaucoup de momies phéniciennes suggèrent qu'elles étaient très grandes et que la plupart d'entre elles avaient les cheveux roux. Nous avons également ces récits inexpliqués de momies aux cheveux roux trouvées en Chine, en Russie et aussi en Amérique. Il n'est donc peut-être pas si exagéré de suggérer que cette connexion phénicienne explique d'où viennent tous les géants aux cheveux roux.

Militairement, nous voyons que cet empire phénicien était en conflit avec quelques autres nations puissantes à travers l'histoire. Au début, le conflit était avec les Sumériens et nous voyons qu'ils préféraient utiliser la main courte pour écrire au lieu de la version longue connue sous le nom d'écriture cunéiforme. Sur ce front, ils ont peut-être gagné puisque la plupart des langues utilisées aujourd'hui peuvent retracer leur origine au phénicien. Malheureusement, plus tard, ils ont été envahis par Nabuchodonosor II, détruisant non seulement leur empire au Liban, mais aussi le premier temple de Salomon en terre sainte. Il s'agissait probablement d'une première tentative de voler l'arche des mages et son pouvoir leur enlevait le pouvoir. Beaucoup ont souligné que les récits phéniciens et sumériens étaient la source de la plupart des versions hébraïques de l'Ancien Testament. Mais jusqu'à présent, on ne leur en a jamais accordé le crédit. C'est pourquoi de nombreux enseignements bibliques et kabbalistes semblent très précis à certains égards, mais totalement perdus ou dépourvus de sens réel dans d'autres. Une bataille entre la Bible et l'occultisme s'est formée à partir d'une tradition universelle devenant divisée et incomprise. Enfin, la version arménienne et phénicienne de Jésus laisse moins de trous dans l'histoire que les récits romains. Ils ont suggéré que les mages non seulement étaient les premiers à rencontrer Jésus, mais qu'ils lui ont enseigné presque tout ce qu'il savait. Pour que ces faits soient cachés dans le récit romain, il n'en dit rien mais laisse plutôt un écart de vingt années manquantes.
Maintenant Adeptes des initiés voyez-vous pourquoi nous pouvons avoir le même schéma de développement d'un mystère à chaque fois que les mages sont impliqués ? Les vainqueurs de guerre écrivent les livres d'histoire et lorsque les mages ont perdu, nous avons laissé une histoire incomplète. Chaque fois qu'une version phénicienne perdait une bataille, la véritable histoire était effacée, ne laissant qu'un plus grand mystère. Ainsi, un empire de mages phéniciens est peut-être le plus véridique et le plus mystérieux de tous.


Sarcophage du roi Eshmunazar, 5e siècle avant notre ère

Le sarcophage du roi Eshmunazar, roi de Sidon, contient une inscription phénicienne, longue de vingt-deux lignes, qui nous apprend qu'il construisit plusieurs temples et que Sidon reçut la possession de Dor et Joppé. Il a été découvert en 1855.

Une traduction de l'inscription-

Au mois de Boul, la quatorzième année de la royauté du roi ESHMUNAZAR, roi des deux Sidons, fils du roi TABNIT, roi des deux Sidons, le roi ESHMUNAZAR, roi des deux Sidons, a dit ce qui suit :

Je suis emporté, le temps de ma non-existence est venu, mon esprit a disparu, comme le jour d'où je me tais, depuis lequel je suis devenu muet.

Et je suis couché dans ce cercueil, et dans ce tombeau, dans le lieu que j'ai bâti.

O toi (lectrice) souviens-toi de ceci - Qu'aucune race royale ni aucun homme n'ouvre ma couche funéraire, et qu'ils ne cherchent pas de trésors, car personne n'a caché de trésors ici, ni ne déplace le cercueil de ma couche funéraire, ni ne moleste moi dans ce lit funéraire, en y mettant un autre tombeau.

Quoi qu'un homme puisse te dire, ne l'écoute pas.

Car la punition (des contrevenants) sera – toute race royale et tout homme, qui ouvrira la couverture ou cette couche, ou qui emportera le cercueil où je repose, ou qui me molestera dans cette couche &# 8211 ils n'auront pas de couche funéraire avec les Rephaïm, ils ne seront pas enterrés dans des tombeaux, et il n'y aura pas de fils ou de progéniture pour leur succéder, et les dieux sacrés leur infligeront l'extirpation.

Toi qui que ce soit (tu es qui veux) être roi (ci-après), inspire ceux sur qui tu régneras, afin qu'ils exterminent les membres de la race royale (comme ces hommes) qui ouvriront la couverture de ce lit, ou qui prendront loin ce cercueil, et (exterminer) aussi la progéniture de cette race royale, ou de ces hommes de la foule. Il n'y aura pour eux ni racine en bas, ni fruit en haut, ni forme vivante sous le soleil.

Car honoré des dieux, je suis emporté, le temps de ma non-existence est venu, mon esprit a disparu, comme le jour d'où je me tais, depuis lequel je suis devenu muet.

Car moi, ESHUNAZAR, roi des deux Sidons, fils du roi TABNIT, roi des deux Sidons (qui était), petit-fils du roi ESMUNAZAR, roi des deux Sidons,

Et ma mère AMASTARTE, la Prêtresse d'ASTARTE, notre maîtresse, la Reine, la fille du Roi ESMUNAZAR, Roi des deux Sidons –

C'est nous qui avons construit le temple des dieux, et le temple d'ASTAR0TH, sur le bord de mer de Sidon, et y avons placé l'image d'ASTAROTH, car nous sommes des sanctificateurs (des dieux).

Et c'est nous qui avons construit le temple d'ESMUN, et le sanctuaire de la rivière aux coquillages pourpres sur la montagne, et y avons placé son image, car nous sommes des sanctificateurs (des dieux).

Et c'est nous qui avons construit les temples des dieux des deux Sidons, au bord de la mer Sidon, temple tuile de BAAL-SIDON et le temple d'ASTARTE qui porte le nom de ce BAAL.

Puissent à l'avenir les seigneurs des rois nous donner Dora et Japhia, les terres de maïs fertiles, qui sont dans la plaine tuile de Saron, et puissent-ils l'annexer à la limite du pays, afin qu'il puisse appartenir aux deux Sidons pour toujours .

O toi, souviens-toi de ceci - Qu'aucune race royale et aucun homme n'ouvre ma couverture, ni ne défigure (les inscriptions de) ma couverture, ni ne me moleste dans ce lit funéraire, ni n'emporte le cercueil, où je repose. Sinon, les dieux sacrés leur infligeront l'extirpation et extermineront à jamais cette race royale et cet homme de la foule et leur progéniture.

“Sarcophage du roi Esmunazar, traduit par Julius Oppert, en Documents du passé, étant des traductions en anglais des monuments assyriens et égyptiens, vol. 9 (Londres-Samuel Bagster and Sons, 1877), pp. 111-115.z


Le sarcophage d'Alexandre de Turquie : il se bat héroïquement en haut-relief Mais il n'est pas dans ce chef-d'œuvre

Sidon, une ville portuaire à environ 25 miles au sud de Beyrouth dont la riche histoire remonte à 4000 avant JC, était parmi les plus réussies des cités-États phéniciennes. Au IVe siècle av. Elle changea plusieurs fois de mains avant de faire partie de l'Empire ottoman au XVIIe siècle.

Il n'est donc pas surprenant que lorsque, au milieu des années 1800, les archéologues ont commencé à explorer Sidon, ils ont trouvé des trésors. Les Français ont trouvé (entre autres) un sarcophage ayant appartenu à un roi phénicien nommé Eshmunazar II et l'ont renvoyé au Louvre. Plus tard, un Turc nommé Osman Hamdi Bey, qui avait étudié à Paris, devint directeur du musée archéologique d'Istanbul et commença à diriger ses propres fouilles à Sidon. En 1887, son équipe tomba sur plus de deux douzaines de sarcophages. Beaucoup étaient époustouflants, y compris le Sarcophage des femmes en deuil, qui montre 18 femmes avenantes et élégantes dans diverses expressions de chagrin, il se trouve maintenant au musée d'Istanbul.

Alexandre à la bataille d'Issus

Ce n'est pas le cas, tout le monde dit maintenant. La tombe d'Alexandre n'a jamais été retrouvée (bien que quelques universitaires soutiennent qu'un sarcophage trouvé à Alexandrie et maintenant au British Museum est le sien, le British Museum n'est pas d'accord). Le spécimen en question, qui est néanmoins devenu connu sous le nom de sarcophage d'Alexandre, a probablement été sculpté pour Abdalonymos, un jardinier de sang royal qui a été nommé roi de Sidon par Alexandre en 332 av. (certains savants sont également en désaccord à ce sujet).

Mais il n'y a pas de débat sur son statut de chef-d'œuvre. Le sarcophage d'Alexandre occupe une place d'honneur au musée archéologique et est sans aucun doute une œuvre du plus haut ordre artistique, parmi les antiquités classiques les plus importantes jamais découvertes. Il est totalement intact et dans un état presque parfait. Malgré ses plus de 2 000 ans, il porte des traces des rouges, jaunes et autres couleurs criards qu'il portait autrefois.

Fabriqué en marbre du Pentélique, la même pierre utilisée pour les structures de l'Acropole, le sarcophage raconte une histoire sur chacun de ses quatre côtés. Deux sont des scènes de bataille et deux chasses-spectacles. Alexander, avec son visage déterminé et ses cheveux coupés bouclés, est immédiatement reconnaissable et résolument héroïque. En fait, bien que les représentations sur les frises soient précises quant au style des armes et de la tenue vestimentaire et détaillées jusqu'aux ongles (je ne pouvais pas m'en approcher), et bien qu'elles soient réalistes et non idéalisées, le résultat global contient plus qu'un zeste de propagande.

Le premier et peut-être le plus grand panneau représente la bataille d'Issus en 333 avant JC, le moment crucial où Alexandre de Macédoine a vaincu la Perse pour la primauté en Asie Mineure. L'empereur perse Darius III s'attendait à une invasion et, parce que la réputation d'Alexandre le précédait, choisit de diriger sa propre armée. Mais bien qu'Alexandre était en infériorité numérique, il a déjoué Darius tactiquement, ses troupes ont mené une bataille féroce et sanglante, détruisant l'armée perse.

Sur cette frise, Alexandre chevauche un cheval cabré, charge un Persan et en piétine un autre. La sculpture est si tridimensionnelle qu'elle descend pratiquement de la pierre. Alexandre, son visage intense, établit un contact visuel avec un Persan qu'il cible avec une lance (vraisemblablement faite de métal et manquante, comme le sont toutes les lances faites pour le sarcophage), le Persan se recroqueville de peur. A proximité, une paire de fantassins tout aussi fervents en guerre se prennent à la gorge. Et cela se poursuit tout au long de ce qui pourrait être interprété comme six scènes : l'armée d'Alexandre montre ses muscles, littéralement (en particulier les muscles des jambes), tandis que les Perses sont couverts de pantalons et de couvre-chefs historiquement précis qui cachent les leurs. Vous pouvez lire l'agonie sur le visage d'un Persan mourant, l'un parmi tant d'autres éparpillés sur le sol. L'armée d'Alexandre montre simplement de la détermination.

Sur la longue frise opposée, en revanche, les choses ont changé. Alexandre contrôle désormais un pays unifié, et les Grecs et les Perses, encore faciles à discerner par leur tenue vestimentaire (certains Grecs sont nus, et tous sont tête nue), chassent joyeusement le lion et le cerf ensemble. Encore une fois, Alexandre monte un cheval cabré, son manteau flottant au vent, un chien près de ses pieds. Il encourage le Persan — peut-être Abdalonymos — devant lui, dont le cheval rencontre un lion affamé. Les griffes du lion transpercent le cheval et sa mâchoire lui mord le ventre. Mais Abdalonymos attaque avec une lance, tandis qu'un autre Perse se prépare à porter un coup sur la bête avec une hache.

La deuxième figure la plus importante dans les deux scènes, selon certains érudits, est l'ami proche d'Alexandre de Macédoine, Hephaestion.

Les deux côtés courts sont similaires, bien que plus simples. L'un représente la bataille de Gazza en 312 av. dans l'autre, les Perses, dont un autre personnage que l'on pense être Abdalonymos, chassent une panthère.

Le sarcophage d'Alexandre a la forme d'un temple, avec un toit en pente orné de tuiles sculptées en forme d'écailles. Des gargouilles sont assises sur les bords. De petites frises ont été sculptées dans les frontons. Entre le toit et les frises, et en dessous, des panneaux sont garnis de feuilles de vigne, de labyrinthes grecs et de motifs d'œufs et de fléchettes. Les proportions fonctionnent.

Personne ne sait qui a fabriqué cet objet exquis. Certains experts ont suggéré que la main de six sculpteurs peut être détectée, mais le travail est si constamment bon que vous auriez pu me duper.

Il y avait aussi un peintre. Près du sarcophage du musée archéologique, les Turcs ont placé un modèle montrant à quoi aurait ressemblé une partie du sarcophage, Alexandre sur son cheval qui chargeait, si ses couleurs étaient restées. Pour les yeux qui s'attendent maintenant à ce que les artefacts grecs soient du marbre blanc, le magenta, le rouge et l'or semblent s'opposer. Mais même alors, il est facile de voir un bijou d'une pièce.

Lisez mon blog sur www.artsjournal.com/realcleararts

Rubriques connexes: Arts & Culture, Voyages recevez les dernières nouvelles par email : abonnez-vous à judith h. liste de diffusion gratuite de dobrzynski


Huit momies découvertes dans des sarcophages colorés de la pyramide du roi en Egypte

Les archéologues* en Egypte ont découvert huit autres cercueils de calcaire &mdash connus sous le nom de sarcophages* &mdash contenant des momies*.

Le ministère égyptien des Antiquités a déclaré que les momies, datant de la fin de la période (664-332 av.

Selon le ministère, le linge a été construit* sous la forme d'un humain, suggérant qu'il y a des restes humains momifiés* à l'intérieur.

Une des momies antiques recouverte d'une couche de cartonnage peint. Photo : ministère égyptien des Antiquités via AP

La momie peinte a été retrouvée à l'intérieur d'un sarcophage dans une zone de la pyramide du roi Amenemhat II. Photo : ministère égyptien des Antiquités via AP

Le secrétaire général du Conseil suprême égyptien des antiquités, le docteur Mostafa Waziri, a expliqué que trois des momies sont en particulièrement "bon état".

Il a déclaré que la mission sur un site à 40 km au sud du Caire avait commencé à creuser en août et que les momies avaient été trouvées dans une zone de la pyramide du roi Amenemhat II, située dans la nécropole royale de Dahchour *.

La nécropole était le lieu de sépulture des courtisans (assistants ou conseillers royaux) et des hauts fonctionnaires.

Cette zone abrite ce qui est considéré comme l'une des plus anciennes pyramides de l'histoire, notamment la pyramide courbée de Sneferu&rsquos et la pyramide rouge.

Les cercueils sont maintenant envoyés pour des travaux de restauration.

L'Égypte continue de découvrir de nouveaux détails sur sa riche histoire afin que nous puissions en apprendre davantage sur son ancien mode de vie.

Les archéologues ont récemment découvert un bâtiment &ldquomassif&rdquo qui faisait autrefois partie de l'ancienne capitale égyptienne.

Des chercheurs ont récemment découvert un pot cassé contenant ce qui semblait être un morceau de fromage vieux de 3300 ans. Photo : Avec l'aimable autorisation d'Enrico Greco, Université de Catane, Italie

Une superbe statue de sphinx a également été trouvée dans un temple du sud de l'Égypte.

Dans un projet distinct plus tôt ce mois-ci, des experts ont découvert la momie d'une femme nommée Pouyouor Pouya dans un sarcophage à Louxor, dans le sud de l'Égypte.

On pense qu'elle a vécu pendant la 18e dynastie*.

Au cours de la même fouille, une autre tombe à proximité a révélé un certain nombre de momies dans des sarcophages, selon le site Web LiveScience.

Un sarcophage était couvert de hiéroglyphes* faisant référence à la déesse Mout.

Les fouilles archéologiques ne font que découvrir les restes de pharaons* ou de courtisans, mais elles mettent également au jour des objets insolites de la vie égyptienne.

Des experts ont récemment trouvé le plus ancien fromage solide dans la tombe de Ptahmes, maire de l'ancienne ville de Memphis.

Une pièce en or vieille de 2200 ans, représentant un ancêtre de la célèbre reine Cléopâtre, a également été déterrée.

La momification des humains était effectuée par des prêtres spéciaux. Tous les organes internes ont été retirés du corps mort, à l'exception du cœur, car les anciens Égyptiens croyaient que le cœur est l'endroit où vit l'âme.

Le corps a ensuite été rempli de produits chimiques et d'épices pour empêcher les bactéries et le corps a été recouvert de sel et laissé sécher. Après 40 jours, les prêtres enveloppaient le corps dans des bandages de lin tout en chantant des sorts.

Des archéologues égyptiens restaurent une momie enveloppée de bandages en lin. Photo : AFP

Après la momification, un masque a été placé sur la tête afin qu'elle puisse être reconnue dans l'au-delà*.

Il y a des milliers de momies en Egypte. L'une des momies les plus célèbres est celle du roi Toutankhamon ou roi Tut, vieille de 30 000 ans.

Cette histoire est apparue à l'origine sur Fox News et a été republiée ici avec autorisation.

archéologues : personne qui étudie l'histoire humaine en déterrant des sites

sarcophages : cercueils en pierre souvent associés à l'Egypte ancienne

momies : être humain ou animal qui a été enveloppé dans des bandages et conservé

momifié : corps humain transformé en momie

nécropole: un grand cimetière

Dynastie: une lignée familiale de personnes ou de dirigeants éminents

hiéroglyphes : symboles écrits ou code

pharaons : souverain dans l'Egypte ancienne

vie après la mort: la vie après la mort

2. Dans quelle pyramide ont été trouvés les huit cercueils ?

3. À quelle période pense-t-on qu'ils appartiennent ?

4. Nommez deux des premières pyramides de l'histoire de l'Égypte.

5. Quel ingrédient de table est utilisé dans la momification ?

ÉCOUTEZ L'HISTOIRE AUJOURD'HUI

1. Utiliser un nouveau vocabulaire

À moins que vous ne soyez déjà un expert de l'histoire égyptienne, il y avait probablement beaucoup de nouveaux mots intéressants dans cet article.

Lisez l'article et encerclez 5 mots nouveaux dans votre vocabulaire. Utilisez l'article et le glossaire pour vous aider à comprendre chacun de ces mots, puis écrivez un paragraphe qui contient les 5 mots utilisés correctement.

Cet article vous a-t-il amené à vous interroger davantage sur les mystères de l'histoire égyptienne ? Écrivez une question que cet article a soulevée pour vous, puis effectuez vos propres recherches pour voir si vous pouvez répondre à votre question.

Temps: Comptez 20 minutes

Liens vers le programme : anglais, histoire

Après avoir lu l'article, avec un partenaire, mettez en surbrillance autant de connecteurs que vous pouvez trouver en rose. Discutez si ceux-ci sont utilisés comme conjonctions, ou pour joindre des idées et créer un flux.

FAITES VOTRE AVIS : Pensez-vous que trouver une momie serait fascinant ou effrayant ?


Renaissance du royaume

À la fin du XIIIe siècle, la Bohême est devenue le premier pays d'Europe centrale et orientale et le roi Otakar II (Přemysl Otakar II) a même tenté de remporter la couronne impériale. Son fils Venceslas II profita du chaos qui régnait dans les duchés polonais - une tentative d'unification de Przemysł II de Grande Pologne (couronné roi en 1295) fut interrompue par son assassinat - pour devenir roi de Pologne en 1300. fonctionnaires royaux provinciaux (staroste)—un trait permanent de l'administration polonaise dans les siècles à venir—il pacifia temporairement le pays. Les plans grandioses de Wenceslas pour régner sur toute l'Europe du centre-est ont pris fin avec sa mort en 1305, qui a été suivie un an plus tard par l'assassinat de son fils Wenceslas III. Cela signifiait la fin de la dynastie tchèque des Přemyslid, et Jean de Luxembourg revendiquait les trônes de Bohême et de Pologne. Sa poursuite de ce dernier a été combattue par l'un des ducs mineurs, Władysław le Bref, qui avait auparavant combattu les deux Wenceslas et leurs partisans. S'alliant au nouveau roi de Hongrie, Charles Ier, Władysław résista à l'inimitié de la Bohême, des chevaliers teutoniques, des ducs polonais rivaux et du patriciat principalement allemand de Cracovie. À un moment donné, la lutte prit le caractère d'un conflit national polono-allemand.


Sarcophage de Seti I

Situé dans la chambre sépulcrale au sous-sol du musée de Sir John Soane, ce vaste sarcophage a été construit pour enterrer le pharaon égyptien Seti I (mort en 1279 av. Seti I a gouverné l'Egypte à une époque où c'était une puissance militaire importante, son fils, Ramsès II, est célèbre pour ses grandes victoires militaires contre l'empire hittite. À sa mort, Seti I a été enterré dans une tombe somptueuse dans la Vallée des Rois, à l'intérieur de laquelle ce sarcophage, contenant son cercueil et sa momie, était à l'origine logé.

Image : Héiroglyphes incisés dans l'albâtre nacré du sarcophage

Le sarcophage est taillé dans de l'albâtre, une pierre translucide nacrée très appréciée des Égyptiens. Sur sa surface, à l'intérieur comme à l'extérieur, sont gravés en hiéroglyphes un texte égyptien connu aujourd'hui sous le nom de Livre des portes, une série de sorts et de rituels dont le pharaon mort aurait besoin pour traverser en toute sécurité les enfers et atteindre l'au-delà. A l'intérieur, à travers le fond du sarcophage, se trouve la figure élégamment dessinée de Nout, déesse du ciel, dont le rôle était de guider et de protéger les morts. Lisez une description complète du sarcophage sur notre base de données en ligne Collections.

Le sarcophage de Seti I éclairé aux chandelles à l'un de nos Soane Lates

L'acquisition du Sarcophage par Soane

Le sarcophage a été découvert en 1817 par l'explorateur italien Giovanni Battista Belzoni. Ancien homme fort du cirque et ingénieur en irrigation, cet archéologue charismatique a mené une série d'expéditions en Égypte, dont la plus réussie fut sa découverte du tombeau de Seti I dans la Vallée des Rois. Le nom Belzoni' est encore visible sur le sarcophage aujourd'hui, où il l'a gravé dans le rebord. Belzoni avait prévu de vendre le sarcophage au British Museum, qui a refusé de payer le prix de 2 000 £. Sir John Soane, très intéressé par les objets anciens, a agi rapidement et a acheté le sarcophage pour sa propre collection.

Le sarcophage était l'objet le plus cher acheté par Soane, et c'était son bien le plus précieux. Soane a organisé trois réceptions en soirée au Musée après avoir acquis le sarcophage, pour célébrer son arrivée, en présence de certaines des plus grandes figures de l'art et de la société britanniques.

Explorez un scan 3D du sarcophage et du Musée en ligne

Aujourd'hui, vous pouvez visualiser le Sarcophage et sa chambre sépulcrale en ligne sous forme de scan 3D via notre plateforme numérique Explore Soane.

Faits saillants Film

Vous voulez en savoir plus sur Sir John Soane et les artefacts qu'il a collectés ? Notre film Highlights vous emmène dans une visite virtuelle du musée et de ses zones et objets les plus spéciaux.

Visiter le musée

L'entrée au musée se fait par billet horaire gratuit. Réservez votre billet chronométré sur notre page billets.